Catégories
Articles

bell hooks

Quand j’ai appris le décès de bell hooks1, j’ai à peine eu le temps d’entendre la nouvelle que j’ai été submergée par les réactions des autres. J’ai vu des personnes afroféministes se retrouver pour pouvoir vivre leur deuil ensemble. J’ai vu des féministes blanches partager des citations qui les auraient inspirées, ces mêmes féministes blanches que bell hooks critiquaient pourtant ouvertement. Il m’a fallu du temps pour trouver ma place. Je suis ni blanche, ni noire. Ma pensée féministe a profondément été marquée par les écrits de bell hooks, et je me retrouve dans certains aspects de ce qu’elle dénonce, même si je ne vis pas le même, moi aussi je vis une forme de racisme.

Quelques mois après, après sa mort, après les hommages et les utilisations, j’ai décidé de parler de bell hooks en partant de ce que je connais le mieux : la littérature jeunesse.

Un rayon blanc

J’ai commencé à travailler en librairie alors que j’étais à peine majeure, et je me suis très vite confrontée au manque de représentations dans les albums jeunesse. Dès ma première semaine on m’a demandé si je n’avais pas un album sur les cheveux crépus. Je n’en connaissais aucun. Et malgré toutes mes recherches je n’ai pu trouver que des livres auto-édités, à l’exception d’un seul album publié en maison d’édition traditionnelle, mais plus commercialisé. Il s’agissait de Frisettes en fête de bell hooks. Il m’aura fallu sa mort pour me décider à trouver un exemplaire. J’ai également découvert que bien qu’il s’agisse du seul album traduit en France, bell hooks, comme de nombreuses militantes, a écrit de nombreux livres adressés à la jeunesse.

Alors pour toustes celleux qui n’ont pas encore lu bell hooks, ou qui ne sont pas encore en âge d’être consolé.e et inspiré.e par ses essais, voici ses albums jeunesse.

Happy to be Nappy

Dans cet album, bell hooks montre toute la diversité des coiffures possibles sur des cheveux crépus, mais aussi toutes les pratiques autour d’eux : les jeux, les moments où on se fait coiffer, etc. Si l’on considère cet album comme un potentiel outil d’apprentissage des normes, on y voit un rapport aux cheveux positif (littéralement, Happy to be nappy hair !), où le fait d’aimer ses cheveux crépus n’est pas une subversion des normes racistes, mais une évidence, une fête.

En écoutant cette lecture, j’ai tout de suite fait le lien avec Comme un million de papillons noirs de Laura Nsafou2. En effet, pendant sa lecture, Ms. K. Alexander demande aux enfants s’ils trouvent leurs coiffures sur la page (1:42), comme de nombreuses lectrices de Laura l’ont fait avec son album.

L’album a reçu de nombreuses critiques avant même de trouver sa maison d’édition, trop communautaire, trop démonstratif, etc. Bien qu’il existe très peu de travaux sur la race en France, on peut se référer aux travaux de Bernard Lahire3 (entre autres) concernant les pratiques de lecture selon la classe. Il s’agit, selon lui, non pas de considérer qu’il y aurait des lectures populaires en soi, mais des appropriations de ces textes selon la classe sociale. Dans son article sur les modes d’appropriation des textes4, il expose que les dispositions théoriques, esthétiques et politiques s’opposeraient aux dispositions éthico-pratiques et pragmatiques des hommes et des femmes issu.es de milieux populaires. Le choix de lectures et le rapport aux textes seraient donc différents selon la classe, et, pour les lecteurices issu.es de milieux populaires, se caractériseraient par un désir d’identification, de participation.

Il ne s’agit pas ici de faire un raccourci entre la race et la classe. Mais, en attendant d’avoir des données similaires sur les appropriations des textes selon l’identité sociale de race, les conclusions de Bernard Lahire sur les appropriations des textes selon la classe sociale nous permet déjà d’établir qu’il n’existe pas de lecture neutre et que les modes d’appropriations dépendent bien de nos positions sociales.

Ceci dit, il n’y a rien qui démontre pour l’instant une différenciation des pratiques de lecture chez les jeunes enfants selon la classe. Dans sa thèse consacrée à la lecture partagée entre jeunes enfants et adultes5, Sophie Ignacchiti décide d’aller plus loin que le concept d’appropriation, trop limité à son sens, et explore plusieurs axes : la lecture comme activité cognitive, comme construction du sens, comme nourriture psychique, comme interprétation du monde, comme compréhension de soi.

Cette petite fille qui montre une double page avec des coiffures sur cheveux crépus ne fait pas preuve de plus de communautarisme qu’un enfant blanc qui pointerait du doigt un personnage enfantin lui ressemblant d’une façon ou d’une autre. Il s’agit dans tous les cas d’une lecture permettant une meilleure compréhension de soi.

Skin Again

J’avais peur avant d’entendre la lecture de celui-ci, tellement habituée que je suis aux discours égalitaires français, où la couleur ne se dit pas, ne se voit pas, n’existe pas. Mais ici, il ne s’agit pas d’un universalisme républicain. Dans l’illustration déjà, l’enfant blanc et l’enfant non blanc (ici clairement noir) sont au même plan, en symétrie. Il ne s’agit pas pour l’enfant blanc d’accepter (ou non) l’enfant qui est différent de lui. Il s’agit d’un monologue sur le rapport qu’a un enfant à la couleur de sa peau. Skin again, est une répétition qui est présente tout au long de l’album, montrant non pas que les couleurs n’existent pas, mais que l’identification de la couleur de peau de quelqu’un ne suffit pas à le connaître, ne justifie pas une assignation à une identité raciale. Il s’agit d’un appel à l’universalité, à le droit d’exister sans être défini seulement par sa couleur de peau, d’être connu pour tout ce qu’on est, et non pas à être simplement accepté voire toléré en passant outre notre couleur de peau.

Homemade Love

Homemade Love est un récit somme toute classique du monde de l’enfant : le rapport aux parents, les bêtises, le coucher. Mais, même aujourd’hui, voir une petite fille noire être aimée, se sentir en sécurité, sans être utilisée pour illustrer un discours d’acceptation, sans qu’il soit question de violences est une révolution en soi.

Be Boy Buzz

L’album se finit sur une phrase puissante : In love with being a boy (Amoureux avec le fait d’être un garçon). Dans la construction hétéronormée et patriarcale de l’identité sociale du garçon, le fait même d’avoir des sentiments n’est pas facilement admis. L’album commence par des comportements correspondant aux normes stéréotypées : être beau et fort. Mais très vite, le garçon rit, pleure, raconte son histoire, demande des câlins. Il est présenté comme ayant un esprit doux, pensant et rêvant. Un garçon prêt pour voir et jouer dans le monde qui l’attend.

Dans cet album, bell hooks réussit à mettre en place une représentation d’un garçon noir sensible et intelligent subversive sans pour autant montrer les discours qu’elle déconstruit. Parce que les hommes noirs, les garçons noirs ici, même s’ils ne sont pas à l’intersection de deux oppressions (le sexisme et le racisme), sont à l’intersection de plusieurs identités sociales créant des violences propres au fait qu’ils soient des garçons noirs.

Grump Groan Growl

Dans ce dernier album, la mauvaise humeur du personnage enfantin est personnifiée par un lion que le garçon finit par apprivoiser. Cet album, s’il était traduit et publié en France, pourrait faire partie de ces albums “Petits et grands bobos”. Il s’agit du rayon où sont rangés tous les livres qu’on peut conseiller aux parents à la recherche de livres pour accompagner l’enfant quand * insérez situation et/ou grand événement de la vie de l’enfant *. Ils sont généralement mal vus par certain.es éditeurices qui considèrent la littérature jeunesse comme étant de la littérature avant tout et se refusent à publier ce genre d’ouvrages. Pourtant, derrière son apparente simplicité se cache un message fort et un livre important. Juste après sa lecture, la maman explique comment elle utilise ce livre pour tenter de briser les traumatismes intergénérationnels, et pour faire en sorte que ses enfant soient capable d’accepter et de ressentir pleinement leurs émotions, toutes leurs émotions.

Conclusion

Il y a un peu plus d’un mois, j’ai écrit un article sur les albums de la collection “Du côté des filles6 ” en revenant sur le parcours de l’éditrice, autrice et militante Adela Turin. Ces albums ne sont pas simplement des albums qui ont des représentations différentes. On peut y lire très clairement les messages et revendications des féministes qui les ont écrits. Les albums de bell hooks ne sont pas aussi directs, ils influent ce qu’elle porte, et donnent aux enfants qui la liront de quoi grandir en étant heureux et fiers.

May she rest in power.

Citer cet article : Sarah Ghelam, "bell hooks", Genre de l'édition, publié le 22/03/2022, https://genreed.hypotheses.org/1295, consulté le 08/08/2022.
  1. “L’autrice afroféministe américaine bell hooks est morte à 69 ans”. Libération. https://www.liberation.fr/culture/livres/lautrice-afrofeministe-americaine-bell-hooks-est-morte-a-69-ans-20211215_A7IQ4J5Y4FD2JBLJ6KVJCSA2RM/ []
  2. Nsafou, L. Brun, B. Comme un million de papillons noirs. Cambourakis, 2018. []
  3. Lahire, B. « Lectures Populaires : Les Modes D’appropriation Des Textes.» Revue Française De Pédagogie, 104, 1993. []
  4. Lahire, B. ibid []
  5. Ignacchiti, S. “Les rencontres du jeune enfant avec le livre : entre exploration de l’objet et lecture partagée : rôle des interactions adulte-enfant, du statut du livre et de l’ajustement parental.”
    Psychologie. Université de Lyon, 2016. []
  6. Ghelam, S. “Dalla Parte Delle Bambine – Du côté des filles – A favor de las niñas”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/977 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search