Catégories
Articles

Les albums qui questionnent les normes genrées

Avant-propos :

Cet article était une commande. Il y a plusieurs mois de ça, j’ai proposé à une revue, pour un dossier thématique sur le genre en littérature jeunesse, d’analyser plusieurs albums questionnant les normes genrées. Il s’agissait de mon premier article écrit toute seule, il s’agit également de mon premier article refusé. Il aurait pu être publié en ligne, à condition d’en retirer tout l’état de l’art, dont un paragraphe sur Karine Espineira. Il ne me semblait pas éthique en tant que personne cisgenre d’écrire qu’il n’existait pas de travaux sur la représentation des personnages enfantins transgenres dans les albums illustrés de fiction français, bien que ce soit vrai. Je me devais de mentionner les travaux de Karine Espineira, une chercheuse s’étant consacrée à la question de la représentation des corps trans, en étant elle-même une femme transgenre. Et je me devais d’aborder les raisons de son retrait du monde de la recherche. Il m’était impossible de publier à l’intérieur d’un système qui avait fait qu’elle n’a pas pu poursuivre ses recherches sans le dénoncer.

Peut-être que je relirai cet article dans dix ans en me disant que le comité de rédaction de cette revue avait raison et que mon article était bien trop long, et que la moitié était hors-sujet. J’espère avoir cette chance. J’espère surtout pouvoir trouver des espaces où avoir une réflexion sur ma place en tant que chercheuse vis-à-vis de mes objets de recherche, individuellement et collectivement, est possible. J’espère surtout que les personnes marginalisées cesseront de subir des violences, de l’effacement au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche. J’espère surtout que les personnes marginalisées cesseront d’être exclues de ces espaces.

Genre(s) en littérature jeunesse

En 2013, NVL publiait son premier dossier dédié au sexisme « Sexisme et littérature jeunesse » – avec, entre autres, une rencontre avec l’éditeur Christian Bruel et un article sur la maison Talents Hauts, deux maisons présentes dans le corpus de cet article. Dans le dossier « Stéréotypes, fin de partie1 ? » la Revue des livres pour enfants aborde à son tour les questions de sexisme mais aussi de racisme. Il faudra attendre le dossier « Questions de genres2 », genre au pluriel, pour aborder directement la question de la représentation trans3 .

Transgenre : Communément, la personne transgenre est définie par le fait qu’elle vit dans le genre social opposé au genre assigné en fonction du sexe biologique constaté à la naissance

Espineira, E. Thomas, M-Y. Alessandrin, A. (dir.) « Transgenre ». La transyclopédie, Editions des Ailes sur un tracteur, 2014, p.39.

En ce qui concerne la représentation genrée dans les albums, la première étude exhaustive de la production annuelle d’albums illustrés de fiction en France est celle menée par Sylvie Cromer et Adéla Turin4 d’un côté, et par Carole Brugeilles, Isabelle et Sylvie Cromer5 de l’autre dans le cadre du programme européen « Attention album ! ». Publiée en 2002, elle fait l’examen de l’ensemble de la production d’album de l’année 1994 en utilisant le genre comme outil d’analyse, tel qu’il a été défini par Condon, Bozon et Locoh :

« Le concept de genre apparaît incontournable pour rendre compte des différences observées et pour interroger les systèmes de relations valorisées, prescrites, hiérarchisées entre le masculin et le féminin dans leur dimension sociale et culturelle. En outre, cette approche permet non seulement d’enregistrer les choses telles qu’elles sont, mais aussi telles qu’elles devraient être dans une perspective d’égalité.

Locoh, T. Hecht, J. Andro, A. « 20. Démographie et genre, de l’implicite à l’explicite », Le travail du genre. Les sciences sociales du travail à l’épreuve des différences de sexe. Paris, La Découverte, 2003, p. 299-319.

Il apparaît que sur l’ensemble des albums, 35% avait pour personnage principal un personnage masculin, et seulement 13% un personnage féminin. Cette différence est encore plus marquée selon l’âge des personnages : 63% des albums mettent en scène un personnage adulte perçu comme masculin, pour 57% de personnage adulte perçu comme féminin, mais seulement 42,5 % d’albums montrent un personnage enfantin perçu comme féminin, contre 62,8% pour les personnages enfantins perçus comme masculin. D’autres résultats sont mis en avant notamment la disparité entre les types de représentations des parents, beaucoup plus de mères (40,4%) que de pères (30,1%), mais beaucoup plus de pères travaillant (32% des albums) que de mères travaillant (15%). Concernant les personnages enfantins, il apparaît qu’ils ne sont pas forcément stéréotypés, mais qu’il y a bien une différence genrée et une hiérarchisation inégalitaire.

Anne Dafflon Novelle, docteure en psychologie, a quant à elle publié trois études consacrées aux conséquences des représentations sur le développement de l’enfant, plutôt qu’aux représentations en elles-mêmes : la première analyse l’ensemble de la littérature jeunesse publiée durant l’année 1997 (Dafflon Novelle, 2002a), la seconde se consacre à l’examen détaillé des histoires avec héros et héroïnes fidélisateurs parues durant une année (1999 ou 2000) dans la presse jeunesse (Dafflon Novelle, 2002b), et la troisième étude s’intéresse à tous les albums illustrés mettant en scène des animaux anthropomorphiques, destinés aux enfants pré-lecteurs, publiés en 2000 (Ferrez & Dafflon Novelle, 20036 ).

D’autres études se sont consacrées à la presse jeunesse (Destal, 2006), et aux manuels scolaires (Simone & Philipe, 1997 ; Mix-Cité, 1999 ; Fontanini, 2007). Plus récemment, Christiane Connan-Pintado et Gilles Béhotéguy ont co-dirigé deux ouvrages consacrés à cette question : Être une fille, un garçon dans la littérature de jeunesse (France, 1945-2012) (2014), Être une fille, un garçon dans la littérature de jeunesse (Europe 1850-2016) (2017). Christiane Connan-Pintado suit également plusieurs doctorantes, dont Priscille Croce qui effectue sa thèse sur « Les représentations antisexistes dans les albums (2010-2020) : de la production à la réception ». On peut retrouver cet état de la question de la représentation genrée dans le Filles d’albums de Nelly Chabrol Gagne. Publié en 2011, il s’agit du deuxième essai sur la littérature jeunesse publié par l’atelier du poisson soluble, après le Lire l’album de Sophie Van der Linden. 

Concernant la question du genre en littérature jeunesse, il y a donc plusieurs études quantitatives autant pour l’album que pour la presse, qui datent du début des années 2000, et des études qualitatives récentes encouragées par des appels à publication. On peut retrouver des dossiers dédiés dans des revues professionnelles et même des ouvrages grand public, montrant qu’il s’agit d’une question actuelle qui intéresse. Pour autant, alors que ces études montrent à voir les représentations stéréotypées, aucune ne prend en considération la représentation de personnages qui pourraient transgresser ces assignations genrées.

Bleu, rose, gris, mauve

Dans son article sur la représentation genrée dans les livres jeunesses publiés en Italie7, Giulia Zanfabro avance qu’il existerait trois stratégies pour questionner les normes genrées au sein d’un livre jeunesse : la subversion, l’attribution d’agentivité et la représentation de désirs non-normatifs. La première est la plus présente notamment parce qu’elle utilise une construction narrative facile : un personnage au sein d’un système (ici celui des normes de genre) va à l’encontre de celui-ci. Pour autant, et comme Julie Fette le souligne à propos des titres publiés par Talents Hauts8, cette stratégie a ses défauts. En effet, en pointant l’aspect exceptionnel de cette non-soumission aux normes genrées, on peut en retour renforcer la binarité de genre. 

Binarité de genre : caractérisation de l’identité de genre en deux et uniquement deux formes distinctes et complémentaires : masculin et féminin.  

« Bicatégorisation ». FRWiki.

Giulia Zanfabro donne comme exemple de livre subversif Rosaconfetto, album écrit et publié par Adéla Turin. En effet,avant d’être à l’initiative du programme « Attention album ! », Adela Turin a d’abord été éditrice et autrice. Après avoir lu l’essai Dalla Parte Delle Bambine9 d’Elena Gianni Belotti sur l’inégalité filles-garçons elle fonde sa maison d’édition en lui donnant le même nom, et s’associe aux éditions françaises Des femmes, et à la maison espagnole Lumen pour co-éditer ensemble des albums portant leurs idées féministes. Rose bombonne, sous son nom français, est le premier album né de cette collaboration et on peut déjà y retrouver le souci pour les attributs genrés qu’elle étudiera plus tard. Pâquerette vit dans une tribu d’éléphants où les éléphantes mangent des anémones et des pivoines pour avoir de grands yeux brillants, une peau lisse comme une pomme et une couleur rose bonbon. Pour correspondre aux standards de beauté dans l’espoir de trouver un jour un éléphant, elles doivent donc suivre un régime spécial tout en restant dans un jardin clôturé, sous les ordres des pères. Pendant que les éléphants pouvaient être des éléphants, « jouer dans la savane, manger de l’herbe verte, barboter dans l’eau du fleuve, se rouler dans la boue et faire la sieste sous les arbres ». Mais Pâquerette, malgré le fait qu’elle se soumette aux normes genrées, restait grise. Ses parents, après cris et larmes, finissent par abandonner et la laisser tranquille. En l’observant, ses amies finissent par l’envier (après être passées par l’effroi, la perplexité, la curiosité dans la version d’Actes Sud junior publiée en 1999, mais aussi par la désapprobation dans la version Des Femmes). Une fois qu’elles ont goûté à la liberté des garçons, plus aucune éléphante ne suit les normes et tous les éléphants finissent par se ressembler.  

Turin, A. Bosnia, N. Rosaconfetto. Giunti Editore, 2016

Du côté de la France, c’est le « Collectif pour un autre merveilleux » qui publie L’histoire de Julie qui avait une ombre de garçon quelques années après. Pour pouvoir publier l’album, le collectif devient la maison « Le Sourire qui mord ». Avec la maison Des Femmes, ils font partie de ce qu’on appelle l’avant-garde de l’édition jeunesse de l’époque. Chacun à leur façon, face à un secteur frappé par la concentration et l’industrialisation, ont contribué à initier une réflexion sur de nouvelles conceptions de l’enfance et de la jeunesse10 . L’inspiration pour Julie vient d’ailleurs directement de Rose Bombonne. Dans un entretien accordé à Sophie Heywood11, Christian Bruel avoue d’ailleurs avoir voulu devenir éditeur à cause de ce livre, parce qu’il s’agissait du premier album illustré ouvertement féministe publié en France. Tout en étant cependant critique de certains aspects de l’album, notamment de sa fin. En effet, il suffit aux éléphantes de devenir grise pour ne plus subir d’inégalités. Avec Julie, il s’agissait de montrer qu’il ne suffisait pas d’être un garçon manqué pour s’émanciper, et que la féminité et ce qui relève du féminin n’avait pas forcément à être vu négativement.

Bruel, C. Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon. Le Sourire qui mord, 1976.

Dans l’album, Julie se fait réprimander par ses parents parce qu’elle ne fait rien comme tout le monde. Mais Julie n’est pas comme tout le monde, elle est Julie justement ! Elle n’est pas très polie, mais tout en restant très jolie, elle n’est pas très douce, mais elle sait ce qu’elle veut, elle joue à de drôles de jeux mais elle aimerait être embrassée, quand même. Mais ses parents lui demandent de s’habiller, de se comporter d’une certaine manière, comme la Julie qu’ils peuvent reconnaître et non pas ce garçon manqué insupportable qui tombe, fait des bêtises, et dit de vilains mots. Et le lendemain, surprise, elle se réveille avec une ombre de garçon. Quand elle joue au ballon, il y joue aussi, pareil pour les billes, mais quand elle joue avec une poupée, il lui arrache une jambe. Quand il fait pipi, elle l’observe, quand elle débarrasse le couvert, il fait tout tomber, quand elle tricote, il joue avec le fil. Elle cherche à faire mourir cette ombre, cette partie masculine en elle « en dessinant pour demain des matins sans soleil », mais rien ne fonctionne, pas moyen de s’en débarrasser. Elle s’enfuit dans un parc pour se cacher, échapper à son ombre, quand elle rencontre un garçon. On lui dit qu’il a une tête de fille, qu’il pleure comme une fille, et lui aussi voulait s’échapper. Tous les deux se retrouvent perdus entre qui ils sont et ce qui est attendu d’eux : « Les cornifilles dans un bocal, les cornigarçons dans un autre, et les garfilles on ne sait pas où les mettre ! »

La morale de l’album est clairement explicitée, Julie se perd et se retrouve, « On s’était perdus et puis qu’on s’est retrouvés ! », et finit par comprendre et accepter qui elle est.

« Moi, je crois qu’on peut être fille et garçon, les deux à la fois si on veut… Tant pis pour les étiquettes… On a le droit ! »

Et aujourd’hui ?

Ces premiers albums qui ont questionné le genre ont pu voir le jour en raison d’un contexte social et historique particulier, et véhiculent les messages de leur époque. Ils existent aujourd’hui dans des versions modifiées chez Actes Sud junior et la ville brûle pour les albums de la collection « Du côté des petites filles », et chez Thierry Magnier pour L’histoire de Julie qui avait une ombre de garçon. En 2005, alors qu’il n’y avait plus de collection jeunesse féministe active, Talents Hauts publie son premier album La princesse et le dragon. Alors qu’elle est prête à épouser Ronald, son prince, la princesse voit sa tenue réduite en poussière avec le château alors que le prince est enlevé par un dragon. Vêtue d’un sac en papier, elle part délivrer son prince. Grâce à la ruse, elle y arrive, mais le prince ne fait que l’assommer de reproches sur son apparence. « Ronald, dit Elisabeth, tu es très élégant et parfaitement bien coiffé. Tu ressembles à un véritable prince, mais tu n’es qu’un gros nul. ». Ouvertement féministe et se revendiquant comme subversive, la maison Talents Hauts n’est pas pour autant la seule à publier des albums remettant en question les normes du genre. Au même moment, l’école des loisirs publient les princesses de Nadja12 : jolie, nulle ou horrible, elles sortent du rôle attendu des princesses et choisissent elles-mêmes qui elles épouseront. Et Seuil jeunesse republie sa Princesse Finemouche13, qui refuse de se marier et piège ses prétendants. Entre 2010 et 2021 ce sont des dizaines et des dizaines14 d’albums questionnant les normes genrées qui ont été publiés, notamment par des maisons qui n’affichent pas de volontés subversives…

…dont certains ont complètement perdu leur potentiel subversif. Alors que de dénigrer ce qui est perçu comme féminin, que de renforcer les normes que l’on souhaite remettre en question est toujours un risque quand on souhaite publier des textes subversifs, certains albums semblent le faire expressément.

Dans La princesse qui pue qui pète15 publié chez Casterman en 2021, Castille n’est pas une princesse ordinaire : tout ce qui est féminin l’embête (les licornes, les chatons, les barrettes à fleurs ou les petits cœurs), elle préfère jouer avec le garçon de ferme. Désespérés, et pour qu’elle puisse être une « vraie princesse » (qui joue de la harpe, a une peau délicate et dort sur des tas de matelas), ses parents demandent au sorcier de la cour de lui jeter un « sort de mièvrerie ». On lui fait donc boire un potage avec « une pincée de futilité, un soupçon de niaiserie et une larme de platitude ». Et le sort fonctionne, elle se retrouve à vouloir un poney, une robe rose, un diadème à paillettes et à glousser « comme une bécasse ». Mais bien sûr elle s’ennuie et elle est malheureuse, alors le garçon de ferme vient briser le sort.

De petites filles qui se perdent pour pouvoir se retrouver, de princesses qui s’affranchissent, on arrive à des albums « loin des récits genrés », avec des princesses qui gloussent comme des bécasses, et ne font que dénigrer ce qui est perçu comme féminin.

Des désirs hors-normes

Pour les deux autres stratégies citées dans son article16, l’attribution d’agentivité et la représentation de désirs non-normatifs, Giulia Zanfabro ne cite que des romans adolescents. Pour l’attribution d’agentivité cela fait sens, le principe d’une héroïne forte qui symboliserait à elle seule un désir de révolution et de renversement de la société n’est peut-être pas adapté au format de l’album illustré. Pour autant, bien que la littérature manque sur le sujet, il existe des albums jeunesse montrant des désirs hors normes. On entend ici par normes les normes sociales, c’est-à-dire ce qui est conforme à la société.

Sur la question de la représentation des personnes trans, Karine Espineira a publié de nombreux ouvrages17 sur le sujet, mais en se consacrant principalement aux représentations médiatiques18 . Post-doctorante depuis qu’elle a soutenu sa thèse en 2012, elle annonce en 2020 se retirer de la vie universitaire, n’ayant toujours pas obtenu de poste stable. Pendant ses nombreuses années de post-doctorat, elle a pu suivre et inspirer de nombreuses étudiants et étudiantes dont certain.es ont pu s’intéresser à la représentation des personnes trans en littérature19 , mais pas en littérature jeunesse. Il faut se tourner vers les masters d’édition pour trouver quelques mémoires qui ont pu aborder la question de la représentation trans en abordant plus globalement les représentations LGBTQI+20 , mais uniquement pour les romans.

LGBTQI+ : Lesbienne Gay Bisexuelle Transgenre Queer Intersexe et + pour toutes les autres identités.

Cette absence de travaux sur les albums jeunesse, face aux quelques travaux disponibles sur les romans adolescents, peut s’expliquer d’après moi et par la tranche d’âge du public cible, et par l’actualité éditoriale. En effet, en 2016, Milan réédite un roman de Julie Anne Peters21, et s’en est suit une série de publications de romans adolescents avec un personnage trans : Je suis qui je suis (2016), Le secret de Grayson (2016), Normal(e) (2017), Celle dont j’ai toujours rêvé (2017), Opération Pantalon (2017), George (2017), les 5/5 (2017). D’autres titres ont été publiés depuis : Barricades (2018), Transparente (2018), It (2019), Météore (2020), L’odeur de la pluie (2021), Les Nouvelles Vagues (2021), Birthday (2021) – mais 2017 reste l’année où le plus de roman avec des personnages transgenres ont été publiés22

A l’exception de George et Transparente, tous ces romans abordent un moment précis de la vie d’une personne trans : son coming-out. Il s’agit à chaque fois d’un lourd secret à porter par un.e ado tourmenté.e, qu’il ou elle finira par dévoiler (si on ne dévoile pas son secret pour lui ou pour elle), avec une réaction plus ou moins non violente de son entourage.

Coming-out : révélation volontaire de son identité de genre et/ou de son orientation sexuelle.

Il est vrai que cette représentation de la transidentité correspond à une certaine réalité. D’après l’enquête23 sur les personnes LGBT dans l’Union Européenne menée par le FRA24, 67% des personnes LGBT interrogées ont « toujours » ou « souvent » caché ou dissimulé le fait qu’ils étaient LGBT au cours de leur scolarité avant l’âge de 18 ans, et ce chiffre monte à 70% si on ne prend en compte que les personnes transgenres. Pour autant, on peut regretter que le roman adolescent n’ait permis jusqu’ici que cette unique représentation du vécu trans. Qu’en est-il de l’album ?

Bien qu’il n’existe pas d’études sur les représentations de personnages enfantins transgenres dans les albums illustrés jeunesse de fiction français, une étude a été menée au Royaume-Uni25 concernant les albums illustrés anglophones. Ils ont choisi de prendre en compte tout livre possédant un personnage explicitement trans ou pouvant être lu comme tel et ont pu rapidement établir qu’ils suivaient tous le même schéma : le personnage qui a un désir hors norme est en adhésion au modèle genré binaire, il a un comportement normé (des intérêts, des vêtements, des comportements conforme au genre vécu), et l’enfant a reçu un diagnostic par un professionnel de santé. Cela correspond au seul album français ayant un personnage enfantin ouvertement transgenre, Je suis Camille. Alors qu’elle a subi du harcèlement scolaire, elle change d’établissement scolaire pour ne pouvoir être connue que comme Camille par ses camarades de classe. Elle se fait une amie, Zoé, avec qui elle parle de garçon et joue à la rock-star. Mais, catastrophe, la tante de son amie la voit aux toilettes, debout. Elle se voit donc obligée d’expliquer qui elle est et ce que ça implique.

« – Alors, en vrai, tu es un garçon ?

– Non, je suis une fille, je me sens complètement fille, même avec un corps de garçon. » 

 Elle réagit bien jusqu’à ce que le garçon qui lui plaît embrasse Camille. En colère, Zoé menace de révéler son secret, Camille s’enfuit désespérée, à la limite de vouloir prendre sa vie, persuadée qu’il vaudrait mieux qu’elle disparaisse. Ses parents la retrouvent, ils passent du temps avec elle dans la sécurité de leur maison, et Camille finit par aller mieux. Zoé est désolée, insiste pour être pardonnée, ce que Camille finira par faire.

Malgré les différents problèmes pointés par Claire Bartholomaeus et Damien W. Riggs, malgré le manque de diversité dans les représentations de récits de personnages trans, ils mettent en avant l’importance que peuvent avoir ces albums. Concernant Je suis Camille plus spécifiquement, alors qu’il s’agit du premier (et à ma connaissance du seul) album avec un personnage enfantin ouvertement transgenre, on peut se poser la question de la pertinence de mettre en image des pensées et des actions aussi violentes à destination d’un public aussi jeune. Bien que ça puisse faire partie des expériences vécues, était-ce la plus appropriée ? Claire Bartholomaeus et Damien W. Riggs mettent en avant l’importance de ces livres dans ce qu’ils permettent, la sensibilisation auprès des enfants qui pourraient être en questionnement mais aussi des enfants qui pourraient être en contact avec des personnes transgenres. Du fait de sa violence, et de l’absence du mot transgenre, il ne me semble pas que ce livre puisse être un bon support de sensibilisation.

Bien que moins explicite, il existe cependant plusieurs albums avec un personnage enfantin questionnant son identité de genre. Dans Julian est une sirène, le fait pour un petit garçon de vouloir s’habiller en sirène pourrait relever de la subversion des normes genrées, mais, sur la page intérieure de l’album, on peut voir Julian en sirène, avec de longs cheveux et des traits féminins. Plus qu’un garçon qui voudrait se déguiser en sirène, il s’agirait ici d’un garçon qui voulait être une sirène comme les autres filles. Alors que sa Mamita le voit en sirène, elle lui prête son propre collier de perles, et l’emmène à une parade. Ils y voient des sirènes, et elle lui dit « Oui, comme toi, mon chéri. Allons les rejoindre ».

Love, J. Julian is a mermaid. Candlewick , 2018.

Dans Buffalo Belle, Olivier Douzou s’essaye à un exercice de style : « quand il devient elle, quand elle devient il ». En inversant les pronoms et les syllabes, il montre le trouble dans l’identité de genre du personnage qu’on appelait Annabil, mais qui s’appelait Buffalo Belle – Annabelle qui s’appelait Buffalo Bil. De son envie d’être un cow-boy, à son coming-out et à sa transition sociale, toutes les étapes de la construction de son identité sont montrées de façon subtile. L’album se finit par quelques lignes signées par Buffalo Belle :

je suis ce que je suis

je serai ce que je veux

Douzou, O. Buffalo Belle. Rouergue, 2016.
Cousseau, A. Dutertre, C. le chat qui est chien. Rouergue, 2016.

La même année, Rouergue publie le chat qui est chien. C’est l’histoire d’un chat qui, dans un pays normé appelé Tout-reste-à-sa-place, est un chien – même si ça ne se voit pas. Perdu dans ce monde où on appelle un chat un chat, il s’isole au bord de l’eau pour aboyer tranquillement, et il y rencontre un roi qui n’est pas un roi même s’il a l’air d’un roi. Alors qu’ils observent leurs reflets, ils tombent dans l’eau, nagent, sortent de la rivière de l’autre côté et s’aventurent plus loin. Le roi qui n’est pas un roi même s’il a l’air d’un roi avoue être en réalité un ours :

– Je ne suis pas un roi, répond le roi en jetant sa couronne par terre. Je ne veux pas être un roi. Je veux être un ours, vivre dans les montagnes.

– Je ne suis pas né ours, dit le roi. Mais je le deviens.

– C’est curieux, fait remarque le chat.

Avec les ailes que tu as sur le dos, je croyais que tu devenais un oiseau.

– Non, grogne le roi. Peu importe mes ailes. Je suis un ours !

– Et moi je semble chat, aboie le chat. Mais je suis chien !

Cousseau, A. Dutertre, C. ibid.

L’album ne remplit pas l’ensemble des critères de l’étude de Claire Bartholomaeus et de Damien W. Riggs, mais il est possible de lire cette scène comme celle d’un coming-out. Malgré leur apparence et l’identité qui leur a été donné à la naissance, les deux personnages expriment leur identité vécue, ours et chien en l’occurrence.

Ils continuent leur route jusqu’à ce qu’un arbre les empêche d’aller plus loin. Il s’agit de la frontière entre Tout-reste-à-sa-place et Tout-est-possible, à ne pas franchir ! Mais « ils partent. Ils se sentent bien. Ils sont libres. » Ici, chacun choisit sa place, chacun a le droit d’être différent. A la fin, ils ne sont plus nommés chat et roi :

Et sur ce chemin, un ours marche, tête haute.

– ça ne te dérange pas si je t’accompagne ? demande un chien à ses côtés.

– Pas du tout, répond l’ours.

(…)

– Nous sommes ce que nous devenons, dit l’ours.

– Nous devenons ce que nous sommes, ajoute le chien.

Cousseau, A. Dutertre, C. ibid.

J’ai voulu dans cet article revenir sur les possibilités de questionnement des normes genrées dans les albums, de la subversion des normes à la représentation des désirs non-normatifs. Que cette volonté de remise en question des normes genrées à l’intérieur d’un album soit un choix éditorial, politique ou bien une opportunité économique, il nous appartient de l’interroger pour pouvoir nous rendre compte de la réception qu’en fera l’enfant-lecteur. Est-ce que sa lecture permettra une remise en question des normes genrées, une identification à un personnage qui lui ressemble ou une sensibilisation à un vécu qui lui est étranger. Pour reprendre l’image de Rudine Sims Bishop26 , est-ce que l’album a le potentiel d’être un miroir, une fenêtre ou une porte coulissante ? Ou bien un mur ?

Merci à Christian Bruel, Camille Gautier, Sylvie Gracia ainsi qu’à Isabelle Péhourticq d’avoir répondu à mes questions, et merci à Cécile Boulaire et Priscille Croce d’avoir eu la patience de me lire.


Bibliographie :

Romans cités :
  • Peters, J. La face cachée de Luna. Milan, 2005. – Personnage principal : fille trans
  • Grive, C. Je suis qui je suis. Rouergue, 2016 – Personnage principal : en questionnement de genre
  • Plonsky, A. Le secret de Grayson. Albin Michel Jeunesse, 2016. – Personnage principal : fille trans
  • Wiliamson, L. Normal(e). Hachette Jeunesse, 2017. – Personnage principal : fille trans.
  • Russo, M. Celle dont j’ai toujours rêvé. Pocket Jeunesse, 2017. – Personnage principal : fille trans.
  • Clarke, C. Opération Pantalon. R Jeunesse, 2017. – Personnage principal : garçon trans
  • Gino, A. George. L’école des loisirs, 2017. – Personnage principal : garçon trans.
  • Plichota, A. Wolf, C. Les 5/5. XO Editions, 2017. – Personnage principal : un garçon trans
  • Bousquet, C. Chabot, J-P. Barricades. Gulf Stream, 2018. – Personnage principal : fille trans
  • Poulet-Reney, E. Transparente. Oskar Editeur, 2018. – Personnage secondaire : femme trans adulte
  • Grive, C. It. Gallimard Jeunesse, 2019. – Personnage principal : non binaire.
  • Dole, A. Météore. Actes Sud junior, 2020. – Personnage principal : fille trans.
  • Russo, M. Birthday. Pocket Jeunesse, 2021. – Personnage principal : fille trans
  • Vervel, G. L’odeur de la pluie. Scrineo,2021. – Personnage principal : garçon trans.
  • Cathrine, A. Les Nouvelles Vagues. R-Jeunes Adultes, 2021. – Personnage principal : jeune homme trans
Albums cités :
  • Bruel, C. Galland, A. Bozellec, A. L’histoire de Julie qui avait une ombre de garçon. Le Sourire qui mord, 1978.
  • Cole, B. Vive la princesse Finemouche. Seuil jeunesse, 2005
  • Cousseau, A. Dutertre, C. le chat qui est chien. Rouergue, 2016.
  • Douzou, O. Buffalo Belle. Rouergue, 2016.
  • Love, J. Julian est une sirène. Ecole des loisirs, 2020.
  • Munsch, R. Martchenko, M. La princesse et le dragon. Talents Hauts, 2005.
  • Nadja. La petite princesse nulle. L’école des loisirs, 2004.
  • Nadja. L’horrible petite princesse. L’école des loisirs, 2004.
  • Nadja. La jolie petite princesse. L’école des loisirs, 2005.
  • Tibi, M. Manes, T. La princesse qui pue qui pète. Casterman, 2020.
  • Turin, A. Bosnia, N. Rose Bombonne. Edition des Femmes, 1975.
  • Felicioli, J-L. Je suis Camille. Syros, 2019.

La constitution de cette bibliographie a été facilitée par le travail de recension fait par Fille d’album, la mare aux mots, Nadège sur son site Planète Diversité, ainsi que par Cordélia sur le répertoire français la Rainbowthèque. Merci à elleux.

Associations spécialisées :
  • L’ANT (association Nationale Transgenre) apporte soutien et assistance aux personnes transgenres et milite pour leur reconnaissance et contre toute discrimination fondée sur l’identité de genre.
  • Chrysalide est une association trans militante de support et de diffusion d’informations sur les transidentités.
  • OUTrans est une association féministe d’autosupport trans pour les personnes transmasculines, transféminines, non-binaires, en questionnement, et pour leurs allié·e·s cisgenres, issue de la communauté transmasculine.

https://outrans.org/


  1. « Stéréotypes, fin de partie ? » La Revue des livres pour enfants, n°310, 2019. []
  2. « Question de genres ». Lecture Jeune, n°176, 2020. []
  3. Arnaud, R. « Des héros en devenir. Les personnages transgenres dans les romans ados ». Lecture Jeune, n°176, 2020. []
  4. Cromer, S. & Turin, A. (1998).  « Que racontent les albums illustrés aux enfants ? Ou comment présente-t-on les rapports hommes-femmes aux plus jeunes ? » Recherches féministes, 11(1), 223–230. []
  5. Brugeilles, C. Cromer, I. Cromer, S. « Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés ou. Comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre », Population, 2002/2 (Vol. 57), p. 261-292. []
  6. Dafflon-Novelle, A. « Sexisme dans la littérature enfantine : quels effets pour le développement des enfants ? » []
  7. Zanfabro, G. « Gender Matters: What Is at Stake in Dealing with Children’s Literature? », TRANS [Online], | 2017, Online since 02 March 2017, connection on 06 April 2017. http://trans.revues.org/1440. []
  8. Fette, Julie. “Gender in Contemporary French Children’s Literature: The Role of Talents Hauts.” Children’s Literature Association Quarterly, vol. 43 no. 3, 2018, p. 285-306 []
  9. du côté des petites filles sous son nom traduit. []
  10. Voir Piquard, M. L’édition pour la jeunesse en France de 1945 à 1980. Presses de l’enssib, 2004. []
  11. Heywood, S. “Julie : the girl with a boy’s shadow”. The children’s ’68. https://children68.hypotheses.org/147. []
  12. Nadja. La petite princesse nulle. L’école des loisirs, 2004. Nadja. L’horrible petite princesse. L’école des loisirs, 2004. Nadja. La jolie petite princesse. L’école des loisirs, 2005. []
  13. Cole, B. Vive la princesse Finemouche. Seuil jeunesse, 2005. []
  14. En me basant notamment sur les sélections de la bibliothécaire Filles d’albums (https://filledalbum.wordpress.com/) et du blog la mare aux mots (https://lamareauxmots.com), j’ai pu assez facilement listé une centaine d’albums subvertissent les normes genrées. []
  15. Tibi, M. Manes, T. La princesse qui pue qui pète. Casterman, 2020. []
  16. Zanfabro, G. Opcit. []
  17. Voir son CV pour avoir sa bibliographie complète : « Karine Espineira », Laboratoire d’études de genre et de sexualité. https://legs.cnrs.fr/lequipe/membres-associes/karine-espineira/. []
  18. On peut trouver une notice « Littérature » dans l’ouvrage collectif La transyclopédie, mais qui n’aborde que des titres de littérature générale. []
  19. Marchier-Jamet, A. « Penser les normes de genre à travers la représentation des corps trans dans la littérature contemporaine », Mémoire en étude de genre sous la direction de Anne-Laure Fortin-Tournès, Angers, Université d’Angers, 2020. []
  20. Lafontaine, A. « Des arcs-en-ciel pour nos enfants Les représentations altersexuelles dans l’édition jeunesse ». Mémoire en Sciences de l’Information et de la Communication sous la direction de Judith Mayer, Villetaneuse, Université Paris 13, 2019. []
  21. Peters, J. La face cachée de Luna. Milan, 2005. []
  22. D’autres romans sont parus avant : Blacker, T. Garçon ou fille. Gallimard, 2005. Sciarini, J-N. Le Garçon bientôt oublié. L’Ecole des loisirs, 2010. []
  23. « Enquête sur les personnes LGBT dans l’UE – Enquête sur les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres dans l’Union européenne. Les résultats en bref ». Disponible en ligne : https://fra.europa.eu/sites/default/files/eu-lgbt-survey-results-at-a-glance_fr.pdf []
  24. « A propos de la FRA ». FRA : l’Agence des droits de l’Union Européenne. https://fra.europa.eu/fr/about/fra []
  25. Bartholomaeus, C. Riggs, D. W. “Girl Brain…Boy Body : Representations of Trans Characters in Children’s Picture Books” dans The Emergence of Trans Cultures, Politics and Everyday Lives. []
  26. Bishop, R. “Mirrors, Windows, and Sliding Glass Doors”. Perspectives: Choosing and Using Books for the Classrom. Vo. 6, no. 3. Summer 1990. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.