Catégories
Articles

La première revue féministe ?

La Déferlante est la première revue trimestrielle post-#metoo consacrée aux féminismes et au genre. Tous les trois mois, en librairie et sur abonnement, elle racontera les luttes et les débats qui secouent notre société.

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/revue-la-deferlante

Comme tout le monde – ou en tout cas comme toute ma timeline twitter – j’ai tout de suite était emballée par l’annonce du projet de La Déferlante. En janvier 2021 la “revue des révolutions féministes” annonçait déjà du beau monde pour son premier numéro : Céline Sciamma, Annie Ernaux, Alice Zeniter, Valérie Rey-Robert, Véronique Le Goaziou, François Roques, Jul’Maroh, Mélusine, Martin Page ou encore Kaoutar Harci1 . Le lancement a été annoncé par Livres Hebdo2 – site du magazine spécialisé Livres Hebdo – ou encore madmoizelle3 – magazine féministe. Mais le lancement a aussi été annoncé largement dans la presse générale : de La Voix du Nord4 à La Croix5, jusqu’au Monde6 . Et pour cause, la sortie de la revue a eu droit à une dépêche AFP.

L’info média du jour – 04/03/2021

“On est quatre, on y va, on fait notre média” nous dit Emmanuelle Josse, dans cette émission d’Europe 1. Coordinatrice éditoriale dans l’édition et la communication, elle est accompagnée de Marie Barbier, journaliste indépendante (LHumanité, Reporterre et Mediapart), de Lucie Geffroy, journaliste indépendante (Courrier international, Monde, Le Temps, L’Orient littéraire) et de Marion Pillas, autrice, productrice (France Télévisions)7. 6.000 préventes et 5.000 abonné.es au moment de l’émission, elles arrivent en 4ème place du palmarès des ventes du rayon de sciences humaines la semaine du 10 mars 2021, et viennent d’annoncer avoir atteint les 10.000 exemplaires vendus en librairies8 . Leur média au féminisme intersectionnel semble être un succès sans précédent.

https://twitter.com/deferlanterevue/status/1369637937378385930

Sur la même plateforme – kisskissbankbank – et à la même période que La Déferlante – début 2021 – l’association Sorociné9 lance elle aussi une campagne de financement participative pour lancer le premier numéro d’une revue au “point de vue féministe et inclusif” sur le cinéma10. Sortie prévue en mai 2021, la campagne de financement a dépassé son objectif de 10.000 euros : 160 % et près de 16.000 euros.

Sur twitter, les appels à contributions pleuvent :

Ces quatre revues ont pour point commun d’être des revues féministes indépendantes.

La revue soeurs se présente comme “une revue de poésie féministe trimestrielle”11. Il s’agit de la seule revue, parmi ces quatre, à n’avoir qu’un format papier.

Women Who Do Stuff proposent une newsletter depuis 2016 et elles ont lancé un premier numéro papier en septembre 201912 et un deuxième fin 202013 Sur leur site elles se présentent comme “un média associatif, indépendant, féministe et engagé qui veut contribuer à l’émancipation des femmes et minorités de genre.”14.

Le webzine féministe Les Ourses à Plumes quant à lui défend une ligne éditoriale féministe, à l’analyse intersectionnelle, ancrée dans les féminismes matérialiste et lutte de classes : antipatriarcale et anticapitaliste15 .

Deuxième Page, comme Les Ourses à Plumes et Women Who Do Stuff est un webzine féministe avec un statut associatif. Sur leur site nous pouvons lire leur charte16 qui précise et détaille leur engagement. Leur campagne Ulule a atteint 415% en 2020 pour le lancement de leur premier numéro papier.

Alors, première revue féministe ?

Interrogée, la co-fondatrice des Ourses à plumes me répond : “Oui, la Déferlante peut se définir comme “la première revue trimestrielle féministe post #metoo” , puisque les revues militantes comme la nôtre, ont plutôt une périodicité annuelle, puisque ces projets reposent sur des bénévoles. Women Who Do Stuff paie les personnes qui écrivent mais la gestion est faite par des bénévoles.”

Elle poursuit en me partageant ce qui d’après elle distingue les revues associatives indépendantes de la Déferlante. “Ce qui distingue les revues comme la nôtre de la Déferlante, c’est que notre projet a été conçu comme un projet militant avant tout, animé par des bénévoles. La Déferlante est un projet entièrement professionnel, conçu par des professionnelles du secteur. Nous ne bénéficions pas du même temps, ni du même réseau, ni des mêmes compétences pour pouvoir leur faire concurrence. Notre but n’est pas de nous rémunérer, mais de proposer notre revue au prix le plus bas, d’où un tarif pour les personnes précaires, car nous ciblons aussi des personnes précaires dans notre lectorat.”

Mathilde de chez Women Who Do Stuff quant à elle me dit que le positionnement marketing n’est pas une question qui les intéresse. “La presse féministe date du début du XXe siècle en France, il y a eu des centaines de titres qui ont existé et qui existerons, nous souhaitons nous inscrire dans cet héritage. Nous sommes avant tout un magazine dont l’objectif est de documenter les luttes féministes mais aussi de permettre à des autrices non-professionnelles d’écrire et d’être publiées. C’est à contre courant mais notre but n’est pas de devenir LA référence magazine féministe en France ou d’être celles qui vendent le plus, notre démarche est anti-capitaliste, l’argent d’un numéro sert à financer le suivant. Il n’y a pas de première ou de dernière dans le féminisme, il y a une place pour toutes.”

Il n’y a pas de première ou de dernière dans le féminisme, il y a une place pour toutes.

Mathile, pour Women Who Do Stuff

La Déferlante serait donc bien la première revue féministe perçue comme professionnelle après l’événement #metoo. Ses fondatrices avaient déjà une expérience du milieu éditorial et journalistique, ont choisi avant même de se lancer d’être diffusée en librairie par un diffuseur-distributeur17, et surtout, d’être rémunérées. Comme l’a pointé Delphine, cela leur permet d’assurer une publication plus régulière que les différentes structures associatives.

Ces questions me rappellent mon séminaire sur les professions du livre. Qu’est-ce qui permet d’être éditeur ? Non pas la formation, les études ou même le dépôt légal. La diffusion en librairie peut être un critère. Pour autant, la structure de micro-édition Monstrograph18, maison du succès international Moi les hommes, je les déteste de Pauline Harmange est considérée comme une maison d’édition, sans être diffusée. Martin Page et Coline Pierré, les parents de ce “laboratoire d’édition associatif basé à Nantes” sont des écrivain.es publié.es – Martin Page a d’ailleurs contribué aux deux premiers numéros de La Déferlante. On pourrait avancer que le fait de pouvoir se rémunérer suffirait comme critère ou argument. Pour autant, de nombreuses structures non associatives, non militantes, n’arrivent pas à se rémunérer et sont reconnues comme des maisons d’édition indépendantes.

Plus que la diffusion en libraire, il me semble que c’est parce que La Déferlante a été reconnue et perçue comme “première revue trimestrielle post #metoo” par les médias et par leurs pairs qu’elle est considérée comme revue professionnelle.

C’est comme pour avoir un poste en rédaction, il faut de l’expérience pour avoir un poste et un poste pour avoir de l’expérience.

Un essor ? 

Dans son article “Médias féminins, médias féministes : quelles différences énonciatives ?”,19 Aurélie Olivesi estime qu’il n’y aurait pas deux énonciations (“féminin” traditionnel et féministes), mais trois “discours de genre” : ‘un discours étanche aux problématiques féministes, un discours sensible au féminisme, mais qui ne l’affirme pas explicitement, et enfin un discours explicitement féministe – qui se fait dès lors l’écho des mouvements féministes qui lui sont contemporains.” Son analyse, publiée en 2017, portait sur ce qu’elle estimait être les médias “féminins” les plus importants à ce moment : Cosmopolitan, Glamour, Be, Marie Claire, Elle, Causette, Madmoizelle et Cheek. Elle tire comme conclusion que les pure-players explicitement féministes (Madmoizelle et Cheek) ont pour points communs : l’emploi du “je” dans une perspective générale et l’utilisation de plusieurs registres de langue (théorique et argotique). Cette insécurité linguistique assumée serait signe d’une énonciation éditoriale affirmée et ironique. 

Cheek et Madmoizelle existent toujours et ont gardé leur ligne et leur énonciation éditoriale – malgré le changement de direction pour Madmoizelle20. Il serait nécessaire de faire une étude quantitative sur l’énonciation éditoriale de ces nouvelles revues. Mais il me semble qu’elle diffère des conclusions d’Aurélie Olivesie sur les pure-players de son article. 

Que des éditrices, journalistes estiment qu’il existe le besoin d’un média féministe qui rassemblerait les discussions actuels en parallèle de structures associatives et militantes montre qu’il existe plusieurs organisations, positions et énonciations féministes,  qu’il n’existe pas un féminisme, mais des féminismes, qui évoluent selon les époques,. Loin de se faire concurrence, ces nouvelles revues répondent à “un lectorat très demandeur” estime Delphine. 

Alors achetez-les toutes, lisez-les toutes, célébrons les revues féministes existantes et à venir.

Pour suivre les revues mentionnées :

Sélection d’auto-cadeaux :

 Merci à Nina pour la relecture.

Citer cet article : Sarah Ghelam, "La première revue féministe ?", Genre de l'édition, publié le 10/04/2021, https://genreed.hypotheses.org/178, consulté le 21/05/2022.
  1. Les noms sont cités dans cet ordre dans la présentation du projet, il correspond à l’ordre des articles.

    https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/revue-la-deferlante []

  2. https://www.livreshebdo.fr/article/une-nouvelle-revue-feministe-arrive-en-librairie []
  3. https://www.madmoizelle.com/revue-feministe-la-deferlante-1066639 []
  4. https://www.lavoixdunord.fr/902086/article/2020-12-03/la-deferlante-la-revue-feministe-qui-veut-faire-des-vagues []
  5. https://www.la-croix.com/Economie/Deferlante-revue-penser-lepoque-post-MeToo-2021-03-04-1201143785 []
  6. https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/03/05/avec-la-deferlante-les-feminismes-ont-desormais-leur-mook_6072043_3234.html []
  7. https://revueladeferlante.fr/a-propos/ []
  8. https://twitter.com/deferlanterevue/status/1381926290442358785 []
  9. https://www.sorocine.com/revue/premieres-numero-un/ []
  10. https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/sorocine-la-revue []
  11. https://www.revuesoeurs.fr/ []
  12. https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/magazine-women-who-do-stuff/tabs/news []
  13. https://twitter.com/womenwhodostuff/status/1307604400094031872 []
  14. https://www.womenwhodostuff.com/apropos []
  15. https://lesoursesaplumes.info/2021/03/02/lancement-du-crowdfunding-pour-financer-notre-troisieme-revue/ []
  16. https://www.deuxiemepage.fr/notre-projet-charte/ []
  17. http://harmoniamundilivre.com/index.php/648-2/ []
  18. https://www.monstrograph.com/ []
  19. Olivesi Aurélie, « Médias féminins, médias féministes : quelles différences énonciatives ? », Le Temps des médias, 2017/2 (n° 29), p. 177-192. https://www-cairn-info.faraway.parisnanterre.fr/revue-le-temps-des-medias-2017-2-page-177.htm []
  20. https://humanoid.fr/2020/07/16/humanoid-acquiert-madmoizelle/ []

Une réponse sur « La première revue féministe ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.