Catégories
Outils

Mon non-corpus #1

Pour mon corpus de mémoire sur la représentation racisée dans les albums jeunesse1, j’ai choisi de me limiter aux albums de fiction publiés en France entre 2010 et 2020, possédant au moins un personnage enfantin non-blanc. Ce choix reposait sur l’étude de Nathalie Thierry et Véronique Francis2 qui avaient un terrain similaire sur la période 1980-2010.

En raison de ces critères, j’ai dû laisser de côté plusieurs titres intéressants, que j’ai voulu rassembler dans cette série d’articles sur mon «non-corpus».

#1 – Ils sont sortis en 2021

  • Le grand voyage de Flamingo – Sébastien Mourrain

Coincée dans les étals d’un magasin de souvenirs, Flamingo la bouée fait pâle figure à côté des autres bouées plus colorées. Personne ne s’intéresse à lui, et il se désespère de quitter cette boutique ennuyeuse… Alors un jour, à la faveur d’une bourrasque, Flamingo décide de se laisser emporter, et de prendre le large. Commence un périple qui le conduira aux quatre coins de la planète, de la banquise jusqu’à la haute mer, à la rencontre des pingouins et des requins. Flamingo n’en croit pas ses yeux ! Mais, d’aventure en aventure, il sent que quelque chose lui manque encore… Il finit par échouer sur les côtes de l’Amérique. C’est là qu’un petit garçon, bien seul lui aussi, pose ses yeux sur lui. À l’autre bout du monde, une amitié est née.

https://actes-sud-junior.fr/9782330150617-l-sa-bastien-mourrain-le-grand-voyage-de-flamingo.htm

Ici c’est le petit garçon qui adopte la bouée à la fin du récit qui est noir. Il n’est pas le seul personnage enfantin, mais il est le seul à avoir un impact sur l’histoire, le personnage principal étant bien évidemment Flamingo la bouée.

Je n’ai qu’un album d’Actes Sud Junior dans mon corpus : Oh ! Si j’avais un dinosaure3. Comme pour Flamingo, le seul personnage enfantin est noir, et sa couleur de peau est un non-sujet.

  • Toi aussi, tu comptes – Christian Robinson

«Que tu sois la plus minuscule des petites choses
Que tu suives les autres ou nages seul contre le courant
Que tu partes le premier ou arrives le dernier
Toi aussi, tu comptes.»

Avec des mots choisis, simples et puissants, et des illustrations qui s’imposent par leur évidence, Christian Robinson oppose à l’esprit de compétition et au racisme, un message universel sur la valeur de chacun.

https://helium-editions.fr/livre/toi-aussi-tu-comptes/

Il y a quatre personnages racisés dans l’album : la petite fille noire sur la couverture qui regarde dans son microscope, une femme astronaute noire qui regarde la terre, un petit garçon noir qui regarde le ciel, et pour finir un petit garçon noir qui regarde par le hublot d’un avion. Le message du livre est encore plus clair dans la version originale : you matter (tu m’importes, tu comptes). La couleur de peau n’intervient pas dans le récit en soi, mais pour autant elle a son importance. L’auteur a voulu transmettre un message à ses lecteurs et lectrices, et en représentant quasiment exclusivement des personnages noirs, il ne dit pas seulement que l’ensemble des êtres vivants est important, mais que les personnes racisées, ici noires, le sont.

  • Julian au mariage – Jessica Love

Un mariage, c’est pour fêter l’amour. C’est aussi pour s’amuser ! Julian et Marisol s’échappent du repas des mariés et jouent sous l’arbre à sirènes. Après ses caracoles avec Gloria, la petite chienne, la robe de Marisol est toute sale. «Oh non !» dit-elle, mais l’imagination de Julian et la compréhension des grands-mères lui redonnent des ailes!

https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/julian-au-mariage

Il s’agit du deuxième album de Jessica Love traduit chez Pastel4. Comme le premier, il interroge et remet en question les normes de genre. Mais en plus, on a le droit à un mariage lesbien ! La totalité des personnages sont noirs, c’est un non-sujet, et c’est magnifique.

L’école des loisirs est la maison la plus présente dans mon corpus : 17 albums5

dont 9 ayant un contexte occidental, et 7 une thématique qui ne soit pas négative et/ou directement liée au racisme. Et parmi ces 17 albums, seul Julian est une sirène est une traduction.

  • La furie – Agnès Laroche, Mathilde George

Au village, tout le monde ne parle que de « La furie ». On dit qu’elle pousse de terribles cris, qu’elle veut voler notre pain, qu’elle transmet d’affreuses maladies. Certains veulent se protéger derrière un mur bien haut. Pourtant, personne ne l’a jamais vue. La jeune Albertine, elle, veut en avoir le cœur net : qui est cette furie ? Existe-t-elle vraiment ? Elle entame un audacieux voyage dans la forêt, et, découvre, caché dans une cabane de fortune… un bébé, accompagné de sa mère et de sa grand-mère. Albertine leur tend la main. Peu à peu, d’autres font de même au village, jusqu’à ce que, bientôt, plus personne ne les appelle « Furies ».

http://www.talentshauts.fr/albums/350-la-furie-9782362664304.html

Alors. Dans cet album la majorité des personnages est racisée, leurs couleurs de peau est un non-sujet, mais parce qu’il s’agit d’une uchronie où un village non situé géographiquement ou temporellement aurait pour population des habitants d’origines différentes.

Durant une journée d’étude consacrée aux Cultural Studies6 Anouk Bottero avait questionné les lignes de fracture du musical américain en questionnant l’aspect politique et révolutionnaire d’Hamilton7. La distribution non traditionnelle et transculturelle des rôles (le cross casting), bien qu’intéressante, invisibilise les enjeux de race de l’Histoire américaine.

Ici, ce cross casting ne permet pas à l’enfant de s’identifier au personnage, puisqu’il efface complètement les enjeux de race.

  • Mes deux mamans – Bernadette Green, Anna Zobel

Elvi a deux mamans. Son ami Nicolas l’interroge : « C’est laquelle, ta vraie maman ? » Une question d’enfant maladroite (que pourrait aussi poser un adulte…), à laquelle Elvi répond avec humour et astuce. Sa vraie maman est celle qui a les cheveux bruns (« Elles sont toutes les deux les cheveux bruns ! » rétorquera Nicolas), elle est pirate, tricoteuse de hamac, manucure pour dragons ou dévoreuse de spaghettis. Une démonstration par l’absurde portée par des illustrations tendres et chaleureuses, qui prouvera si besoin est que ce qui unit vraiment une famille, c’est l’amour.

http://www.talentshauts.fr/albums/346-mes-deux-mamans-9782362664298.html

Il n’y a que deux albums de Talents Hauts dans mon corpus : J’aime pas les super-héros et Ailleurs. Dans J’aime pas les super-héros, la couleur de peau du personnage est un non-sujet. Dans Ailleurs, chaque double-page compare la situation occidentale à une situation étrangère, négative – les thématiques abordées sont celles de la famine, de la migration, de la guerre, etc. Quinze ans de parutions, une soixantaine d’albums au catalogue, et seulement deux albums rentrant dans mon corpus – et aucun.e auteur.ice racisé.e publié.e.

Cette petite mise en contexte pour expliquer que bien que je me réjouisse de l’existence de cet album très pédagogique sur la parentalité lesbienne, je regrette qu’il s’agisse d’une traduction. La couleur de peau de la fille comme de la mère est un non-sujet, l’album se concentrant sur la thématique de l’homoparentalité.

Conclusion :

Sur cinq albums repérés, quatre ont un contexte occidental et actuel, et les quatre ont une thématique qui n’est pas négative et/ou directement liée au racisme. Mais trois sont des traductions.

Cela peut paraître anecdotique, mais cela veut dire que les maisons d’édition ne publient d’albums avec de la représentation diversifiée qu’après que ces albums aient déjà eu un certain succès commercial.

Remarques :

  • Puisque j’ai exclu de mes recherches les albums publiés en 2021, notamment dans mes demandes aux professionnel.les du livre, il est très probable qu’il en manque plusieurs.
  • De plus, nous ne sommes qu’en mai 2021, il se peut que d’autres albums ayant des personnages enfantins racisés sortent après ma soutenance.
  • Et pour finir, si ce sujet vous intéresse, l’association Diveka8 a pour projet d’étudier non pas uniquement la représentation des albums ayant des personnages enfantins racisés, mais l’ensemble de la production d’albums français publiés en 2021. Suivez-les pour en savoir plus !
  1. https://genreed.hypotheses.org/95 []
  2. Thiery, Nathalie et Francis, Véronique. Figures et représentations de l’enfant noir dans les albums pour la jeunesse. Revue de recherches en éducation, n°55, 2015. []
  3. https://www.actes-sud-junior.fr/9782330073893-l-gabby-dawnay-alex-barrow-oh-si-j-avais-un-dinosaure.htm []
  4. https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/julian-est-sirene []
  5. TiguidankéVanessa Simon-Catelin
    Va chercher !Michaël Escoffier
    Miaou ! Cui ! Ponk !Michaël Escoffier
    CousaAdrien Albert
    Disparais !Michaël Escoffier
    Puisque c’est ça, je pars !Yvan Pommaux
    Bienvenue à l’école Aimé !Anne Isabelle Le Touzé
    Julian est une sirèneJessica Love
    Le bain de MammoutSatomi Ichikawa
    Tu sais que je t’aime très fortAlain Serge Dzotap
    Bienvenue sur mon îleSatomi Ichikawa
    Croc-croc CaïmanSatomi Ichikawa
    La fête de la tomateSatomi Ichikawa
    Les voitures de JibrilSatomi Ichikawa
    Mon petit cheval MahabatSatomi Ichikawa
    Un palmier à marierSatomi Ichikawa
    SassouJean-Charles Sarrazin
    []
  6. https://genreed.hypotheses.org/167 []
  7. Hamilton est une comédie musicale américaine retraçant la vie d’Alexander Hamilton, Père fondateur des Etats-Unis. []
  8. https://www.diveka.fr/ []

Une réponse sur « Mon non-corpus #1 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.