Catégories
Activités

La représentation du renouveau dans le monde du livre

J’ai le plaisir de pouvoir annoncer ma participation au 12e colloque étudiant du GRELQ “La représentation du renouveau dans le monde du livre” organisé par Maxime Bolduc et Judith Haviernick.

Vous pouvez retrouver le programme ici.

Ce sera l’occasion pour moi de revenir sur mon sujet de prémémoire, l’énonciation éditoriale des maisons d’éditions jeunesse féministes.

La contre-attaque féministe face à la vague des héroïnes

Suite à la traduction d’Histoires du Soir pour Filles Rebelles (2017) aux éditions Les Arènes, on a pu assister à la publication de nombreux ouvrages présentant des portraits de femmes « qui brisent les stéréotypes » 100 grandes femmes de l’Histoire (2017) chez Quelle Histoire, Il était une fois des femmes fabuleuses (2018) chez Larousse, Portraits de femmes libres (2018) chez Fleurus, Les femmes qui ont fait bouger le monde (2018) chez Hatier, Femmes : 40 combattantes pour l’égalité (2018) chez Gallimard Jeunesse, 10 femmes qui ont changé l’histoire du monde (2018) ou bien Pionnières (2019) chez Auzou, J’aimerais te parler d’elles (2019) chez Albin Michel. Une liste non exhaustive de documentaires jeunesses présentant des portraits de femmes remarquables qu’on a pu retrouver sur les tables des librairies à la suite du succès d’Histoires du Soir pour Filles Rebelles. Des titres plus ambigus ont aussi été publiés, présentant des hommes et des femmes, Histoires pour les enfants qui veulent changer le monde, voire uniquement des hommes, Histoires pour garçons qui veulent changer le monde (2018) chez Fayard. Devant cette multiplication de titres antisexistes, ayant une charte graphique (mise en page, typographie) et des textes similaires (des portraits courts de personnages forts accompagnés d’une illustration), portés par des maisons qui n’ont pas l’habitude d’aborder de telles questions, on peut se poser la question des processus éditoriaux ayant précédés la publication de ces titres.

Face à cette vague de publications de documentaires jeunesse sur les héroïnes, plusieurs maisons engagées ont publié soit de nouvelles collections soit de nouvelles propositions : Talents Hauts a lancé la collection « Plumées » (2019), la maison Cambourakis a commencé à publier des albums jeunesse dans sa collection féministe et anticapitaliste « Sorcières » (2018), et la ville brûle a relancé sa collection « Jamais trop tôt pour lutter contre les stéréotypes » (2017) en publiant des documentaires jeunesse illustrés par Mirion Malle. Matrimoine, afrofémisme, vulgarisation de théorie féministe, cette contre-attaque a été et est encore riche et diversifiée.

Il s’agira dans cette communication de présenter ces nouvelles collections conçues en réaction à une nouvelle proposition éditoriale, puis d’observer comment le positionnement féministe identifiable dans la communication de ces maisons se retrouvent dans ces nouvelles publications, pour pouvoir en définir l’énonciation éditoriale.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.