Catégories
Actualité

Enseigner l’égalité des sexes : les enjeux d’un “manuel”

Séminaire de l’Institut hooks-Freire “Pédagogies critiques, pédagogies féministes: quelles pratiques ?” Samedi 10 avril 10h-12h avec Fanny Gallot & Gaël Pasquier : Enseigner l’égalité des sexes : les enjeux d’un “manuel”.

Il s’agissait de la deuxième séance du séminaire Pédagogies Critiques 2021 de l’Institut hooks-Freire1.

Après une présentation de l’Institut, Irène Pereira lance une vidéo d’introduction à la pédagogie critique :

Gaël Pasquier, maître de conférences en sociologie et enseignant à l’ESPE de Créteil, nous présente son manuel publié chez Dunod dans la collection “La Boîte à Outils du professeur”, écrit par lui-même, Naïma Anka Idrissi (doctorante à P8), et Fanny Gallot (MCF en histoire, enseignante à l’ISPE de Créteil). Il s’agissait d’une commande, d’une demande venant de la maison d’édition.

Concernant l’égalité filles-garçons à l’école, Gaël Pasquier avance qu’il y aurait trois grandes illusions :

Que l’égalité serait déjà atteinte.

Que nous serions sur une pente glissante allant vers l’égalité. Nous l’atteindrions de façon sûre, sans intervention nécessaire.

Que nous ne pouvons rien faire au sein de l’école.

Avec leur manuel “Enseigner l’égalité filles-garçons”, Gaël Pasquier, Naïma Anka Idrissi et Fanny Gallot avaient plusieurs objectifs :

Comprendre comment les enseignant.es pouvaient participer à la reproduction d’inégalités sociales.

Comprendre comment iels pouvaient participer à la construction d’une égalité à l’école.

Sur le site de la maison d’édition, nous pouvons retrouver le sommaire du manuel :

Le genre un concept pour repenser l’école. 

Comprendre que le genre est une construction sociale et historique. Décrypter le genre en tant que processus relationnel. Interroger les stéréotypes. Des différences qui masquent les inégalités. Corps et genre. Comprendre comment les dominations s’enchevêtrent.

Dans la classe, dans l’école et les établissements.

Gérer les interactions en classe. Placer les élèves dans la classe. Les coins jeux à l’école  dite “maternelle”. L’habillage de la tâche, atouts et inconvénients. Mixité/Non mixité. Sanctionner. La récréation. Communiquer avec les parents.

Des disciplines scolaires pour éduquer à la sexualité. 

Organiser un brain-storming. Définir le sexe. L’accueil des élèves trans ou en “devenir trans”. Des normes sexuelles et amoureuses différenciées et inégalitaires. L’orientation sexuelle. Questionner l’hétéronormativité en contexte scolaire. Le consentement et les violences sexuelles. 

L’orientation. 

Questionner la représentation des professions. Dénaturaliser la répartition des tâches domestiques. Evaluer. Préparer un conseil de classe.

Construire une leçon.

Choisir des documents. La littérature jeunesse pour travailler l’égalité. Etudier les productions médiatiques et culturelles.

Mettre en œuvre une leçon.

Construire une séance en histoire.  Construire une séance en histoire des arts.  Favoriser l’égalité en Education Physique et Sportive. Laïcité vecteur d’égalité ? Genre et géographie. L’inégalité professionnelle.

 La langue, un outil pour l’égalité.   

Parler en classe, réfléchir sur la langue. L’enseignement des langues étrangères au prisme du genre. Réagir aux insultes homophobes et sexistes et les prévenir.

Dunod

Le manuel fonctionne comme une boîte à outil (tel que l’annonce le nom de la collection) :  un dossier, une problématique, un exemple, un outil.

Gaël Pasquier explicite leur démarche comme relevant d’une pédagogie critique de la norme, inclusive et intersectionnelle (prenant en compte toutes les inégalités vécues).

Deux exemples

Le premier porte sur la répartition des tâches. En détaillant les tâches accomplies par les deux parents durant un barbecue, on permet de rendre visible la bipartition genrée des tâches.

Le deuxième sur la répartition de la parole en classe. Des études2 montrent que les garçons occupent plus l’espace sonore de la classe et que les enseignant.es tendent à interagir plus avec eux également. Pour tenter d’y remédier, Gaël Pasquier propose plusieurs pistes.

Demander à un témoin extérieur d’observer la répartition genrée de la parole dans la classe.

En tant qu’enseignant.e faire régulièrement des bilans impressionnistes. Qui s’est le plus exprimé ? Qui ai-je entendu le plus ?

Alterner garçons et filles.

Interroger par ordre alphabétique, de rangées.

Ces propositions ont leurs limites et leurs inconvénients. Selon la répartition genrée dans la classe, ces propositions pourraient ne pas fonctionner – alterner entres les filles et les garçons, si il y a moins de garçons que de filles ne rendra pas la situation plus équitable par exemple. De plus, certains élèves pourraient se sentir en position d’inégalité du fait d’un changement contre leurs intérêts personnels. Une solution serait d’intégrer les enfants dans la construction du dispositif. Les rendre acteur du changement permettrait une meilleure adhésion.

Echanges

Une membre de l’association Korhom3 qui propose “des formations et des animations d’ateliers autour de l’éducation aux Droits humains” pose la question de la non-mixité comme outil à l’école.

D’après Gaël Pasquier, la non-mixité comme outil utilisé en milieu scolaire a ses limites :

Elle est majoritairement utilisée auprès de personnes venant de milieux sociaux aisés – les conclusions des effets de ces espaces en non-mixité ne peuvent donc pas être appliquées à l’ensemble des établissements.

Un espace non-mixte n’enlève pas de facto les biais que l’enseignant.e pourrait avoir.

Les élèves qui ne se conformeraient pas à leur genre peuvent subir des violences au sein de ces espaces non-mixtes.

Et enfin, n’étant pas choisie, la non-mixité imposée à des élèves pourrait renforcer une bicatégorisation genrée.

Rachele Borghi, enseignante-chercheuse en géographie sociale et culturelle à Sorbonne Université, expose quant à elle ses réserves et ses critiques concernant ce manuel et la présentation qui en a été faite. En effet, en se rendant à un séminaire de pédagogies critiques et féministes, elle s’attendait à quelque chose de moins gentil vis-à-vis des institutions, avec un positionnement théorique, féministe plus important.

Gaël Pasquier précise que ce « manuel » s’adresse à des personnes travaillant au sein de l’Education nationale. Si une perspective critique ni est bien évidemment pas exclue, son objectif n’est pas pour autant de déstabiliser l’institution mais d’en interroger le fonctionnement. Le manuel vise donc à problématiser des enjeux.

Alice Lamy, référente égalité, renchérit. Même s’ il y a une certaine demande des enseignant.es, elle n’est pas toujours soutenue par la hiérarchie. L’illusion que l’égalité filles-garçons fait consensus freine les initiatives. 

C’est au tour d’Irène Pereira d’intervenir. Dans la continuité des propos de Rachele Borghi, elle aborde le problème de situation et de contexte.

En effet, les obligations dans le premier degré ne sont pas les mêmes qu’à l’université. Pour être leurs allié.es, il faut leur mettre à disposition des outils qui ne les mettront pas en danger vis-à-vis de leur hiérarchie.

Ce manuel peut-être considéré comme éthique, ”, dans le sens qu’il ne mettra pas en danger institutionnellement les personnes qui voudront l’utiliser.

La pédagogie critique ne peut être appliquée telle quelle dans n’importe quel contexte. Il est important d’avoir une réflexion éthique et de se demander si l’outil est adapté au contexte auquel on le destine.

Gaël Pasquier rappelle qu’il s’agissait pour leur équipe de produire un ouvrage qui leur convenait dans ce contexte, avec les limites qu’il imposait.

Cette conclusion, d’un besoin d’outils adaptés aux enseignant.es qui souhaiteraient se former est également celle de Gabrielle Richard dans son ouvrage “Hétéro, l’école ?”4. Alors que certain.es universitaires souhaiteraient moins de regard critique et plus d’explosion des institutions, les enseignant.es se retrouvent à devoir se former elleux-mêmes, avec peu d’outils à leurs dispositions, et sans le soutien de leurs hiérarchies.

Alors en attendant la révolution, n’hésitez pas à transmettre aux enseignant.es de vos vies tous les outils qui pourraient les aider à construire une meilleure égalité dans leurs classes.5

Références utiles :

  • Baudelot C., Establet R., Allez les filles ! Une révolution silencieuse , Paris, Seuil, 2006, (1992).
  • Chabrol Gagne N., Filles d’albums. Les représentations du féminin dans l’album, Le Puy-en-Velay, L’Atelier du poisson soluble, 2011.
  • Dafflon Novelle A. (dir), Filles-garçons. Socialisation différenciée ?, Grenoble, PUG, 2006.
  • Duru-Bellat M., L’école des filles. Quelle formation pour quels rôles sociaux ?, Paris, L’Harmattan, 1990.
  • Quintane Nathalie, Un hamster à l’école, Paris, La Fabrique, 2021.
  • Pagé G., Solar C., Labron E., “Pédagogies féministes et pédagogies des féminismes”, Recherches féministes n°31-1, 2018.
  • Richard G., Hétéro, l’école ?, Québec, Éditions du remue-ménage, 2019.

Merci à l’équipe du séminaire Pédagogies Critiques de l’institut hooks-Paulo Freire d’avoir organisé cet événement et d’avoir pris la peine de me relire.

  1. https://pedaradicale.hypotheses.org/3441 []
  2. Jarlégan Annette, « Genre et dynamique interactionnelle dans la salle de classe : permanences et changements dans les modalités de distribution de la parole », Le français aujourd’hui, 2016/2 (N° 193), p. 77-86. https://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2016-2-page-77.htm []
  3. http://korhom.fr/qui-sommes-nous/lassociation/ []
  4. Mon compte-rendu de lecture : https://genreed.hypotheses.org/51 []
  5. Canopé en propose plusieurs : https://www.reseau-canope.fr/outils-egalite-filles-garcons.html []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.