Catégories
Outils

C’est la rentrée scolaire !

Tout au long de l’année 2021, j’ai publié sur ce carnet une série d’articles à propos de mon “non-corpus” aka l’ensemble des albums ayant au moins un personnage enfantin non blanc publiés en France en 2021. Mon corpus de mémoire s’arrêtant à 2020, j’ai dû mettre de côté ces albums publiés pendant les derniers mois de mon master. L’analyse de ce “non corpus1” m’a permis d’aborder des thématiques importantes quant à mon sujet de recherche : la racialisation, les marquages raciaux, l’intégration des normes sociales chez les enfant-lecteurs, l’internationalisation de la littérature jeunesse, etc.

En quelques mois, c’est 85 albums que j’ai analysés sur ce carnet. Sur ces 85 titres, seuls deux albums sont des récits du réel, ayant un contexte occidental, où les questions d’acceptation ou de diversité ne sont pas le sujet principal, avec un personnage enfantin non blanc qui ne pourrait pas être blanc. C’est-à-dire que le circuit éditorial jeunesse est incapable de publier des albums avec des personnages enfantins non blancs culturellement marqués. Ces deux exceptions sont Grand-Mère d’Eléonore Douspis2 et La demeure du ciel de Laura Nsafou et Olga Guillaud3. Grand-Mère est un album pop-up sur la santé mentale des personnes âgées, la matérialité de l’objet-livre permet de rendre compte matériellement des problèmes de mémoire de la grand-mère. Parmi les souvenirs oubliés, il y a son parcours migratoire. Dans La demeure du ciel, on suit le deuil de la petite Sofia. Bien que les personnages ne soient pas ramenés à une identité sociale de race, ils sont marqués culturellement : on peut voir la robe et l’attaché-foulard de la grand-mère, la petite fille reprend une recette de sa grand-mère.

Et qu’en est-il de mon corpus ? Sur 173 albums, aucun ne remplit ces critères, même si je prends en compte les albums “oubliés” trouvés après la soutenance de mon mémoire. Sur les 296 albums avec au moins un personnage enfantin non blanc que j’ai pu étudier, seulement deux albums remplissent ces critères.

Il faut bien sûr noter l’existence des autres albums de Laura Nsafou. Le chemin de Jada, sorti en 2020, ne remplit pas les critères puisqu’il s’agit d’un récit merveilleux dans un contexte non occidental. Quant au best-seller Comme un million de papillons noirs, il s’agit bien d’un album avec un personnage enfantin non blanc culturellement marqué, mais on y traite directement du racisme. A noter, qu’il s’agit du seul album traitant du racisme depuis le point de vue du personnage racialisé et non du point de vue du personnage blanc. Ici, on suit Adé qui subit du racisme à l’école, là où les autres albums de mon corpus suivent le point de vue de l’enfant blanc qui va devoir apprendre à tolérer l’autre (l’autre qui sera différent pour diverses raisons, sans jamais que le racisme ne soit explicitement abordé).

Qu’en est-il de cette rentrée ? A-t-on d’autres albums rompant avec la tradition du récit de l’enfant blanc devant accepter l’autre ? Aurons-nous droit à un troisième personnage enfantin non blanc culturellement marqué ?

Comme la sélection est importante, j’ai divisé cet article en deux parties : une première avec les albums se déroulant dans un contexte scolaire, une deuxième avec le reste de la rentrée littéraire d’albums jeunesse.

A l’école

  • Tu fais quoi après l’école ? – Céline Person, Marion Piffaretti

Omar, Simon, Bérénice, Aiko, Rebecca et Léonie sont réunis, et chacun échange sur l’activité qu’il souhaite faire en dehors de l’école dans l’année. De la natation ? Oui très bien. Mais bon, il y a aussi du hockey sur gazon, du violon ou de la danse classique. Pfff, mais qu’est-ce qui leur prend à tous ? Soudain, ce n’est plus une activité que chacun veut faire, mais deux, puis trois, et des activités si sophistiquées, que c’est à celui qui aura l’idée la plus farfelue et étonnante ! Et pourquoi pas natation en chanson ? ou hockey sur gazon en breton ? danse classique en Afrique ou danse modern jazz en japonais ?!

Magnard jeunesse

Dans un thread présentant des albums sur la rentrée et/ou l’école avec au moins un personnage enfantin non blanc j’ai divisé les titres en plusieurs catégories.

  1. Des albums4 sans personnages principaux, avec un ensemble de personnages, dont au moins un personnage enfantin non blanc.
  2. Des albums5 avec au moins un personnage principal non blanc sans qu’il soit culturellement marqué.
  3. Des albums6 ayant pour personnage principal un enfant blanc devant accepter l’enfant différent.

Le seul album ayant un personnage principal non blanc culturellement marqué dans un contexte scolaire est donc Comme un million de papillons noirs. Il n’existe pas (encore) d’album avec un personnage principal non blanc culturellement marqué dans un contexte scolaire sans que le sujet principal soit lié à des questions raciales.

Tu fais quoi après l’école ? fait donc partie de la première catégorie. Nous avons un ensemble de personnages (6), dont plusieurs sont non blancs (3). A noter, les activités que prévoient de faire les enfants sont de plus en plus farfelues (dessiner au plafond, faire du karaté en parachute), et que nous avons droit à de la danse classique en Afrique, et du modern jazz en japonais. Vous pourriez vous dire que c’est drôle du modern jazz en japonais, mais ce n’est à priori drôle que pour cellui pour qui le japonais sort de l’ordinaire. On exotise non pas sa propre culture, mais une culture étrangère, pour l’autrice et l’illustratrice, mais aussi pour le lecteur attendu.

  • Les meilleurs amis

« Aujourd’hui, je vais trouver un meilleur ami ! » annonce une petite fille à sa maman sur le chemin de l’école. Sa maman l’avertit que cela peut prendre du temps. Mais la petite fille n’est pas inquiète car elle sait exactement comment repérer un meilleur ami. « Un ami s’assied à côté de toi pour écouter une histoire. Un meilleur ami te tient la main si l’histoire fait peur »… La liste des exemples est longue. Et finalement, le moyen super génial pour trouver un meilleur ami, c’est d’être soi-même le meilleur des amis !

Kimane

Ici le personnage principal est blanc, mais rencontre un ensemble de personnages secondaires dont une majorité de personnages non blancs (ses potentiel-les meilleur-es ami-es), et un personnage en fauteuil roulant. Aucun personnage n’est racialisé au sein du récit, c’est-à-dire que même si les personnages ne sont pas blancs, ils ne sont pas assignés à l’intérieur du récit à une catégorie sociale de race7 .

  • C’est la rentrée ! (n’aie pas peur, dragon) –

Dragon ? Où es-tu Dragon ? Vite, tu vas être en retard pour ton premier jour d’école ! Dragon est un peu inquiet, il ne veut pas y aller. Accompagné de ses nouveaux amis, il va prendre petit à petit confiance en lui. Il y aura quelques maladresses et accidents, mais c’est comme cela qu’on apprend. Un nouveau livre interactif ! Toi aussi accompagne Dragon à l’école : compte, chante, lève les mains, hoche la tête et sois prêt pour la rentrée.

Gautier-Languereau

Dans cet album nous rencontrons deux espaces : l’espace intime du château où vivent le prince, la princesse, le roi et la reine et l’espace collectif scolaire. A la maison nous avons des parents non blancs, une petite fille blanche et un petit garçon non blanc. Les deux enfants accompagnent le dragon qui est complétement effrayé à l’idée de faire sa rentrée. Ils ont pour mission de rassurer le dragon. Il est donc possible pour les parents de lire cet album avec leurs enfants pour qu’ils puissent se préparer à chaque nouvelle expérience qui les attendent. A l’école, la maitresse est non blanche, et la parité est toujours respectée parmi les élèves. Encore une fois, les personnages ne sont pas racialisés.

Notre exception n’est toujours pas, mais nous avons deux nouveaux albums avec des personnages enfantins non blancs représentés sans préjugés racistes dans un contexte scolaire.

Pour le reste de la rentrée littéraire, ça se passe ici.

  1. Ghelam, S. “Mon non-corpus #1”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/305.

    Ghelam, S. “Mon non-corpus #2”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/349.

    Ghelam, S. “Mon non-corpus #3”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/368.

    Ghelam, S. “Mon non-corpus #4”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/330

    Ghelam, S. “Mon non-corpus #5”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/422

    Ghelam, S. “Mon non-corpus #5bis”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/458.

    Ghelam, S. “Mon non-corpus #6”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/512.

    Ghelam, S. “Mon non-corpus ?”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/989. []

  2. Douspis, E. Grand-Mère. Albin Michel, 2021. []
  3. Nsafou, L. Guillaud, O. La demeure du ciel. Cambourakis, 2021 []
  4. Chazerand, E. Suzon et la photo de classe. Gulf stream éditeur, 2021. []
  5. – Barnes, D. Brantley-Newton, V. Le Roi de la Maternelle. Anacaona, 2021. – Chavigny, I. Grinberg, I. Caudry, M. La vie de Smisse – Jours d’école. Seuil, 2016. – Escoffier, M. Monloubou, L. Les gens normaux. Kaléidoscope, 2019. – Hart, C. Beardshaw, R. Les bonnes manières pour les petits dragons à l’école. Gallimard jeunesse, 2021. – Philip, S. Adamson, G. C’est mon premier jour d’école. Circonflexe, 2021. []
  6. – Desbordes, A. Mon ami. Albin Michel Jeunesse, 2018. Le Touzé, A. Bienvenue à l’école Aimé ! L’école des loisirs, 2020. []
  7. Je radote je sais, mais il me semble qu’on a encore trop tendance à penser la racialisation comme une situation ne dépendant pas d’un contexte, voire comme une identité qu’on pourrait affirmer ou nier. Voir mon compte-rendu sur Ecrire à l’encre violette : Ghelam, S. “Ecrire à l’encre blanche, l’intersectionnalité en question”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/2793. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search