Catégories
Activités

Femmes sauvages, Amazones et femmes viriles : quelles évolutions de la littérature médiévale à l’imaginaire contemporain ?

J’ai le plaisir de pouvoir annoncer ma participation au colloque “Femmes sauvages, Amazones et femmes viriles : quelles évolutions de la littérature médiévale à l’imaginaire contemporain ?” organisé par Elise d’Inca (Université Clermont Auvergne – CELIS) et Florie Maurin (Université Clermont Auvergne – CELIS).

Vous pouvez retrouver le programme ici.

Je m’intéresserai pour ma part à la figure de la fille sauvage comme figure potentiellement subversive de l’album jeunesse.

La fille sauvage est-elle une figure subversive de l’album jeunesse ?

Alors qu’on a pu constater une surreprésentation de personnages masculins dans les albums illustrés de fiction (Brugeilles, Cromer, Cromer ; 2002), on ne fait que commencer l’étude des albums, qui, au contraire, pourraient faire preuve de subversion. Pour Giulia Zanfabro, il existe trois stratégies pour questionner les normes genrées en littérature jeunesse, stratégies qu’on retrouve dans votre appel d’ailleurs, la subversion, l’attribution d’agentivité et la représentation de désirs non-normatifs. On retrouve assez facilement des personnages féminins qui, par leurs comportements, leurs choix, leur apparence, subvertissent les normes genrées, on retrouve également plusieurs albums où les personnages éprouvent des désirs non-normatifs (homosexualité, homoparentalité, transition de genre, etc), pour autant, contrairement à la littérature adolescente, il semblerait qu’il n’y aurait pas réellement de personnages se voyant attribuer d’agentivité. Sans symboliser à elles-seules un désir de révolution et de renversement de la société, j’ai tout de même pu retrouver plusieurs figures de filles sauvages proposant à ces princesses une autre façon de vivre et d’exister.

Dans Hilda et la sorcière, la sorcière pousse Hilda à complètement déconstruire ses projets de vie, en lui montrant une autre manière de s’échapper, non pas en étant sauvée par un prince pour pouvoir rejoindre la société normée, mais en choisissant de rester dans les marges. Dans Jamèdlavie, la princesse choisit volontairement de vivre avec la sorcière. Et la petite Sauvage, elle, n’arrive jamais réellement à vivre parmi les humains civilisés, malgré leurs plus grands efforts.

En plaçant mes recherches dans la continuité de celles qui ont mises en lumière la différenciation genrée des représentations en littérature jeunesse, j’aimerais interroger ce que ces figures de filles sauvages permettent au sein d’un genre où les personnages féminins semblent pouvoir subvertir la norme sans jamais incarner un réel espoir de révolution. Contre-exemples, chemins pour sortir de l’hétéronormativité ou agents de spunkification1, quels modèles pourraient-être les figures de filles sauvages pour les enfants-lecteurs d’aujourd’hui ?

Citer cet article : Sarah Ghelam, "Femmes sauvages, Amazones et femmes viriles : quelles évolutions de la littérature médiévale à l’imaginaire contemporain ?", Genre de l'édition, publié le 21/03/2022, https://genreed.hypotheses.org/1470, consulté le 08/08/2022.
Corpus :

Hughes, E. Sauvage. Casterman, 2016.

Rust, E. Hilda et la sorcière. Cambourakis, 2019.

Turin, A. Galli, L. Jamèdlavie. Editions des femmes, 1977.

Bibliographie :

Boulaire, C. « La littérature en album est-elle (encore) subversive ? ». Modernités n°28, 2008.

Brugeilles, C. Cromer, I. Cromer, S. « Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés ou. Comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre », Population, 2002/2 (Vol. 57), p. 261-292. 

Cromer, S. & Turin, A. (1998).  « Que racontent les albums illustrés aux enfants ? Ou comment présente-t-on les rapports hommes-femmes aux plus jeunes ? » Recherches féministes, 11(1), 223–230.

Ghelam, S. « Les albums qui questionnent les normes genrées ». Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/1105

Zanfabro, G. « Gender Matters: What Is at Stake in Dealing with Children’s Literature? », TRANS [Online], | 2017, Online since 02 March 2017, connection on 06 April 2017. http://trans.revues.org/1440.

  1. Spunkification vient du mot « spunk » mot inventé par le personnage de littérature jeunesse Fifi Brindacier dans Fifi à Courircoura (Lindgren, Fifi à Couricoura. Le Livre de poche jeunesse, Paris, 2017.) []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search