Catégories
Outils

Représentations lesbiennes en littérature jeunesse

Mon mémoire de première année de master avait pour sujet l’énonciation éditoriale des maisons d’éditions jeunesse à portée féministe, et celui de deuxième année sur la représentation de personnages enfantins non blancs dans les albums publiés entre 2010 et 2020 en France1. Vous pouvez retrouver sur mon carnet une page “Bibliographie indicative”2 qui contient les bibliographies de ces deux travaux de recherche. On m’a consultée récemment, notamment vis-à-vis de mon projet en cours sur les albums qui questionnent les normes genrées3, sur les travaux scientifiques existants sur le lesbianisme en littérature jeunesse. Je n’ai pas eu à faire d’état de la question sur le sujet, mais voici les références que je suis en mesure de partager.

Thèse

Il existe deux thèse sur le sujet, mais soutenues à l’étranger :

  • Renaud Lagabrielle. “Sissy Boys et Tom Girls ? Représentation des homosexualités dans les romans français pour la jeunesse”. Dissertation zur Erlangung des Doktoratgrads der Philosophie aus dem Fachgebiet Französisch, eingereicht an der Geistes- und Kulturwissenschaftlichen Fakultät der Universität Wien, 2005.

Je n’ai pas trouvé la thèse en ligne, mais Renaud Lagabrielle a publié un ouvrage tiré de cette thèse : Renaud Lagabrielle. Représentations des homosexualités dans le roman français pour la jeunesse. L’Harmattan, 2007.

Apparue récemment et timidement, la “question” des homosexualités dans le roman français pour la jeunesse s’est affirmée depuis 2000. Ce livre analyse les représentations des homosexualités et des homosexuels dans trente romans français pour la jeunesse parus entre 1989 et 2003.

Renaud Lagabrielle. Représentations des homosexualités dans le roman français pour la jeunesse. L’Harmattan, 2007.
  • Samuel Champagne. “Porte ouverte: étude du « coming in » et du « coming out » dans la littérature à thématique homosexuelle destinée aux adolescents suivi de Sacha”. Thèse de doctorat en lettres, Université du Québec à Trois-Rivières, sous la direction de Johanne Prud’homme, 2019.

Je ne l’ai pas trouvé en ligne, mais il existe un article en ligne à son sujet, consultable ici.

Mémoires de Masters d’édition

Il existe une vingtaine de masters métiers du livre en France qui dépendent de laboratoire soit de lettres, soit de sciences de l’information et de la communication, soit de sciences humaines et sociales. Certains mémoires soutenus dans ces formations sont publiés sur la plateforme DUMAS, tous sont consultables dans les bibliothèques universitaires des formations respectives.

A ma connaissance, c’est-à-dire d’après les consultations que j’ai effectuées en 2019, au moins trois mémoires se sont consacrés aux questions de représentations LGBTQI+.

Marie Bustraen, “L’homosexualité dans la littérature jeunesse francophone du XXIe siècle : une représentation arc-en-ciel dans un ciel qui s’ouvre”. Mémoire de Master 2, Faculté de philosophie, arts et lettres, Université catholique de Louvain, sous la direction de Jean-Louis Tilleuil, 2019. Consultable ici.

Quelles représentations de l’homosexualité est-il possible de découvrir dans la littérature pour la jeunesse francophone du XXIe siècle ? À partir d’un corpus constitué de six romans francophones (édités en
Belgique, en France et au Québec) nous verrons si ces représentations sont stéréotypées et si le pays d’édition influence la manière d’aborder ce sujet. Si stéréotypes il y a, est-ce une caractéristique de la littérature pour la jeunesse abordant la thématique de l’homosexualité ou est-ce une spécificité de la littérature pour la jeunesse en général ? Ce travail a pour ambition de tenter de répondre à toutes ces questions grâce à une contextualisation conséquente et une analyse rigoureuse.

Marie Bustraen, “L’homosexualité dans la littérature jeunesse francophone du XXIe siècle : une représentation arc-en-ciel dans un ciel qui s’ouvre”. Mémoire de Master 2, Faculté de philosophie, arts et lettres, Université catholique de Louvain, sous la direction de Jean-Louis Tilleuil, 2019.

Marine Lafontaine, “Des arcs-en-ciel pour nos enfants. Les représentations altersexuelles dans l’édition jeunesse”. Mémoire de Master 2, Sciences de l’Information et de la Communication, Paris 13 – Villetaneuse, sous la direction de Judith Mayer, 2019. Consultable ici.

Tom Lévêque, “La sexualité et la littérature pour adolescent·es. Enjeux éthiques, littéraires ou éditoriaux ?”. Mémoire de Master 2, Sciences de l’Information et de la Communication, Paris 13 – Villetaneuse, 2018. Il n’est pas consultable, mais il a servi de base au chapitre “La sexualité, tabou ultime” du guide En quête d’un grand peut-être4 .

Si l’on se réfère aux fichiers internes des formations métiers du livre, d’autres mémoires sur le sujet sont en cours de rédaction. Ces projets de recherche sont absents de l’article5, des Jaseuses qui rassemble les recherches en cours sur les littératures lesbiennes où la littérature jeunesse est absente, très probablement parce que les étudiant.es de ces formations, du fait de leur aspect professionnalisant, sont absent.es de ces cercles.

Questions de genre en bibliothèque

Il s’agit du sous-titre d’un des derniers ouvrages de la collection “La boîte à outils” des Presses de l’Enssib : Salanouve, F. (dir.) “Agir pour l’égalité. Question de genre en bibliothèque”. Presses de l’Enssib, 2021. Parce que rien n’est neutre, ni l’achat, ni le référencement, ni la médiation en bibliothèque, il est important d’avoir un regard critique, notamment concernant les questions de genre.

Renan Benyamina. “Du placard aux rayons : visibilité des questions de genre dans les bibliothèques publiques “. Mémoire de fin d’étude des élèves conservateurs à l’enssib, sous la direction de Christophe Catanèse, 2013. Consultable ici.

Les questions de genre – égalité femmes hommes, orientation sexuelle, représentations et stéréotypes liés au genre – sont au coeur de l’actualité. Comment sont-elles traitées au sein des bibliothèques publiques françaises ? Le genre est un concept riche et complexe, qui donne lieu à des appropriations multiples et qui interroge les pratiques et les valeurs professionnelles des bibliothécaires.

Renan Benyamina. “Du placard aux rayons : visibilité des questions de genre dans les bibliothèques publiques “. Mémoire de fin d’étude des élèves conservateurs à l’enssib, sous la direction de Christophe Catanèse, 2013.

Flora Donnezan. “Faire sortir les collections LGBTQ+ du placard : un enjeu pour les secteurs jeunesse”. Mémoire de Master 2, Sciences Humaines et Sociales, Université de Lyon, sous la direction de Thomas Colombéra. Consultable ici.

En France, mais également à travers le monde, la communauté LGBTQ+ continue de souffrir de nombreuses discriminations, qui touchent notamment les plus jeunes.
Proposer à ces jeunes des espaces et de la documentation répondant à leurs besoins peut les aider. On s’intéressera ici au rôle que peuvent jouer les bibliothèques en proposant de la documentation et des collections appropriées au sein de leurs espaces jeunesses

Et il existe un mémoire dédié spécifiquement à la littérature jeunesse à contenu LGBTQI+ dans les bibliothèques publiques, mais québécoises :

Marie-Christine St-Pierre, “Les collections de littérature jeunesse à contenu LGBTQ dans les bibliothèques publiques québécoises : portrait et évaluation”. Mémoire de Master 2, Sciences de l’Information, École de bibliothéconomie et des sciences de l’information, sous la direction de Éric Leroux, 2019. Consultable ici.

Cette étude dresse le portrait des collections de littérature jeunesse à contenu LGBTQ dans les bibliothèques publiques québécoises afin de déterminer si la population est bien servie à cet égard, peu importe le lieu et la taille de la collectivité. Pour ce faire, nous avons adopté une approche qualitative et utilisé la méthode de l’évaluation par liste. Ainsi, les collections de 41 bibliothèques publiques municipales ont été examinées au moyen d’une liste de vérification de 38 titres de littérature jeunesse à contenu LGBTQ publiés de 2003 à 2018.
Les données recueillies ont fait l’objet d’une analyse statistique surtout descriptive. À l’instar d’études antérieures sur les collections des bibliothèques canadiennes et américaines, la présente recherche a montré que le niveau de présence de la littérature jeunesse à contenu LGBTQ varie considérablement selon les bibliothèques et que la taille des populations, l’importance des collections et le budget consacré aux livres ne suffisent pas à expliquer toutes les fluctuations. L’analyse des données a aussi permis de révéler que les romans à contenu LGBTQ destinés aux ados étaient beaucoup plus susceptibles de figurer dans les collections que les albums et les premiers romans destinés aux enfants. De plus, l’analyse a montré que le thème de l’homosexualité masculine était largement représenté dans les collections, tandis que celui de l’homoparentalité était considérablement sous représenté. Pourtant, selon les données recueillies, les albums pour enfants sur le thème de
l’homoparentalité sont justement le type de matériel qui était le plus emprunté dans les bibliothèques au moment de l’étude.
Cette étude exploratoire ne permet pas de conclure avec certitude que les collections de littérature jeunesse à contenu LGBTQ dans les bibliothèques québécoises sont suffisantes et appropriées. Toutefois, la comparaison des résultats obtenus avec ceux d’autres recherches suggère que, dans l’ensemble, les bibliothèques québécoises font plutôt bien à cet égard.

Marie-Christine St-Pierre, “Les collections de littérature jeunesse à contenu LGBTQ dans les bibliothèques publiques québécoises : portrait et évaluation”. Mémoire de Master 2, Sciences de l’Information, École de bibliothéconomie et des sciences de l’information, sous la direction de Éric Leroux, 2019.

Conclusion

Les travaux présentés dans cet article offrent un certain panorama des recherches en cours en littérature jeunesse. Lettres, Sciences de l’Information, Sociologie et Sciences de l’Education permettent d’aborder l’objet de recherche qu’est la littérature jeunesse de biens des façons.

Il existe une série de volumes sur la littérature lesbienne que je n’ai pas inclus dans cet article puisqu’il ne s’agit “que” de recensions6 . Il s’agissait pour Paula Dumont de ficher l’ensemble de la littérature ayant un personnage lesbien. Mais, comme dans cet ouvrage à paraître7 qui se veut une analyse de l’ensemble de la littérature lesbienne de 1900 à nos jours, la littérature jeunesse est à peine citée. Les études sur la représentation lesbienne sont rares, et, à l’intérieur de celles-ci, la littérature jeunesse semble être laissée de côté. J’en parlais dans mon article sur Adela Turin. La collection “du côté des filles” est absente ou à peine mentionnée dans les travaux sur les textes du Mouvement de libération des femmes8 – comme je devine qu’elle le sera dans cet ouvrage à paraître sur la littérature lesbienne, alors même que cette collection a publié le premier album avec un couple lesbien.

On pourrait supposer qu’au moins les travaux sur la littérature jeunesse ont couvert le sujet, mais le seul mémoire (à ma connaissance) sur cette collection efface complètement le couple lesbien9. Il est seulement dit que Camélia se réfugie chez Capucine10, quelles bonnes amies.. Il semblerait que malgré les quelques très bons travaux existants et à venir sur les écrits lesbiens, la littérature jeunesse ne semble jamais être considérée comme en faisant partie – alors même que l’histoire de la littérature jeunesse lesbienne ne pourrait être séparée de l’histoire de la littérature lesbienne.

Citer cet article : Sarah Ghelam, "Représentations lesbiennes en littérature jeunesse", Genre de l'édition, publié le 15/03/2022, https://genreed.hypotheses.org/1980, consulté le 08/08/2022.
  1. Ghelam, S. “Représentation des personnages enfantins non blancs dans les albums jeunesse publiés en France entre 2010 et 2020 – le mémoire”. Genre de l’éditionhttps://genreed.hypotheses.org/730. []
  2. “Bibliographie Indicative” Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/bibliographie-indicative []
  3. L’article de départ : Ghelam, S. “Les albums qui questionnent les normes genrées”. Genre de l’éditionhttps://genreed.hypotheses.org/1105.

    L’article sur Adela Turin : Ghelam, S. “Dalla Parte Delle Bambine – Du côté des filles – A favor de las niñas,” Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/977.

    La liste : Ghelam, S. “Les albums qui questionnent les normes genrées – La liste” Genre de l’éditionhttps://genreed.hypotheses.org/1403.

    Le sommaire des articles à venir : Ghelam, S. “Les albums qui questionnent les normes genrées – Sommaire”. Genre de l’éditionhttps://genreed.hypotheses.org/1436. []

  4. Lévêque, T. Lévêque, N. En quête d’un grand peut-être. Un grand peut-être, 2020. []
  5. Les Jaseuses, “Littératures lesbiennes : recherches en cours”. Les Jaseuses. https://lesjaseuses.hypotheses.org/3798 []
  6. Dumont, P. Entre femmes. L’Harmattan, 2015 – 2022 []
  7. Berthier, M. Lachkar, M. Islert, C. Turbiau, A. Antolin, A. Ecrire à l’encre violette. Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours. Cavalier bleu, 2022 []
  8. Ghelam, S. “Dalla Parte Delle Bambine – Du côté des filles – A favor de las niñas,” Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/977 []
  9. Hoinville, C. Les albums pour enfants des maisons d’éditions Des femmes et Le Sourire qui mord. 1975-1995. 2007. Université Lumière Lyon 2. Mémoire de Master Cultures de l’écrit et de l’image []
  10. Hoinville, C. ibid. p.115 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search