Catégories
Billets Lectures

La politique de l’aller-retour

Ce billet fait suite à mon compte-rendu de lecture sur l’ouvrage Ecrire à l’encre violette. Vous pouvez le retrouver ici.

Bien que recommandée par une collègue, il m’a été dit qu’on avait sciemment évité de me joindre concernant la rédaction d’un ouvrage sur les littératures lesbiennes. Cela n’est pas surprenant dans un projet construit de façon affinitaire, mais si cela a empêché que certains genres soient abordés, c’est regrettable. J’ai été recommandée en tant que spécialiste en littérature jeunesse, parce que je travaille actuellement sur les albums questionnant les normes genrées1 et j’aurais effectivement été en mesure d’écrire sur les représentations lesbiennes en littérature jeunesse – c’est même prévu que je le fasse. Mais je peux honnêtement dire que j’aurais refusé le projet, qu’il ait été porté par ces chercheureuses en particulier ou d’autres, en ayant une approche intersectionnelle et interdisciplinaire ou non2 .

Les personnes qui écrivent

Dans son essai Et maintenant le pouvoir, Fania Noël parle d’une politique de l’aller-retour entre le général et le spécifique.

Loin du fantasme selon lequel il est possible et souhaitable de lutter contre tout, tout le temps et ceci dans un seul espace, les militant-es dites “minoritaires” des luttes antiracistes ont navigué entre différents espaces, en s’impliquant au sein des luttes antiracistes tout en créant des lieux de lutte spécifiques.

Noël, F. Et maintenant le pouvoir. Cambourakis, 2022, p.51.

Cela rejoint l’une des stratégies qu’on a pu évoquer pendant la dernière séance du séminaire sur Pratiques d’enquête sur les rapports sociaux de race en France hexagonale et ultramarine3, la multiplicité des positions et des espaces de prises de parole.

Ecrire à l’encre violette a été écrit depuis des positions universitaires, et veut s’adresser à la fois à un public expert et à un public non-expert. Cela m’a rappelé un article4 publié au début de l’année, qui défendait la légitimité et la seule légitimité des historien-nes de l’art pour parler de l’histoire de l’art au grand public. Les autrices de l’article, Marion Cazaux et Eva Belgherbi, mettaient en avant le fait que, contrairement aux influenceuses, elles produiraient non pas du contenu, mais de la vulgarisation de leurs propres recherches, et qu’elles seraient donc les plus à même de le faire. J’étais pour ma part peu convaincue.

D’abord, parce que si nous nous devons en tant que chercheureuse de diffuser nos recherches dans des cadres académiques, nous ne sommes ni formé-es, ni forcément amené-es à la vulgariser, ou à en faire la médiation – en dehors d’une médiation scientifique dans un cadre de cours universitaires. 

Personnellement, je détiens une licence de lettres et un master sciences humaines et sociales, métiers du livre et de l’édition. Et je peux attester qu’un doctorat en lettres ne forme pas en lui-même aux métiers du livre. Il est possible d’y être formé-e par ailleurs, mais non pas en sa qualité de doctorant-e, et pas au sein des formations de lettres en elles-mêmes.

Je me suis donc tournée vers une amie à la fois chercheuse et médiatrice pour lui demander : est-ce que les historien-nes de l’art sont les meilleur-es médiateurs/médiatrices culturel-les ? En ce qui me concerne, j’ai eu l’occasion de travailler avec des expert-es de leurs sujets en édition jeunesse et iels n’étaient pas du tout les meilleur-es auteurices de documentaires jeunesse. Et bien que les doctorant-es devraient pouvoir être financé-es et soutenu-es, la médiation culturelle est censée se construire selon le public à qui on la destine, non pas selon les intérêts des chercheureuses. La finalité de la médiation culturelle n’est pas de promouvoir la recherche, d’amener le public vers des travaux de recherche ou même de la financer. Alors pourquoi les doctorant-es seraient les meilleur-es médiateurs/médiatrices culturel-les ?

Spécialistes ou rien ?

N’étant pas moi-même formée à la médiation culturelle et connaissant assez mal ses enjeux, j’ai demandé à Ida Barat, masterante en médiation culturelle, son avis sur la question. Elle travaille actuellement sur l’éducation populaire, le DIY et la scène punk. La question des publics est donc au centre de ses recherches. Après lecture de l’article, elle me dit qu’il lui apparaît que les autrices ont mélangé plusieurs choses : le besoin d’être rémunéré-e en tant que chercheureuse, et le fait d’être médiateur/médiatrice. Les chercheureuses, particulièrement en sciences humaines et sociales, encore plus sur des questions queers et féministes, sont mal considéré-es, mal rémunéré-es, et dans une situation de précarisation qui entrave leurs recherches. Pour autant, on peut questionner la solution qu’elles nous présentent : faire appel aux spécialistes à la place d’influenceureuses. Et c’est là qu’une autre confusion apparaît, les autrices mélangent la vulgarisation scientifique, la médiation scientifique, la médiation culturelle et la communication. La médiation culturelle ne consiste pas en un déversement de savoir, il s’agit de provoquer une rencontre entre un public ciblé et une œuvre. Un-e influenceureuse, un-e médiateur/médiateur culturel-le et un-e spécialiste répondront chacun-e à un besoin différent : communiquer autour d’un événement artistique, provoquer une rencontre entre un public et une œuvre, diffuser un savoir. Et même concernant la diffusion d’un savoir, un-e experte et un-e vulgarisateurice ne s’adresseront pas aux mêmes publics. Maintenant que ces distinctions sont faites, revenons à notre question : est-ce que les doctorant-es en histoire de l’art seraient les meilleur-es médiateurs/médiatrices culturel-les ?

Les cursus d’histoire de l’art visent à former des spécialistes, des chercheureuses, mais aussi des commissaires d’expositions, des guides conférenciers qui sont des métiers qui comportent des pratiques de médiation comme les questions de médiation écrite ou orale, de scénographie ou de programmation. Pour autant, rien ne garantit qu’une spécialiste d’un-e artiste soit capable de construire un atelier avec des enfants par exemple – de la même manière que mon historien de l’art a eu beaucoup de difficultés à écrire son documentaire jeunesse. Contrairement aux formations de médiation culturelle qui proposent des cours de sociologie des publics, les formations d’histoire de l’art en elles-mêmes ne leur permettent pas de connaître les publics auxquels les médiateurices doivent s’adresser. Il leur est tout à fait possible de développer les compétences nécessaires à la construction de dispositifs de médiation par ailleurs, par d’autres moyens. Mais le fait que des spécialistes seraient les plus capables pour faire de la médiation culturelle autour de leurs sujets ne va pas de soi, et le manque de financement de la recherche n’est pas la responsabilité des musées. De la même manière que le manque de bourses doctorales n’est pas la responsabilité des maisons d’édition et que le ou la spécialiste d’un sujet ne sera pas la meilleure personne pour écrire un ouvrage non universitaire. Les documentaires jeunesse sur l’espace ne sont pas écrits par des astrophysiciens et n’ont pas besoin d’amener Gertrude 6 ans vers des travaux de thèse.

Le public pour qui on écrit

J’en reviens à mon aller-retour. Je prépare une thèse sur les questions raciales au sein de l’université française. Je suis aussi directrice d’une collection d’essais dans une maison d’édition jeunesse, membre d’une association pour de meilleures représentations en littérature jeunesse, lectrice pour un ensemble de maisons d’édition jeunesse féministes indépendantes, formatrice pour des associations de promotion de la lecture, libraire à l’occasion, assistante éditoriale par moments.

J’aurais refusé de participer à ce projet, d’abord parce qu’il aurait été impossible qu’un essai écrit verticalement par des chercheureuses sur des personnes marginalisées puissent être en alignement avec mes valeurs. Il aurait été possible de ne pas prendre cette position surplombante, d’inclure les militant-es dans la globalité du projet, dans son approche mais aussi à l’intérieur du texte, d’écrire non pas uniquement sur, mais avec, faire en sorte que ce soit réellement un prolongement du travail militant dont cet ouvrage se veut une extension. Mais aussi tout simplement parce qu’écrire une histoire de la littérature jeunesse lesbienne n’est pas mon urgence. Il me semble également qu’écrire pour tout le monde revient à écrire pour personne. L’expert-e sera déçu-e, la non-expert-e sera perdu-e. Il aurait été beau d’avoir une cartographie complète des littératures lesbiennes – m’est avis qu’il était plus pertinent d’aborder toutes les périodes et tous les genres que de faire un long focus sur Wittig ou sur leur propre ouvrage à paraître. Mais même si cette cartographie tout public avait été publiée, elle n’aurait pu servir que de porte d’entrée pour les chercheureuses non expert-es, et elle n’aurait pas pu être accessible à l’ensemble des lecteurices. Je pense à la maman qui est venue me voir après que sa fille ait fait son coming out lesbien, à la directrice de crèche désespérée d’avoir une bibliothèque ne reflétant pas la diversité des familles qu’elle voit tous les jours. L’ensemble des bibliothécaires, des libraires, des professionnel-les du livre et de la petite enfance qui ont terriblement besoin d’une carte et d’outils, mais qui ne se lanceront pas dans des études de théorie littéraire. 

Conclusion :

J’ai déjà remarqué que par ce carnet je pouvais donner des armes aux lecteurices qui veulent avoir un regard critique sur l’offre éditoriale. Récemment, j’ai pointé les faiblesses d’une table-ronde sur “La représentation dans la littérature jeunesse : émanciper par des imaginaires” dans un article5, et une bloggeuse6 est venue me remercier. Elle avait assisté à l’événement, il l’avait rendue inconfortable, mais elle était incapable de pointer ce qui n’allait pas. De son côté, la Booktillaise7 a récemment publié un manifeste sur le manque de représentations dans les productions éditoriales françaises8. Dans ce manifeste, elle cite non pas mon mémoire, mais le petit texte accompagnant la publication de mon mémoire sur mon carnet9. Le public ayant besoin de mes recherches n’est pas forcément celui qui les lira, et ce n’est pas le but. Il ne s’agit pas pour moi de créer une rencontre entre mon sujet de recherche et elleux, mais de leur donner les outils, les armes dont iels ont besoin à partir des recherches que je fais au sein de l’institution. Il ne s’agit pas de m’ériger en tant qu’érudit-e de mon sujet et de diffuser les études existantes, mais de permettre à d’autres voix, des voix plus marginalisées, de s’exprimer. Il ne s’agit pas de vulgarisation, mais de braquage, et non pas pour mon profit. 

Mes projets à venir vont dans ce sens, créer des espaces où nous pourrons mettre en commun les armes créées depuis les différentes positions que nous occupons, institutionnelles ou non, sans hiérarchisation. J’en profite donc pour remercier toustes celleux avec qui j’ai pu construire ces espaces, avec qui j’ai pu avoir ces questionnements. Pour faire mieux.

(…) aspirons à être des agent-e-s doubles, d’une part en ne niant pas l’amélioration des conditions matérielles que permet l’accession à la petite-bourgeoisie et, d’autre part, en utilisant ces nouvelles places moins surveillées que l’usine (à l’université, au sein des entreprises…) pour extraire des ressources matérielle, organisationnelles et du temps qui peuvent être mis à disposition des luttes collectives. Et si nous devenons des agent-e-s doubles, il nous faut arrêter de célébrer les miettes politiques symboliques qu’on nous jette là où nous attendons justice, réparation et une digne place dans la société.

Noël, F. Et maintenant le pouvoir. Cambourakis, 2022, p.92.

Merci à Ida Barat pour la relecture et les fulgurances.

Citer cet article : Sarah Ghelam, "La politique de l’aller-retour", Genre de l'édition, publié le 03/08/2022, https://genreed.hypotheses.org/2822, consulté le 05/12/2022.
  1. L’article de départ : Ghelam, S. “Les albums qui questionnent les normes genrées”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/1105.

    L’article sur Adela Turin : Ghelam, S. “Dalla Parte Delle Bambine – Du côté des filles – A favor de las niñas”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/977.

    La liste : Ghelam, S. “Les albums qui questionnent les normes genrées – La liste”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/1403.

    Le sommaire des articles à venir : Ghelam, S. “Les albums qui questionnent les normes genrées – Sommaire”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/1436. []

  2. Cela n’enlève pas le préjudice et la violence derrière le fait qu’un collectif de chercheuses blanches expriment, sans avoir peur de le faire par écrit, le fait qu’elles m’excluront de l’ensemble des projets auxquels elles pourraient participer. []
  3. Pratiques d’enquête sur les rapports sociaux de race en France hexagonale et ultramarine. https://seminaire-rsr.sciencesconf.org/ []
  4. Cazaux, M. Belgherbi, E. PERCER L’ABCÈS : INFLUENCES ET RECHERCHES DANS LA CULTURE. MHKZO. https://mhkzo.com/portfolio/1394/. []
  5. Ghelam, S. “Entre invisibilisation et surmédiatisation – Lire et faire lire.” Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/1136 []
  6. Âme des livres. https://www.instagram.com/amedeslivres/ []
  7. La Booktillaise. https://labooktillaise.wordpress.com/ []
  8. Arnolin, E-A. Un livre pour faire la différence. Tirages de tête, 2022 []
  9. Ghelam, S. “Représentation des personnages enfantins non blancs dans les albums jeunesse publiés en France entre 2010 et 2020 – le mémoire”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/730 []

Une réponse sur « La politique de l’aller-retour »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search