Catégories
Lectures

Réponse : l’intersectionnalité n’est pas

Le 3 août 2022, j’écrivais un compte-rendu de lecture d’Écrire à l’encre violette1 en deux parties : “Écrire à l’encre blanche, l’intersectionnalité en question2” et “La Politique de l’aller-retour3”.

Le 22 août, j’ai eu 26 ans, et comme cadeau d’anniversaire, j’ai reçu un billet hypothèses : “Complément Écrire à l’encre violette : à propos de blanchité4. Ce complément écrit par une des auteurices du livre vient adresser une “rumeur” qui est donc en réalité mon compte-rendu de lecture :

Parmi les nombreux échos qui nous reviennent d’Écrire à l’encre violette suite à sa publication fin mai dernier, semble circuler la rumeur selon laquelle l’un de mes chapitres, celui consacré aux années 1969-1985, affirmerait qu’aucune écrivaine lesbienne racisée n’aurait jamais écrit en France jusqu’à une époque récente, ou bien que la question de la « race » serait résumée à une question de « couleur de peau ».

Turbiau, A. Complément Écrire à l’encre violette : à propos de blanchité. https://engagees.hypotheses.org/3540

Il ne s’agit pas ici de continuer un ping-pong, mais de prendre un peu le temps de lire cette justification, parce qu’elle ne fait qu’illustrer les critiques que j’avais et que je n’étais pas la seule à avoir concernant cet ouvrage. Comme EEV en lui-même, ce complément est un très bon exemple de comment les questions raciales peuvent être (mal)traitées par des chercheureuses blanc·hes.

Concernant la réception de mon article et de son partage, je tiens tout de même à souligner que les auteurices ont qualifié toutes les discussions autour des questions raciales dans EEV de “sauce”, puis ici de “rumeurs”, disqualifiant l’ensemble des discours qui ont été tenus par toutes les personnes ayant critiqué leur livre – chercheuses, militantes, professionnelles du livre lesbiennes et/ou non blanches pour la plupart.

L’intersectionnalité est absente

Aurore Turbiau commence par revenir sur l’introduction du livre, sur la blanchité du corpus qui se justifie du fait des limites de celui-ci et nous dit aussi qu’EEV “n’a pas été écrit selon une méthodologie intersectionnelle au sens strict du terme”5, contredisant donc la ligne éditoriale de la collection.

Questionner les normes dominantes, donner la parole à des voix minoritaires, considérer les espaces de résistance qu’offrent les marges et converger dans une démarche féministe et intersectionnelle vers une révolution intime et politique.

“Convergences”. Le Cavelier Bleu. http://www.lecavalierbleu.com/collection/convergences/

Dans son explication comme dans le livre, l’approche intersectionnelle, qui est une méthodologie en soi, est confondue avec l’inclusivité. Il est possible d’aborder les questions raciales même face à un corpus blanc, de la même façon qu’il est possible d’étudier des textes écrits par des hommes avec une approche féministe. J’ai d’ailleurs été contactée par une spécialiste de Wittig qui était choquée que la réception des textes de Wittig par les lesbiennes non blanches de son époque ne soit pas abordée dans EEV. Il était possible et pertinent d’étudier les questions raciales au sein et autour de textes écrits par des femmes blanches, et cela aurait dû faire partie de leur approche si elle avait été intersectionnelle.

Dans tous les cas, que ce soit l’approche intersectionnelle ou l’inclusivité, c’est effectivement raté. Mais seule l’absence d’autrices non blanches pourrait s’expliquer par la délimitation du corpus constitué uniquement d’autrices publiées. Limitation qui n’est d’ailleurs pas justifiée, pourquoi choisir de n’étudier que les autrices de littératures lesbiennes publiées ? La seule explication donnée est la facilité, prendre en compte les textes non publiés – par quels acteurs, ce n’est pas spécifié – aurait demandé plus de recherches.

Décoquoi ?

Elle revient sur les deux chapitres traitant des questions raciales, le sien, sur la période 1969-1985, et celui de Alex Lachkar, sur le XXIe siècle. Encore une fois, la présence d’autrices non blanches dans un chapitre ne veut pas dire que l’ensemble du livre a une méthodologie intersectionnelle. Et même si Alex Lachkar traite effectivement de ces questions dans son chapitre, il est en soi possible de citer des autrices non blanches sans traiter des questions raciales. Et il aurait été possible d’aborder les questions raciales dans des textes écrits par des autrices blanches6 

Concernant son propre chapitre, Aurore Turbiau revient d’abord sur la phrase que j’aurais sortie de son contexte, qu’elle justifie :

La question de la race entendue comme situation sociale liée à la couleur de peau, en particulier, est à notre connaissance à peu près absente du paysage littéraire lesbien de la période (1969-1985) – en France.

Turbiau, A. Écrire à l’encre violette. Cavalier bleu, 2022, p. 129

Elle cite le livre d’Awa Thiam et la revue des Coordinations des femmes noires, explique que les questions raciales étaient bien présentes en France à cette époque, mais que la littérature lesbienne n’a pas fait partie des sujets abordés dans ces publications, contrairement au lesbianisme par ailleurs.

Sauf qu’elle dit bien dans son chapitre que les questions raciales et les personnes racisées sont absentes du paysage littéraire lesbien de l’époque, sans préciser ce qu’elle entend par paysage littéraire lesbien. Elle explique (enfin!) dans ce billet qu’elle entend par là les autrices publiées, sans préciser par quelles structures par ailleurs. Sauf que cette explication, nécessaire pour comprendre le propos de la doctorante, est absente du livre. Sans elle, il est possible de comprendre ce passage comme : “aucune personne non-blanche n’aurait écrit de littératures lesbiennes”. S’il est nécessaire de lire un complément pour comprendre le propos d’une chercheuse, c’est qu’il y a un problème avec le texte en lui-même.

Il aurait été nécessaire de définir l’espace étudié et de spécifier que les questions raciales étaient par ailleurs présentes en renvoyant à des références françaises et non américaines au sujet des questions raciales.

Rapidement concernant la définition de la race, Aurore Turbiau se défend de l’avoir résumée à la couleur de peau. Ce serait “une rumeur”. Pour autant, il s’agit bien de la définition donnée à l’intérieur de son chapitre : “la question de la race entendue comme situation sociale liée à la couleur de peau”. En dehors du fait que la race n’est pas liée uniquement à la couleur de la peau, il ne s’agit pas d’une situation sociale mais d’un processus subi d’assignation à une identité sociale de race préexistante se basant sur un ensemble de marquages raciaux, la couleur de peau n’en étant que possiblement un. Je vous renvoie vers l’excellent 128 sur la sociologie de la race pour avoir une introduction à ces concepts7 .

Voilà pour les autrices non blanches invisibilisées.

Ensuite, elle justifie le non traitement des questions raciales. Elle explique que les questions raciales étaient bien présentes dans ses textes, mais qu’elle ne pouvait pas les traiter de façon antiraciste :

Ou bien, la question était traitée de telle manière que je ne pouvais guère l’analyser sous un prisme anti-raciste. Elula Perrin par exemple, autrice parmi les plus importantes des années 1980-1990, produit des textes qui fourmillent de descriptions très exotisantes, animalisantes parfois, souvent politiquement explicitement réactionnaires ; Badia Hadj Nasser, elle, publie des textes qui s’opposent au port du voile, qui ne sont d’ailleurs pas franchement littéraires bien qu’ils soient mentionnés dans les annonces de Lesbia par exemple. 

Turbiau, A. Complément Écrire à l’encre violette : à propos de blanchité. https://engagees.hypotheses.org/3540

Elle dit ici qu’il lui était impossible, pour des questions politiques, d’aborder les discours portant sur des questions raciales de ses autrices. Elle disait juste avant que les questions raciales étaient absentes de la sphère littéraire lesbienne. Absentes ou non abordables, ce n’est pas exactement la même chose. Je ne suis pas sûre de comprendre ce qu’elle entend par “prisme anti-raciste”, mais il aurait été au contraire intéressant politiquement d’avoir une approche critique de ces textes. Tout ce billet montre en réalité le cœur du problème : l’inconfort des personnes blanches quand il s’agit d’aborder les questions raciales8.

On peut d’ailleurs noter que même dans sa justification concernant les questions raciales non abordées, les autrices blanches n’apparaissent toujours pas. Que les questions raciales soient explicitement abordées ou qu’on puisse étudier le positionnement des autrices, il aurait fallu avoir une approche critique de leurs propos, les exposer, les étudier, et non pas les mettre sous le tapis. Il aurait été possible, et préférable, d’aborder ces discours, biais racistes compris, non pas pour en partager le point de vue, mais pour pouvoir les étudier de façon critique. C’est tout le principe d’une approche décoloniale, non pas d’endosser ou de participer à diffuser les discours dominants mais de les étudier.

Conclusion :

On m’a rapporté, concernant un projet en cours des Jaseuses, qu’une chercheuse essayant de construire une approche décoloniale s’était vue répondre qu’il valait mieux ne pas traiter la question. C’est par méconnaissance, inconfort et peur que les auteurices de ce livre ont préféré éviter la question, partiellement ou complètement. Ce complément écrit par Aurore Turbiau l’illustre très bien. On renonce à l’approche intersectionnelle revendiquée, on justifie l’absence d’autrices non-blanches par des raisons pratiques et le non-traitement des questions raciales par des raisons politiques, après avoir dit qu’elles étaient inexistantes. Alors même que cette recherche aurait pu être menée et que les questions raciales auraient pu être traitées, même s’il s’agit d’autrices blanches, même s’il s’agit de discours critiquables – je dirais même que ce serait d’autant plus intéressant de les étudier.  

Mais au moins on a une réponse, contrairement à ce qui a pu être célébré dans les recensions d’EEV, ce livre n’a simplement pas d’approche intersectionnelle – ce serait bien de ne plus le présenter comme tel dans ce cas.

Une collègue m’a récemment dit qu’un livre mal fait était la meilleure chose, parce qu’il ne pouvait qu’inspirer à faire mieux. C’est ce que j’ai pu observer, la naissance de projets, de discussions, non pas dans la continuité du livre, mais en réaction à celui-ci.

J’ai pour ma part grand hâte de les lire. 

Merci à Alice, Capucine et Salomé pour la relecture.



Citer ce billet
Sarah Ghelam (2022, 24 août). Réponse : l’intersectionnalité n’est pas. Genre de l'édition. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz3d

  1. Turbiau, A. Lachkar, A. Islert, C. Berthier, M. Antolin, A. Ecrire à l’encre violette. Cavalier Bleu, 2022. []
  2. Ghelam, S. ”“Écrire à l’encre blanche, l’intersectionnalité en question” . Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/2793 []
  3. Ghelam, S. Genre de l’édition.”La Politique de l’aller-retour” https://genreed.hypotheses.org/2822 []
  4. Turbiau, A. Complément Écrire à l’encre violette : à propos de blanchité. https://engagees.hypotheses.org/3540 []
  5. Turbiau, A. ibid []
  6. J’ai l’impression d’avoir fêté mes 126 ans tellement je radote. []
  7. Brun, S. Cosquer, C. Sociologie de la race. Dunod, 2022. []
  8. J’englobe ici la blanchité dans les questions raciales, puisqu’il s’agit d’une identité sociale de race []

Une réponse sur « Réponse : l’intersectionnalité n’est pas »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search