Catégories
Activités

Le projet de thèse

Après deux ans à participer à des événements scientifiques, à publier, à alimenter ce carnet, je suis enfin inscrite en thèse. Vous trouverez ci-dessous le projet de thèse tel qu’il a été présenté en novembre 2023.

Un grand merci à mes co-directrices ainsi qu’à l’ensemble des personnes qui m’ont conseillée, poussée, accompagnée pendant ces deux années de préparation de thèse.

Production et réception effective des représentations d’enfants non blancs dans les albums jeunesse publiés en France entre 2010 et 2023.


Représentations en littérature jeunesse et pratiques de lecture : état de la littérature

Dès la fin des années 1970, la psychosociologue Marie-José Chombart de Lauwe a étudié les représentations de l’enfance dans la production de littérature jeunesse au regard de la réception effective de cette littérature par les enfants lecteurs et lectrices. Ce sont 75 romans parus entre 1850 et 1968 qui sont étudiés (Marie-José Chombart de Lauwe, 1971). Elle explique que tout système de représentation est un système de valeurs non pas neutre mais dépendant de l’orientation politique et religieuse de celles et ceux qui le produisent. Elle choisit donc d’étudier les représentations dans la littérature jeunesse en envisageant celle-ci comme une institution de socialisation passive. Ses travaux sont repris aujourd’hui par des psychologues en exercice qui s’intéressent aux effets des représentations de l’enfance dans les œuvres de fiction sur le développement cognitif de l’enfant (Ben Fadhel, 2007). Du côté de la sociologie, d’autres analyses quantitatives ont été menées sur les représentations genrées en France (Brugeilles, C., Cromer, I., & Cromer, S., 2002), ainsi que sur les conséquences de représentations stéréotypées sur le développement des enfants-lecteurs (Novelle, 2002a, 2002b ; Novelle & Ferrez, 2003) en considérant également la littérature jeunesse comme un espace d’apprentissage des normes. Ces chercheuses considèrent l’identité de genre comme une construction sociale et culturelle assignée sur la base de caractéristiques physiques. Ces catégories, filles et garçons en l’occurrence, existent à l’intérieur d’un système de bicatégorisation hiérarchisée entre les genres (hommes/femmes) et entre les valeurs et représentations qui leur sont associées (masculin/féminin). Alors que des études ont été menées sur la réception selon le genre (Albenga, 2017 ; Le Guirinec 2012) ou la classe (Bourdieu, 1979a, 1979b ; Donnat, 1994 ; Peterson, 1992 ; Lahire, 1993 ; Coulangeon, 2003, 2004), il n’existe pas encore d’étude sur la réception selon l’assignation racialisante (Mazouz, 2020) du lecteur ou de la lectrice.
Concernant les représentations de personnages d’enfants non blancs dans les albums jeunesse français nous n’avons qu’une étude, celle de Nathalie Thierry et Véronique Francis. Dans leur article (Thierry & Francis, 2015), elles utilisent pour définir leur sujet, l’enfant noir, la terminologie « caractéristiques mélaniques » c’est-à-dire des différences d’ordre biologique. Cette étude publiée en 2015 porte sur la production française d’albums jeunesse de 1980 à 2010. Une fois les albums ayant un contexte étranger mis de côté, trois types de personnages d’enfants noirs à l’intérieur d’albums ayant un contexte occidental ont été établis : l’enfant
noir en questionnement sur son identité sociale de race, l’enfant noir confronté à des « questions vives » (migration, exil, guerre, racisme, etc.) et enfin l’enfant noir dans des situations ordinaires et classiques de l’expérience enfantine sans aucun autre marquer que leur colorisation. C’est-à-dire que sur l’ensemble de la production d’albums entre 1980 et 2010, aucun album ne représente un personnage d’enfant non blanc dans ses particularités, si ce n’est pour aborder des thématiques liées de près ou de loin à des violences racistes. Aucun de ces enfants ne pratiquent d’autres langues que le français, on ne trouve pas d’éléments culturels non occidentaux (cuisine, références fictionnelles, etc.), ou de pratiques religieuses ou traditionnelles non occidentales. On pourrait tout à fait remplacer ces enfants par des enfants blancs, sans que cela impacte le récit. Nous verrons que ce n’est pas le cas de quelques albums publiés à partir de 2021. A la terminologie « caractéristiques mélaniques » nous préférons colorisation. De fait, la même teinte de beige pourrait être utilisée pour les
personnages blancs d’un album et pour le personnage non blanc d’un autre. Dans certains albums, la norme non blanche est une absence de colorisation : les personnages blancs ont la couleur du papier. Il existe, à l’intérieur du champ d’étude des rapports sociaux de race dans lequel nous nous situons, plusieurs terminologies et plusieurs usages de terminologies qui se font concurrence.
Pour cette thèse, nous avons fait le choix de « marquage racial » (Zoubir, 2023), c’est-à-dire tout ce qui dans l’illustration (traits, couleurs) sert à désigner un personnage comme non blanc, en comparaison à une norme, les personnages blancs, sans nous appuyer sur des critères biologiques non adéquats. Nous utiliserons également la terminologie « marquage culturel » pour désigner tout signe au sein de l’illustration ou du texte qui lierait le personnage à une culture donnée, à une expérience spécifique. A « racialisation » (Fanon, 1961) ou « racisation » (Guillaumin, 1972), nous préférons « assignation racialisante » (Mazouz, 2020) pour désigner le processus d’assignation d’une identité sociale de race à un individu.


Objet et problématiques de recherche


Nous souhaitons dans cette thèse nous intéresser à la production des albums jeunesse publiés en France entre 2010 et 2023 avec au moins un personnage d’enfant non blanc, ainsi qu’à la réception effective de ces albums en fonction des représentations disponibles à l’intérieur de
ceux-ci. Il s’agira d’étudier les représentations disponibles de personnages d’enfants non blanc à l’intérieur des albums jeunesse, la production éditoriale de ces albums, et la réception effective de ces albums selon les types de représentations. Ce présent projet vise à déterminer d’un côté pour quel enfant lecteur modèle (Eco, 1985) les éditeurs et éditrices publient des albums ayant un ou plusieurs personnages d’enfant non
blancs ; de l’autre, quelles sont les réceptions effectives de ces albums par les enfants lecteurs. Il s’agit de mettre à l’épreuve l’idée qu’il serait nécessaire, ou non, pour l’enfant lecteur d’être représenté dans les albums mis à sa disposition. A travers un ensemble de journées professionnelles et de revues spécialisées, de nombreux discours ont été produits sur la non
nécessité d’une meilleure représentativité. Pierre Bruno, tout en étudiant les stéréotypes racistes en littérature jeunesse (Bruno, 2014), se permet dans un article médiatique de supposer que les enfants Noirs n’auraient pas besoin de se voir représenter, Donald Trump ayant été élu par un électorat Noir (Bruno, 2020). Aux assises de la littérature jeunesse c’est Joanna Nowicki, professeure des université et directrice d’un master d’édition qui s’est permise d’introduire une table-ronde par un discours sur les dangers de la cancel culture. Pendant cette table-ronde, face à une autrice Noire qui disait avoir souffert de n’avoir jamais été représentée, elle s’est permise de dire qu’elle n’avait jamais ressenti le besoin d’être représentée, et donc qu’il ne s’agissait pas d’un réel besoin. Il s’agira pour nous de mettre à distance les positions des adultes sur l’enfance et la lecture, pour détermine les réels besoins et pratiques des enfants lecteurs.
A cette fin, nous devons déterminer la capacité des enfants à assigner une identité sociale de race à un personnage fictif illustré. Sur base de quels signes et à partir de quel âge les enfants
seraient en mesure d’assigner une identité sociale de race à un personnage fictif illustré ? Ces identités sociales de race sont-elles les mêmes chez les enfants que chez les adultes ? Cette capacité d’assignation racialisante est-elle là-même selon la classe sociale, le genre, l’expérience vécue d’assignation racialisante des enfants lecteurs ?
Dans la continuité des travaux sur les pratiques de lecture différenciées selon la classe sociale des enfants lecteurs, il nous semble que la capacité d’assignation racialisante des enfants lecteurs variera selon plusieurs facteurs et affectera la réception effective des albums jeunesse
ayant un ou plusieurs personnages d’enfants non blancs. L’idée centrale, est, que pour s’identifier à un personnage non blanc en étant soi-même non blanc, il est nécessaire d’acquérir certaines compétences de lecture de l’image et d’avoir intégré certaines normes sociales de race. Il faut être capable d’identifier la colorisation du personnage et la lier à une
identité sociale de race connue.
Notre hypothèse principale est, autrement dit, que le fait de se reconnaître dans le personnage qui nous ressemble ne serait pas forcément une expérience de lecture partagée par l’ensemble des enfants lecteurs quel que soit l’âge, la classe, le genre, l’expérience vécue d’assignation
racialisante.


Dispositif d’enquête

Cette thèse s’appuiera sur un corpus composé de l’ensemble des albums jeunesse publiés en France entre 2010 et 2023 ayant au moins un personnage d’enfant non blanc. Ne seront conservés que les albums jeunesse publiés par une maison d’édition disposant d’une
distribution professionnelle. Cette limitation de corpus permettra une comparaison avec les résultats de l’étude préexistante portant sur la période 1980-2010 (Thierry & Francis, 2015). Est-ce que la production d’albums ayant au moins un personnage d’enfant non blanc sur la période 2010-2020 diffère de celle de 1980-2010 ? Nous constituerons une grille d’analyse
(contexte de l’album, thématique du récit, importance du personnage, type de narration, énonciation, tonalité, style, relations iconotextuelles, …), en prenant également en compte la langue d’origine du livre, mais aussi en croisant le marquage racial (Zoubir, 2023) des personnages avec leurs marqueurs de classe sociale et de genre, dans une approche intersectionnelle, c’est-à-dire qui prend en compte les interactions entre plusieurs discriminations (Crenshaw, 1989). Il nous paraît important de déterminer si à l’intérieur des représentations non blanches certaines tendances sont observables concernant les personnages à l’intersection de plusieurs marginalisations.
Au regard des représentations disponibles, il s’agira ensuite d’analyser l’ensemble des pratiques éditoriales des éditeurs et éditrices, l’ensemble des tâches éditoriales, ainsi que les traces de ces pratiques à l’intérieur des albums produits, en considérant l’acte d’éditer comme une situation d’énonciation (Souchier, 2007). Il nous faudra étudier d’une part les règles
spécifiques de la production de ces albums, et de l’autre l’organisation des pratiques éditoriales et leur adéquation avec leurs discours et ce à l’aide d’entretiens semi-directifs mais aussi d’analyses de discours tel que les sociologues Chamboderon et Fabiani ont pu le faire en 1977 pour l’ensemble des maisons d’édition produisant des albums jeunesse. Alors que le premier album sur les cheveux des petites filles Noires avait dépassé les capacités de production d’une structure éditoriale auto-diffusée, c’est l’ensemble du secteur qui a refusé de le rééditer. L’argument principal était le fait que l’album serait communautariste, puisque la thématique ne concernerait que les petites filles Noires. C’est par la directrice d’une collection de sciences humaines et sociales féministe, à l’intérieur d’une maison généraliste qui publie des albums par ailleurs, que cet album a été sauvé. Comme un million de papillons noirs a dépassé aujourd’hui les 30.000 ventes, il s’agit de la meilleure vente d’album de la maison d’édition Cambourakis, toutes collections confondues. Loin d’une success story, ce cas montre l’incapacité des éditeurs et éditrices à produire certaines représentations. Au regard de ce cas et des résultats de l’étude de Nathalie Thierry et de Véronique Francis, notre hypothèse principale, qu’il faudra confronter à notre analyse de corpus et à notre terrain, est que le secteur éditorial jeunesse est un secteur qui a pour lecteur modèle (Eco, 1985) un enfant à son image, blanc de classe sociale élevée, et que c’est pour lui et lui seulement que les albums jeunesse sont produits. Enfin, en nous basant sur les travaux existants de réception effective de l’enfant lecteur et lectrice (Le Guirinec 2012), il s’agira de construire un protocole adapté à notre sujet d’étude. Bien que l’identification soit une pratique de lecture observée et observable (Mauger & Poliak, 1998 ; Ignacchiti 2016), l’âge auquel l’enfant-lecteur serait potentiellement amené à assigner une identité raciale à un personnage n’a pas encore été déterminé – d’où ce choix les qualifier de « non blancs », en se basant sur le marquage racial des personnages (Zoubir, 2023). En se basant sur l’intégration des normes genrées (Dafflon Novelle, 2006), il nous semble pertinent d’envisager pour sujets des enfants lecteurs et lectrices de 2 ans à 7 ans, cela correspond aux classes de maternelles, de CP et de CE1. Comme pour l’étude de Le Guirinec, il s’agira d’enfants non autonomes dans la lecture, pour qui la lecture collective d’album sera une habitude dans le cadre scolaire. Il s’agit d’un âge où tous les enfants scolarisés ont un accès non différencié aux albums, à l’intérieur d’une même classe du moins. Pour avoir une diversité dans nos échantillons, nous envisageons d’intervenir dans des classes n’appartenant pas au Réseau d’Education Prioritaire, parisiennes et de proche banlieue ; appartenant au Réseau d’Education Prioritaire, parisiennes et de proche banlieue ; et enfin des classes d’enseignant-es de la commission antiraciste de SUD éducation 93. Cela nous permettra d’observer si la mixité sociale de la classe ou l’engagement antiraciste de l’enseignant-e a une incidence sur nos résultats. Avec les enseignant-es, nous tiendrons dans chacune de ces classes des ateliers de lecture utilisant les différents types de représentations de personnages d’enfants non blancs identifiés. Pour chaque niveau, il nous faudra construire des séquences adaptées pour déterminer quelle représentation permet à quel enfant de s’identifier au personnage et selon quelles conditions. Par l’analyse conjointe des pratiques éditoriales des maisons d’édition jeunesse publiant des albums avec des personnages enfantins non blancs, des représentations de ces personnages au sein des albums, et de la réception effective de ces albums, cette thèse établira une base solide de connaissance et de réflexion.
Celle-ci permettra de mettre à distance la surreprésentation médiatique actuelle des dangers que constituerait la volonté de diversité dans les représentations, et ouvrira la possibilité de dialogues ouverts et de politiques fécondes.

Bibliographie :
  • Albenga, V. (2017). S’émanciper par la lecture. Presses Universitaire de Rennes.
  • Ben Fadhel, S. (2007). « L’enfant et l’image : socialisation et développement cognitif ». Enfances & Psy n°37, 133-138.
  • Bourdieu, P. (1979a). La Distinction. Les Editions de Minuit.
  • Bourdieu, P. (1979b). « Les trois états du capital culturel ». Actes de la recherche en sciences sociales n°30, 3-6.
  • Brugeilles, C., Cromer, I. & Cromer, S. (2002). « Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés ou : Comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre ». Population n°57.
  • Bruno, P. (2014). « Littérature pour la jeunesse et racisme social : de nouveaux corpus problématiques ». Le français aujourd’hui n° 185.
  • Bruno, P. (2020). « Les héros « divers » rendent-ils les ados tolérants ? ». Lecture Jeune n°176.
  • Chamboredon, J-C, & Fabiani, J-L. (2020). « Les albums pour enfants ». Revue des sciences sociales n°64, 96-131.
  • Chombart de Lauwe, M-J. (non daté). « Le livre de jeunesse : Un univers de socialisation pour les enfants ». Salon du livre de Jeunesse.
  • Chombard de Lauwe, M-J. (1972). « L’Enfant et son image ». L’école des parents n°3, 14-26.
  • Chombard de Lauwe, M-J (1971). Un Monde autre, l’enfance. Payot.
  • Chombard de Lauwe, M-J (1988). « Enfants et héros de lecture marchent-ils du même pas ? ». Les Actes de lecture n°21.
  • Chombard de Lauwe, M-J., & Bellan, C. (1978). « Typologie des personnages d’enfant dans la littérature d’enfance et de jeunesse ». La Littérature d’enfance et de jeunesse n°1.
  • Coulangeon, P. (2003). « La stratification sociale des goûts musicaux : Le modèle de la légitimité culturelle en question ». Revue française de sociologie n°44, 3-33.
  • Coulangeon, P. (2004). « Classes sociales, pratiques culturelles et styles de vie : le modèle de la distinction est-il (vraiment) obsolète ? ». Sociologie et sociétés, n°36, 59–85.
  • Crenshaw, K. (1989) “Demarginalizing the Intersection of Race and Sex: A Black Feminist Critique of Antidiscrimination Doctrine, Feminist Theory and Antiracist Politics.”. University of Chicago Legal Forum vol. 1989.
  • Donnat, O. (1994). Les Français face à la culture. La Découverte.
  • Eco, U. (1985). Lector in fabula. Grasset.
  • Fassin, É. (2018). « Politiques de la (non-) représentation ». Sociétés &
    Représentations
    n°45, 9-27.
  • Fanon, F. (1961). Les Damnés de la terre. Maspero.
  • Guillaumin, C. (1972). L’Idéologie raciste. Genèse et langage actuel. Mouton.
  • Ignacchiti, S. (2016). Les rencontres du jeune enfant avec le livre : entre exploration de l’objet et lecture partagée : rôle des interactions adulte-enfant, du statut du livre et de l’ajustement parental. Thèse de doctorat, Lyon.
  • Lahire, B. (1993). « Lectures populaires : les modes d’appropriation des textes ». Revue française de pédagogie n°104, 17-26.
  • Lahire, B (dir). (2019). Enfances de classe. Seuil.
  • Le Guirinec, P. (2012). « Portraits de personnages-enfants dans l’album
    contemporain : Galerie des glaces ou labyrinthe de miroirs ? ». Tsimbidy, M., & Rezzouk, A. (2012). La jeunesse au miroir. L’Harmattan.
  • Mauger, G, & Poliak, C. (1998) « Les usages sociaux de la lecture ». Actes de la recherche en sciences sociales n°123.
  • Mazouz, S. (2020). Race. Anamosa.
  • Novelle, A. (2002a). « La littérature enfantine francophone publiée en 1997. Inventaire des héros et des héroïnes proposés aux enfants ». Revue Suisse des Sciences de l‘Education n°24, 309-326.
  • Novelle, A. (2002b). « Les représentations multidimensionnelles du masculin et du féminin véhiculées par la presse enfantine francophone ». Swiss Journal of Psychology n° 61, 85-103.
  • Novelle, A., & Ferrez, E. (2003). « Sexisme dans la littérature enfantine. Analyse des albums avec animaux anthropomorphiques ». Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale n°57, 23-38.
  • Peterson, R. (1992). « Understanding audience segmentation: From elite and mass to omnivore and univore ». Poetics n°21, 243-258.
  • Souchier, E. (2007). « Formes et pouvoirs de l’énonciation éditoriale ».
    Communication et langages n°154, 23-38.
  • Thiery, N., & Francis, V. (2015). « Figures et représentations de l’enfant noir dans les albums pour la jeunesse ». Spiral-E, supplément électronique au n°55, 39-57.
  • Zoubir, Z. (2023). « “Racisme”. Genèse et épistémologie d’un concept de lutte ». Thèse de doctorat en philosophie, sous la direction d’Emmanuel Renault et de Claude Gautier, Nanterre, Université Paris Nanterre.


Citer ce billet
Sarah Ghelam (2023, 29 novembre). Le projet de thèse. Genre de l'édition. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/veyr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search