Catégories
Billets

Un an plus tard

[Ajout du 13 avril 2021]

Je disais dans cet article que le projet de charte que j’avais proposé au sein du collectif que j’ai quitté n’avait jamais abouti. Elle a été publiée aujourd’hui, 3 ans après la création des Jaseuses, 1 an après mon départ. Vous pouvez la retrouver ici.

De fait, elle n’a plus du tout vocation à empêcher les violences systémiques mais à protéger le nous majoritaire. Sans revenir dans le détail, le ratio de règles sur les questions de discriminations et sur les relations entre Jaseuses est explicite en soi.

A toute fin utile, je laisse ici la charte de médiation des stages de formation antiraciste de SUD Education 93, puisse-t-elle inspirer celles et ceux désirant construire des espaces de prise de pouvoir pour et par les personnes racisées.


En avril 2021, j’ouvrais ce carnet. 365 jours, 50 articles, 30.000 visites plus tard, je voulais laisser une trace de ce qu’avait été pour moi cet espace.

Avril 2021

Avril 2021, après plusieurs mois de discussions, je finis par quitter un collectif qui avait un carnet auquel j’ai contribué1. Je me sentais un peu orpheline. J’avais pris le goût d’écrire des articles et, surtout, je désirais laisser une trace de mon départ. En effet, ma dernière contribution2 annonçait un chantier en cours sur les questions de violences raciales, chantier que je laissais donc derrière moi. Je savais que je n’étais pas la première personne racisée à partir et il était important pour moi que toutes personnes ayant subi des violences raciales, au sein de ce collectif ou d’un autre d’ailleurs, puissent se lire. Je me devais de leur faire savoir qu’iels n’étaient pas seul.es, qu’iels n’étaient pas les seul.es.

Et d’autre part, aussi égocentrique que cela puisse paraître, il m’était douloureux que les seules traces, les seuls articles disponibles, soient liés à ce collectif. Il s’agissait donc pour moi de prendre de la place sous un nom choisi, de republier, de centraliser mon travail, mais aussi d’écrire sur les raisons de mon départ.

Je commence par publier quelques comptes-rendus de lecture et d’évènements scientifiques, mon corpus de mémoire3 ainsi qu’un premier article sur la communication d’une nouvelle revue féministe4. Puis je propose à plusieurs personnes travaillant sur les questions de représentations en littérature jeunesse d’écrire un article avec moi, sur un sujet qui me préoccupe : la place qu’on occupe, la place qu’on nous laisse occuper, la place à laquelle on nous renvoie — nous étant ici les femmes racisées dans l’édition et la recherche5.

Mai 2021

Mai 2021, je dois absolument avancer sur mon mémoire. En parallèle de l’analyse de l’ensemble des albums jeunesse de fiction publiés en France entre 2010 et 2020 ayant au moins un personnage enfantin non blanc, je commence une série d’articles analysant les albums publiés en 2021 : “Mon non-corpus”. Au final, entre mai et novembre, j’en aurai écrit 8, sur plus de 75 albums6. Alors que mon corpus était assez important (173 titres), écrire sur un ensemble de quelques albums à la fois m’a permis de déblayer le chemin, et de me rendre compte des différents enjeux de mon sujet — traduction, universalisme et identification de la couleur notamment. Cela m’a aussi permis d’être lue et de rendre visible mon travail en cours.

Septembre 2021

Le mémoire est soutenu et publié7 ainsi qu’un article co-écrit avec Véronique Francis, dont j’ai actualisé l’enquête dans mon mémoire8. Il ne me reste plus qu’à finir mon stage pour être enfin diplômée. Je ne l’étais pas encore quand ont eu lieu les 3e Assises de la littérature jeunesse. Vous pouvez lire mon compte-rendu si cela vous intéresse, voire visionner la captation de l’événement si vous y tenez9. Je ne reviendrai pas ici sur les propos tenus pendant cet évènement, et je ne rentrerai pas non plus dans les détails du contenu de ma prise de parole. Mais ce jour-là, j’ai choisi de me lever devant toute la profession de l’édition jeunesse, de prendre un micro, et de m’opposer aux discours tenus. Non pas en partant de ce que j’avais pu moi ressentir dans ce fauteuil, entourée par une marée de personnes blanches qui semblait soutenir les propos tenus, mais en partant des outils que j’avais, des données que j’avais construites dans mon mémoire. J’ai senti un vent d’énervement, j’ai entendu une assemblée entière souffler, mais j’ai été au bout de ce que j’avais à dire. Une fois la table-ronde finie, j’ai pu consoler la personne racisée qui avait eu à subir ces violences sur scène, et j’ai été remerciée en personne, par messages privés, par mails par toustes celles et ceux qui avaient été rassuré.e par ma prise de parole.

Mars 2019

En mars 2019, j’étais étudiante à Sorbonne-Université. J’étais aussi membre du bureau d’une association de la Faculté des Lettres qui avait été, cette année-là, tirée au sort pour représenter l’ensemble des associations de la Faculté à la commission FSDIE (le Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes, qui permet de financer les projets associatifs des étudiant.es). Sur le groupe Facebook des étudiant.es de l’université, une étudiante noire dénonce une affiche annonçant une pièce à venir, où les acteurices ont le visage noir, peint. Je ne reviendrai pas non plus sur ce que la mise en scène de la pièce comportait de violences racistes, mais j’aimerais revenir sur ce qu’il s’est passé une fois que cette étudiante s’est exprimée. Un vent de haine. Des propos racistes en continu. En voulant contacter l’étudiante en question, je me suis rendue compte qu’un autre membre du bureau avait été en contact avec elle, sans que ça ait abouti. Seule, face aux services de la vie étudiante, elle n’a pas été écoutée. Seule, face à l’ensemble des étudiant.es de l’université, elle n’a reçu que des violences racistes. J’aurais pu à ce moment-là user de ma position pour essayer d’obtenir que la pièce soit repoussée, adaptée, modifiée. Mais cela n’aurait pas changé le fait que les services de l’université ne l’auraient pas écoutée elle. Cela n’aurait rien fait concernant la marée de propos racistes. Alors j’ai entrepris de répondre à l’ensemble de ces commentaires. Non pas pour leur répondre ou pour tenter d’enclencher un échange, il ne s’agissait pas de personnes avec qui je souhaitais discuter, mais pour que toutes personnes lisant ces messages trouvent aussi les miens. Une personne m’a contactée, puis une autre, puis encore une autre, me remerciant, demandant ce qu’il était possible de faire. Toutes ces personnes rassemblées ont écrit un appel à boycotter la pièce, qui a été repris par d’autres collectifs et le reste a fini dans la presse. La pièce n’a pu se tenir qu’après, dans un amphithéâtre inaccessible. Le communiqué de presse du doyen a été reproduit dans les médias, sans que jamais on nous demande la raison de ce boycott.

Pourquoi je reviens sur cette histoire ? Parce que je me suis levée aux Assises pour les mêmes raisons qui m’ont poussées à répondre à des extrémistes en ligne, pour les mêmes raisons qui m’ont poussée à écrire ici : être un secours pour toutes personnes vivant des violences racistes, mettre à leur disposition tous les outils en ma possession, et les soutenir.

Pouvoir moi, individuellement, occuper un espace, atteindre un objectif, n’est pas une fin en soi. Le but étant de faire en sorte qu’il n’y ait aucun barrage, aucune violence systémique. Si une autre étudiante n’est pas entendue, réussir à annuler un événement raciste en jouant à l’intérieur du système ne résoudra rien. Après tout, les outils du maître ne pourront détruire sa maison.

For the master’s tools will never dismantle the master’s house. They may allow us temporarily to beat him at his own game, but they will never enable us to bring about genuine change. And this fact is only threatening to those women who still define the master’s house as their only source of support.

Lorde, A. The Master’s Tools Will Never Dismantle the Master’s House.

Et après ?

J’ai vécu d’autres violences racistes, par une directrice de revue, des éditrices, des inconnu.es. J’ai continué. J’ai publié d’autres articles, j’ai commencé un projet sur les albums questionnant les normes genrées10, j’ai mené un atelier sur les représentations en littérature jeunesse11, participé à plusieurs séminaires12, un colloque13 et à une rencontre en librairie14. Je suis fière que mon travail soit reconnu, bien sûr, mais je suis surtout fière de ce qu’il a pu permettre : le développement d’outils à donner aux autres, la construction d’espaces de soutien, de prise de pouvoir. Pour toutes les personnes non blanches travaillant dans l’ESR ou les métiers du livre qui sont les seules personnes non blanches de la pièce, du service, du bâtiment. Pour toutes les personnes désirant poser un œil critique sur les représentations en littérature jeunesse. Ceci est pour vous.

Je ne sais pas quelle place je finirai par occuper, dans l’édition, la recherche ou ailleurs, mais j’ai été heureuse de pouvoir donner outils et courage aux personnes vivant les mêmes violences que moi, et à toustes celleux qui auront voulu être nos complices.

Citer cet article : Sarah Ghelam, "Un an plus tard", Genre de l'édition, publié le 06/04/2022, https://genreed.hypotheses.org/1885, consulté le 08/08/2022.
  1. “Sarah Ghelam”. Les Jaseuses. https://lesjaseuses.hypotheses.org/?s=Sarah+Ghelam []
  2. Ghelam, S. “Réflexivité et violences symboliques”. Les Jaseuses. https://lesjaseuses.hypotheses.org/1957. []
  3. Ghelam, S. “L’effet papillons noirs”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/95 []
  4. Ghelam, S. “La première revue féministe ?” Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/178 []
  5. Ghelam, S. “En quête d’une place”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/239 []
  6. Ghelam, S. “Mon non-corpus #1”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/305.

    Ghelam, S. “Mon non-corpus #2”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/349,

    Ghelam, S. “Mon non-corpus #3”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/368.

    Ghelam, S. “Mon non-corpus #4”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/330.

    Ghelam, S. “Mon non-corpus #5”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/422.

    Ghelam, S. “Mon non-corpus #5bis”. Genre de l’édition.  https://genreed.hypotheses.org/458.

    Ghelam, S. “Mon non-corpus #6”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/512.

    Ghelam, S. “Mon-non corpus ?”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/989. []

  7. Ghelam, S. “Représentation des personnages enfantins non blancs dans les albums jeunesse publiés en France entre 2010 et 2020 – le mémoire”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/730. []
  8. Ghelam, S. “Les représentations de l’enfant noir dans la littérature jeunesse : quelles évolutions ?” Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/841. []
  9. Ghelam, S. “Qui a peur des wokes ? – Les 3e Assises de la littérature jeunesse”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/899. []
  10. L’article de départ : Ghelam, S. “Les albums qui questionnent les normes genrées”. Genre de l’éditionhttps://genreed.hypotheses.org/1105.

    L’article sur Adela Turin : Ghelam, S. “Dalla Parte Delle Bambine – Du côté des filles – A favor de las niñas,” Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/977.

    La liste : Ghelam, S. “Les albums qui questionnent les normes genrées – La liste” Genre de l’éditionhttps://genreed.hypotheses.org/1403.

    Le sommaire des articles à venir : Ghelam, S. “Les albums qui questionnent les normes genrées – Sommaire”. Genre de l’éditionhttps://genreed.hypotheses.org/1436. []

  11. Ghelam, S. “Atelier – Représentations en littérature jeunesse”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/1216. []
  12. Ghelam, S. “Pratiques d’enquête sur les rapports sociaux de race en France hexagonale et ultramarine”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/1170.

    Ghelam, S. “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique”. Genre de l’édition.https://genreed.hypotheses.org/1177. []

  13. Ghelam, S. “Femmes sauvages, Amazones et femmes viriles : quelles évolutions de la littérature médiévale à l’imaginaire contemporain ?”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/1470. []
  14. Ghelam, S. “Quels albums jeunesse pour questionner les normes genrées ?”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/1880. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search