Catégories
Lectures

En quête d’une place

En août 2018 je venais de finir ma deuxième année de licence, et je travaillais à l’arbre à lettres1, librairie près de Bastille. Librairie du groupe Actes Sud, les locaux sont partagés avec plusieurs maisons d’éditions associées, dont Cambourakis2. On en parlait depuis longtemps, l’album de Laura Nsafou3 Comme un million de papillons noirs avait été racheté et serait publié à la rentrée chez eux. Et les premiers exemplaires étaient enfin là. Face à mon excitation, on m’a proposé d’en emprunter un pour pouvoir le lire – merci. 

Il s’agissait de ma première lecture de cet album – loin d’être la dernière. Si j’étais excitée, sans même l’avoir lu, c’est qu’en plusieurs années de librairie on m’a demandé à de multiples reprises un album qui aborderait le rapport aux cheveux crépus. J’ai écumé les internets, trouvé des listes de livres auto-édités que je partageais quand on me le demandait, mais je n’avais rien à proposer dans mon rayon. Jusqu’à cet album. Album qui a été le premier titre jeunesse de la collection Sorcières de Cambourakis4

Cette nouvelle collection de livres jeunesse a inspiré mon mémoire de première année : l’énonciation éditoriale des collections jeunesses féministes. Après le succès économique d’Histoire du soir pour filles rebelles5, des titres de portraits de femmes héroïques ont commencé à apparaître un peu partout. Je me suis intéressée à trois collections jeunesse qui sont apparues après cette inflation : Jamais trop tôt6 (la ville brûle), Les Plumées7 (Talents Hauts) et Sorcières (Cambourakis). En plus du timing et de leur positionnement féministe, ces collections ont un autre point en commun : on leur a proposé de publier Comme un million de papillons noirs, deux ont refusé. Aux dernières nouvelles, nous étions à 20.000 exemplaires vendus. 

Décembre 2019, La Revue des Livres pour Enfants publie son dernier numéro avec un dossier : Stéréotypes, fin de partie ? Plus d’un an après la sortie de l’album, ce dossier s’ouvre sur un article qui revient sur la réception de l’album : L’effet papillons noirs.8 Dans cet article Aurélie Crop interroge l’autrice et l’éditrice de l’album (Laura Nsafou et Isabelle Cambourakis). Laura Nsafou nous explique qu’elle a voulu écrire le livre qu’elle n’a pas eu quand elle était enfant, et qu’elle n’a pas réussi à trouver de maisons parce qu’on trouvait son projet trop “communautariste”. Isabelle Cambourakis explique que sa collection (Sorcières) est tournée vers une diversité de projets féministes, et qu’elle a voulu commencé la jeunesse en voulant publier cet album. La dernière partie est celle qui m’intéresse le plus ici : le Centre national de la littérature jeunesse9. Cet article est une occasion pour les rédacteurs et les rédactrices de faire preuve de réflexivité. Pourquoi n’ont-ils pas parlé de cet album à sa sortie ? Le succès de cet album signifie bien qu’il répondait à une nécessité, pourquoi ne l’ont-ils pas perçue ? Leurs réserves étaient multiples : le texte leur paraissait trop caricatural, ils avaient peur qu’il ne fasse que renverser un cliché, que le message prenne toute la place, que l’album soit artificiel, qu’un livre “à message”. Ils avaient l’impression que ce n’était qu’une démonstration. Ils ont aussi admis que leur équipe était exclusivement blanche. 

En trois ans à travailler en maison d’édition, à étudier les métiers du livre et de l’édition, à faire de la recherche sur la représentation genrée et racisée, je n’ai jamais retrouvé cette vérité énoncée et assumée : on a des biais parce qu’on est blanc.hes. 

En quête d’un grand peut-être

En mars 2020, juste avant la fin du monde, Tom et Nathan Levêque ( La Voix du Livre et Le Cahier de lecture de Nathan) lancent leur campagne de financement10 et c’est un succès. Le programme est prometteur : 

  • Une partie historique de la littérature ado.
  • Un panorama de livres incontournables en littérature ado dressé avec l’aide de Julia du blog « Allez vous faire lire » mais aussi nos propres coups de cœur.
  • Une partie de fonds qui relie la littérature ado et notre société, avec pour question centrale : comment la littérature ado dit le monde ?
  • Une réflexion sur son lectorat : comment les adolescent·es la consomment, qui d’autre en lit, les communautés de lecteurs et lectrices…
  • Une comparaison de la littérature ado et de la littérature jeunes adultes, et une tentative de comprendre ce qui les différencie.
  • Et enfin une partie outils qui réunira des listes d’acteur·rices et prescripteur·rices de littérature ado pour pouvoir s’y repérer.
  • Le tout ponctué de portraits et de 10 nouvelles inédites de littérature ado !

Une fois terminé, le sommaire ressemblait à ça :

  • Historique
  • Littérature ado : quelles frontières ?
    • Une littérature complète
    • La littérature young adult : une littérature de passage ?
    • Pourquoi lire de la littérature ado quand on est adulte ?
  • Les incontournables
  • Une littérature complète
    • La famille
    • Littérature et protection de la jeunesse : des enjeux contraires ?
    • La sexualité, tabou ultime
    • La révolte
    • Diversité et représentations en littérature ado
    • Un monde en crise : la question des migrations
    • La mort
  • Les chemins de la littérature ado
    • Entrer en littérature ado : prescription et émancipation
    • C’est quoi, une bonne couverture ?
    • Un territoire de créativité et d’innovation ?
    • Une exploration collective de la littérature ado
    • Transcender la lecture.
  • Conclusion et bibliographie

J’aimerais ici me concentrer sur le chapitre “Diversité et représentations en littérature ado”. En remettant en contexte les publications actuelles (avec quelques erreurs), les auteurs de ce guide annonce qu’ils se sont entretenus avec des “lecteur-rices et blogueur-ses” – @Bibliofeel, @Mxcordelia, @delphng et @labooktillaise – pour en savoir où en était de la diversité en littérature ado.  

Pour celleux qui ne connaissent pas les auteurs de ce guide, ils ne sont pas uniquement présents sur les internets, un des frères travaille pour babelio, et l’autre pour Sarbacane. Alors pourquoi poser cette question uniquement à des lecteur-rices ? Et uniquement dans ce chapitre ? Pourquoi ne pas se poser cette question à eux-mêmes et à leurs collègues ? Vous en êtes où de la diversité dans vos équipes, dans vos catalogues, parmi les auteurs et autrices que vous publiez ? Que faites-vous pour une meilleure diversité ? Que faites-vous pour réparer, pour faire mieux après une publication à la représentation blessante ? 

Ce qui m’est apparu, et qui est criant quand on lit et relit les textes avec une grille antiraciste, c’est qu’il n’y a pas de personnes non-blanches en dehors de ce chapitre. Dix auteurs et autrices ont écrit des nouvelles, de nombreuses personnes du milieu éditorial interrogées, et pas une seule personne non-blanche. Pourquoi ? Je suppose qu’ils ont choisi les personnes avec qui travailler par affinités, amitiés et réseaux, sans même réfléchir à ces questions de représentativité. 

Pareil dans le programme du premier Bibliothon de Bulledop : 12h de live, et un créneau “autrices engagées” avec Clémentine Beauvais, Cy, Anne-Fleur Muton et Cordélia, aucune invitée non-blanche. Quand je l’ai soulevé, il m’a été répondu que l’organisatrice avait ce qu’elle avait pu, avec le temps qu’elle avait, parmi les contacts qu’elle avait.

Ce qui est clair, c’est que si les questions de représentativité ne sont pas présentes à chaque étape de son travail, on ne peut qu’avoir des biais, et un rendu final avec une représentation non diversifiée, une non-mixité non pas choisie mais accidentelle.

Parce qu’on a une illusion de consensus, “il faut une meilleure représentativité”, le travail n’est pas fait. L’enjeu n’est pas de savoir si tel ou tel livre, personne, maison est raciste, l’enjeu est de comprendre que nous faisons toutes et tous partie d’une société raciste, avec un passé colonial, et que nous devons toutes et tous comprendre et réfléchir nos positions, pour prendre nos responsabilités, prendre action.

Il faut arrêter d’avoir peur ou de se sentir insulter par le mot raciste, et il faut commencer à entamer un travail d’auto-réflexion, maintenant.

Pas professionnel.les ?

En janvier 2021, Elodie-Aude (labooktillaise) annonce son prochain live11 sur la communication autour des livres contenant de la diversité. Suite à cette annonce, une community manager s’enflamme. L’origine de sa colère ? On ne parlerait qu’entre convaincues, et sans la présence des personnes concernées. Les personnes concernées par la représentation des personnes racisées ? Apparemment ici les professionnel.les du livre. Alors plusieurs problèmes pour moi.

  • Déjà, le live était ouvert, personne ne l’empêchait d’être présente. Elle n’était pas exclue de cet événement.
  • Si elle souhaitait parler de la communication des livres contenant de la diversité avec des professionnel.les du livre, rien ne l’empêchait de le faire elle-même – ce qu’elle n’a pas fait, bien évidemment.
  • Bien que tout le monde ait son rôle à jouer, les personnes concernées par la représentation des personnages racisés, les personnes à écouter, sont les personnes racisées.
  • Et finalement, pourquoi partir du principe que ce ne sont pas des professionnelles ?

On parlait de Tom et Nathan, mais il me semble n’avoir jamais vu de professionnel.le du livre blanc.he questionné.e sur leur professionnalisation en ligne. Iels ont des réseaux sociaux, des sites internet, partagent du contenu, tout en étant en poste, et personne ne remet en question leur légitimité. Mais en voyant un live avec une majorité de personnes racisées parlant de diversité, on part du principe qu’il ne peut s’agir de professionnel.les du livre.

Même problème dans un article de Lecture Jeunesse12 : une doctorante en littérature parle de diversité en fantasy en citant des exemples de livres de SFF proposant soit une représentation plus diversifiée soit des systèmes alternatifs. En dehors de la question de la pertinence d’analyser des titres qui ne sont pas pour un lectorat jeunesse dans un dossier qui leur est consacré, l’article finit sur un : “il n’existe pas, à notre connaissance d’étude chiffrée concernant la diversité, en fantasy ou dans la fiction pour adolescents en France”. En dehors du fait que c’est faux, il était particulièrement malvenu d’utiliser la première personne du pluriel après avoir cité des “lecteur-rices et blogueur-ses”. Parce qu’il existe des études, qualitatives et quantitatives, sur la représentation en littérature jeunesse, et elles sont menées dans les masters du livre par les masterant.es.

Et parmi ces “lecteur-rices et blogueur-ses”, une importante partie vient de ces masters et/ou travaillent dans les métiers du livre – et ne s’en cachent pas ! On peut le voir sur leurs sites, dans leurs biographies, elles en parlent ouvertement et publiquement.

Mais on les retrouve toujours dans la même position. Des personnes blanches perçues comme légitimes par la profession, choisissent de parler de diversité “parce que c’est important” en les interrogeant ou en les citant dans un chapitre, dans un paragraphe, avec une mise en contexte erronée, et en les citant comme des lecteur-rices, des blogueur-ses.

Dans un article de Slate, on oppose des professionnelles de l’édition à “une génération de jeunes lectrices particulièrement attentives sur ces questions”13.

Il ne s’agit pas dans cet article de critiquer individuellement les exemples cités. Mais de montrer que comme le racisme, la position que l’on accorde à la question de la représentation de la race et aux personnes qui travaille sur ces questions est toujours la même, systémique. J’en appelle aux professionnel.les de l’édition à leurs positions et à leurs actions. Parce que oui, on sera attentives à ces questions.

Je finirai par ajouter que veiller à la représentation et à la considération des personnes racisées n’est pas un service que vous nous rendez. Il s’agit d’une part de votre travail. Ces personnes qui travaillent sur les questions de représentation publiquement le font en plus de leurs postes, sur leurs temps libres, et se retrouvent à devoir répondre à des entretiens, à accompagner des masterant.es dans leurs recherches, à conseiller des collègues sur leurs parutions, gratuitement.14

Elles se retrouvent sur-sollicitées, sans temps pour travailler à leurs propres projets, et limitées à aborder les questions qui les concernent.

J’aurais voulu qu’au lieu d’une personne blanche qui n’a jamais travaillé la question, l’article soit écrit par une personne racisée, que leur travail soit considéré, voir rémunéré. J’aurais voulu qu’elles soient citées non pas seulement comme des “lecteur-rices et blogueur-ses”, mais en valorisant leurs parcours et leurs positions, en adressant le fait qu’il y ait des professionnelles du livre parmi elles. J’aurais voulu qu’il y ait des personnes racisées présentes dans tous les projets qui parlent de diversité. Alors embauchez-nous.

Mais j’aurais aussi voulu qu’on puisse parler d’autres choses que de diversité.

Il semble que de parler de diversité soit une étape inévitable, pour expliciter la blancheur de ce milieu, pour pouvoir espérer y avoir une place, pour pouvoir espérer que toutes et tous travaillent cette question, et qu’on puisse enfin ne plus avoir à le faire.

Quant à vous, personnes blanches, avant de vouloir parler de diversité : 

  • On parle de sensitivity reader pour la fiction, la relecture (l’évaluation) par les pairs pour la non-fiction garantit la qualité des textes dans les disciplines scientifiques. Si vos pairs sont blanch.es – déjà demandez-vous pourquoi – mais faites-vous relire par des expert.es – aka des personnes concernées. 
  • Si possible, laissez leur la place. Si c’est pour parler de racisation, ou si c’est pour reprendre le contenu/le travail d’une personne racisée, si vous pouvez, proposez leur plutôt de contribuer. 
  • Si vous citez des personnes racisées, faites le correctement : de préférence avec leur accord et de la façon qu’iel préfère, sans les invisibiliser, minimiser leur travail et/ou les exposer. 
  • Et enfin, demandez-vous pourquoi vous voulez en parler – si c’est pour avoir un cookie vous pouvez retirer ce paragraphe.

Merci à Delphine et Elodie pour la relecture.

  1. https://www.arbrealettres.com/ []
  2. https://www.cambourakis.com/la-maison/ []
  3. alias Mrs Roots sur les internets : https://mrsroots.fr/ []
  4. https://www.cambourakis.com/livres/sorcieres/ []
  5. (https://www.arenes.fr/livre/histoires-de-soir-filles-rebelles/ []
  6. https://www.lavillebrule.com/collections/jamais-trop-tot,1 []
  7. http://www.talentshauts.fr/41-les-plumees []
  8. Crop, Aurélie. « L’effet papillons noirs ». La revue des livres pour enfants n°310 (2019). []
  9. http://cnlj.bnf.fr/ []
  10. https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/un-grand-peut-etre []
  11. https://www.youtube.com/watch?v=5QLhvVjxjKM []
  12. Lecture Jeune, n°176, 2020. []
  13. http://www.slate.fr/story/192789/litterature-jeunesse-young-adult-france-edition-effacement-heroines-racisees []
  14. Je ne pourrai parler pour mes collègues, mais en ce qui me concerne je peux facturer. Si vous souhaitez un regard critique sur vos publications vous pouvez me contacter à : sarah.ghelam@outlook.fr []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.