Catégories
Actualité

Sortir du capitalisme – Compte-rendu des 1re Assises de l’édition féministe

Ce 17 juin nous étions rassemblées à Montreuil pour les premières Assises de l’édition féministe organisées par le collectif Editer en féministes dont vous pouvez lire la tribune ici dans le cadre du festival “La poésie n’est pas un luxe1” organisé par l’association Littératures, etc.2

Vous pouvez retrouver le programme de la journée ici

Argent, archives et VSS

Avant de lancer les différentes tables-rondes de l’après-midi, on nous présente le collectif, les raisons de son existence et ses projets à venir. Ces différentes maisons, aux statuts et fonctionnements différents, se sont retrouvées après avoir fait le même constat : l’édition faisait de l’argent en capitalisant sur le féminisme, mais cette capitalisation ne se faisait pas en ayant des pratiques féministes, et cet argent ne revenait pas, in fine, à des organisations féministes.  

En plus de construire un espace où il serait possible de questionner ensemble les pratiques éditoriales des structures qui souhaiteraient éditer féministement, le collectif compte également s’engager sur les questions de violences sexistes et sexuelles au sein du secteur éditorial, féministe ou non. Non pas en prenant en charge eux-mêmes les cas qui pourraient leur être rapportés, mais en redirigeant structures éditoriales et/ou victimes vers des structures adaptées. Il leur paraît par contre nécessaire de parler ensemble, dans ces espaces, des cas où il a été question de potentiellement publier des agresseurs. Comment a-t-il été possible d’empêcher ces publications ? Quelles sont les maisons qui ont choisi de publier malgré les signalements ? Que faire collectivement ?

Leur dernier pôle sera consacré aux archives féministes et à la mise en commun des textes. En effet, en plus de gagner de l’argent sur des textes féministes sans être elleux-mêmes des organisations féministes, de les faire coexister avec des textes réactionnaires et/ou écrits par des agresseurs, ces structures non féministes s’accaparent des textes pour une période de temps assez importantes. Comment conserver nos écrits, les mettre en commun, les rendre accessibles ? Alors même qu’une grande partie nous échappe ? 

Cette journée n’avait pour but de trouver une seule réponse ferme et définitive à ces questionnements, mais de réfléchir collectivement. 

La diffusion 

Encore récemment, je me suis retrouvée à expliquer ce qu’était la diffusion. Pour faire (très) simple, il s’agit du lien entre les maisons d’édition et les librairies. Nous3 recevons les cartons de livres par les distributeurs, mais ce sont les diffuseurs qui travaillent avec nous les sorties à venir. Pour qu’un livre arrive sur table, un représentant travaillant pour une entreprise de diffusion sera venu nous présenter les nouveautés de son catalogue, aura transmis notre commande au distributeur qui nous aura envoyé nos livres. 

En quoi c’est pertinent d’en parler d’un point de vue féministe ? Parce que c’est un choix que doit faire toute maison d’édition et qu’il y a des enjeux éthiques et féministes dans les pratiques de diffusion. Pour en parler, nous avions Julie Finidori, agente littéraire, Eva Sinanian, libraire aux Mots à la bouche et Michaëla Danjé de Cases Rebelles

Tout de suite est mis en avant le principal enjeu : quelles voix sont diffusées et en direction de qui ? Dans quels espaces ? Eva des Mots à la bouche nous dit qu’après avoir eu un rayon “femme” pendant longtemps, il a fallu attendre le déménagement de la librairie pour avoir un rayon féministe au sein des essais. Comme le reste des professionnel-les du livre, comme le collectif éditer en féministes, elle a observé une vague de publications présentées comme féministes. Du fait de cette (sur)production, les librairies ont commencé à avoir un rayon dédié. De leur côté, l’équipe des Mots à la bouche accepte autant les livres auto-diffusés que diffusés, et sont même frileux face aux essais féministes des grandes structures. 

En librairie il y a la possibilité de faire une sélection dans l’offre éditoriale pour construire ses rayons, comme il est possible pour l’éditeurice de construire son catalogue. Là où un-e agent-e se retrouve à défendre l’ensemble des titres soit d’un-e auteurice, soit d’une maison. C’est le cas de Julie Finidori. Bien qu’elle ne puisse pas choisir les titres sur lesquels elle travaille, elle fait un choix concernant les maisons qu’elle défend, et elle tente de ne pas seulement travailler la nouveauté mais aussi le fonds de ses maisons. En effet, le pendant de la surproduction est la courte vie des nouveautés. Pour faire de la place aux prochaines sorties, un livre n’a guère plus de 3 mois de vie sur table.  

La dernière intervenante est Michaëla Danjé du collectif Cases Rebelles.  Alors que les textes antiracistes anglophones sont publiés par des maisons d’éditions blanches, traduites par des personnes blanches, elle nous dit qu’il est urgent de publier d’autres voix, dans d’autres structures. 

Fin 2019 notre collectif Cases Rebelles fêtait ses 10 ans d’existence. 10 ans que nous vous proposons des textes personnels, des podcasts, des recensions, des analyses de film, des interviews. Pendant ces 10 ans nous avons aussi réalisé le documentaire Dire à Lamine (2018, 112 min), écrit le livre 100 Portraits contre l’état policier (2017), traduit ainsi qu’assumé la direction éditoriale de Assata, Une autobiographie de Assata Shakur, parue aux éditions PMN en 2018. Ce 10e anniversaire était donc l’occasion pour nous de lancer un nouveau projet : celui notre propre maison d’édition.

Les Éditions Cases Rebelles ont pour vocation de continuer à raconter les histoires et les expériences de vie que le monde de l’édition a rejeté à la marge. Nous entendons donner voix à des perspectives inédites et originales, se saisir d’épisodes historiques menacés d’oubli. Nous voulons pouvoir accueillir des perspectives panafrorévolutionnaires qui sortent des sentiers battus de l’empowerment et de la représentation.

Les éditions Cases Rebelles cultiveront le marronnage, l’originalité et les projets d’écriture audacieux.

“Editions Cases Rebelles”. Cases Rebelles. https://www.cases-rebelles.org/editions-cases-rebelles/

Elle nous explique que l’envie d’éditer était présente dès les débuts de l’histoire du collectif, mais qu’il aura fallu 10 ans pour concrétiser ce projet. Pour l’instant, la maison a publié deux recueils de textes : Le feu qui craque – PanAfroRévolutionnaires et AFROTRANS. Le but n’était pas pour elles de le diffuser le plus possible. Déjà parce qu’il ne s’agissait pas de faire du profit à tout prix, mais aussi parce qu’elles tiennent à ce que leurs livres soient présents dans des espaces où les auteurices seraient les bienvenues elleux-mêmes. L’exemple le plus net pour elle est celui de l’université, où les personnes non blanches peuvent être étudiées mais sont peu ou pas présentes. Il était aussi important d’éviter soit la starification, soit l’exotisation. Publier des recueils collectifs en maîtrisant leurs diffusions permet d’éviter ces détournements. 

Féminisme et bibliodiversité

Pour lancer cette table-ronde, une définition de bibliodiviersité nous est lue. Ne sachant pas d’où elle était tirée je n’ai pas pu la retrouver, mais je vous laisse celle de l’Alliance Internationale des Editeurs Indépendants : 

La bibliodiversité est la diversité culturelle appliquée au monde du livre. En écho à la biodiversité, elle fait référence à une nécessaire diversité des productions éditoriales mises à la disposition des lecteurs. Si les grands groupes participent, par l’importance quantitative de leur production, à une certaine diversité éditoriale, cela ne suffit pas à garantir la bibliodiversité, qui ne se mesure pas uniquement en nombre de titres disponibles. Les éditeurs indépendants, bien qu’ils se soucient de l’équilibre économique de leur maison d’édition, sont avant tout préoccupés par les contenus qu’ils publient. Leurs ouvrages peuvent apporter un autre regard et une autre voix, à côté de l’offre éditoriale plus standardisée des grands groupes. La production éditoriale des éditeurs indépendants, et les moyens de diffusion qu’ils privilégient (librairies indépendantes notamment) pour la porter aux lecteurs, sont ainsi indispensables pour préserver et enrichir la pluralité et la diffusion des idées. On peut attribuer l’invention du terme bibliodiversité à des éditeurs chiliens, lors de la création du collectif « Editores independientes de Chile » à la fin des années 1990. L’Alliance internationale des éditeurs indépendants a fortement contribué à la diffusion et à la promotion de ce terme en plusieurs langues, notamment grâce aux Déclarations de Dakar (2003), de Guadalajara (2005), de Paris (2007) et du Cap (2014). Depuis 2010, la Journée internationale de la bibliodiversité est célébrée tous les 21 septembre (jour du printemps dans l’hémisphère Sud).

“Bibliodiversité”.  Alliance Internationale des Editeurs Indépendants. https://www.alliance-editeurs.org/bibliodiversite,043

La table-ronde est animée par Sol Derrien et Karima Neggad (blast). Iel commence par demander aux intervenantes comment elles voient cette bonne presse dont jouit le féminisme en ce moment. Est-ce que ça pourrait suffire à garantir une bibliodiversité ? Est-ce que cette récupération par les grandes structures appauvrit la production ? Comment peut-elle être interprétée ?

Mélanie Mazan, membre de l’association pour l’écologie du livre et libraire au rideau rouge, commence par pointer qu’on peut observer des vagues par sujet. On a d’abord vu des livres sur les violences sexuelles et sexistes, puis récemment sur l’hétérosexualité. Ces titres ont pour avantage d’être accessibles, de permettre une prise de conscience chez des lecteurs non experts et de créer un référentiel commun. Mais il est important de se questionner sur qui les écrit, qui les finance et à qui sont-ils adressés. Il y a des enjeux de privilèges et de censure puisque ces livres sont écrits par des femmes blanches hétéros et bourgeoises et financés par Bolloré.  Il s’agit d’une vision partielle du féminisme. Cette surproduction appauvrit et segmente les discours féministes et invisibilise les petites productions.

Noémie Grunenwald, traductrice et éditrice chez Hystériques & AssociéEs, répond qu’elle ne se sent pas en compétition avec ces grands groupes – ils publient des textes qui ne l’intéressent pas. 

Juliette Rousseau, éditrice aux Editions du commun, voit de son côté l’intérêt qu’ont les grosses structures à provoquer une surproduction de livres féministes. Cela leur permet de capturer ce qui les menace et en enlevant le potentiel de subversion, il s’agit d’une stratégie de capture et d’extraction. In fine rien ne change structurellement, et cela ne profite pas aux petites structures. De leur côté, il y a un enjeu de pérennité. Contrairement à d’autres structures présentes aujourd’hui, les éditeurices des éditions du commun et l’ensemble des personnes travaillant sur leurs publications sont rémunérées. Iels ont des pratiques féministes, ont pour but d’inclure des paroles minorisées, tout en se devant de faire une sélection à la fois éditoriale mais aussi économique – iels ont besoin de pouvoir faire vivre la structure. 

Le métier d’éditeurice inclut forcément des tensions, qui ne peuvent être résolues, mais qui doivent toujours être observées. Iels sont en position

de pouvoir abuser des auteurices, puisqu’il s’agit d’une relation asymétrique où, en plus, les questions de classe, de race, de genre peuvent jouer. Il est donc important de questionner ces pratiques. Est-ce que cette pratique donne du soutien, donne de la force à des voix minorisées ?

Ou s’agit-il d’une reproduction de cette logique extractive ? Il n’est pas possible de se sortir de cette position, il est donc important d’avoir toujours cette réflexion.

Parce qu’il s’agit de traductions, Noémie Grunenwald ne pense pas avoir connu cette position de force d’éditrice.

Maud Leroy, des éditions Les Lisières, met en avant la médiation du traducteur/traductrice qui permettrait d’éviter l’exotisation, par une remise en forme. Concernant la position de force de l’éditeurice, de leur côté, ne pas gagner d’argent leur permet de s’extraire en partie des impératifs capitalistes – comme d’autres structures présentes qui ont préféré se constituer en associations ou en scoop.

Qui de la librairie ? On nous rappelle le fameux chiffre : 20% des acteurs éditoriaux produisent 80% des volumes. Il y a plus de titres et plus de nouveautés produits par les grands groupes. Il faut donc mettre en place des stratégies d’équité, de rééquilibrage, en accompagnant, en recommandant des petites maisons, en les valorisant dans la scénographie (tables, vitrines). Elles ont aussi à la librairie une bibliothèque militante, pour (encore une fois) sortir de la stratégie capitaliste. 

On finit sur une question importante, les contrats. Le collectif s’est construit pour réfléchir ensemble à cette question d’éditer en féministe, quel serait donc l’idéal à atteindre ? Le but étant d’être transparente sur ce qu’on est en position de faire, tendre vers des meilleures pratiques et visibiliser ce qui se fait. Juliette Rousseau met en avant l’importance de penser la relation depuis la position de l’autrice, d’être équitable sur les questions salariales, de mettre en avant les traducteurices et toutes les personnes qui auraient pu participer aux projets, de ne pas participer à l’invisibilisation et à la précarisation des métiers féminins, de ne pas publier des violeurs et de pourrir les collègues qui pourraient le faire. 

Commun, mémoire des textes

Je n’ai pas pris de notes pendant la dernière table-ronde. Si jamais quelqu’un-e l’a fait et souhaite le publier sur ce carnet, n’hésitez pas à me contacter !

Conclusion 

Il s’agissait d’une première édition, dense, importante, historique. Il s’agissait de la création d’un espace pour réfléchir aux pratiques éditoriales féministes collectivement, en situant ce féminisme comme un féminisme antiraciste et anticapitaliste – à la surprise de plusieurs structures présentent qui ne partageaient apparemment pas ce positionnement. 

La journée s’est finit pas un appel à toutes les structures souhaitant se questionner avec elleux de les rejoindre en les contactant.

On se dit à l’année prochaine ?

Citer cet article : Sarah Ghelam, « Sortir du capitalisme – Compte-rendu des 1re Assises de l’édition féministe », Genre de l'édition, publié le 20/11/2022, https://genreed.hypotheses.org/2728, consulté le 31/01/2023.
  1. “Le festival La poésie n’est pas un luxe”. Littérature, etc. https://litterature-etc.com/rendez-vous/categorie/le-festival-la-poesie-nest-pas-un-luxe/ []
  2. Littérature, etc. https://litterature-etc.com/ []
  3. Je dis nous puisque j’écris ce compte-rendu depuis le poste d’une librairie. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search