Catégories
Actualité

Lire au féminin : de l’assignation à l’émancipation

Chaque année, la BnF organise une journée d’étude en partenariat avec le master d’édition de l’université Paris-Nanterre – cette année il s’agissait aussi de mes toutes dernières heures de masterante.

Obligatoire pour la validation de mon semestre, cette journée m’aura permis de revoir des thématiques abordées dans mon mémoire de première année : l’énonciation éditoriale des maisons d’édition jeunesse féministes.

Après la présentation de la journée par Cécile Rabot, directrice du master, et de Marie de Laubier, directrice des collections de la BnF, Gérard Mauger inaugure la journée. Il reprend pour nous son étude de 1998 sur les différents types de lectures (divertissement, didactique, salut et esthète)1 . A la question qui a donné son titre à sa communication, “Pourquoi les femmes lisent-elles plus de roman ?”, il avance qu’il s’agirait du fait de pratiques de lectures différentes. Nos pratiques différeraient selon le genre, la classe sociale, le capital culturel et social (Gérard Mauger parle de triple homologie entre division du travail, division scolaire et division sexuelle2 ). Les “lecture des femmes” plutôt que des genres éditoriaux précis, seraient des lectures de divertissement, usage majoritairement féminin.

Christine Détrez suit avec sa communication “Devenir lectrice : construction des goûts et des identités à l’adolescence.” où elle reprend la catégorisation genrée développée par Françoise Héritier3 pour expliquer la construction des goûts de lecture “féminins”. Comme l’explique Françoise Héritier, il y aurait un bicatégorisation genrée de toutes choses, elles-mêmes hiérarchisées avec des valences différentes selon qu’elles sont identifiées comme féminines ou masculines. A quelques exceptions statistiques, les adolescent.es respecteraient les genres de leur genre.4

Dans la table-ronde modérée par Christine Détrez “Lire la romance, est-ce vraiment lire ? De l’espace à soi à la communauté.”, Magali Bigey et Séverine Olivier abordent plus précisément le genre de la romance, genre féminin par excellence.

Une seconde table-ronde aborde les genres de la bande-dessinée et de la science-fiction, modérée par Cécile Rabot avec Elodie Hommel et Christophe Evans.

La journée se clôture avec l’intervention de Viviane Albenga, maîtresse de conférence en sociologie dans l’IUT de Bordeaux Montaigne : “De l’identification aux autrices à la transgression des normes, la lecture comme voie d’émancipation ?” Elle y reprend son étude5 sur l’émancipation par la lecture. Elle rejoint Gérard Mauger sur l’utilisation de la lecture comme échappatoire pour les lectrices et se pose la question d’une éventuelle émancipation politique (une lecture de salut donc). Ce qui ressort de son étude, c’est que l’émancipation trouvée par la lecture peut tout à fait être normative. Se retrouver dans des récits individuels ne permettant pas forcément de sortir de normes genrées et sociales. Mais ces lectures, sans forcément permettre à des lectrices de s’affranchir de leurs positions sociales, permettent une certaine mobilité : sociale, amoureuse voire spatiale.

Durant mes deux années de master, nous étions six à travailler sur la lecture, l’édition ou la librairie à travers le prisme du genre. La tenue de ce colloque ne fait que confirmer l’importance de ces discussions et de ces travaux universitaires.

Citer cet article : Sarah Ghelam, "Lire au féminin : de l’assignation à l’émancipation", Genre de l'édition, publié le 07/04/2021, https://genreed.hypotheses.org/138, consulté le 29/06/2022.
  1. Mauger Gérard, Poliak Claude. Les usages sociaux de la lecture. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 123, juin 1998. Genèse de la croyance littéraire. pp. 3-24. www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1998_num_123_1_3252 []
  2. Mauger, Gérard. “Lire au féminin, lire au masculin”. Lecture Jeune, n°120, 2006. http://www.lecturejeunesse.org/articles/lire-au-feminin-lire-au-masculin-par-gerard-mauger/#:~:text=G%C3%A9rard%20Mauger%20se%20livre%20%C3%A0,hommes%20et%20pr%C3%A9f%C3%A8rent%20la%20fiction. []
  3. F. Héritier, Masculin/Féminin : La pensée de la différence, Odile Jacob, 1996. []
  4. Voir : Détrez Christine, Renard Fanny, « « Avoir bon genre ? » : les lectures à l’adolescence », Le français aujourd’hui, 2008/4 (n° 163), p. 17-27. https://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2008-4-page-17.htm []
  5. Viviane Albenga, S’émanciper par la lecture. Genre, classe et usages sociaux des livres, préface de Christine Détrez, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2017, 176 p. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.