Catégories
Articles

En quête des albums jeunesse de fantasy (1)

Il y a quelques semaines, le collectif de recherche EAAPES1 a partagé en story instagram l’album d’Adela Turin Histoire de sandwichs2. Leurs travaux sont dédiés aux questions féministes et queer dans la science-fiction, j’étais donc quelque peu surprise de voir un album jeunesse sur leurs réseaux.

Je leur demande donc s’iels considèrent les albums d’Adela Turin comme étant de la science-fiction ?

L’album se trouve bien dans leur bibliothèque3 entre plusieurs couvertures poches de romans de SF des années 70.

Pour l’instant, j’ai travaillé sur un corpus d’albums réalistes, l’ensemble des albums publiés entre 2010 et 2020 ayant au moins un personnage enfantin non blanc4, et sur un corpus d’albums questionnant les normes genrées5. Pour le premier, j’ai choisi de mettre de côté tout titre non réaliste, en les décrivant comme des albums ayant trait au merveilleux. Pour le deuxième, je ne me suis pas posé la question. C’est dans ce deuxième corpus que se trouve Histoire de sandwichs, comme l’ensemble des albums de la collection “du côté des filles6 ” d’ailleurs.

A ce pourquoi, j’ai répondu que s’il fallait considérer tout album ayant des personnages qui n’étaient pas des personnages humains réalistes comme relevant de la fantasy, ça signifierait qu’il faudrait (aussi) considérer T’Choupi comme relevant de la fantasy – T’Choupi et l’ensemble des personnages d’animaux anthropomorphes d’ailleurs. Je ne m’étais jamais posée la question de ce que pourrait être un album de fantasy avant, notamment parce que ce marquage est absent des pratiques éditoriales. C’est-à-dire que vous pouvez retrouver dans les maisons d’édition jeunesse des collections de fantasy marquées/décrites comme telles et/ou, à l’intérieur de collections jeunesse, des titres qui sont marqués comme appartenant au genre de la fantasy. Considérant la littérature jeunesse non pas comme un genre mais comme un champ composé de l’ensemble des livres soumis à la loi 1949 sur les publications destinées à la jeunesse où cohabitent plusieurs genres, je me suis toujours basée sur les marquages, donc les usages professionnels, pour déterminer le genre de tel ou tel livre jeunesse.

Concernant les albums, à ma connaissance, le seul à avoir été marqué comme appartenant aux littératures de l’imaginaire est Planète Mary année 35 ; 2019 de l’ère chrétienne, de la même autrice.

Capture d’écran de la page ” Planète Mary année 35“. des femmes. https://www.desfemmes.fr/jeunesse/planete-mary-annee-35/

Mais s’il n’est pas possible de se fier aux marquages, et que les critères utilisés pour les romans ne sont pas applicables, comment définir ce que pourrait être un album jeunesse de fantasy ?

Eléments de définition

Désigner précisément ce qu’est la fantasy demande d’affronter plusieurs paradoxes : l’absence de mot français pour traduire fantasy (fantastique servant à nommer un genre différent), l’utilisation tardive du mot en France, et la difficulté que peuvent avoir les spécialistes à définir et délimiter un genre aussi protéiforme. Mais voici quelques éléments de définition de fantasy7 avant de partir en quête des albums jeunesse de fantasy.

La fantasy, en deux mots, qu’est-ce que c’est ? C’est l’ensemble des œuvres dont le monde fictionnel, qu’il s’agisse du nôtre ou d’un « monde secondaire » autonome, qu’ils communiquent ou prennent place dans un « multivers », est marqué par la présence du surnaturel magique. D’autres lois échappant à la physique y règnent, impliquant le plus souvent un niveau de développement pré-technologique, et une inspiration tirée du passé historique, en particulier antique et médiéval […] D’autres créatures y vivent aux côtés des hommes, souvent inspirées par les mythologies et les folklores : en effet, la fantasy hérite de la tradition de récits merveilleux (mythes, légendes, contes), dont elle récupère le « surnaturel naturalisé », c’est-à-dire le fait que la présence des dieux, des héros ou des fées ne constitue en rien une anomalie ou une bizarrerie dans leur contexte, apparaissant au contraire non pas banale mais concevable, voire « normale » – conforme aux normes alternatives, aux possibles de ces mondes-là.

Besson, A. (dir.) Dictionnaire de la fantasy. Vendémiaire, 2018, p. 8.

« relève de la fantasy une littérature dotée d’une dimension mythique et qui incorpore dans son récit un élément de surnaturel (d’irrationnel) au traitement non purement horrifique, notamment incarné par l’irruption ou l’utilisation de la magie […] Nous proposons donc, au titre des canons du merveilleux, la présence nécessaire et suffisante des éléments suivants pour prétendre appartenir à la littérature de fantasy : le surnaturel (non purement horrifique), l’enchantement du réel, le mythe, la magie ainsi que la présence d’un univers matériel secondaire. Ces critères sont susceptibles de s’appliquer plus ou moins strictement, indépendamment ou en conjonction les uns avec les autres.

Ruaud, A-F. (dir.) Panorama illustré de la fantasy & du merveilleux. Les Moutons électriques, 2018, pp. 8-10.

Une fantasy jeunesse ?

Qu’en est-il de la fantasy jeunesse dans la littérature scientifique existante ?

Dans le Dictionnaire du livre de jeunesse, Isabelle Nières-Chevrel commence sa définition de l’album par le situer comme “la seule forme de littérature d’enfance et de jeunesse qui ne doit rien – ou si peu – aux genres développés dans la culture des adultes8 ” et situe son invention au milieu du 19e. Aucune trace de fantasy dans la définition de l’album, et aucune trace de l’album dans la définition de la fantasy. On y admet cependant qu’il s’agit d’un genre adressé à un double public en citant plusieurs œuvres jeunesse, mais aucun album. Anne Besson y met l’accent sur la présence de romans de fantasy animalière (Le Vent dans les saules, Rougemuraille), et sur une certaine homogénéisation et une surreprésentation d’un sous-genre précis, la fantasy épique (Tolkien par exemple). Bien qu’il y ait eu des textes francophones pouvant être rattachés à la fantasy, l’appellation n’a été utilisée qu’à partir des années 80. C’est-à-dire que seule la production contemporaine aura été marquée comme appartenant au genre de la fantasy.

Dans le Dictionnaire de la fantasy dirigé par Anne Besson, Silène Edgar fait le même constat d’une littérature jeunesse de fantasy qui ne serait accessible aux enfants-lecteurs qu’à partir des années 1980. Avant ça, il existait plusieurs textes, mais non marqués comme étant des romans de fantasy jeunesse (Le Magicien d’Oz, Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède, Les Moumines, Alice au pays des merveilles, Peter Pan, etc.) Dans les années 1970-1980 nous avons enfin accès aux traductions des œuvres de Tolkien et de C. S. Lewis, et dans les années 1990 c’est l’explosion avec Pullman et Rowling. Elle met en avant comme sources de la fantasy les contes merveilleux (là où le Dictionnaire du livre de jeunesse sépare les deux) et cite plusieurs livres jeunesse mettant en scène des animaux supports d’identification comme étant les prémices de la fantasy animalière, dont plusieurs albums : Peter Rabbit (1902), Babar l’éléphant (1931), Michka (1941), Paddington (1958), Petit Ours Brun (1975), etc. Ces récits avec des personnages d’animaux anthropomorphes n’appartiendraient pas au genre de la fantasy en soi mais relèveraient du merveilleux et seraient une des sources de la fantasy animalière – à noter qu’Anne Besson cite elle-même Peter Rabbit dans son ouvrage La fantasy comme album de fantasy animalière. Silène Edgar continue son historique en citant des romans francophones pouvant être considérés à posteriori comme étant de la fantasy, comme l’a fait Anne Besson dans le Dictionnaire du livre de jeunesse, puis des albums ressortissant de ce qu’elle appelle un merveilleux moderne. Elle y inclut Max et les maximonstres de Maurice Sendak (1963), les titres de Tomi Ungerer et de Pef. L’historique se conclut sur l’explosion de l’édition jeunesse, puis celle de l’édition de romans de fantasy, les deux se croisant.

Et T’choupi ?

Dans Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux, la fantasy est définie (voir plus haut) en incluant la fantasy animalière comme un sous-genre “une savoureuse succursale, excentrique, mais trop hétérodoxe pour être représentative”. Plus loin, dans la notice dédiée, sont repris des éléments de délimitations. John Clute a pris soin de séparer de “l’animal fantasy ” deux autres types de récits : la “fable animalière” (un récit satirique, métaphorique) et les “animaux parlants” (où le personnage anthropomorphe est le compagnon du personnage humain). Pour l’instant, on doit donc toujours inclure T’choupi. Ce qu’on pourrait ajouter comme limites, ce serait que le personnage animal anthropomorphe ne peut exister dans un contexte humain – ce qui est le cas de T’choupi, Crocolou, Petit Ours Brun, P’tit Loup, Trotro, etc. C’est-à-dire que l’on ferait la différence entre les personnages d’animaux anthropomorphes qui ont un rôle d’enfant humain (comme T’choupi), et les personnages d’animaux anthropomorphes qui conservent leur rôle d’animal, dans des contextes animaliers, mais à qui on confère des émotions humaines, une parole, pour pouvoir avoir à accès à leurs points de vue. Ce serait contredire la notice de Silène Edgar, qui inclut Petit Ours Brun dans les premiers récits de fantasy animalière, mais cela rejoindrait ce qui est mis en avant dans cette notice. La fantasy animalière permettrait d’explorer le monde grâce à un point de vue autre, décalé, animal. C’est le cas de Winnie l’ourson ou des Moumines par exemple : des animaux capables d’émotions humaines, communiquant entre eux, dans un contexte animalier. Mais il s’agit, encore une fois, de romans. Un seul auteur d’albums est cité dans ce panorama, présent également dans la notice “Jeunesse” du Dictionnaire de la fantasy : Maurice Sendak. L’auteur de la notice, Ruaud, estime qu’on retrouve dans Max et les maximonstres un thème classique du changelling, l’enlèvement d’un enfant par les fées (ici les maximonstres).

Revenons à nos histoires

Pour revenir à Histoire de sandwichs, l’album répond-il aux critères d’un récit de fantasy ? Il est vrai que nous sommes en présence d’un univers matériel secondaire, mais il s’agit du seul élément présent. Le récit ne fait pas référence à un mythe ou à une des sources de la fantasy, il n’y a pas de magie, pas d’enchantement du réel. Il est vrai qu’elles sont extrêmement petites, anormalement même, mais cela suffit-il ? On pourrait voir dans son départ pour la Grande Maison des Ecrits une quête, mais celle-ci est sans embûches, facile et décevante. C’est par son retour et le récit qu’elle fait de ces hommes (ces papas) qui n’écrivent que sur des faits inintéressants et jamais sur elles, qu’il y a un changement. Les femmes arrêtent de faire des sandwichs et se mettent à discuter. Et c’est parce qu’elles discutent qu’elles retrouvent une taille normale, qu’elles prennent place, elles aussi, dans la Grande Maison des Ecrits et que le partage des tâches ne se trouve plus être genré (des papas jouent avec leurs enfants !)

Dans La Main de Pamela, un autre album d’Adela Turin, Pamela a des pouvoirs magiques qui sont décrits et perçus comme tels. Dans le récit, elle refuse d’épouser un homme qui en aurait peur – les pouvoirs magiques servent ici à appuyer un message féministe, refuser de se soumettre et de perdre ses libertés en se mariant. Les dangers du couple hétérosexuel sont mis en avant dans l’ensemble de l’œuvre d’Adela Turin, et il est vrai que c’est rarement de façon réaliste. Dans Rose Bombonne il s’agit d’éléphantes qui sont élevées pour trouver un mari, Sidonie qui n’en peut plus de son mari est une petite souris, Clémentine qui quitte son mari est une tortue9, ce sont des bonobées qui décident de vivre seules avec leurs enfants, loin des bonobos devenus insupportables après avoir suivi une pauvre leçon d’anglais.

On pourrait se poser la question, est-ce que ces récits sont des récits de fantasy animalière ? Et il serait possible de les définir comme tels. Ce sont des récits, du point de vue d’animaux anthropomorphes, dans des contextes animaliers. Mais ce que l’on trouve ici, comme on le retrouve dans les récits du quotidien avec des personnages d’animaux anthropomorphes, ce sont des récits sur la vie d’humains, calqués sur des personnages d’animaux anthropomorphes. C’est-à-dire que nous n’avons pas dans Rose Bombonne un point de vue différent qui nous serait accessible parce que l’autrice aurait donné des traits humains à des éléphants. L’autrice a utilisé des éléphants comme personnages parce qu’il est plus facile d’aborder le sujet des assignations genrées en utilisant des éléphants qu’en dénonçant directement, aussi durement, l’éducation des petits filles humaines.

Conclusion :

Si l’on considère la littérature jeunesse comme un champ éditorial où se côtoient plusieurs genres et l’album comme un objet de cette littérature jeunesse, on pourrait admettre qu’il est possible qu’un album appartienne à tel ou tel genre littéraire. Or, l’album semble être un objet indépendant du reste de la littérature et par son histoire et par ses enjeux, ce qui fait qu’il est quelque peu difficile de le soumettre aux mêmes critères que le roman. Notamment, la présence de personnages d’animaux anthropomorphes peut se justifier par une visée pédagogique, sans que cela puisse être lié à du merveilleux ou à de l’enchantement.

La possibilité d’album de fantasy ne peut reposer sur les marquages professionnels et, à l’exception du seul album de Max et les maximonstres, semble être absente de la littérature scientifique disponible. Il serait peut-être pertinent de ne pas chercher à utiliser les mêmes critères, mais, à partir des albums qui auraient pu être perçus comme appartenant à la fantasy, déterminer ce que pourraient être les critères propres aux albums de fantasy. Ou, comme pour Max et les maximonstres, décrire comme appartenant à la fantasy que les récits y faisant explicitement référence, ou utilisent des thèmes classiques de la fantasy (le changelling pour Max et les maximonstres).

Sans chercher à utiliser les mêmes critères, sans tenter d’en établir des nouveaux, il reste possible, même si l’album est “la seule forme de littérature d’enfance et de jeunesse qui ne doit rien – ou si peu – aux genres développés dans la culture des adultes”, de trouver des thématiques, des noms, des personnages, permettant de montrer l’influence de l’un sur l’autre et justifiant de rattacher un album au genre de la fantasy.

Citer cet article : Sarah Ghelam, "En quête des albums jeunesse de fantasy (1)", Genre de l'édition, publié le 05/05/2022, https://genreed.hypotheses.org/2219, consulté le 08/08/2022.

Un grand merci à Florie Maurin pour les références, les discussions et la relecture, au collectif EAAPES, à Anne Besson, André-François Ruaud, Isabelle Nières-Chevrel et Silène Edgar pour vos travaux qui m’ont permis de me questionner moi et beaucoup d’autres, mais aussi à Justine Breton et Estelle Faye.

  1. “EAAPES”. The Cheapest University. http://thecheapestuniversity.org/archives/eaapes-treize/ []
  2. Turin, A. Bosnia, N. Histoire de sandwichs. Des femmes, 1976 []
  3. “Bibliothèque EAAPES”. The Cheapest University. http://thecheapestuniversity.org/pagesperso/bibliotheque-eaapes/. []
  4. Ghelam, S. “L’effet papillons noirs”. https://genreed.hypotheses.org/95 []
  5. Ghelam, S. “Les albums qui questionnent les normes genrées – la liste”. https://genreed.hypotheses.org/1403 []
  6. Voir à ce sujet mon article “Dalla Parte Delle Bambine – Du côté des filles – A favor de las niñas” https://genreed.hypotheses.org/977. []
  7. Merci encore à Florie Maurin d’avoir passé son dimanche à écumer sa bibliothèque personnelle []
  8. Nières-Chevel, I. “Album”. Dictionnaire du Livre de Jeunesse. Editions du cercle de la librairie, 2013. []
  9. J’en parle dans la rubrique “Ce livre-là” du site la mare aux mots : https://lamareauxmots.com/les-invite%c2%b7es-du-mercredi-dorota-hartwich-et-sarah-ghelam/ []

Une réponse sur « En quête des albums jeunesse de fantasy (1) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search