Catégories
Lectures

Compte-rendu de lecture : Albenga, Viviane. S’émanciper par la lecture. Rennes, Presses Universitaire de Rennes, 2017.

Compte-rendu de lecture : Albenga, Viviane. S’émanciper par la lecture. Rennes, Presses Universitaire de Rennes, 2017.

Ce livre est issu d’une thèse de sociologie soutenue à l’EHESS en 2009. Sur une période de deux ans, la chercheuse1 a observé trois cercles de lecture : une association qui proposent des “trocs-lectures” (lectures à voix haute de textes choisis), des usager.es d’une bibliothèque municipale qui se rassemblent pour partager des coups de cœur, et un groupe qui pratique le bookcrossing (relâcher des livres lus dans l’espace public).

Feminism After Bourdieu

Dans son introduction, Viviane Albenga se situe par rapport aux travaux existants sur les effets de la lecture en terme de mobilités sociales (Mauger, Poliak et Pudal, 1999 ; Collovald et Neveu, 2004 ; Petit, 2002)2, s’approprie les concepts bourdieusiens de capital culturel et social, en les articulant avec le rapport de genre et de classe, comme Toril Moi et de Berverly Skeggs ont pu le faire dans leur ouvrage collectif Feminism After Bourdieu3. C’est Skeggs qui établit que la féminité pourrait représenter un capital en soi, à partir du moment où il serait symboliquement légitimé4 En miroir de la trajectoire sociale, Viviane Albenga s’interroge sur ce qu’elle appelle “la trajectoire de genre” des lectrices interrogées, “le parcours d’adhésion ou de distanciation des normes de genre en vigueur de manière transversale dans la société étudiée ou dans la classe sociale d’origine”5

Depuis quand lisez-vous ?

Dans sa première partie, et à partir de ses entretiens, Viviane Albenga établit que “le souci de soi” (Foucault) des lectrices6 peut être un obstacle à l’analyse. Les lectrices, dans leurs discours sur leurs lectures, construisent une narration d’elles-mêmes, une romance d’elles-mêmes. Ce biais rétrospectif (construire un récit qui crée du sens a posteriori), entraîne une illusion biographique (Bourdieu)7.

Albenga continue l’analyse de ces “trajectoires de lectures” en prenant en compte la mobilité sociale et la trajectoire de genre. Il apparaît que quelque soit le genre de la personne concernée, il existe une double contrainte : lire tout en respectant ses devoirs (pour les femmes), lire tout en restant viril (pour les hommes). En tant que femme, avec les injonctions qu’on peut subir, se libérer du temps pour lire est un enjeu en soi. On pense à Woolf, qui disait qu’il fallait “de quelque argent et d’une chambre à soi” pour produire de la littérature. Il est également nécessaire d’avoir du temps, de l’espace et de l’argent à investir dans ses lectures pour être une grande lectrice.

En partant de ses entretiens, mais en se reposant également sur des études existantes (Jean-Claude Pompougnac 2000), Albenga met en avant l’enjeu de réaffiliation sociale au cœur de ces pratiques de cercles de lecture. La constitution d’un espace où l’entre-soi prévaut et l’acquisition d’un capital social et culturel par la lecture (comme l’écriture), permet de se repositionner socialement.

J’ai écrit mon mémoire grâce à Taylor Swift

Dans cette seconde partie, l’autrice commence par aborder la fameuse question de la légitimité culturelle amenée par Bourdieu8, critiquée et réutilisée par de nombreux sociologues qui l’ont suivi, notamment par Bernard Lahire qui a mis en avant les dissonances culturelles présentes chez un même individu.9. Cette dissonance serait due à une sociabilisation multiple. Richard Peterson lui parle d’omnivorisme. L’élite culturelle ne se distinguerait donc plus par la nature des biens culturels qu’elle consomme, mais par sa manière de le consommer : des pratiques légitimes et illégitimes maitrisées dans leur degré de légitimité et mobilisées à bon escient.10

En ce qui concerne les cercles étudiés par Albenga, il apparaît que le genre féminin est doté d’un capital symbolique négatif, alors même qu’elles sont les plus grandes lectrices et lisent des livres de genres variés, là où le capital masculin est positif. Il semblerait donc que la constitution du capital symbolique genré se fasse dans un double mouvement réciproque, le genre féminin est stigmatisé, le genre masculin se constitue comme capital symbolique positif.

On ne lit pas un livre, on se lit

Dans ce quatrième chapitre, Albenga revient sur les définitions historiques de l’identification. Chez Aristote, l’identification est soit admirative, soit sympathique, soit cathartique – plongeant le lecteur ou la lectrice dans une situation difficile pour lui permettre de libérer ses propres émotions. Pour Bourdieu, l’identification est un mode d’appropriation populaire, qui permet au lecteur ou à la lectrice de rester proche du réel, là où les personnes au capital culturel élevé auraient tendance à avoir une réception esthétique de l’œuvre.

D’après Albenga, la pratique de lecture de l’identification admirative se ferait vis-à-vis de personnages masculins, et l’identification sympathique et cathartique vis-à-vis de personnages féminins. Cela se retrouve dans les récits des femmes interrogées : elles s’identifient à des personnages féminins qui transgressent les restrictions à la mobilité physique, amoureuse et identitaire.

La lecture d’évasion quant à elle, permet aux lecteurs et aux lectrices de voyager par les livres. Ce dépaysement peut être aussi bien physique, linguistique  qu’imaginaire et pourrait permettre aux lectrices d’agrandir leur champs des possibles, de s’échapper de quelque chose.

Il apparaît que les processus d’évasion comme d’identification permettent des mobilités physiques, sociales, amoureuses et identitaires, mais qui restent majoritairement symboliques. L’idéal esthétique, et que les normes de légitimités masculines ne sont pas forcément remises en question. De plus, la rare exception d’identification cathartique permettant une transgression de genre s’opère au sein d’une trajectoire genrée où le sujet est déjà en distanciation vis-à-vis des normes genrées. 

Not a girl, not yet a woman

L’approche d’Albenga, comme d’autres avant elle, consiste à ne pas surestimer les effets des textes, mais à les replacer dans des trajectoires sociales. Ses enquêté.es étant majoritairement des femmes au capital culturel important, leurs trajectoires différent non pas tant en termes de classes sociales, mais d’étapes franchies (mise en couple, maternité, etc.). Leurs trajectoires de genre seraient des tentatives de négociations avec l’hétéronormativité. 

Chez ses enquêtées, la lecture a permis à ces femmes de : 

  • Accompagner la réalisation d’injonction en ouvrant de nouveaux possibles
  • Renouer avec des possibles abandonnés
  • Légitimer une émancipation partielle 

Il apparaît également que les auteurices queers et/ou féministes, par leurs transgressions, ont poussé certaines à la réflexivité. 

Mais, alors même qu’elles écrivent toutes d’une manière ou d’une autre, les femmes interrogées ne s’autorisent pas à se considérer comme autrices de littérature. 

Au final, la lecture en elle-même ne permettrait que peu de déviations de trajectoire, et seulement des transgressions socialement autorisées et valorisées.

Ne nous libérez pas, on s’en charge

Dans ce dernier chapitre, Albenga interroge les usages professionnels des lectrices. Que ce soit dans un cadre professionnel déterminé ou bien dans un processus de professionnalisation, elles ont toutes une posture de sauveuse des populations non-lectrices. 

Se professionnaliser peut permettre aux femmes une certaine ascension sociale, mais il apparaît qu’il s’agit dans tous les cas d’un positionnement de défense d’une morale de classe envers des femmes socialement dominées. Albenga invoque les recherches de Serre sur les assistantes sociales11 qui, face à des individus d’origine populaire auraient tendance à transmettre une morale d’épanouissement individuel. 

Il apparaît donc que la volonté des femmes au capital culturel élevé d’émanciper des populations non-lectrices par la lecture n’est qu’un acte de domination symbolique, et que le salut des prescriptrices prévaut à celui des destinataires.

Merci à Clint Delmée pour la relecture.

Citer cet article : Sarah Ghelam, "Compte-rendu de lecture : Albenga, Viviane. S’émanciper par la lecture. Rennes, Presses Universitaire de Rennes, 2017.", Genre de l'édition, publié le 16/06/2021, https://genreed.hypotheses.org/285, consulté le 29/06/2022.
  1. Viviane Albenga était notamment une des intervenantes de la journée de la BNF et du Master Métiers du Livre et de l’Édition de Paris-Nanterre : Lire au féminin : de l’assignation à l’émancipation, où elle a présenté sa thèse brièvement. []
  2. Mauger faisait lui aussi partie des intervenants de la journée de la BNF et du Master Métiers du Livre et de l’Edition de Paris-Nanterre : Lire au féminin : de l’assignation à l’émancipation []
  3. Albenga Viviane, « Le féminisme entre genre, classe et capital culturel. À propos de Des femmes respectables de Beverley Skeggs », Politix, 2015/1 (n° 109), p. 159-165. DOI : 10.3917/pox.109.0159. https://www.cairn.info/revue-politix-2015-1-page-159.htm []
  4. Je suis actuellement en train de me poser la question de l’utilisation de capital de race dans mes recherches, j’en suis encore au stade du questionnement. []
  5. Viviane Albenga, S’émanciper par la lecture. Genre, classe et usages sociaux des livres, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2017, P.23 []
  6. Je choisis ici d’accorder à la majorité. []
  7. Bourdieu Pierre. L’illusion biographique. Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 62-63, juin 1986. pp. 69-72. https://doi.org/10.3406/arss.1986.2317 []
  8. Bourdieu Pierre. Les trois états du capital culturel. In: Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 30, novembre 1979. L’institution scolaire. pp. 3-6. []
  9. Lahire, B. La Culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi. Paris, La Découverte, 2004. []
  10. Albenga, V. S’émanciper par la lecture. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017. P. 70. []
  11. Serre, D. Les coulisses de l’Etat social. Enquête sur les signalements d’enfant en danger, Raisons d’agir, coll. « Cours et travaux », 2009 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.