Catégories
Outils

Mon non-corpus #4

Pour mon corpus de mémoire sur la représentation racisée dans les albums jeunesse1 j’ai choisi de me limiter aux albums de fiction publiés en France entre 2010 et 2020, possédant au moins un personnage enfantin non-blanc. Ce choix reposait sur l’étude de Nathalie Thierry et Véronique Francis2 qui avaient un terrain similaire sur la période 1980-2010.

En raison de ces critères, j’ai dû laisser de côté plusieurs titres intéressants, que j’ai voulu rassembler dans cette série d’articles sur mon «non-corpus».

#4 – Ki ? Kimane

Il y a quatre albums des éditions Kimane dans mon corpus : Louise et les monstres du soir, Les avions de papier, Petite fleur sauvage et Un abri pour cabri. Et les quatre ont été publiés en 2020 !

Je ne connaissais pas personnellement cette maison – en dehors de leur collection de biographies pour enfants “Petite & Grande”. Editeur de livres de jeux aux débuts des années 2010, il semblerait qu’ils aient diversifié leur offre en se lançant dans le rachat de droits d’albums étrangers.

En 2021, ils ont déjà publié 5 albums ayant des personnages enfantins racisés3, je leur consacre donc cet article de “non-corpus”.

  • Le camping-car de mon papy – Harry Woodgate

Quand ils étaient jeunes, Papy et Grand’pa ont parcouru le monde dans leur camping-car. Mais Grand’pa n’est plus là. Le camping-car prend la poussière au garage et Papy n’a plus envie de partir à l’aventure… Sa petite fille arrivera-t-elle à le faire changer d’avis ? Une belle histoire sur la famille, la perte et l’amour à travers les générations.

Grand’pa et la petite fille sont noirs, tout l’album est tourné autour de l’amour que porte le grand-père à son compagnon défunt, et à l’amour que se portent l’enfant et son grand-père encore en vie. La perte du Grand’pa est traitée en tant que telle, sans que son homosexualité ou sa couleur de peau ne rentre en jeu – on ne sait d’ailleurs pas qui sont les parents de la petite fille ou comment ils se sont retrouvés eux-mêmes parents.

  • Le jardin de mamie – Casey Dawn

Une petite fille rend visite à sa mamie tout au long de l’année et, ensemble, elles découvrent les merveilles du jardin et ses changements. Un jour, Mamie n’est plus là et son jardin semble bien vide, mais des bourgeons apparaîtront sur les branches au printemps prochain… Et comme le jardin au fil des saisons, les familles changent, avec des moments de perte et de renouveau.

Il m’a fallu quelques minutes pour le trouver en rayon, et c’est parce qu’il s’agit d’un album pansement. Terme ni scientifique, ni professionnel, mais qui se réfère à tous les albums destinés à accompagner l’enfant dans une situation difficile. La collection la plus connue est Max et Lili : une petite histoire où Max et/ou Lili traversent une situation qui sera résolue, avec des conseils aux lecteurs à la fin. Le jardin de Mamie sert donc à expliquer le cycle de la vie : la petite fille perd sa mamie, devient mère, puis grand-mère à son tour. On peut le retrouver dans le rayon “grand-parents”.

  • La plus grande histoire de tous les temps – Sarah Coyle

La mère du petit Gabriel est trop occupée pour lui raconter une histoire, alors il doit en inventer une lui-même. Tous les animaux du voisinage sont impliqués et l’histoire devient de plus en plus grande, avec des moutons en parachute et des dinosaures qui voyagent dans le temps. Une histoire absurde et drôle avec un message inclusif : il y a de la place pour tout le monde dans une histoire !

Tout bonne histoire a un chat, Gabriel a tout à fait raison. (Je regrette d’ailleurs de ne pas avoir pris la peine de comptabiliser la représentation des chats dans les albums jeunesse, parce qu’ils sont pour sûr plus présent que n’importe quel être vivant.)

Gabriel et sa maman sont noirs, cela n’impacte pas le récit, les récits d’ailleurs. Nous avons plusieurs niveaux : ce qui arrive à Gabriel (sa maman n’a pas le temps de lui raconter une histoire), l’imagination de Gabriel (les animaux qui envahissent sa maison), et les histoires que Gabriel racontent à sa maman et à une chouette noctambule qui a raté l’heure de l’histoire.

Dans un album, le texte et l’image peuvent soit :

  • se compléter = rapport de collaboration
  • se répéter = rapport de redondance
  • se contredire = rapport de disjonction

Même si l’image contredit la réalité, et montre l’imagination de Gabriel, elle complète le texte.

  • Au n°7 de la rue Verfeuille – Julia Patton

Pétronille vit au numéro 7 de la rue Verfeuille, dans un immeuble gris, dans une rue grise, dans une ville grise. Mais l’intérieur du bâtiment n’est pas gris du tout ! Pétronille a beaucoup de voisins étonnants et hauts en couleur. Lorsqu’il semble que le numéro 7 de la rue Verfeuille va devoir être démoli, Pétronille doit rapidement trouver une solution pour sauver sa maison… Un album joyeux qui célèbre l’importance de la communauté et de la nature.

Un album sur la gentrification ! Le maire a de grands plans : des immeubles sont construits tout autour du N°7, et il compte démolir leur immeuble pour en reconstruire un en meilleur état – très probablement avec des loyers beaucoup plus important pour une tout autre population.

Dans l’album ce n’est pas aussi explicite, les habitants (majoritairement racisés) arrivent en étant solidaires à faire du N°7 un havre de paix et de verdure, persuadant le maire de faire du N°7 un parc municipal. L’accent est mis sur la nature et le vivre ensemble, j’aurais quand même choisi de le mettre de côté en raison de la thématique.

  • La petite fille et la mouette – Georgina Stevens, Izzy Burton

Lorsqu’elle découvre que son amie la mouette est malade après avoir ingéré du plastique sur la plage, Jade est très triste. Que pourrait-elle faire pour empêcher que d’autres animaux ne connaissent le sort de la petite mouette ?
Jade a alors l’idée de mobiliser les habitants de sa ville et le fabricant de chocolat local. Du nettoyage de la plage au recyclage du plastique, tout devient alors possible…
Une jolie histoire qui nous montre à quel point nous pouvons agir pour protéger l’environnement en unissant toutes les bonnes volontés.

La petite fille est en vacances chez sa grand-mère quand elle se retrouve à prendre action pour une plage sans déchets. A la fin de l’album, on retrouve un petit guide sur comment agir à sa propre échelle. Plus qu’un récit, il s’agit d’un appel à une meilleure conscience écologique. La petite fille est racisée, là où sa grand-mère est blanche, sans que cela soit adressé ou impacte le récit.

  • De la littérature jeunesse ?

Je disais dans mon introduction que j’étais surprise de voir autant d’albums d’une maison que je ne connaissais pas dans mon corpus, et c’est effectivement parce que les éditions Kimane produisaient jusqu’ici des activités, de la papeterie, des loisirs créatifs, et des livres saisonniers (vive Noël). Ça nous amène à une question épineuse : c’est quoi la littérature jeunesse ? Parce que les livres jeunesse c’est facile : tout livre soumis à la loi de 19494 est un livre jeunesse, c’est-à-dire adressé à la jeunesse. Mais la littérature jeunesse ? Sophie Van der Linden dans son dernier ouvrage5 établi que cela dépend du souci accordé aux publications. Ce que ça veut dire, c’est qu’on publie de la littérature jeunesse quand l’industrie du livre estime qu’on publie de la littérature jeunesse.

On retrouve ce même problème en essayent d’établir ce qu’est un éditeur. Le dépôt légal ? Tout le monde est libre de déposer un livre au dépôt légal. Le fait d’avoir des salariés, d’en vivre ? Même des maisons reconnues peuvent ne pas pouvoir se permettre de dégager des salaires. Le fait d’être distribué en librairie ? Alors oui, ça peut être un critère, cela signifie que vous êtes reconnus par les librairies. Mais cela signifie également que vous pouvez vous permettre et avez choisi d’être au catalogue d’un distributeur. J’en parlais dans mon article sur les revues6, il existe des maisons indépendantes reconnues qui choisissent de ne pas être distribuées. Je parlais ici de Monstrograph qui a publié le best-seller Moi les hommes, je les déteste (aujourd’hui disponible au Seuil). Il s’agit d’une maison d’édition associative, ne dégageant pas de salaires, et pas distribuée en librairies. Il en reste qu’elle est reconnue comme maison d’édition. (On pourrait également se baser sur le SNE, Syndicat National de l’Edition mais toutes les maisons ne sont pas membres.)

Donc si on devait essayer de trouver des critères en ce qui concerne la littérature jeunesse (pour délimiter un corpus par exemple), on pourrait s’arrêter sur le fait d’être distribué en librairies. Cela signifierait que le soucis accordé aux publications est reconnu par ceux qui les vendent. Tout en sachant que quelques exceptions seraient ainsi exclues du corpus.

Concernant les éditions Kimane, leurs produits (activités, papeterie, loisirs créatifs) étaient disponibles en librairies, mais dans le rayon jeux7 jusqu’à ce qu’ils sortent leur collection “Petite & Grande”, catalogués en documentaires, dans le rayon jeunesse. D’autres documentaires ont suivi, puis plusieurs albums. On pourrait estimer donc que cette maison d’édition de livres jeunesse a commencé à publier de la littérature jeunesse à partir du moment où leurs albums ont été présents en librairie.

Mais, on remarque qu’il ne s’agit que de traductions. C’est-à-dire qu’en ce qui concerne le travail éditorial, cette maison ne fait que du rachat de droits. Là où une maison d’édition publiant des albums sélectionne ou commande un texte qui sera illustré, où il faudra (re)travailler le texte avec l’auteur ou l’autrice, l’envoyer à un illustrateur ou une illustratrice, faire valider les illustrations par l’auteur ou l’autrice, mettre en page le tout, travailler la couleur avec le photograveur, pour avoir un album prêt à être imprimé ; une maison qui ne fait que du rachat de droits devra “simplement” sélectionner un album existant, acheter les droits, faire traduire le texte, insérer le texte à la maquette déjà prête, et le faire imprimer. C’est-à-dire que bien que le statut d’éditeur repose sur la considération de ses pairs, il s’agit d’un métier, et le rachat de droits permet de ne pas avoir à sa charge tout une partie de ce métier.

  • Des traductions ?

En France, en ce qui concerne l’édition jeunesse, on vend plus qu’on achète. En 2016, on a vendu en France 3770 titres à des maisons d’édition étrangères, et on en a acheté 1850. Sur la même année, toujours en édition jeunesse, on a publié en France 16521 titres. On arrive à 10% de la production française qui serait des traductions. Cela comprend tout ce qui relève de la loi 1949, autant les romans que les albums, que le documentaire ou bien le livre sonore. Mais ça reste un chiffre de comparaison pertinent.

Sur mon corpus de 155 albums, 67 ne sont pas des traductions, on arrive donc à 43% de traductions. Si on prend dans mon corpus, les albums ayant un contexte occidental, et une thématique qui ne relève pas de la race et/ou qui ne soient pas négatives, on arrive à 17 sur 51 qui ne sont pas des traductions. On arrive donc à 66% de traductions.

Si on compare à nos chiffres du SNE, qui portent certes sur l’ensemble de la production jeunesse et non pas seulement sur les albums de littérature jeunesse, on a 4 fois plus de traductions quand il s’agit d’albums ayant des personnages non-blancs.

Conclusion :

J’espère ne pas vous avoir perdu en passant par la délimitation de ce que pouvait être l’édition et la littérature jeunesse, mais c’était pour arriver quelque part, promis.

Kimane n’était pas considérée comme une maison d’édition de littérature jeunesse, leur équipe éditoriale ne faisait pas, et ne fait toujours pas, de suivi éditorial de création d’album jeunesse. Pourtant, ils sont très présents dans mon corpus. Et c’est étonnant qu’il y ait autant de traductions dans un corpus de titres jeunesses, anormal même vu les chiffres que l’on possède.

Donc pourquoi ? Ce que montre mes recherches et mes chiffres, c’est que les processus éditoriaux français ne permettent pas de produire des albums ayant des personnages non-blancs. Au point où je me retrouve avec une majorité de traductions, d’albums ayant déjà eu du succès donc, par des maisons qui n’ont pas pour habitude de publier des albums.

On peut prendre pour exemple le cas de Comme un million de papillons noirs de Laura Nsafou et Barbara Brun, refusé par toutes les maisons d’édition jeunesse françaises, et publié dans une collection qui ne possédait pas d’album jeunesse jusqu’ici. Nous sommes aujourd’hui à la 16e réimpression, et un deuxième album a été publié par le même duo, et connaît un succès similaire. Dans un dossier dédié aux stéréotypes en France, le CNLJ revient sur comment eux ont pu passé à côté de cette sortie8 Dans une posture réflexive et autocritique, ils admettent leurs biais racistes en tant qu’équipe complètement blanche. Aujourd’hui encore, les maisons qui ont refusé ce titre se cachent derrières des excuses de ligne éditoriale.

Mais comment ne pas adresser l’écrasante majorité de traductions quand on regarde les albums ayant des personnages non-blancs ?

Citer cet article : Sarah Ghelam, "Mon non-corpus #4", Genre de l'édition, publié le 07/06/2021, https://genreed.hypotheses.org/330, consulté le 29/06/2022.
  1. https://genreed.hypotheses.org/95 []
  2. Thiery, Nathalie et Francis, Véronique. Figures et représentations de l’enfant noir dans les albums pour la jeunesse. Revue de recherches en éducation, n°55, 2015.  []
  3. Au moment de la publication de cette article. []
  4. https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000000878175/ []
  5. Van der Linden, S. Tout sur la littérature jeunesse. Paris, Gallimard, 2021. []
  6. https://genreed.hypotheses.org/178 []
  7. Je me base ici sur mon expérience personnelle, c’est-à-dire que ces produits étaient intégrés à la base professionnelle electre en tant que jeux, donc réceptionnés en librairie et intégrés en tant que produits jeux, sauf manipulation d’un.e libraire qui aurait voulu l’intégrer à un autre rayon. []
  8. Crop, Aurélie. « L’effet papillons noirs ». La revue des livres pour enfants n°310 (2019). []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.