Catégories
Lectures

Inclusi(.f.v.e.s). Le monde du livre et de l’écrit : quelles diversités ?

J’ai vu passer sur twitter l’annonce de la sortie du dernier numéro de la revue Bibliodiversité1 édité par l’Alliance internationale des éditeurs indépendants2.

Si on regarde le sommaire, on a quatre parties : “Femme et genre”, “Autochtones”, “LGBTQ+” et “Groupes sociaux-économiques exclus”. Aucune mention de race, ni même d’identité sociale de race, ou de diversité ethnique ou mélanique. En tout cas, pas à première vue, en dehors de la partie “Autochtones” exclusivement québécoise, dédiée aux Premières Nations.

Mais qu’en est-il de cette dernière partie ? Que se cache-t-il derrière la terminologie “groupes sociaux-économiques exclus” ? On peut supposer qu’il ne s’agit ni des femmes, ni des personnes autochtones, ni des personnes LGBTQ+, qui peuvent pourtant tous être considérés comme des groupes sociaux-économiques exclus.

Recension des obstacles

Dans son introduction, l’éditeur Étienne Galliand, membre du comité éditorial de la revue, commence par nous donner quelques éléments de définitions autour de l’inclusion, notamment la définition qu’en fait l’UQAM :

L’inclusion se rapporte à la création d’un environnement où tous les gens sont respectés de manière équitable et ont accès aux mêmes possibilités. À l’échelle de l’organisation, l’inclusion exige qu’on recense et supprime les obstacles (physiques ou procéduraux, visibles ou invisibles, intentionnels ou non intentionnels) qui nuisent à la participation et à la contribution des personnes. Elle exige également une affirmation des valeurs et des principes d’équité, de justice et de respect en se montrant ouverts à différentes opinions et perspectives, en acquérant une compréhension des autres cultures, expériences et communautés et en faisant un effort conscient pour être accueillants, serviables et respectueux de tous

« Pour une université inclusive ». UQUAM. https://edi.uqam.ca/lexique/inclusion/

Il poursuit par une présentation et une justification des différents angles d’approche choisis pour ce numéro. A propos de la partie ” Groupes sociaux-économiques exclus”, il dit :

Parfois ce sont des groupes entiers qui semblent absents du monde du livre et de l’écrit : les ouvriers et ouvrières, les personnes les plus défavorisées et/ou migrantes, voire les personnes issues de l’immigration, etc. Il fallait donc aussi proposer un angle d’approche du sujet de l’inclusion basé sur une entrée socio-économique.

Galliand, E. “Les sens de l’inclusion. Pourquoi le monde du livre et de l’écrit doit se diversifier”. Bibliodiversité n°5, 2022, p. 19.

D’accord, il s’agit donc de parler de classe et de race, sans utiliser les concepts de classe ou de race. Parce qu’en soi, la discrimination que je subie n’est pas directement et uniquement liée à des raisons socio-économiques. Je ne subis pas du racisme parce que mes grand-parents sont algériens, mais en raison de l’identité sociale raciale qui m’est attribuée, et ce, sans qu’on ait connaissance ni de ma nationalité, ni des parcours migratoires de mes grand-parents. Je suis exclue, discriminée, uniquement sur la base de la perception que les personnes blanches ont de moi. Alors pourquoi avoir choisi d’aborder l’inclusion de “groupes sociaux-économiques exclus” sans parler explicitement ni de race, ni de classe ? Qu’en est-il dans les articles regroupés dans cette partie ?

Ceux d’en bas

Dans “Les Éditions d’en bas et les voix d’ailleurs”, Jean Richard revient sur l’histoire de la maison qui a eu pour volonté de donner la parole à celles et ceux « d’en bas3 ». A qui se réfère-t-il ? Aux immigrés italiens et espagnols touchés par le chômage à la fin des années 1970, aux personnes incarcérées, à la population Roms sur qui des travaux d’historiens auront été publiés par la maison. Ces populations auront donc été les objets de travaux visant à déconstruire, voire à dénoncer les processus de paupérisation, de marginalisation, de précarisation, d’invisibilisation, d’enfermement et d’exploitation qui frappent des populations entières, qui affectent des femmes et des hommes dans leur corps et leur esprit4. Quid de la volonté de donner la parole à celles et ceux « d’en bas5 » ? La maison publie, à côté de ces travaux d’historiens, des témoignages, des récits de vie, des journaux intimes mais aussi des romans « sociaux » ou populaires5, écrits par ceux « d’en bas ».

Il conclut en positionnant les Éditions d’en bas, comme une maison attentive aux processus déstructurant à l’œuvre dans nos sociétés et dans nos vies quotidiennes, et qui reste convaincue que les livres, ces œuvres de l’esprit, mobilisent et diffusent la puissance créatrice et généreuse des luttes minoritaires comme levier des transformations politiques, économiques, sociales et individuelles6 . Une maison d’édition indépendante et engagée donc, au cœur de luttes sociales qui lui sont contemporaines, qui choisit à la fois de produire des travaux avec une approche historiographique qui va à l’encontre des normes sur ceux « d’en bas », mais aussi des textes écrits par elleux-mêmes. Contrairement à l’article des éditrices des éditions blast7, on peut regretter le manque de réflexivité de l’auteur de cet article. De fait, écrire sur, et donner la parole à ceux qui n’ont pas d’habitude accès aux outils de la production culturelle et au capital symbolique que cela octroie8 ne peut que créer des relations hiérarchisées entre ceux qui donnent et ceux qui reçoivent – seulement un de ces deux groupes venant « d’en bas » comme le mettent en avant les éditeurices de la maison espagnole La Oveja Roja9.

Se limiter à inclure des sujets considérés comme subalternes dans le champ littéraire, uniquement du point de vue de sa faible représentativité sociale, risque de laisser intact l’ensemble des dispositifs qui sont à l’origine de cette ségrégation. De tels dispositifs relèvent évidemment de l’ensemble de la société, mais ils se déclinent plus spécifiquement sur le terrain de la production culturelle, a minima comme lignes de démarcation de la production (entre autres : la reconnaissance de légitimité pour pouvoir écrire, la maîtrise des moyens de production de l’écrit, une certaine familiarité avec les structures de production…) et de la consommation (par exemple : formes canoniques du jugement de goût, lieux de consécration littéraire ou éditoriale, accès aux réseaux internationaux, sensibilité qui épouse les communautés de lecture dominantes…). Inclure pourrait impliquer de valider toutes ces délimitations de la production de textes et de sa consommation, sans presque s’en rendre compte.

Serrano, A. Fernández, A. “Au-delà de l’écriture inclusive”. Bibliodiversité n°5, pp. 212

Là où les éditeurices des Editions d’en bas publient des textes sur des personnes subalternes, et ne leur donnent la parole que dans des genres moins légitimes, les éditeurices de La Oveja Roja pensent et déconstruisent leurs pratiques pour éviter de perpétuer ces délimitations. Quant aux éditrices queers, féministes, (et racisée pour l’une), il s’agit pour elles d’avancer collectivement dans le paysage éditorial pour déconstruire l’accès à l’édition et de questionner l’homogénéité
du paysage livresque dans les structures mainstream
10 .

Il ne s’agit pas de leur « rendre » la parole, il s’agit d’élaborer ensemble en les écoutant.

Derrien, S. Neggad, K. opcit., p. 235.

Du tabou ethnique

Dans cet article qui reprend le titre du numéro “Every Story Matters : rendre les livres plus inclusifs”, Yannick Geens nous présente l’initiative Every Story Matters11, dont il fait partie via l’organisme Flanders Literature12. Il s’agit d’une initiative européenne, avec plusieurs partenaires (Portugal13, Allemagne et Syrie14, Slovénie15, Croatie16, et Pays-Bas17. Il nous explique que :

Le programme Every Story Matters vise à aider les acteurs du monde du livre à inclure une plus grande diversité dans les histoires proposées aux enfants au sein des ouvrages jeunesse. Pour cela, une plateforme permettant la capitalisation des bonnes pratiques et l’échange d’expérience a été mise en place, ainsi qu’un programme de formation.

Geens, Y. ” Every Story Matters : rendre les livres plus inclusifs “. Bibliodiversité n°5, 2022, p. 238.

Avant de rentrer dans le détail de leurs actions, il revient sur quelques chiffres clefs. Les premiers, qu’il attribue à la chercheuse Sarah Park Dalen, viennent en réalité de la Cooperative Children’s Book Center School of Education, University of Wisconsin-Madison18, l’infographie en question quant à elle a bien été conçue par elle et l’illustrateur David Huyck.

Il cite également le rapport du Centre for Literacy in Primary Education19. On peut regretter que des chiffres européens ne soient pas cités, mais faudrait-il encore qu’ils existent, donc qu’on ait les moyens de les produire20.

Il a fait le choix, comme je l’ai fait pour mon mémoire21, de parler de personnages blancs et non blancs. Effectivement, là où les chercheureuses américain.es et anglo-saxon.nes peuvent se reposer à la fois sur la nomenclature officielle, mais aussi sur les travaux existants issus notamment des cultural studies, nous nous retrouvons à devoir bricoler à partir de ce qui semble à la fois pertinent scientifiquement, et recevable publiquement22

Il finit par présenter la représentation diversifiée en littérature jeunesse à la fois comme un intérêt social mais aussi économique, avant de lister tous les outils que leur programme met à disposition des entreprises pour atteindre ce but, du B to B (business to business pour celleux qui ne seraient pas à jour sur leurs termes marketing).

Un nom pas français

Le numéro se finit par deux articles allant ensemble, celui de Sophie Noël, sociologue et maîtresse de conférence dans les formations aux métiers du livre, et le témoignage de Justine Bouzid, ancienne étudiante de Sophie Noël – en effet, l’étudiante en question a mentionné dans sa biographie avoir effectué son master à Villetaneuse, aujourd’hui connu sous Université Sorbonne Paris Nord, mentionnée dans la biographie de Sophie Noël23. Toutes les deux, depuis leurs positions respectives, déplorent un manque de diversité dans les formations de métiers du livre. Sophie Noël, responsable du Master 1 « Édition Commercialisation du livre et Politiques éditoriales » et du Master 2 « Commercialisation du livre », met en avant le manque de diversité dans les parcours des candidat.es au master :

Nous avons reçu en 2021 plus de 200 dossiers de candidature pour le Master 1, un chiffre en constante augmentation depuis mon arrivée. La grande majorité des candidat·es sont issu·es de cursus en Lettres ou en IUT « Métiers du livre ». Beaucoup sont passé·es par des classes préparatoires aux grandes écoles (Hypokhâgne, Khâgne) et ont au moins une expérience dans le domaine du livre (stages dans l’édition ou la librairie). Il s’agit d’étudiant·es issu·es de l’enseignement général venu·es de toute la France, plusieurs de l’étranger (Italie, Brésil, Espagne…), avec de bons, voire très bons dossiers scolaires. Avec une capacité de 20 places par année, la sélection est donc drastique.

Noël, S. “Diversité dans les formations aux métiers du livre”. Bibliodiversité n°5, 2022, p. 247.

Elle continue en expliquant être attentive aux parcours atypiques (reprise d’étude, séjours à l’étranger, parcours scientifiques), mais que les prérequis de la formation produisent, de fait, une certaine uniformité. Sans avoir d’informations précises sur l’origine sociale de ses étudiant.es, elle suppose que la majorité est issue de familles des classes moyennes et supérieures et des professions dites intellectuelles.

Alors qu’elle commence son article par mettre en avant l’importance d’une diversité des expériences et des profils des personnes amenées à réaliser, promouvoir et conseiller les livres de demain, sous quelque format que ce soit, constitue une indéniable richesse.24, elle explique très bien qu’une certaine classe seulement aurait le capital culturel pour pouvoir intégrer ces formations, créant une uniformité.

Cela rejoint le témoignage de Justine, qui témoigne d’avoir souffert des inégalités de territoire. En effet, les personnes ne venant pas d’Ile-de-France étant discriminées par rapport aux franciliens, et les franciliens par rapport aux parisiens. Elle continue par expliquer que, concernant les inégalités sociales, elle a très rarement vu des personnes ayant un nom de famille autre que d’origine française dans un parcours « Métiers du livre25 » . C’est-à-dire ? Parce que si l’on parle de classe sociale, il existe certains marqueurs de classe dans les noms de famille, mais qui n’ont pas grand chose à voir avec “l’origine française” présupposée du nom. Peut-être essayait-elle d’exprimer, comme en a parlé Soazig Le Nevé dans Le Monde26, que les personnes portant des noms de familles maghrébins, par exemple, seraient discriminées ?

Je m’appelle Sarah Ghelam. Mon nom de famille est touareg, son orthographe a été choisie par l’Etat colonial français. Il est, comme moi, maghrébin, et français. Je m’appelle Sarah Ghelam et je fais partie de cette minorité de “personnes ayant un nom de famille autre que d’origine française” de cette formation qui est la licence Lettres Edition Media Audiovisuel proposée par Sorbonne Université, formation que nous avons suivie en même temps.

Je m’appelle Ida Barat. Le nom Barat, d’origine occitane, est relativement répandu et est tout à fait perçu comme français. Ida, en revanche, bien qu’il soit présent dans l’éphéméride, est extrêmement peu porté en France, si bien qu’il suscite systématiquement la curiosité. S’il est porté dans de très nombreux pays, pour ma part, il vient de Norvège, ma mère étant Norvégienne installée en France. Et pourtant, je sais pertinemment que quand on parle dans les journaux ou dans les discours politiques des “immigrés”, on ne parle pas d’elle. Quand on parle des “personnes issues de l’immigration”, on ne parle pas de moi non plus, pourtant ces catégories nous désignent objectivement. J’ai dans mon entourage plusieurs personnes racisées aux noms parfois “français”, parfois “étrangers”, qui ont des vécus qui n’ont rien à voir avec le mien, car je suis blanche, issue d’une immigration européenne. Je peux me permettre de mettre sur mon CV que je parle norvégien, j’ai même tout intérêt à le faire. En est-il de même de toutes les personnes arabophones issues de l’immigration ? J’ai même eu le privilège d’apprendre la langue de ma mère, alors que d’autres s’interdisaient de la transmettre à leurs enfants. La catégorie “noms non français” est totalement inopérante et arbitraire. Le discours sous-jacent de ce témoignage montre à quel point on a parfois besoin de “transfuges” pour légitimer des systèmes…

Après la discrimination géographique, elle nous explique avoir été découragée dans la poursuite d’études littéraires du fait de son bac scientifique, pour après se rendre compte avec un camarade que 80% des étudiant.es de son master avait un bac scientifique et non littéraire. En effet, le parcours commercialisation du livre n’est pas un parcours littéraire. Je ne rentrerai pas dans les détails ici, mais les masters métiers du livre ont des disciplines différentes : Sciences de l’information et Communication272829, Lettres30 et Sciences Humaines et Sociales31.

Après avoir témoigné des discriminations qu’elle a subies, elle nous explique que ce qui est flagrant, c’est que ceux qui appartiennent aux classes les plus pauvres, qui ne sont pas forcément Français, n’ont pas de goût pour la lecture. Dès leur plus jeune âge, ces enfants n’aiment pas forcément lire32 .

Je ne tenterai pas ici de décortiquer les amalgames et les biais racistes de ce témoignage. Je pointerai simplement que quelqu’un de concerné (ici par un parcours métiers du livre), n’est pas forcement expert pour autant. Il aurait mieux valu qu’une personne experte puisse vulgariser les travaux existants sur les pratiques de lecture selon la classe, plutôt que de laisser quelqu’un dont ce n’est pas le domaine d’expertise s’essayer à faire des hypothèses, notamment d’une place privilégiée et dominante. Quant à l’inclusion, malgré les discriminations que l’étudiante pense avoir subies, il est clair, selon les propres constats de son enseignante, qu’elle fait partie de la norme majoritaire, et non des personnes qui devraient être incluses. Les marges des formations des métiers du livre sont composées de personnes queers, racisées qui peinent à tenir jusqu’au bout de ces formations, pas des personnes blanches enfants de fonctionnaires.

Ce numéro aurait pu être l’occasion, justement, de participer à la critique des conditions d’accès aux métiers de l’édition, de questionner l’homogénéité de ces formations, ou au moins de construire une hétérotopie où nous aurions pu lire des voix marginales. A la place, j’ai pu y être décrite comme “ayant un nom de famille autre que d’origine française”.

Conclusion

L’éditeur, dès l’introduction, présente cette approche pluraliste comme limitée et imparfaite, puisque faite de choix. Mais, plus qu’un problème méthodologique, rassembler les problématiques de race et de classe dans une seule et même catégorie “Groupes sociaux-économiques exclus” à côté des catégories “Femme et genre”, “Autochtones” et “LGBTQ+” montre à la fois la récalcitrance à parler ouvertement de classe et surtout de race, mais aussi l’ensemble des angles morts de ce numéro sur ces mêmes questions. Peut-être qu’il serait pertinent de réessayer, avec un numéro dédié aux questions de race cette fois ?

Merci à Ida Barat pour sa relecture.



Citer ce billet
Sarah Ghelam (2022, 4 mars). Inclusi(.f.v.e.s). Le monde du livre et de l’écrit : quelles diversités ? Genre de l'édition. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz2v

  1. “Inclusi(.f.v.e.s). Le monde du livre et de l’écrit : quelles diversités ?”. Alliance internationale des éditeurs indépendants. https://boutique.alliance-editeurs.org/fr/11-revue-bibliodiversite []
  2. Alliance internationale des éditeurs indépendants. https://www.alliance-editeurs.org/-presentation-et-orientations,173- []
  3. Richard, J. “Les Éditions d’en bas et les voix d’ailleurs”. Bibliodiversité n°5, 2022, p. 216. []
  4. Richard, J. ibid, p. 220. []
  5. Richard, J. ibid, p. 216. [] []
  6. Richard, J. ibid, p. 226. []
  7. Derrien, S. Neggad, K. “Pour une édition située”. Bibliodiversité n°5, pp. 230-237. []
  8. Richard, J. ibid, p. 216. []
  9. Serrano, A. Fernández, A. “Au-delà de l’écriture inclusive”. Bibliodiversité n°5, pp. 210-215. []
  10. Derrien, S. Neggad, K. opcit. p. 234. []
  11. “Every Story Matters”. https://www.everystorymatters.eu/about []
  12. “Flanders Literature” https://www.flandersliterature.be/about-us. []
  13. Accesso Cultura. https://accessculture-portugal.org/ []
  14. Blue Dar. https://www.bluedar.net/ []
  15. Slovenian Book Agency. https://www.jakrs.si/en/ []
  16. Zagreb Book Festival https://www.zgbookfest.hr/ []
  17. Rose Stories. https://rosestories.nl/. []
  18. Huyck, D. and Park Dahlen, S. “Diversity in Children’s Books 2018”. https://readingspark.wordpress.com/2019/06/19/picture-this-diversity-in-childrens-books-2018-infographic/ []
  19. “CLPE Reflecting Realities – Survey of Ethnic Representation within UK Children’s Literature (November 2020)”. CLPE. https://clpe.org.uk/research/clpe-reflecting-realities-survey-ethnic-representation-within-uk-childrens-literature []
  20. Financez-moi merci []
  21. Ghelam, S. “Représentation des personnages enfantins non blancs dans les albums jeunesse publiés en France entre 2010 et 2020 – le mémoire”. https://genreed.hypotheses.org/730 []
  22. J’ai eu l’occasion de discuter de ce choix pendant ma communication “De quelle couleur ? Comment étudier la représentation de la race en littérature jeunesse.” durant le séminaire “Pratiques d’enquête sur les rapports sociaux de race en France hexagonale et ultramarine”. La séance a été enregistrée, vous pouvez me contacter si vous désirez pouvoir accéder à l’enregistrement. Si vous vous intéressez aux travaux sur la race en France, je vous conseille plus globalement de rattraper l’ensemble des deux sessions du séminaire.

    “Séminaire Pratiques d’enquête sur les rapports sociaux de race en France hexagonale et ultramarine”. https://seminaire-rsr.sciencesconf.org/ []

  23. “Master mention Métiers du livre et de l’édition parcours Commercialisation du livre”. Université Sorbonne Paris Nord. http://odf.univ-paris13.fr/fr/offre-de-formation/feuilleter-le-catalogue-1/culture-et-communication-CC/master-lmd-XB/master-mention-metiers-du-livre-et-de-l-edition-parcours-commercialisation-du-livre-program-cp5cl-515-2-2.html) []
  24. Noël, S. opcit., p. 248. []
  25. Bouzid, J. “Témoignage d’une étudiante en formation Métiers du livre”. Bibliodiversité n°5, 2022, p. 251. []
  26. Le Nevé, S. “Un testing dans les universités révèle des discriminations lorsqu’on porte un nom de famille maghrébin“. Le Monde. https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/02/15/universites-un-testing-revele-des-discriminations-liees-au-nom-de-famille_6113740_3224.html. []
  27. “Master mention Métiers du livre et de l’édition parcours Politiques éditoriales”. Université Sorbonne Paris Nord.http://odf.univ-paris13.fr/fr/offre-de-formation/feuilleter-le-catalogue-1/culture-et-communication-CC/master-lmd-XB/master-mention-metiers-du-livre-et-de-l-edition-parcours-politiques-editoriales-program-cr5pe-615-2-2.html []
  28. “Master mention Métiers du livre et de l’édition parcours Commercialisation du livre”. Université Sorbonne Paris Nord. http://odf.univ-paris13.fr/fr/offre-de-formation/feuilleter-le-catalogue-1/culture-et-communication-CC/master-lmd-XB/master-mention-metiers-du-livre-et-de-l-edition-parcours-commercialisation-du-livre-program-cp5cl-515-2-2.html []
  29. “Master : Métiers du livre et de l’édition : Ingénierie éditoriale et communication”. Cergy Paris Université. https://www.cyu.fr/master-metiers-du-livre-et-de-ledition-ingenierie-editoriale-et-communication []
  30.  “Master « Métiers de l’édition et de l’audiovisuel : lettres et multimédias »”. Sorbonne Université. https://formations-lettres.sorbonne-universite.fr/fr/index/master-XB/arts-lettres-langues-ALL/master-lettres-metiers-de-l-edition-et-de-l-audiovisuel-generaliste-1ere-annee-p-MLETT1L_509.html. []
  31. “Master Sciences Humaines et Sociales Mention Métiers du livre et de l’édition. Université Paris-Nanterre. https://polemlivre.parisnanterre.fr/nos-formations/master-sciences-humaines-et-sociales-mention-metiers-du-livre-et-de-ledition-parcours-edition []
  32. Bouzid, J. “Témoignage d’une étudiante en formation Métiers du livre”. Bibliodiversité n°5, 2022, p. 252. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search