Catégories
Articles

En quête des albums jeunesse de fantasy (2)

Cet article a été co-écrit avec Florie Maurin, doctorante spécialisée en fantasy jeunesse.

Dans un premier article1, nous avons tenté de définir ce que pourrait être un album de fantasy à partir des définitions et panoramas disponibles. Alors que le marquage “album de fantasy” est inexistant et qu’il n’y a pas de littérature scientifique nommant l’un ou l’autre album comme appartenant au genre de la fantasy en France (à l’exception de Max et les maximonstres), comment définir ce que pourrait être un album de fantasy ? Sans appliquer strictement les mêmes critères que pour le roman, sans en définir de nouveaux, il serait possible de considérer comme appartenant au genre de la fantasy des albums qui y feraient référence ou qui utiliseraient les mêmes topoï…

… ou alors, nous pourrions imaginer qu’à partir des albums ayant été reçus comme appartenant au genre de la fantasy, il serait envisageable de dresser une liste de critères propres à ces albums.

J’ai donc demandé en publiant mon premier article quels étaient les albums qui pourraient être considérés comme appartenant au genre de la fantasy, les voici. Nous verrons d’abord en quoi certains pourraient relever des contes ou des réécritures mythico-merveilleuses, puis nous observerons comment la magie et les mondes secondaires peuvent être utilisés dans les autres albums proposés.

Contes et mythes

Rivière, belle rivière, en ce jour de fête donne-moi de découvrir le visage de celui qui sera mon prince…

Combier, A. Romby, A. La nuit du prince grenouille. Milan, 2012.

Certains des albums cités, comme La nuit du prince grenouille2, semblent relever simplement du genre très codifié du conte, tout comme Le sortilège des enfants squelettes3 ou La Magicienne4. La magie est effectivement centrale et l’on retrouve des topoï propres au genre du conte : métamorphoses, espace sauvage et périlleux de la forêt, personnel (sorcière, prince, animaux dotés de parole), etc. L’aide d’un personnage auxiliaire, les épreuves (triples pour Le sortilège…) et les heureux dénouements témoignent également de la structure des contes et les albums répondent à la plupart des fonctions théorisées par Vladimir Propp5 .

Souvent absentes du récit, les fées, ne suffisent pas à définir le conte de fées. Cette expression désigne en fait un genre littéraire français correspondant à ce que les folkloristes appellent le conte merveilleux. Il se définit généralement par sa structure narrative, mise en lumière par les travaux de Vladimir Propp : un héros ou une héroïne, subissant un malheur ou un méfait, doit traverser un certain nombre d’épreuves et de péripéties, qui souvent mettent radicalement en cause son statut ou son existence, pour arriver à une nouvelle situation stable, très souvent le mariage ou l’établissement d’une nouvelle vie.

“Contes de fées”. BnF. http://expositions.bnf.fr/contes/arret/ecrit/index.htm

Dans l’album d’A. Combier et A. Romby, qui semble réécrire Le Roi Grenouille ou Henri de Fer, le prince est transformé en grenouille, il subit de nombreuses péripéties avant de pouvoir, grâce au baiser de sa princesse, retrouver sa forme originelle. Du côté du Sortilège des enfants squelettes, nous percevons des motifs et une structure similaires : une petite fille est métamorphosée en squelette par une sorcière, comme l’a été avant elle un petit garçon. Après avoir rassemblé les os dispersés du garçon (la petite aide trois animaux qui lui offrent alors tour à tour trois récompenses : les précieux os), l’héroïne est embrassée par ce dernier. Ils redeviennent, dès lors, les enfants qu’ils étaient, constitués non seulement d’os, mais aussi de chair. Enfin, La Magicienne atteste d’un grand syncrétisme : l’album s’inspire d’un mythème, celui de la métamorphose d’humains en porcs par Circé, mais aussi de plusieurs contes, comme le Nain Tracassin (la petite fille doit deviner le nom de la magicienne et a le droit à trois tentatives), Blanche-Neige (elle finit par croquer dans la pomme que lui propose l’antagoniste) ou encore Le Petit Poucet (elle sème des miettes de pain pour trouver son chemin), mais fait également écho au Voyage de Chihiro d’Hayao Miyazaki tout en héritant du conte par son schéma narratif6 . Notons que le syncrétisme, qui peut être perçu comme une caractéristique de la fantasy jeunesse7 , est prégnant dans La Magicienne.

Dahman, M. Lefèvre, C. La Magicienne. Glénat, 2021)

On a déjà vu que les contes faisaient partie des sources de la fantasy. Se pose donc une question : est-ce que l’album fait référence au genre de la fantasy, ou à une de ses sources ? Pour Hilda et la princesse8 par exemple, on découvre que la princesse s’appelle Mélusine et possède une queue de dragon. L’album fait-il référence au texte médiéval ou bien à des réécritures de fantasy ? Dans ce cas, parce qu’il y a très peu de textes contemporains de fantasy sur Mélusine on peut partir du principe qu’il s’agit d’une référence au texte médiéval directement… Dans d’autres, il est encore plus facile de relier les albums directement à leurs sources. Les différents albums de la maison d’édition aleph par exemple sont tous inspirés de contes et légendes du monde. On peut retrouver sur la quatrième de couverture des livres à quelle mythologie appartient le récit de l’album (celtique, nordique et slave pour les albums déjà parus). Ici, la maison d’édition marque elle-même l’album comme relevant du mythe et non pas du genre de la fantasy. Une question demeure : si l’ensemble de la production contemporaine ayant les mêmes sources que la fantasy n’en relève pas pour autant, quels autres critères peuvent nous aider ? Si un album contemporain sur Loki peut relever soit d’une réécriture mythologique comme ici, soit de la fantasy, qu’est-ce qui différencierait l’un, de l’autre ?

On a également cité La Petite Lectrice, l’histoire d’une princesse qui ne voulait pas épouser un prince mais simplement lire. C’est grâce au pouvoir des livres qu’elle sauve le royaume, en offrant à chaque monstre un ouvrage qui lui correspond. Elle finit donc sa vie heureuse, à parcourir son royaume – il s’agit d’un univers médiévalisant –  avec son biblio-cheval. Comme pour La nuit du prince grenouille, il s’agit d’un conte, qui débute d’ailleurs par la formule traditionnelle “Il était une fois” : la princesse doit affronter ses prétendants puis un ogre avant de pouvoir vivre paisiblement. Mais, on y fait directement référence à la science-fiction.

Parfois, la nuit, alors que la petite princesse lisait un livre de science-fiction hyper-passionnant grâce à sa lampe frontale, elle entendait un bruit suspect dans sa chambre.

Chambaud, E. Gion, T. La Petite Lectrice. Gautier-Languereau, 2020.

Cela ne suffit pas à faire de l’album un album de science-fiction, mais il serait intéressant de chercher d’autres albums qui feraient référence, directement ou indirectement, à la SFFF9. Concernant la fantasy, sans appartenir au genre, l’album semble en quelque sorte se placer sous son patronage. Les gardes du livre représentent des éléments typiques du genre : un dragon, une épée, un casque, une guerrière…  Et si la jeune fille s’intéresse à la SF, elle lit également, semble-t-il, de la fantasy et des contes puisque les connaissances qu’elle a acquises grâce à ses livres sont précisées. Elle sait notamment “éteindre le feu des dragons” et “confectionner un antipoison quand elle mangeait une pomme empoisonnée”. Plus généralement, l’album joue sur les codes des contes et les subvertit. Des références à l’imaginaire, non seulement aux contes, mais également à la fantasy et, dans une moindre mesure, à la SF, sont distillées dans La Petite Lectrice.

Chambaud, E. Gion, T. La Petite Lectrice. Gautier-Languereau, 2020.

De l’utilisation de la magie et des mondes secondaires dans les albums

Le dernier album proposé est Monsieur Fée10. Dans celui-ci, nous avons un univers matériel secondaire, la forêt où vivent les fées, et de la magie. Monsieur Fée quitte cet univers secondaire pour le monde des humains persuadé qu’il n’est qu’une fée de rien du tout. En effet, il est incapable de piquer les fesses ou de guérir les bobos, il ne sait que provoquer des chatouilles, colorer ce qui l’entoure, et transformer les objets en barbe à papa. Mais il s’avère que c’était ce dont avait besoin le monde des humains, et aussi ce dont ont besoin les habitants de la forêt… Sans lui, la forêt a perdu ses couleurs et ses habitants ont été incapables de rire. Il s’avère qu’il est la plus indispensable des Fées, la Fée des Sourires. Sur une des pages intérieures on peut lire la définition de Fée des Sourires : se dit d’une personne qui rend la vie plus agréable.

De Cadier, M. Pigé, F. Monsieur Fée. Balivernes, 2018

L’album a une morale très visible : le plus important des pouvoirs, c’est celui de rendre la vie des autres plus agréable. Bien qu’ici il soit représenté par une fée aux pouvoirs magiques, il n’est pas nécessaire d’en avoir pour être une Fée des Sourires. Il s’agit d’un des albums qui utilisent la magie pour aborder des traits de caractère de l’enfant (la bienveillance, la différence, etc.) Malgré l’omniprésence de celle-ci, la magie n’est ni le sujet, ni une composante de l’univers, mais un prétexte pour aborder différentes thématiques. 

Pour l’instant nous avons donc soit des albums dont la structure narrative est celle du conte, soit des albums où la magie est présente, mais pas essentielle au récit. Tradition du conte ou prétexte pour faire passer un message, retrouve-t-on d’autres utilisations de la magie dans les albums ?

Dans certains, un bestiaire fantastique est convoqué. Il peut s’agir de monstres (La Petite Lectrice ; Max et les Maximonstres), mais également de créatures merveilleuses, comme l’esprit de la forêt de La Magicienne. Dans Sur la piste des chimères11 une jeune sculptrice et exploratrice se met en quête de “chimères” pour alimenter son imagination artistique. L’album développe également tout un bestiaire fantastique. Une sorte de dragon, un “dragollecorce” ne peut que faire écho au genre de la fantasy. Bien que ce seul critère ne permette pas de rattacher l’album au genre qui nous intéresse, la présence du dragon et d’une kyrielle de créatures mythologiques réinventées par l’autrice et l’illustratrice rappelle les grands romans de fantasy et leur faune merveilleuse.

Ducos, M. Le garçon du phare. Sarbacane, 2019.

Dans Le garçon du phare12, en arrachant un dessin du mur, Timothée arrache aussi un morceau du papier peint et ouvre un passage vers un autre monde, où le terrible Dodécapus, un céphalopode extraordinaire, règne sur les océans. Le héros y rencontre Morgan, “fils de l’océan”, qu’il va aider dans sa quête avant de revenir dans son propre monde. Après une bonne nuit de sommeil, il semble avoir oublié ses aventures… jusqu’à ce que sa sœur et sa mère dévoilent l’entièreté de la peinture décorative. Le récit se finit sur le souhait de Timothée de retourner dans le monde de Morgan, avec sa sœur. Timothée a ainsi gagné un monde secondaire, comme avant lui Max qui parvient au pays des Maximonstres, ou Adèle et sa peluche qui atteignent le monde d’en bas, celui des Zéfirottes, chez Ponti13. C’est aussi le cas d’Eloi dans L’Ange disparu du même auteur que Le garçon du phare. Alors qu’il visite le musée des Beaux-Arts de sa ville avec sa classe, le personnage d’un tableau s’adresse à lui. Son petit ange est parti et il lui faut le retrouver. Eloi part donc à sa recherche, questionne d’autres personnages de tableaux. On lui conseille alors d’entrer dans les peintures pour partir à la poursuite du petit ange… 

– Entrer dans un tableau ? Comment est-ce possible ?

– Ah, c’est impossible justement, mais un ange qui sort d’un tableau, c’est impossible aussi. “

Caractéristiques de la low fantasy14, ces basculements d’un monde à un autre, comme les espaces du seuil qui leur servent de cadre (un tableau, une tapisserie…), ne manquent pas de rappeler d’autres œuvres de fantasy, romanesques cette fois, telles que Les Chroniques de Narnia, Forestelle ou encore Harry Potter. Si les personnages se déplacent en direction d’un monde secondaire, le mouvement peut également tout à fait être inverse, comme dans Monsieur Fée ou Jumanji15, un album dans lequel les animaux exotiques et intempéries de la jungle investissent la maison de Pierre et Judith après que ceux-ci se sont lancés dans une partie de jeu magique.

Conclusion : 

Le premier billet de cette série se concluait en décrivant l’album comme un objet de littérature jeunesse qui pourrait, comme les romans jeunesse, relever d’un genre ou d’un autre, fantasy comprise. En effet, nous considérons la littérature jeunesse non pas comme un genre en soi, mais comme un champ, ses objets pouvant appartenir à l’un ou l’autre genre. Pour autant, de par son histoire et ses enjeux spécifiques, il est difficile de soumettre l’album aux mêmes critères que le roman. 

En partant des albums ayant été reçus comme appartenant au genre de la fantasy, on ne peut que remarquer que les enjeux spécifiques de l’album sont méconnus. La seule caractéristique commune à l’ensemble des albums proposés est la présence de magie. Mais parce qu’il peut s’agir de contes, de réécritures mythiques ou merveilleuses, ou d’un prétexte pour aborder certaines thématiques16 , la présence de certains éléments comme “le surnaturel (non purement horrifique), l’enchantement du réel, le mythe, la magie ainsi que la présence d’un univers matériel secondaire17 “ peut ne pas suffire. 

Au final, les seuls albums que nous avons pu décrire comme appartenant au genre de la fantasy sont bien ceux qui avaient pour éléments centraux des topoï propres au genre (ici, le basculement vers un monde secondaire). Ce qu’il reste à explorer, ce que twitter ne nous avait pas proposé, sont les albums écrits par des auteurices de romans de SFFF… Vous pourrez lire le troisième billet de cette série sur le carnet de Florie Maurin, co-autrice de ce billet.

Citer cet article : Sarah Ghelam, "En quête des albums jeunesse de fantasy (2)", Genre de l'édition, publié le 23/06/2022, https://genreed.hypotheses.org/2495, consulté le 08/08/2022.
  1. Ghelam, S. “En quête des albums jeunesse de fantasy (1). Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/2219 []
  2. Combier, A. Romby, A. La nuit du prince grenouille. Milan, 2012 []
  3. Van Doninck, S. Le sortilège des enfants squelettes. Alice Jeunesse, 2019 []
  4. Dahman, M. Lefèvre, C. La Magicienne. Glénat, 2021 []
  5. Dans sa Morphologie du conte (Éditions du Seuil, 1965 – 1928 pour l’édition originale). Le structuraliste étudie une centaine de contes folkloriques russes et définit 31 fonctions (sortes d’étapes narratives) auxquelles répondent les contes. Citons-en quelques unes à titre d’exemple : “Un des membres de la famille s’éloigne de la maison” (1), “le héros subit une épreuve, un questionnaire, une attaque, etc., qui le préparent à la réception d’un objet ou d’un auxiliaire magique” (12), “le méfait initial est réparé ou le manque comblé” (19). []
  6. L’antagoniste porte préjudice à des personnages ayant transgressé une interdiction, l’héroïne se met en quête pour les aider, utilise un objet magique, est épaulée par des auxiliaires, subit une épreuve, la réussit à sa troisième tentative et rétablit l’ordre. []
  7. « Le recours syncrétique aux mythes de tout type, mêlés sans distinction d’époque ou d’origine géographique et croisés avec des références plus contemporaines, est même considéré par Anne Besson comme un possible trait distinctif de la fantasy jeunesse. » (EDGAR Silène, « Jeunesse », dans Anne BESSON, Dictionnaire de la fantasy, Paris, Vendémiaire, 2018, p. 211). []
  8. Rust, E. Hilda et la princesse. Cambourakis, 2019 []
  9. Science-Fiction, Fantasy, Fantastique. []
  10. De Cadier, M. Pigé, F. Monsieur Fée. Balivernes, 2018 []
  11. Latteux, C. Berdal, P. Sur la piste des chimères. Édition Lumignon, 2018 []
  12. Ducos, M. Le garçon du phare. Sarbacane, 2019. []
  13. Ponti, C. La nuit des Zéfirottes. L’école des loisirs, 2006 []
  14. La low fantasy « correspond aux récits (ou jeux, séries, films) se déroulant en partie dans nos realia […] et qui, de ce fait, se rapprochent davantage du genre fantastique mâtiné de merveilleux […] Par définition, toute œuvre où le monde réel communique avec un autre monde (le monde secondaire) appartient à la low fantasy, catégorie protéiforme qui englobe à peu près tout ce qui ne relève pas de la high fantasy » (Isabelle-Rachel CASTA, “High and low fantasy”, dans Anne BESSON, Dictionnaire de la fantasy, Paris, Véndémiaire, 2018., p. 174). []
  15. Van Allsburg, C. Jumanji. L’école des loisirs, 1983 []
  16. J’en parlais déjà à propos de Rose Bombonne dans le premier billet,  l’autrice utilise des éléphants comme personnages parce qu’il est plus facile d’aborder le sujet des assignations genrées en utilisant des éléphants qu’en dénonçant directement, aussi durement, l’éducation des petites filles humaines. Pour autant il ne s’agit pas de fantasy animalière, dans le sens où il ne s’agit pas d’accéder à un point de vue différent à hauteur d’animaux, mais simplement de construire une distance pour permettre d’aborder un sujet []
  17. Ruaud, A-F. (dir.) Panorama illustré de la fantasy & du merveilleux. Les Moutons électriques, 2018, pp. 8-10. []

Une réponse sur « En quête des albums jeunesse de fantasy (2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search