Catégories
Lectures

Rencontrer Emilie / Rencontrer Wittig

Compte-rendu de lecture : Émilie Notéris, Wittig, Les Pérégrines, 2022.

Alors que j’étais encore aux Jaseuses1, je tombe sur La fiction réparatrice d’Émilie Notéris2 dans ma librairie de quartier. Dans les remerciements je trouve un nom qui m’est connu : une membre des Jaseuses. Quand je lui en parle, elle m’explique qu’Émilie Notéris est une amie très chère et nous discutons un peu du livre. Sans échanger directement avec Émilie Notéris, je commence à la suivre sur les réseaux sociaux pour me tenir au courant de ses prochaines sorties. Quelques mois après, je vois qu’elle accuse publiquement de plagiat une chercheuse noire. Puisque le titre en question n’est pas encore sorti, je lui demande si elle a eu l’occasion de le lire. Elle me répond non. Je lui expose alors la violence de sa démarche. Bien qu’il ne soit jamais souhaitable d’être plagié-e, si cela n’était pas son cas, cela voudrait dire qu’elle a accusé injustement une chercheuse noire de plagiat depuis sa position de personne blanche. En parlant à une amie de cet échange en ligne, je me rends compte que le post a été supprimé dans la journée.

Rencontrer Émilie

C’est le passif que j’ai avec Émilie Notéris quand elle me demande par message privé le lien de mon article sur Écrire à l’encre violette3. Elle m’explique que l’invisibilisation des femmes noires dans le MLF l’a occupée dans le cadre de l’écriture d’une biographie sur Wittig et que me lire l’intéresserait. Je lui envoie mon article ainsi que le court passage traitant de la comparaison lesbiennes/esclaves chez Wittig au sein d’EEC4 et qui renvoie à des travaux américains sur les questions raciales. Passage qui co-existe dans un livre qui maintient que :

La question de la race entendue comme situation sociale liée à la couleur de peau, en particulier, est à notre connaissance à peu près absente du paysage littéraire lesbien de la période (1969-1985) – en France.

Turbiau, A. Écrire à l’encre violette. Cavalier bleu, 2022, p. 129.

De fait, les questions raciales, même si elles ne sont pas adressées, sont présentes dans tout texte, dans tout espace, au même titre que les questions genrées. Dans un espace blanc il est possible de questionner cette blanchité, de la même façon qu’il est possible de questionner la masculinité dans un espace complètement et uniquement masculin. Dans un espace qui serait exempt de toute race sociale, il serait possible d’étudier la construction d’un espace sans race sociale, comme il serait possible d’étudier un espace où aucun personnage n’aurait d’identité de genre. Même l’absence de la race pourrait être traitée, et, dans le cadre d’une approche intersectionnelle, devrait être traitée. Émilie me fait savoir qu’il existe des articles ayant traité des questions raciales à l’intérieur de l’œuvre de Monique Wittig et qu’ils sont cités à l’intérieur de son livre à paraître.

Quelques semaines avant sa publication, je lui demande s’il serait possible d’obtenir une copie. En effet, j’en avais besoin pour répondre à un appel à communication5. Elle me dit que c’est tout à fait possible, que je n’ai pas été la première universitaire à avoir demandé s’il était possible d’acheter un exemplaire avant parution, et que je peux soit me rendre au bureau de sa maison, soit la rencontrer pour récupérer mon exemplaire. D’elle-même, elle me propose qu’on se retrouve dans un café.

Un peu angoissée à l’idée de retrouver quelqu’un qui a un lien avec Les Jaseuses, alors que je souffre encore des conséquences de mon départ, je me suis finalement retrouvée à passer plusieurs heures à discuter de Monique Wittig bien sûr, mais aussi d’écriture, de postures, de production de savoir, d’institutions, de marges, au point d’être en retard à mon rendez-vous suivant… Elle me quitte par un geste qui me touche énormément, elle choisit de m’offrir un de ses propres exemplaires.

Remettre en question la (non)-prise en charge des questions raciales est mon occupation la plus importante. La majorité du temps, je suis proprement ignorée. Il m’est arrivée une fois qu’une autrice me contacte dans l’idée de comprendre là où elle s’était ratée, en ayant pour volonté de faire mieux6. Et il m’est arrivé une fois de subir une campagne publique de diffamation à la suite d’un article. C’est la première fois qu’une autrice fait la démarche de me demander mon avis sur la prise en charge des questions raciales à l’intérieur de son livre. Il s’est avéré qu’elle était reconnaissante de mes commentaires et qu’elle souhaitait les recevoir à nouveau.

Rencontrer Wittig

C’est par Aurore Turbiau, membre des Jaseuses, autrice d’Écrire à l’encre violette et membre de l’association des Amie.es de Monique Wittig7 que je rencontre les textes littéraires de Monique Wittig. J’avais déjà lu La Pensée straight au début de mon master, mais j’ignorais tout et du reste de son œuvre et de la vie de l’écrivain8. Parce que Monique Wittig fait partie des écrivain-es qu’elle étudie, Aurore Turbiau publie de très nombreux articles à son sujet9, et puisqu’elle nous tient au courant de l’actualité des Ami.es de Monique Wittig j’assiste à leurs événements. C’est donc en ayant leurs travaux et leurs lectures à l’esprit que je vais à la rencontre des Guérillères10. Et je tombe des nues. Comment est-il possible de parler pendant des heures de l’utilisation des pronoms dans l’œuvre d’un écrivain sans ne serait-ce que mentionner l’utilisation record à l’intérieur d’un roman français du mot en n- ? Étant déjà partie des Jaseuses je reste seule avec ma colère. Comment est-il possible d’ériger Monique Wittig en figure révolutionnaire sans même aborder le parallèle qu’elle opère entre esclaves et lesbiennes ?

Au sein du Wittig d’Émilie Notéris je retrouve cette même colère à l’intérieur d’un entretien que je reproduis ici :

Récemment, Wittig semble être devenue une référence culturelle très commercialisable (…) C’est un peu bizarre cependant, car certaines des critiques fondamentales de son travail n’ont pas été adressées de manière générale en France. Lorsque j’étais aux Etats-Unis, nous lisions les textes théoriques de Wittig dans nos cours d’introduction aux études de genre. (…) Mais nous la lisions également afin de discuter de l’impossibilité émancipatrice de la fusion de l’oppression raciale et de l’oppression de genre. Il est véritablement temps d’être enfin capable de critiquer Wittig, et plus généralement la culture queer. De parler de la manière dont la culture queer peut s’avérer à la fois hautement cooptable et complice des assemblages contemporains de la domination.

Claire Finch dans Émilie Notéris, Wittig, Les Pérégrines, 2022.

Cette incapacité à traiter les questions raciales au sein de la culture queer n’est en réalité pas si étrange. Elle s’explique par l’absence de réel champ d’études sur les rapports sociaux de la race en France11, et l’empêchement des institutions françaises concernant les travaux sur les questions raciales. Puisqu’il n’y a pas de champ vis-à-vis duquel se positionner, puisque les travaux sur les questions raciales sont empêchés, ne subsistent des travaux sur les cultures queers que ceux ne traitant pas des questions raciales. Cette absence montre à la fois la blanchité de l’université française et le refus de ses membres à traiter cette blanchité.

J’ouvre Wittig en étant donc blessée par ma lecture des Guérillères et de Virgile, non12, désabusée par les travaux existants sur son œuvre, mais prête à lire une autre façon d’écrire sur Wittig.

Rencontrer Wittig par Émilie Notéris

“Un texte est fait d’écritures multiples, issues de plusieurs cultures et qui entrent les unes avec les autres en dialogue, en parodie, en contestation ; mais il y a un lieu où cette multiplicité se rassemble, et ce lieu ce n’est pas l’auteur, comme on l’a dit jusqu’à présent, c’est le lecteur : le lecteur est l’espace même où s’inscrivent, sans qu’aucune ne se perde, toutes les citations dont est faite une écriture.”

Roland Barthes, « La mort de l’auteur », Le bruissement de la langue, Paris, Seuil, 1984, p. 69

Plusieurs choses m’ont frappée au fil de ma lecture, je n’essaierai pas ici de vous rapporter ou de vous résumer ce qu’Émilie Notéris a réussi à nous montrer de Wittig, d’autres le feront. J’aimerais ici vous rapporter ma réception de Wittig par Émilie Notéris. A l’occasion du lancement parisien du livre, j’ai rapporté mon regret à Émilie qu’on ait passé la plus grande partie de la rencontre à parler de Monique Wittig, et si peu de temps à parler de son geste d’écriture et de recherche. Il paraît que le titre est Wittig et que les gens s’intéressent au livre parce qu’ils s’intéressent à Monique Wittig et non pas à Émilie Notéris, entendu. Mon intérêt personnel pour ce livre, parce que j’ai un rapport conflictuel à Wittig et parce que j’ai lu un nombre de travaux assez important à son sujet, reposait bien plus dans les gestes d’Émilie Notéris que dans un désir de rencontrer Monique Wittig. Puisque les travaux existants me posaient problème, il m’intéressait d’explorer d’autres possibles. Comment peut-on travailler sur les littératures lesbiennes autrement ? Et de fait, tout au long de l’ouvrage, Émilie Notéris est transparente sur les difficultés qu’elle traverse, sur ses incapacités quand elle en a, mais aussi sur ses émotions face aux rencontres qu’elle fait. 

Pendant le congrès EL*C13, l’une des blagues récurrentes était de toujours exagérer l’âge de Lepa Mlađenović, militante lesbienne de la seconde vague en Serbie. Pendant un atelier sur les archives lesbiennes14, plusieurs lesbiennes dans la salle ont exprimé le besoin urgent d’archiver la mémoire vivante de nos aînées.Tout au long de sa trajectoire de recherche Émilie Notéris nous montre différentes perceptions de Monique Wittig. Des moments de vie, des ressentis, qu’aucun-e biographe aurait choisi de conserver. Par son geste d’écriture, elle a réussi non seulement à réparer l’écart qui sépare la réception de son œuvre littéraire de celle de ses écrits théoriques15, mais aussi à la rendre plus humaine, plus incarnée. A travers une pluralité de voix et de récits combinés, on entend parler de l’écrivain mais aussi de l’amie, de l’amante, de la camarade de lutte. Même si ce n’était pas ce que j’étais venue chercher, par le geste d’écriture d’Émilie Notéris, j’ai eu l’impression de rencontrer Monique Wittig. 

Suis-je réconciliée avec Monique Wittig et les travaux en cours à son sujet ? Presque. Disons que cette lecture a fait office de réparation pour moi, et c’est ce que j’espérais. J’espérais lire une personne blanche capable de parler de Monique Wittig dans sa globalité, sans se cacher derrière des normes pour échapper à la difficulté d’adresser certains aspects d’un écrivain érigé en référence incontournable. Pour autant, à travers la trajectoire de recherche d’Émilie Notéris, je me suis aussi rendue compte de tout ce qui aurait pu être fait. 

A l’intérieur de son chapitre “MÉTAPHORISER DÉMÉTAPHORISER” Émilie Notéris affronte la question de la métaphore lesbienne/esclave à l’intérieur de l’oeuvre de Wittig et en profite pour aborder avec Françoise Vergès l’incapacité à prendre en compte la condition des femmes racisées au sein du MLF. Là où les auteurices d’Écrire à l’encre violette nous disent qu’il s’agit de “marques de l’inscription de la littérature lesbienne dans un contexte social et idéologique qui la dépasse4” qu’il s’agirait simplement de signaler. Les auteurices de littérature lesbienne n’ont pas été racistes malgré elleux à cause de leur époque, il s’agit d’auteurices blanches qui ont eu une position dans un système raciste et il est nécessaire de l’adresser le plus honnêtement possible. 

Dans mon compte-rendu d’Écrire à l’encre violette je donne quelques pistes : 

Il aurait pu être intéressant d’étudier les stratégies d’alliances entre autrices lesbiennes et autrices féministes hétérosexuelles blanches, tout en traitant de leur liens ou absence de liens avec les luttes antiracistes, celles menées par des personnes non blanches, celles menées par des femmes non blanches, celles menées par des lesbiennes non blanches. Quitte à étudier les autrices de littérature lesbienne en tant qu’autrices de littérature lesbienne, il aurait pu être intéressant d’étudier depuis quelle position et avec quels soutiens, et en excluant qui de ces espaces de soutien elles ont pu écrire des littératures lesbiennes.

Ghelam, S. “Écrire à l’encre blanche, l’intersectionnalité en question”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/2793

C’est ce que fait en partie Émilie Notéris ici. Mais, de fait, toute féministe décoloniale qu’elle est, Françoise Vergès est blanche. Dans les travaux cités sur les questions raciales chez Wittig sont cités deux articles de la même revue : Comment s’en sortir ?16. Quand je lui demande pourquoi ne pas avoir cité l’article qu’Hourya Bentouhami a coécrit avec Nacira Guénif-Souilamas17, Émilie me dit qu’il n’était simplement pas sur sa trajectoire. Quand je lui demande pourquoi elle n’a pas été fouillé les archives des mouvements antiracistes, cherché à contacter des lesbiennes racisées de la Coordination des Femmes noires pour lire, entendre, retrouver ce qu’avaient à dire les lesbiennes racisées de l’époque, elle m’explique qu’elle était simplement déjà en contact avec Françoise Vergès. 

Conclusion 

Produire des critiques sur les questions raciales dans la culture queer n’est pas la priorité des personnes racisées, encore moins à l’intérieur d’institutions auxquelles elles n’ont pas accès ou alors avec beaucoup de difficultés. C’est une entreprise qui est empêchée institutionnellement, et qui incombe à toute personne en position de le faire. Je mentionnais la réaction d’une autrice m’ayant contactée à la suite d’un compte-rendu. A l’intérieur de mon article je lui reprochais d’avoir construit un chapitre sur l’héritage colonial en non-mixité blanche. Les questions raciales étaient uniquement considérées comme un héritage dérangeant pour les personnes blanches, un meuble de famille. Ne pas prendre la peine d’intégrer les productions existantes sur les questions raciales, ne pas prendre la peine de les affronter soi-même, parler à la place des personnes concernées depuis une position privilégiée, voire les exclure complètement de la conversation sont un ensemble d’erreurs à éviter.

Ici, il aurait été précieux d’entendre les lesbiennes racisées de l’époque sur leur réception de l’œuvre Wittig, sur l’incapacité des lesbiennes blanches à prendre en charge les questions raciales, sur les potentiels espaces de création littéraire qu’elles auraient pu se créer. Cela aurait été un autre livre, mais il me semble que personne d’autre n’aurait été en mesure de l’écrire, ni les universitaires blanches formatées, ni les universitaires racisées empêchées, ni les militantes dont ce n’est pas la priorité. En espérant que cet angle mort n’en reste pas un, je suis reconnaissante d’avoir une preuve écrite qu’il est possible de prendre en charge les questions raciales chez les auteurices blanc-hes, même (et surtout) queers.

Merci à Émilie Notéris pour sa confiance et à Loïse Tachon pour sa relecture et son amitié. 

  1. Il s’agit d’un collectif de chercheureuses que j’ai quitté en 2021 après l’échec d’une mise en place d’une politique interne antiraciste. J’en parle ici. []
  2. Émilie Notéris, La fiction réparatrice, Supernova, 2017. []
  3. Ghelam, S. “Écrire à l’encre blanche, l’intersectionnalité en question”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/2793. []
  4. Aurore Turbiau, Margot Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier & Alexandre Antolin, Écrire à l’encre violette, Cavalier Bleu, 2022. [] []
  5. Il s’agit de l’atelier doctoral « Les Terrains du Genre » dont vous pouvez retrouver l’appel ici. []
  6. Ghelam, S. “La fille la plus forte du monde”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/446. []
  7. Etudes Wittig. “L’association”. https://etudeswittig.hypotheses.org/lassociation []
  8. J’utilise écrivain selon les souhaits de Monique Wittig. []
  9. Voir son carnet : https://engagees.hypotheses.org/tag/monique-wittig []
  10. Monique Wittig, Les Guérillères, Minuit, 1969. []
  11. Ce champ aurait dû se construire à la suite des travaux de Colette Guillaumin mais n’a jamais vu le jour. []
  12. Monique Wittig, Virgile, Non, Minuit, 1985 []
  13. EuroCentralAsian Lesbian Community. https://europeanlesbianconference.org/ []
  14. “lesbian archives”. EuroCentralAsian Lesbian Community. https://europeanlesbianconference.org/sessions/lesbian-archives/ []
  15. Émilie Notéris, Wittig, Les Pérégrines, 2022, p.54. []
  16. Stéphanie Kunert (Wendy Delorme), « L’analogie “sexisme/racisme” : une lecture de Wittig », Comment S’en Sortir ?, n° 4, printemps 2017, p. 80-99. ; Hourya Bentouhami, « Notes pour un féminisme marron. Du corps-doublure au corps propre », Comment S’en Sortir ?, n° 5, hiver 2017, p. 108-125. []
  17. Hourya Bentouhami-Molino & Nacira Guénif-Souilamas, “Avec Colette Guillaumin : penser les rapports de sexe, race, classe. Les paradoxes de l’analogie”, Cahiers du Genre, vol. 63, 2017, pp. 205-219. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search