Catégories
Actualité

Entre invisibilisation et surmédiatisation – Lire et faire lire

Alors que les Assises de la littérature jeunesse ont abordé la question de la diversité par la censure et la peur des wokes1 et que la Société Française de Littérature Générale et Comparée a réussi à tenir un congrès sur les populations fictionnelles sans parler des rapports sociaux de race2, je me suis retrouvée très déçue d’avoir manqué le colloque “Un peuple de lecteurs dans toute sa diversité” de l’association Lire et faire lire3. Entre invisibilisation des enjeux raciaux et surreprésentation des “dangers du wokisme” aurait-on eu droit à une réelle discussion sur les enjeux de la représentation de personnages non blancs ?

La première table-ronde “La représentation dans la littérature jeunesse : émanciper par des imaginaires” était modérée par Sophie Van der Linden, autrice et spécialiste en littérature jeunesse, avec Géraldine Chognard, éditrice jeunesse aux éditions Cambourakis, Géraldine Martin-Masson, responsable adjointe du service éducation et citoyenneté, fédération de la Ligue de l’enseignement des Bouches-du-Rhône et Laura Nsafou, autrice notamment publiée chez Cambourakis.

Sophie Van der Linden commence par essayer de définir le terme de représentation qui lui semble à la fois flou et opaque, porteur de beaucoup d’implicites. Cette difficulté à nommer le sujet se trouve à la fois dans le titre de la table-ronde et dans son introduction. Le mot “race” ne sera pas prononcé, elle fera mention de diversité mélanique (termes utilisés dans l’étude de Veronique Francis et Nathalie Thierry4 et de représentation d’enfants noirs, aussi appelés afrodescendants. En reprenant une définition du mot représenter, l’action de rendre un sujet présent à quelqu’un en le montrant, elle amène le sujet de la table-ronde : la représentation de personnes qui, comptant dans la société française, ne sont pourtant pas ou peu représentés dans les albums jeunesse.

Il lui est d’avis que cette table-ronde n’aurait pas pu avoir lieu il y a 5 ans. En effet, en France, on aurait d’abord travaillé sur les questions des stéréotypes de genre, avant de s’interroger sur les questions de représentations. En réalité, on a d’abord commencé à s’interroger sur les représentations genrées avant de s’interroger sur les représentations selon la classe et la race. Cette incapacité à nommer le sujet qu’est la représentation de personnages non blancs/racisés (selon les termes choisis), crée des problèmes dans la délimitation de ce qu’engloberait la représentation : à un moment tout, à l’autre ce qui serait peu représenté, mais en faisant une distinction entre les stéréotypes de genre qui ne rentrerait pas dans la problématique des représentations.

Elle expose les travaux américains existants, l’infographie produite à partir des chiffres de la Cooperative Children’s Book Center School of Education, University of Wisconsin-Madison5, et annonce qu’il n’existe pas d’études quantitatives en France, pour l’instant. Elle cite l’article de Véronique Francis et Nathalie Thierry6 comme étant le seul article sur le sujet, je fais donc une petite pause bibliographique :

  • Barbosa, V. « L’image de l’enfant noir… dans les albums de littérature de jeunesse brésilienne », Revue de l’enfance et de l’adolescence, 2015/1 (n° 91), p. 203-216.
  • Francis, V. Barbosa, V. da Silva Jovino, I. Abramowicz, A. « Les représentations des corps noirs dans les albums illustrés pour la jeunesse », Cultural Express [en ligne], n°2, 2019, « Représentations et traductions du corps parlant dans la culture de jeunesse », Régine Atzenhoffer (dir.).
  • Francis, V. Ghelam, S. « Les représentations de l’enfant noir dans la littérature jeunesse : quelles évolutions ? ». Revue NVL n°229, 2021.
  • Ghelam, S. « Représentation de personnages enfantins non blancs dans les albums jeunesse publiés en France entre 2010 et 2020 ». Mémoire de sciences humaines et sociales, sous la direction de Delia Guijarro Arribas, Université de Paris-Nanterre, 2021.
  • Thiery, N. « D’ici et d’ailleurs, l’enfant noir dans les albums pour la jeunesse », L’altérité et l’identité à l’épreuve de la fluidité. L’Harmattan, 2018.

Il est vrai qu’il existe peu de travaux sur le sujet, autant mettre en avant ceux qui ont été produits.

Conclusion :

Alors que nous avons une sous-représentation de personnages non blancs et une hyper-représentation des dangers d’une soi-disant cancel culture7 il est crucial d’entendre les personnes à la fois concernées et expertes et de ne pas les invisibiliser, elleux ou leurs travaux.

A noter, comme cela a été discuté à l’occasion d’une séance du séminaire LPCM8 que ces événements ont une nature floue. En effet, que ce soit les Assises de la littérature jeunesse ou ce colloque, on nous présente ces événements comme étant des événements professionnels, tout en invitant tout de même des chercheureuses dont ce n’est pas le sujet de présenter la recherche en cours, voire ici des personnes qui ne sont pas chercheureuses. Quelque soit la nature ou le nom donné à une manifestation universitaire, reste au centre la démarche d’exposer le fruit de sa recherche et de ses réflexions sur un sujet donné9.

J’attends donc une journée où on ne dira pas qu’il est dangereux de parler de la race, une journée où on pourra en parler explicitement, sans détournements ou paraphrases, et où l’ensemble des chercheureuses travaillant sur ces sujets seront cité.es, et où ne s’exprimeront sur cette recherche que celleux qui la produisent.

Citer cet article : Sarah Ghelam, "Entre invisibilisation et surmédiatisation – Lire et faire lire", Genre de l'édition, publié le 25/03/2022, https://genreed.hypotheses.org/1136, consulté le 29/06/2022.
  1. Ghelam, S. “Qui a peur des wokes ? – Les 3e Assises de la littérature jeunesse”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/899 []
  2. “43e Congrès de la Société Française de Littérature Générale et Comparée – Les populations fictionnelles.” Université Sorbonne Nouvelle. http://www.univ-paris3.fr/43e-congres-de-la-societe-francaise-de-litterature-generale-et-comparee-les-populations-fictionnelles-714454.kjsp []
  3. “Colloque de Lire et faire lire 2021 : “Un peuple de lecteurs dans toute sa diversité”. Lire et faire lire.  https://www.lireetfairelire.org/content/colloque-de-lire-et-faire-lire-2021-un-peuple-de-lecteurs-dans-toute-sa-diversite-50428 []
  4. Thiery, Nathalie et Francis, Véronique. Figures et représentations de l’enfant noir dans les albums pour la jeunesse. Revue de recherches en éducation, n°55, 2015. []
  5. Huyck, D. and Park Dahlen, S. “Diversity in Children’s Books 2018”. https://readingspark.wordpress.com/2019/06/19/picture-this-diversity-in-childrens-books-2018-infographic/ []
  6. Thiery, N. Francis, V. « Figures et représentations de l’enfant noir dans les albums pour la jeunesse ». Spiral-E. Revue de recherches en éducation, supplément électronique au n°55, 2015. Supplément au n° 55 : Supports et pratiques d’enseignement : quels risques d’inégalités ? pp. 39-57. []
  7. Lire à ce sujet : Fassin, É. « Politiques de la (non-) représentation ». Sociétés & Représentations, 2018/1 (N° 45), p. 9-27. []
  8. Ghelam, S. “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/1177 []
  9. Thierry, J-B. “Un colloque, qu’est-ce que c’est ?”. Carnet de recherches d’un MCF de Droit privé. https://sinelege.hypotheses.org/4232 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.