Catégories
Billets

De la sororité

“Quelle est la violence symbolique, et en particulier épistémologique dans nos pratiques de recherche – que moi j’inflige dans ma pratique de recherche et/ou dont je fais l’objet en tant que positionnée dans un système, un dispositif où mon expérience n’importe pas ? 

Quelle est la position de domination que moi j’exerce sur quelqu’un d’autre et comment je me déprotège pour être un.e vrai.e allié.e et pour me laisser affecter par une autre perspective que la mienne, un autre vécu, et donc peut-être me déplacer ailleurs, me laisser transformer par la même occasion, et en tout cas pour ne pas rester avec une position et des points aveugles, des œillères.”

Mélodie Faury. Vers une réalité élargie. Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-relier. Editions science et bien commun. Injustices épistémiques, A paraître. ⟨halshs-02941023v2⟩

Il y a exactement 3 mois, je concluais un article avec cette citation de Mélodie Faury1. Il s’agissait d’un article, un premier, pour expliciter la position des Jaseuses : “Depuis un an et demi, le collectif des Jaseuses explore des manières novatrices, militantes et bienveillantes de faire de la recherche. Nous travaillons à constituer un réseau de chercheur·ses féministes, issu·es de domaines variés2”.

En tout, je serai restée plus d’un an dans ce collectif, au point d’en parler à la première personne du pluriel, au point de vouloir m’investir dans sa constitution.

Ce qui est apparu pendant nos discussions, c’est que même en veillant à une certaine horizontalité et en se voulant inclusif.ves, nous ne pouvions tenir l’approche féministe intersectionnelle que nous désirions avoir sans la réalisation que nous étions nous-mêmes toustes potentiellement dominant.es dans certaines situations. Il est apparu crucial, pour être plus inclusif.ves, d’apprendre à l’être. 

Réflexivité et violences symboliques – Sarah Ghelam

Après la lecture d’un article avec des biais racistes3

importants, j’ai contacté une Jaseuse pour comprendre. Ok, une sororité politique, mais comment ? Vous avez mis quoi en place ? Et moi je peux faire quoi quand je lis ça, un article écrit par une membre du collectif qui est en incohérence avec les valeurs affichées du collectif  ?

Il est apparu que tout était encore à faire, mais que tout le monde était conscient d’être en majorité blanche, d’avoir des biais et que tout le monde était prêt à se remettre en question et à faire le travail.

J’ai rédigé cet article, j’ai amorcé un travail de charte, j’ai prévenu les membres du travail en cours. 

Et aujourd’hui je ne suis plus membre de ce collectif.

Ce que j’ai retiré de cette expérience – personnellement – c’est qu’il était impossible d’imposer à quelqu’un qui s’y refusait d’affronter ses propres dissonances et de trahir ses privilèges – et ses sœurs priviligiées4.

Dans le même temps, je passais mes semaines à former de jeunes volontaires très peu politisés à l’égalité filles-garçons5. Il m’est apparu – de façon fort naïve et évidente – qu’il m’était plus profitable – et qu’il était plus efficace – de proposer des outils et des ressources à celleux qui voulaient entamer un travail de réflexivité, plutôt que de l’imposer à celleux qui n’en ont ni l’intérêt ni l’envie.

Mon but n’était pas d’obtenir une justice personnelle mais de créer un espace qui permettrait à des jeunes chercheuses racisées de travailler en collectif en pouvant adresser les violences subies. 

Cet échec m’a poussée à me rendre compte de ma propre position, dans ce collectif mais pas que : celle de catalyseur.6 Par ma seule présence, je déclenche des réactions. 

Dans des espaces où je suis en présence de personnes qui ne subissent pas les mêmes oppressions que moi, ma simple présence provoque des réactions. Que je me contente d’exister, que je travaille dans mon genre et dans ma race, ou que je confronte les dissonances de mes collègues, le résultat est le même : je provoque des réactions que je ne contrôle pas. 

Au même moment, un.e auteurice recevait des critiques sur son livre. Je ne reviendrai pas sur ce qui n’allait pas dans le roman – d’autres l’ont fait. Mais je trouvais intéressant de remarquer que la situation était similaire : une personne ayant un privilège blanc refusait d’entendre les critiques et estimait que le problème était les personnes qui s’exprimaient – qui provoquaient une réaction. 

Ma conclusion était la suivante :

Autrement dit, la sororité sans cohérence pratique n’est qu’un girls’ club bien marketé. Et face à une incohérence pratique, on ne peut qu’être dissidente éthique.7

A défaut de pouvoir construire un espace où des personnes racisées pourraient partager leurs recherches – peut-être un jour ? – j’aimerais sur ce carnet embrasser ma position de personne racisée, de déclencheuse de réaction, en sachant que quelles que soient mes actions, je subirai forcément un processus de racisation. Alors autant se donner le droit de s’exprimer. 

J’espère ici rendre accessible des outils sur la représentation en littérature jeunesse8 pour toutes personnes, chercheuses, professionnelles du livre, ou curieuses qui aimeraient se renseigner sur la question. J’aimerais non pas simplement valoriser ma propre recherche mais soutenir et valoriser la recherche des personnes marginalisées.

Merci à Delphine, Ida et Salomé pour la relecture. 

Citer cet article : Sarah Ghelam, "De la sororité", Genre de l'édition, publié le 07/04/2021, https://genreed.hypotheses.org/120, consulté le 01/12/2022.
  1. https://lesjaseuses.hypotheses.org/1957) []
  2. https://lesjaseuses.hypotheses.org/1758 []
  3. 2.4.5. La posture de l’allié-e dans la recherche pose également des questions relatives à la position d’énonciation. Il ne s’agit pas ici de dire que les oppresseurs ne peuvent pas traiter tel ou tel sujet de recherche qui ont trait aux opprimé-e-s. Mais il s’agit plutôt de prendre en compte la positionnalité sociale à partir de laquelle le chercheur ou la chercheuse effectue sa recherche. En effet, le fait de ne pas prendre en compte cette positionnalité peut conduire à des biais faute d’une réflexivité critique de l’allié-e sur son objet.

    2.4.6. Le fait de faire une carrière académique sur la vie des personnes socialement opprimées pose également des questions éthiques. Ces questions se posent en particulier quand des personnes appartenant à ces groupes socialement opprimés qui effectuent une recherche sur le sujet ne trouvent pas de postes académiques, mais qu’une personne socialement privilégiée trouve un poste académique en relation avec ces sujets.

    Pereira, I., Pédagogie des allié-es. []

  4. Pour être un.e bon.ne allié.e : http://www.lallab.org/11-conseils-pour-etre-un-e-bon-ne-allie-e/ []
  5. https://genreed.hypotheses.org/49 []
  6. Catalyseur : agent de la catalyse.

    Catalyse : Modification de la vitesse d’une réaction chimique sous l’influence d’une substance capable, par sa seule présence, de déclencher cette réaction sans subir elle-même d’altération finale. Tlfi

    Merci à Marine de m’avoir trouvé ce mot. []

  7. 2.5.2.3. Il arrive que le faux allié fasse semblant qu’il a compris et qu’il prend en compte les critiques. Mais, il est possible de voir la différence par le fait que le faux allié change son discours, mais non pas ses pratiques. Le faux allié se caractérise par son incohérence pratique. Pereira, I., Pédagogie des allié-es. []
  8. https://genreed.hypotheses.org/ressources 

    https://genreed.hypotheses.org/bibliographie-indicative []


Une réponse sur « De la sororité »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search