Catégories
Outils

Mon non-corpus #2

Pour mon corpus de mémoire sur la représentation racisée dans les albums jeunesse1 j’ai choisi de me limiter aux albums de fiction publiés en France entre 2010 et 2020, possédant au moins un personnage enfantin non-blanc. Ce choix reposait sur l’étude de Nathalie Thierry et Véronique Francis2 qui avaient un terrain similaire sur la période 1980-2010.

En raison de ces critères, j’ai dû laisser de côté plusieurs titres intéressants, que j’ai voulu rassembler dans cette série d’articles sur mon «non-corpus».

#2 – Les tout-petits

Elles en parlaient depuis longtemps, elles l’ont fait, la maison d’édition Talents Hauts vient de lancer sa collection tout-carton :

Dans les livres pour les 3-7 ans, les lignes bougent doucement en termes de représentation des genres.
Qu’en est-il pour les moins de 3 ans ?

Talents Hauts


Dans leur présentation de cette nouvelle collection, elles nous disent :

Les ouvrages pour tout-petit·es passent souvent « sous les radars » au motif sans doute que « les petit·es ne comprennent pas » ou que « les images sont neutres ».
Badaboum , c’est une collection de livres sans clichés pour les moins de 3 ans.

C’est un constat qui se retrouve dans mon corpus. Sur 109 albums, seuls deux sont adressés à un public de moins de 3 ans. Dans les deux, le personnage principal est racisé, sans que cela soit un enjeu dans le récit. Dans Petite bébé est fâchée, la petite fille ne veut RIEN faire, sauf peut-être faire une balade avec sa famille. Mon château, lui, fait partie de toute une série d’Ilya Green (Mon ours, Mon arbre, Mon bébé) dédiée à l’univers de la petite enfance. Ici, c’est une petite fille qui joue à (re)construire son château.

  • Ma poupée – Annelise Heurtier, Maurèen Poignonec

Un enfant joue avec sa poupée. Il la promène dans sa poussette, la serre dans ses bras, s’inquiète de ses besoins : « Tu as soif, mon bébé ? », « Tu as faim, mon bébé ? », « Tu veux un bisou, mon bébé ? »
Attendrie, une vieille dame l’interrompt : « Tu joues à la maman ? »
En toute innocence, l’enfant lui répond : « Non, c’est au papa que je joue ! »

Talents Hauts

Avec Chat, album sur le consentement des boules de poiles, Ma poupée fait partie des premiers albums de la collection Badaboum de Talents Hauts. Le thème ici est donc la projection de l’enfant dans un rôle paternel envers sa poupée, pas du tout lié à sa couleur de sa peau. J’ai pour ma part quelques réserves sur les albums anti-sexistes3 et ce pour plusieurs raisons :

  1. C’est quoi une fille ?

Les enfants acquièrent une compréhension de ce qu’est le genre et ce qui permet de l’identifier vers 3 ans. Entre 3 et 6 ans, ils commencent à intégrer les stéréotypes de genre (notamment concernant les activités, les objets et les traits liés à l’un ou l’autre genre4 ). L’enfant se construisant en reproduisant son environnement, les représentations qui lui sont présentées a son importance. Mais il est plus que probable que le lecteur ou la lectrice de moins de trois ans passe à côté des enjeux genrés de cet album.

2. Pourquoi elle part ?

J’ai testé de nombreux albums du catalogue de Talents Hauts quand j’étais nounou, mon public était parfait : la petite que je gardais avait été élevée pour être la parfaite princesse.

Un soir, je lui propose de lire Blanche-Neige et les 77 nains et grande incompréhension. Elle ne cesse de questionner les décisions de cette Blanche-Neige qui choisit d’avoir la paix plutôt que de s’occuper des nains. Perturbée, elle me demande de lui lire Barbie avant de pouvoir s’endormir. Alors qu’ils sont dans une phase d’acquisition des normes, la répétition est rassurante et facilite l’accès aux livres.5 Alors qu’ils ne sont encore qu’à l’acquisition progressive des normes de genre, les questionner ou les déconstruire directement peut être violent ou en tout cas provoquer des incompréhensions.

3. Ça bouscule quoi ?

Julie Fette a consacré sa thèse à la production d’albums de Talents Hauts6 elle en retire plusieurs conclusions :

– Ils ont tous la même structure : une héroïne dans un contexte sexiste doit surmonter un obstacle. Elle le surmontera sans pour autant affecter, modifier son environnement.

– En voulant questionner certains stéréotypes, ces récits en reproduisent d’autres – on reste dans l’hétéronormativité.((L’hétéronormativité est un concept amené par Wittig dans la Pensée straight, visant à mettre au jour l’hégémonie culturelle de l’hétérosexualité. “Bien qu’on ait admis ces dernières années qu’il n’y a pas de nature, que tout est culture, il reste au sein de cette culture un noyau de nature qui résiste à l’examen, une relation qui revêt un caractère d’inéluctabilité dans la culture comme dans la nature, c’est la relation hétérosexuelle ou relation obligatoire entre “l’homme” et “la femme”. Ayant posé comme un principe évident, comme une donnée antérieure à toute science, l’inéluctabilité de cette relation, la pensée straight se livre à une interprétation totalisante à la fois de l’histoire, de la réalité sociale, de la culture et des sociétés, du langage et de tous les phénomènes subjectifs. Je ne peux que souligner ici le caractère oppressif que revêt la pensée straight dans sa tendance à immédiatement universaliser sa production de concepts, à former des lois générales qui valent pour toutes les sociétés, toutes les époques, tous les individus. C’est ainsi qu’on parle de l’échange des femmes, la différence des sexes, l’ordre symbolique, l’inconscient, le désir, la jouissance, la culture, l’histoire, catégories qui n’ont de sens actuellement que dans l’hétérosexualité ou pensée de la différence des sexes comme dogme philosophique et politique. Cette tendance à l’universalité a pour conséquence que la pensée straight ne peut pas concevoir une culture, une société où l’hétérosexualité n’ordonnerait pas non seulement toutes les relations humaines mais sa production de concepts en même temps que tous les processus qui échappent à la conscience.” Wittig, La Pensée straight, 2007, p 57-58.)).

Il est impossible d’envisager des récits non-genrés, compliqué d’en écrire sans stéréotypes, et extrêmement complexe de vouloir déconstruire des idées reçues sans en renforcer d’autres. La littérature jeunesse se définit comme une littérature adressée7 Et alors que les jeunes lecteurs et lectrices sont en pleine acquisition des normes, autant littéraires que genrées, il est important, plus que jamais, de prendre en considération la réception et la compréhension des récits qu’on souhaite leur proposer.

Sur l’ensemble de la production d’album entre 2010 et 2020 je n’ai trouvé que deux albums tout-cartons avec des enfants non-blancs. J’en ai déjà trouvé autant sur la production des 5 premiers mois de 20218 et Talents Hauts a déjà annoncé un troisième album tout-carton avec au moins une petite fille noire : Rock’n’roll de Julien Castanié.

Aucun tout-carton, à ma connaissance, n’a été vendu comme anti-sexiste avant cette collection de Talents Hauts. Cela s’explique notamment par l’aspect très normé des albums proposé aux 0-3 ans. Que ce soit Crocolou, T’choupi, P’tit Loup ou l’Âne Trotro, les tout-cartons pour les plus petits ont tendance à suivre le même format : des séries autour d’un personnage (masculin), avec des thématiques proches de l’enfant (à paraître : Crocolou va sur le pot). Il s’agit de répondre aux besoins de l’enfant : des repères connus, de la répétition et des apprentissages qui le concernent. Il serait possible de conserver ce format en proposant une meilleure représentation, quid d’une Marilou qui ne serait pas que la soeur de ?

Un gros travail reste à faire quant à la représentation au sein des albums pour les plus petits, reste à voir si la collection proposée par Talents Hauts saura ne pas répéter les erreurs des collections plus âgées.

  1. https://genreed.hypotheses.org/95 []
  2. Thiery, Nathalie et Francis, Véronique. Figures et représentations de l’enfant noir dans les albums pour la jeunesse. Revue de recherches en éducation, n°55, 2015.  []
  3. C’est-à-dire non pas sans stéréotypes genrés, mais voulant activement les questionner/les déconstruire. []
  4. Trautner, Hanns & Ruble, Diane & Cyphers, Lisa & Kirsten, Barbara & Behrendt, Regina & Hartmann, Petra. (2005). Rigidity and flexibility of gender stereotypes in children: Developmental or differential?. Infant and Child Development. 14. 365 – 381. 10.1002/icd.399. []
  5. Voir Van der Linden, S. “Encore une fois ! Relire la même histoire” dans Tout sur la littérature jeunesse. Paris, Gallimard Jeunesse, 2021. []
  6. Fette, Julie. “Gender in Contemporary French Children’s Literature: The Role of Talents Hauts.” Children’s Literature Association Quarterly, vol. 43 no. 3, 2018, p. 285-306 []
  7. Voir Van der Linden, S. “Une littérature adressée” dans Tout sur la littérature jeunesse. Paris, Gallimard Jeunesse, 2021. []
  8. Il y a également : Vissière, S. Petite Pousse. Paris, Hélium, 2021. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.