Catégories
Outils

C’est la rentrée littéraire !

Après la rentrée scolaire1, voyons ce que la rentrée littéraire a à nous proposer2.

Rentrée littéraire

  • Pétille Colère – Amélie Carpentier

Pétille est fâchée, fâchée, fâchée. Ses yeux se mouillent, les meubles tremblent et tout valse autour d’elle. Un désordre règne dans sa tête: elle est en colère. En rencontrant d’autres petits êtres, elle va découvrir qu’elle n’est pas la seule à se mettre en colère. Dire, échanger, partager cette colère est une aventure qui se suffit à elle-même.

L’étagère du bas

Je n’ai pas assisté à beaucoup de rentrées littéraires cette année3, mais j’ai eu le plaisir d’être présente à celle des “7 maisons d’édition jeunesse indépendantes réunies pour la bibliodiversité”. Sur les 28 titres présentés par les 7 maisons4, j’ai noté deux albums ayant au moins un personnage enfantin non blanc, Pétille Colère chez l’étagère du bas, et Un jardin gros comme l’univers, à paraître aux édition A2MIMO le 20 octobre.

Dans cet album, Pétille est en colère, et rencontre une série de personnages anthropomorphisés qui lui montre différentes stratégies pour affronter sa colère : se laisser porter, crier, hurler, rugir, se rouler en boule, s’étirer, sauter, faire des étincelles, la posture de l’arbre, gonfler son ventre, respirer comme une baleine… La colère se vit physiquement, de mille et une façons différentes, sans être perçue négativement. Les seuls autres albums représentant un personnage enfantin féminin non blanc fâché sans que cela soit décrit négativement sont Petite Bébé est fâchée et La tarte à la colère. Et du côté des garçons ? On ne trouve qu’un seul album sur la colère : Une colère de tigre. Est-ce qu’à force de vouloir contrebalancer les représentations dominantes on n’en viendrait à ne plus aborder la colère chez les garçons ?

  • Si le vent se lève – Sasha Quinton

La vie n’est pas toujours ensoleillée et douce. Parfois le vent pourra souffler…

Mais, rappelle-toi, tu t’en sortiras toujours !

Un très bel album pour aborder en toute poésie le sujet des épreuves de la vie.

Tigre & Cie

Dans cet album aux pages découpées, un parent s’adresse à son enfant, lui offrant des conseils pour les potentielles tempêtes qu’il aura à affronter. Ce type de narration est un classique de l’album jeunesse que j’ai déjà rencontré dans mes recherches. Dans mon corpus il y a Mon enfant de la terre5 où un parent s’adresse à son enfant, parle de ses espoirs et de ses rêves pour lui, le texte est illustré par une série d’illustrations de différents enfants à travers le monde, aux marquages raciaux différents. Toujours aux éditions des éléphants, Quand tu seras grand6 suit le même principe, mais en restant dans un contexte occidental. Quant à mon “non corpus”, on peut y retrouver la série Promesses. Toujours le même principe : un parent s’exprime sur ce qu’il aimerait promettre, regarder, donner, écouter, et chacune de ses phrases est illustrée par un enfant différent.

Dans cette série, il m’est possible de déterminer la présence de personnages enfantins non blancs en raison de la pluralité des personnages. Les personnages enfantins non blancs sont marqués racialement en comparaison des personnages enfantins blancs. Dans Si le vent se lève, il n’y a qu’un seul personnage. Rien dans la narration, contrairement à Toi aussi, tu comptes par exemple, ne suggère que le personnage subirait une racialisation7. Alors que les maisons d’édition visent à mettre en page des personnages universels, il est compliqué de déterminer si le personnage est marqué racialement sans connaître l’intention des auteurices et illustrateurices et/ou sans avoir une idée de comment l’album a pu être reçu. Est-ce que les enfants lecteurices en âge d’assigner une classe sociale de race au personnage le feraient ?

Si on part du principe que les auteurices et illustrateurices ont conçu le personnage comme étant non blanc et/ou que les enfants lecteurices considèrent ce personnage comme étant non blanc, il s’agirait d’un album ayant un contexte occidental sans que le sujet principal soit des questions de tolérance. Mais le personnage principal n’est pas culturellement marqué, il pourrait être blanc – il se pourrait même qu’il le soit.

  • Mon père hélicoptère – Jo Hoestland, Héloïse Solt

« Mon super-héros à moi, c’est mon père hélicoptère !
Lorsqu’un danger guette, il déploie ses ailes et arrive plus vite que l’éclair. Sauf hier… »

L’apprentissage de l’autonomie et de la confiance en soi, sous le regard bienveillant d’un super papa.

Flammarion jeunesse

Il s’agit du troisième album sorti depuis 2021 sur un papa non blanc8. Les deux premiers étaient des déclarations d’amour d’un enfant à son papa. Que ça vienne d’une petite fille ou d’un petit garçon, ce qui y est célébré relève d’une masculinité assez classique. Ici, la petite fille dit que son père n’est pas ordinaire, parce qu’il se transforme en hélicoptère. Il la récupère quand elle tombe, la transporte sur son dos, la pousse à dépasser ses peurs, vole à son secours… jusqu’au jour où, trop occupé à prendre soin de son petit frère, il n’est pas venu. Elle a donc dû voler à son propre secours, et a même sauvé son petit frère au passage. L’album se finit sur la petite fille qui a compris qu’elle pouvait se transformer en fille hélicoptère, pour se sauver toute seule, voire pour sauver son petit frère si jamais son père tombait en panne.

Plusieurs choses sont à noter. Premièrement, il est possible de définir la petite fille comme non blanche en comparaison aux personnages blancs de l’album. Pour autant, sans même avoir à la comparer, on peut déterminer que la petite fille est marquée racialement d’une telle façon qu’il est possible de la qualifier de non blanche9 : les cheveux sont très bouclés et la peau assez foncée pour qu’il ne soit pas possible de la considérer comme étant blanche. C’est aussi le cas de Pétille, personnage principal du premier album présenté dans cet article. Il s’agit du seul personnage humain de l’album, mais il est possible de la qualifier de non blanche en raison de son marquage raciale : couleur de peau très foncée, cheveux frisés. Ensuite, bien que le papa ne transgresse pas les normes genrées, la petite fille elle les transgresse en réussissant à se sauver elle-même.

Vous vous posez certainement la question des mamans. Où sont-elles ? Il existe deux albums avec une maman non blanche où la maman est le sujet principal : Mes deux mamans et Quand maman travaille. Mes deux mamans est un album sur l’homoparentalité et Quand maman travaille sur une famille monoparentale. Bien qu’il soit important de représenter les familles dans toutes leurs diversités, cette différence de traitement entre la paternité et la maternité pose question. Pourquoi les albums sur l’amour d’une mère à son enfant ou d’un enfant à sa mère ne représentent que des mamans blanches ? Pourquoi les mamans non blanches ne sont représentées que dans ces cadres-là (monoparentalité et homoparentalité) ?

  • Petit pas – Laurence Faron, Maurèen Poignonec

Les premiers pas, de un à trois, de huit petits qui démarrent dans la vie. Ils sont comme ci, ils sont comme ça. Ils marchent plus ou moins droit. Parfois, ils ressemblent à leurs parents, parfois ils sont différents. Dans toutes les familles, pour tous les enfants, les premiers pas sont une joie.

Talents Hauts

On parlait des mamans en voici. Dans ce tout-carton de la collection Badaboum (Voir : Ghelam, S. “Mon non-corpus #2”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/349. )) !, les bébés font leurs premiers pas. Chaque double est consacrée à un enfant (6 enfants non blancs pour 2 enfants blancs), jusqu’à la dernière double-page où nous avons 5 enfants non blancs pour 2 enfants blancs (ce ne sont pas les mêmes). Pas de maman non blanche, mais une tata (le personnage adulte que l’on peut voir sur la couverture), et un couple de mamans (toutes les deux blanches). Nous avons une diversité de familles sans que cela soit le sujet, mais sans que les personnages soient culturellement marqués pour autant. Les personnages servent “simplement” d’illustration au texte, et pourraient tout autant être blancs ou non blancs.

  • Le paradis dans mes cheveux – Skye Robinson, Katty Laguette Labour

Tima était une petite fille aux belles boucles espiègles. Elle n’aimait cependant ni les coiffer ni les laver. « Si tu ne te laves pas les cheveux, ils attireront toutes sortes de petites bêtes », l’avait prévenue sa maman.

Plutôt que de l’effrayer, cette idée enchanta Tima ! Elle décida alors d’accueillir dans ses boucles emmêlées des brins d’herbe, des fleurs, une coccinelle, des papillons, un gecko, des serins… jusqu’au jour où un hôte inattendu chercha à y installer toute sa famille !

Atelier des nomades

Laura Nsafou nous a appris à aimer nos cheveux frisés, Skye Robinson nous dit d’en prendre soin. Dans cet album, le cri du cœur des parents est pris au pied de la lettre : toute une jungle s’installe dans les cheveux de la petite Tima qui ne veut pas se coiffer. A la fin, la petite fille demande à sa maman de l’aider à coiffer ses cheveux pour retrouver ses belles boucles10 .

L’ensemble des albums publiés par la maison atelier des nomades se déroulent soit explicitement sur l’île Maurice, soit sur une île de l’océan indien non spécifiée. J’ai déjà abordé la question des albums ayant pour contexte les DROM-COM11, bien qu’il s’agisse de territoires français, il s’agit de contextes complétement différents de ceux connus des enfants ayant grandi en métropole. Même s’il ne s’agit pas d’un contexte étranger, il s’agit d’un contexte non occidental, je mettrais donc cet album de côté.

  • La fille aux arbres – Caryle Hart, Anastasia Suvorova

Comment une petite fille haute comme trois pommes peut-elle faire renaître la belle forêt qui recouvrait autrefois la montagne ? Une idée germe dans sa tête et elle commence à semer des graines d’arbres. Sa tâche n’est pas facile, mais elle n’abandonne pas et, finalement, un coin de verdure apparaît !

Mais une nuit, une terrible tempête détruit tout sur son passage. Elle n’arrivera jamais à tout replanter seule ! Son rêve et son espoir peuvent-il inspirer un village tout entier ?

Une histoire puissante qui montre que l’on n’est jamais trop petit pour faire une différence.

Kimane

Il s’agit ici aussi d’un contexte non occidental.

  • L’arbre et moi – Alexandria Giardino, Anna et Elena Balbusso

Une jeune fille qui vient d’arriver en ville se lie d’amitié avec un vieil arbre dans sa cour de récréation.

En partageant leurs histoires et en se révélant leurs joies et leurs peines, ils apprennent à se connaître, découvrant, comme tous les vrais amis, qu’être compris pour soi-même est l’une des expressions les plus pures de l’amour et l’amitié.
Un véritable voyage à la découverte des sentiments et de la nature, une histoire forte et poétique.

Plume de carotte

Cet album a pour contexte ce qu’on devine être un quartier prioritaire. L’écologie semble être la thématique principale, mais elle sert très vite à aborder des questions migratoires. A noter, on y voit un personnage de femme voilée.

  • Tout change : lorsque les parents se séparent, la vie de famille évolue… – Clare Helen Welsh, Asa Gilland

« J’adore l’été, quand le soleil brille et que nous jouons et rions tous les trois. Mais voilà que Maman et Papa m’expliquent qu’ils ne peuvent plus vivre ensemble. Et tout change… »

Kimane

Tout change est ce qu’on appelle entre libraires un album pansement12. On le conseille quand on nous demande un livre pour aborder un sujet précis avec l’enfant. Ici, il s’agit de la séparation des parents. Dans cet album, la famille est mixte : la mère est blanche, le papa et le petit garçon sont non blancs. A travers les saisons, l’enfant passe par la colère, l’inquiétude, le regret puis l’acceptation, avant d’accepter la séparation de ses parents. Les personnages ne sont ni racialisés, ni culturellement marqués.

  • La cousine des montagnes – Lola Hale, Emilie Sandoval

Quand Adam, petit garçon des villes, rencontre Yuli, la cousine des montagnes, tout change dans sa vie !

Les animaux, la nature et les aventures s’invitent dans le quotidien du petit garçon pour le meilleur et pour le pire.

Seuil jeunesse

A la lecture de cet album je n’ai pas pu m’empêcher de penser aux organisatrices du colloque sur les femmes sauvages13. Adam est un petit garçon qui a peur de tout. Ses parents l’ont donc envoyé chez sa cousine des montagnes. Quoi de mieux que la nature pour le secouer un peu ? A leur première rencontre, Adam la décrit comme étant effrayante. C’est une femme avec une moustache, des gros poils sous les bras qui sent très fort. Il utilise le mot bête pour se référer à elle comme d’une bête, comme pour les animaux, et même s’il finit par aimer sa compagnie, c’est en dépit de son caractère sauvage.

Même si elle est sauvage, même si elle est poilue, Yuri est super ! Avec elle c’est l’aventure !

Hale, L Sandoval, E. La cousine des montagnes. Seuil jeunesse, 2022.

Ici c’est plutôt les habitants des montagnes qui sont décrits de façon stéréotypée. Le personnage d’Adam n’est ni racialisé, ni culturellement marqué.

  • Sulwe – Lypita Nyong’o, Vashti Harrison, traduit par Laura Nsafou

Sulwe a une peau qui ressemble à la nuit. Elle se trouve plus sombre
que sa famille, plus sombre que ses amis. Alors que sa sœur a la couleur du soleil et attire tous les regards, Sulwe reste dans la pénombre et rêve de trouver sa propre lumière. Mais un soir, Sulwe embarque pour un voyage magique qui lui montrera que la nuit est aussi belle que le jour…

Michel Lafon

Celui-ci n’est pas encore sorti en France, ce sera pour le 22 septembre, mais j’ai pu mettre la main sur la version originale. Dans cet album, la petite Sulwe n’arrive pas à aimer la couleur de sa peau. Aucun membre de sa famille ne lui ressemble, les surnoms qu’on lui donne la blesse, elle s’isole et prie pour avoir la même couleur de peau que sa sœur, plus claire. Elle tente tout pour éclaircir la couleur de sa peau, mais rien n’y fait. Et, malgré les mots de sa mère, elle n’arrive toujours pas à se trouver belle et digne d’être aimée. Mais, un soir, la nuit envoie une étoile à Sulwe pour qu’elle lui raconte son histoire, celle des deux sœurs Nuit et Jour. On ne peut que penser au récit des deux sœurs Iris et Jada, les héroïnes de l’album de Laura Nsafou Le Chemin de Jada – c’est d’ailleurs Laura Nsafou qui a traduit l’album.

Comme Le Chemin de Jada ou Comme un million de papillons noirs, il s’agit d’un album traitant de questions d’acceptation, mais depuis le point de vue du personnage enfantin racialisé dans le but d’apprendre aux enfants subissant ces assignations raciales à s’aimer soi-même. Et non pas depuis le point de vue d’un personnage enfantin blanc qui devrait apprendre à accepter l’autre dans le but de transmettre aux enfants blancs des valeurs humanistes.

  • Tout est si brillant – Tarek Lakhrissi, Jehane Yazami

Amir adore chanter. Lorsque ses proches découvrent sa voix, tout le monde l’encourage à poursuivre son rêve : briller ! Un peu de maquillage, quelques accessoires, une grande dose de courage et d’amour, voilà les ingrédients qui transformeront peut-être le rêve d’Amir en réalité.

Shed

Pour être tout à fait transparente avec vous, Shed publishing fait partie des maisons avec lesquelles je travaille. Si jamais vous vous décidiez à acheter Tout est si brillant, il se peut même que vous retrouviez mon nom dans les remerciements… Mais, malgré mon implication dans le projet, il m’est possible d’analyser le marquage racial et culturel des personnages de l’album.

Maman Souad le regarde tendrement en esquissant
un sourire : « c’est un très beau projet, mon cœur ».
Elle prend la main d’Amir et commence à chanter une
comptine en arabe, la même que Halima, sa propre mère, lui avait apprise quand elle était petite.
Sa voix est douce et d’or.

Lakhrissi, T. Yazami, J. Tout est si brillant. Shed publishing, 2022.

Quand il sera grand, Amir sera une star. Il le dit, le joue, le rêve. Parmi tout ce qui le porte il y a l’amour de ses ami-es et de sa famille, mais il y a aussi son héritage familial. Un des fils conducteur de l’album est une comptine en arabe que sa mère lui chante. A la toute fin de l’album, l’équipe de l’album est présentés, et il est dit de l’auteur qu’il a inventé un petit garçon fier, confiant et très attaché à l’héritage de sa famille.

Il n’est pas question d’immigration, ou de racisme, il est question de la fierté d’un petit garçon maghrébin et homosexuel14 .

Nous arrivons donc à trois albums15 ayant au moins un personnage enfantin non blanc, dans un contexte occidental, sans que la thématique soit liée à des questions de tolérance, où le personnage enfantin non blanc est culturellement marqué (aka ne pourrait être blanc). Et deux albums16 ayant au moins un personnage enfantin non blanc, dans un contexte occidental, où la thématique est liée à des enjeux raciaux mais depuis le point de vue de la personne racialisée (assignée à une catégorie sociale de race). Le chemin de Jada17 quant à lui est bien un album qui traite de questions raciales depuis le point de vue de la personne racialisée, mais pas dans un contexte occidental, et sans être un récit du réel. L’album se situe dans un village et est traversé de magie.

A nos exceptions, il manque L’Amoureuse de Simone, publié en début d’année aux éditions On ne compte pas pour du beurre. Il s’agit du premier album avec des personnages enfantins lesbiens en couverture18. Dans cet album, il y a une scène où Simone se fait tresser les cheveux par sa tante. Il m’est paru clair qu’il s’agissait d’une scène culturellement marquée, pourtant la question a divisé pendant un atelier19 Après tout, est-ce que toutes les petites filles ne se font pas coiffer ? Les personnes aux cheveux crépus ont toutes déclaré que non, il y avait bien des pratiques culturelles particulières autour du fait de coiffer des cheveux crépus.

On arrive donc à 4. A noter qu’à l’exception d’Albin Michel jeunesse, il s’agit soit de collections ne publiant pas de littérature jeunesse habituellement (Sorcières), soit de nouvelles structures émergentes (On ne compte pas pour du beurre, Shed publishing). On en revient donc à la conclusion de mon mémoire : il semblerait que le circuit traditionnel d’édition de littérature jeunesse soit incapable de fournir des représentations de personnages enfantins non blancs culturellement marqués dans un contexte occidental sans que la thématique soit l’acceptation de l’autre.

  • Les chaussons noirs – Sophie Noël, Maud Riemann, Flore et Adèle Burtel

On retrouve Ève, l’héroïne des Pointes noires, à six ans lorsqu’elle commence à faire de la danse classique. Son rêve commence à se réaliser avec l’achat de la tenue : le justaucorps, les collants, les chaussons. La vendeuse dit qu’ils sont « couleur chair ». Mais Ève vient d’Afrique, où ses parents l’ont adoptée, et sa peau est noire. Elle appréhende un peu son premier cours. Heureusement, Rachel, sa professeure de danse et Camille, sa meilleure amie, sont là pour la rassurer. Et même si c’est un peu difficile au début de bien mémoriser les positions et de faire les figures au rythme de la musique, Ève s’en sort très bien.

Et surtout, bientôt se prépare le spectacle de fin d’année, où elle dansera la Valse des fleurs dans son beau tutu bleu, avec des collants et des chaussons noirs !

Magnard jeunesse

Vous connaissez peut-être la série “Les Pointes noires”. Dans ces romans 8-12 ans, on suit la petite Eve, enfant malienne adoptée par un couple français, qui réalise en rejoignant l’école de danse de l’Opéra de Paris qu’elle est la seule élève noire.

Dans l’album, Eve n’a que 6 ans. Tout juste adoptée, elle va avec sa maman acheter sa tenue pour le cours préparatoire de danse. On lui demande d’avoir un justaucorps, des chaussons roses. et des collants couleur chair. L’enfant ne comprend pas ce que ça veut dire. Couleur chair pour elle ça devrait être marron. Pourquoi les collants qu’on lui donne sont roses ? Sa mère est d’abord gênée, puis résout la situation en disant : “Nous, on dira que c’est une tenue rose, tout simplement.” On a ensuite droit à une multitude de coiffures ratées, sa maman ne sachant pas encore comment faire un chignon de danseuse sur cheveux crépus.

Une fois arrivée en cours, elle est bien sûr la seule petite fille noire. Toutes portent l’uniforme : chignon impeccable, justaucorps, chaussons et collants roses. La professeure, par contre, porte un collant et un justaucorps noir, Eve l’envie.

Comme nos chaussons, les pointes sont toutes roses. C’est bizarre qu’il n’y en ait pas de couleurs plus foncées pour aller avec les différentes couleurs de peau. Moi, j’adorerais porter des pointes noires.

Noël, S. Burtel, F et A. Riemann, M. Les chaussons noirs. Magnard jeunesse, 2022.

Alors qu’elle admire le cours des grands, Eve pointe20 l’injustice de l’obligation des pointes roses. Pourquoi ne pas porter des pointes noires ? C’est, bien sûr, un clin d’œil aux romans. Mais quand sa professeure l’entend, elle se contente de lui répondre qu’il faudra attendre un peu avant de monter sur des pointes. Elle ne réagit pas à sa remarque sur la couleur des pointes qu’elle voudrait porter.

A la fin de l’année, leur groupe joue la Valse des fleurs. Chaque danseuse a un tutu d’une couleur différente, et Eve porte, contrairement aux autres, des chaussons noirs.

Alors, il s’agit bien d’un album avec un personnage enfantin non blanc culturellement marqué dans un contexte occidental. Bien que le sujet soit lié à des questions de discriminations, le récit est du point de vue du personnage racialisé. Mais, les questions raciales sont mises de côté. Je m’explique. Eve est adoptée, amenée dans un autre pays, sans que cela soit réellement traité. Sur le traumatisme que peut être l’adoption transnationale je vous invite à visionner l’excellent documentaire Une histoire à soi21. Dans la boutique, la maman22 arrive à dédramatiser la situation sur le moment, mais il n’y a à aucun moment de discussion sur les injustices raciales. Même concernant ses chaussons noirs, on nous montre son désir à elle d’avoir des vêtements de danse correspondant à la couleur de sa peau, mais on nous montre pas comment elle arrive à les obtenir. Contrairement à Sulwe ou à Comme un million de papillons noirs, il n’y a aucune discussion avec les adultes, il n’y a pas d’accompagnements sur comment affronter les violences et inégalités racistes. On pourrait se dire que la maman blanche n’est pas équipée pour aborder ces questions avec sa fille adoptive, mais cela pourrait être un sujet en soi. De la même manière qu’elle a dû apprendre à faire des chignons de danseuse, il est fort probable qu’elle ait dû apprendre à parler de racisme avec sa fille.

Ce qui apparaît à la lecture de cet album devient évident quand on le compare à des albums sur des thématiques similaires mais écrits par des personnes noires : il manque des éléments importants. Ecrire le désir d’une petite fille d’avoir des chaussons noirs ne suffit pas à écrire un album depuis le point de vue d’une petite fille racialisée subissant des discriminations systémiques. Il ne s’agit pas ici de dire qui devrait ou ne devrait pas pouvoir écrire certaines voix, mais de relever les différences quand un sujet est traité par quelqu’un ayant été dans cette position, quelqu’un de concerné, et quelqu’un ne l’étant pas. Si on part du principe que cet album est à destination de toutes les petites filles noires rêvant de porter des pointes noires, comment les accompagner sans leur donner les outils pour supporter les violences qu’elles devront affronter ?

Conclusion :

J’espère ne pas vous avoir perdus. Voici les 15 albums de la rentrée ayant au moins un personnage enfantin non blanc. Nous avons donc :

  • Deux albums avec un ensemble de personnages enfantins, dont certains non blancs, dans un contexte occidental sans que ces personnages ne soient culturellement marqués.
  • Sept albums avec au moins un personnage enfantin non blanc dans un contexte occidental, sans que la thématique soit liée à des questions raciales, sans qu’ils soient culturellement marqués.
  • Deux albums avec au moins un personnage enfantin non blanc dans un contexte non occidental.
  • Un album avec au moins un personnage enfantin non blanc dans un contexte occidental mais avec une thématique liée à des question raciales (ici l’immigration).
  • Un album avec au moins un personnage enfantin non blanc dans un contexte occidental, sans que la thématique soit liée à des questions raciales, culturellement marqué.
  • Deux albums avec au moins un personnage enfantin non blanc dans un contexte occidental, avec une thématique liée à des question raciales, mais depuis le point de vue du personnage racialisé.

Bien qu’il y ait de plus en plus d’exceptions, 4 pour les personnages culturellement marqués23 et 4 pour les questions raciales abordées depuis le point de vue des personnages racialisés24, moins de la moitié de ces publications viennent de maison d’édition jeunesse ayant plus d’un an d’existence25. Shed publishing est une maison généraliste et la collection Sorcières ne publiaient que des essais avant de publier le premier album de Laura Nsafou, refusé par les maisons d’édition jeunesse traditionnelles. La seule maison d’édition jeunesse à publier ces représentations est On ne compte pas pour du beurre, elle vient de fêter ses un an.

Bien qu’on puisse apprécier l’existence de ces exceptions, quasiment absentes de mon corpus s’arrêtant à 202026, elles ne font qu’illustrer la conclusion de mon mémoire : le circuit traditionnel d’édition jeunesse semble incapable de publier des personnages culturellement marqués et/ou des récits sur les questions raciales depuis le point de vue des personnages racialisés.



Citer ce billet
Sarah Ghelam (2022, 6 septembre). C’est la rentrée littéraire ! Genre de l'édition. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz3g

  1. Voir la première partie de cet article : Ghelam, S. “C’est la rentrée scolaire !”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/3007. []
  2. Article garanti 100% sans Despentes, profitez-en. []
  3. J’étais quelque peu prise par une campagne de recrutement… []
  4. A2MIMO, le Diplodocus, l’Etagère du bas, Kilowatt, les Edition des Eléphants, Voce verso et la Maison Eliza []
  5. Quatromme, F. Bonini, S. Mon enfant de la terre. Les éditions des éléphants, 2017. []
  6. Winfield Martin, E. Quand tu seras grand. Les éditions des éléphants, 2018. []
  7. C’est-à-dire qu’il serait assigné à une identité sociale de race. []
  8. - Quinn, S. Ruiz, M. Mon papa. Père Castor, 2021. – Senoussi, S. Piffaretti, M. Papa je t’aime gros comme Pa. Fleurus, 2021. []
  9. Encore une fois, on ne peut la décrire comme racialisée que si elle subit une assignation à une identité sociale de race à l’intérieur du récit. []
  10. J’ai 26 ans et mon papa se désespère dès que je n’ai pas le courage de laver, nourrir et coiffer mes cheveux en vacances. J’ai le droit à des “où sont passés tes beaux cheveux” dès que j’ai le malheur de pas en prendre soin… []
  11. Ghelam, S. “Les oubliés”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/910 []
  12. Terme absolument pas scientifique, à ne pas reproduire chez vous. []
  13. Maurin, F. D’Inca, E. “Compte-rendu : colloque « Amazones et Femmes sauvages : quelles évolutions de la littérature médiévale à l’imaginaire contemporain ? “. Fantasy Jeunesse. https://fantasyjeune.hypotheses.org/2280. []
  14. Si vous pensez qu’il cumule dîtes vous que je suis maghrébine lesbienne ET juive, ET neurodivergente, ET malade chronique. Donc non, ce n’est pas trop un personnage et non blanc et homosexuel. Il est possible d’être plus d’une chose et la blancheur des représentations LGBTQI+ est un enjeu en soi. []
  15. - Nsafou, L. Guillaud, O. La demeure du ciel. Cambourakis, 2021.

    – Douspis, E. Grand-Mère. Albin Michel, 2021.

    – Lakhrissi, T. Yazami, J. Tout est si brillant. Shed publishing, 2022.

    []

  16. – Nsafou, L. Brun, B. Comme un million de papillons noirs. Cambourakis, 2018.

    – Nyong’o, L. Harrison, V. Nsafou, L. Sulwe. Michel Lafon, 2022. []

  17. Nsafou, L. Brun, B. Le chemin de Jada. Cambourakis, 2020. []
  18. Le premier album avec des personnages lesbiens sur la couverture étant Camélia et Capucine publié aux éditions Actes Sud junior en 2000. Il s’agit d’une réécriture de l’album Jamèdlavie publié en 1977 dans la collection “du côté des filles” aux éditions des femmes. []
  19. Ghelam, S. “Atelier – Représentations en littérature jeunesse”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/1216. []
  20. Pardon pour cette blague, vraiment… []
  21. Gay, A. Une histoire à soi. 2022. []
  22. Pareil, Eve appelle sa mère adoptive maman directement ? []
  23. - Douspis, E. Grand-Mère. Albin Michel, 2021.

    – Kedadouche, E. Calmo, A-A. L’amoureuse de Simone. On ne compte pas pour du beurre, 2022.

    – Lakhrissi, T. Yazami, J. Tout est si brillant. Shed publishing, 2022.

    – Nsafou, L. Guillaud, O. La demeure du ciel. Cambourakis, 2021. []

  24. – Noël, S. Burtel, F et A. Riemann, M. Les chaussons noirs. Magnard jeunesse, 2022.

    – Nsafou, L. Brun, B. Comme un million de papillons noirs. Cambourakis, 2018.

    – Nsafou, L. Brun, B. Le chemin de Jada. Cambourakis, 2020.

    – Nyong’o, L. Harrison, V. Nsafou, L. Sulwe. Michel Lafon, 2022. []

  25. Albin Michel, Magnard jeunesse et Michel Lafon []
  26. Les quatre albums avec des personnages culturellement marqués sont sortis après 2020, deux des albums abordant des questions raciales depuis le point de vue des personnages racialisés sont sortis avant 2020. []

4 réponses sur « C’est la rentrée littéraire ! »

Merci Sarah pour votre réponse.

Je sais bien que le sujet est délicat, et j’ai en effet écrit l’histoire d’Eve “avec des pincettes”, ne pouvant moi-même pas me mettre dans la peau d’une petite fille puis d’une jeune fille noire. Cependant, ma fille cadette a vécu des situations similaires, et c’est avec elle que j’ai construit ma réflexion. Je ne prétends surtout pas me mettre à la place de… car c’est impossible. En revanche, je pense que ma colère de maman, face aux injustices que mes filles subissent, est légitime, et que je peux aussi, avec ma sensibilité d’autrice et de mère, en parler. Je n’en parlerai jamais comme une femme noire en parlerait, mais je le fais avec sincérité et franchise.
J’espère, même si vous pensez que la façon dont le sujet est traité est incohérent, qu’il pourra permettre d’ouvrir une discussion entre les jeunes lectrices et leurs parents. Dans ces courts récits, nous ne pouvons écrire qu’une tranche de vie, un passage, un instantané, et le rôle de la littérature jeunesse est aussi d’ouvrir une voie, un dialogue, une réflexion. J’entends bien vos arguments, et suis vraiment intéressée par votre analyse sur la prise en charge des questions raciales dans la littérature (en général), et suis tout à fait disposée à avancer dans ma réflexion sur ce sujet qui me tient à coeur.

Si vous en avez le temps, lisez Les pointes noires : ce serait très agréable d’en discuter ensemble. Et puis aussi La saveur des bananes frites, qui parle de la place de l’humain dans le monde…

Bien à vous
Sophie

Bonjour,
Votre étude est très intéressante, mais j’aimerais nuancer le point de vue que vous avez sur Les chaussons noirs. 😉
Cet album vient, en fait, après la série Les pointes noires où il est beaucoup plus fortement questions de racisme, et de la façon dont l’héroïne, Eve, peut s’en défendre. Je ne sais pas si vous l’avez lue (Les pointes noires, Les pointes noires à l’Opéra et Les pointes noires à New York). J’y parle plus en profondeur du ressenti des enfants adoptés, de la façon dont les parents (blancs) peuvent aider, soutenir, défendre, protéger, armer… leurs enfants (noirs) face au racisme, à l’inégalité flagrante dans certains domaines et activités (et notamment la danse). Je pense y avoir poussé la réflexion plus loin, tout en restant à hauteur d’enfants.
Pour l’album, il s’agissait de raconter la petite enfance de l’héroïne de cette série. Ma maison d’édition et moi avons pris le parti de davantage parler de danse, tout en évoquant plus légèrement cette inégalité qui deviendra flagrante dans les romans. La raison majeure de ce point de vue, c’est qu’Eve découvre le racisme brutalement dans le roman, alors qu’elle ne l’a pas ressenti étant jeune (ou peu) car elle a dû en être préservée. Je ne pouvais donc pas contredire dans mon album ce qui était déjà écrit dans les romans (je ne sais pas si je suis claire 😉 !).
Une dernière petite chose, comme vous le notez, je ne suis moi-même pas noire, mais mes deux filles le sont, et j’ai été confrontée personnellement aux situations que j’évoque dans mon histoire. Je sais que c’est différent que le ressentir soi-même, mais je peux vous assurer que le ressentir en tant que maman est aussi particulièrement fort.
Nous pouvons en reparler quand vous le souhaitez, avec grand plaisir,
Merci pour cette intéressante étude que vous avez faite,
Bien à vous
Sophie NOËL, autrice des Pointes noires et des Chaussons noirs (ce dernier album écrit en collaboration avec mes deux filles)

Bonjour Sophie,

Merci à vous d’avoir pris la peine d’expliquer ces choix.

Je n’ai pas lu la série de romans et il est fort probable que les enfants à qui on lira l’album non plus. Je comprends le besoin de cohérence entre les deux, mais il est compliqué de bien traiter des violences racistes qui sont montrées dans l’album tout en voulant ne pas contredire l’idée qu’elle n’aurait pas vécu de violences racistes dans sa jeune enfance. Il aurait fallu choisir de se contredire, écrire sur un autre personnage ou ne pas montrer de violences racistes dans l’album. Le résultat dans tous les cas est incohérent.

J’ai moi-même été une petite fille vivant du racisme élevée par un parent blanc, et je peux vous garantir que mon père ne serait absolument pas en position d’écrire ou de parler de mes expériences vécues alors même qu’il y a assisté. Vous n’êtes pas le premier parent blanc à écrire sur le racisme (le plus souvent dans des cas de familles mixtes) et ce que je décris ici se retrouve dans l’ensemble de ces publications. Il ne s’agit pas d’un point de vue sur votre livre, ce site est un carnet de recherche pas un blog littéraire, mais d’une analyse sur la prise en charge des questions raciales dans les albums jeunesse écrits par des personnes blanches.

Bien à vous,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search