Catégories
Outils

Sélection 2022

Le Salon du livre et de la presse jeunesse vient de se terminer, et parmi mes (trop) nombreux achats se trouve le dernier numéro de la Revue des livres pour enfants. Chaque année, le Centre National du Livre Jeunesse publie sa sélection de l’année : albums, contes, poésie, théâtre, romans, bandes dessinées, documentaires et aujourd’hui cinéma et jeux vidéos.

Cette année, sur les 127 albums sélectionnés, seulement 5 albums ont des personnages non blancs1. Les voici :

  • Ezra Jack Keats, Jour de neige, les éditions des éléphants, 2021.
  • Eléonore Douspis, Grand-mère, Albin Michel Jeunesse, 2021.
  • Anne-Margot Ramstein & Matthias Arégui, La perle, La Partie, 2021.
  • Tom Gauld, Le petit robot de bois et la princesse bûche, l’école des loisirs, 2021.
  • Léa Viana Ferreira, On joue à cache-cache ?, Cotcotcot, 2022.

Même si les dates de parution n’étaient pas indiquées, je savais que 4 de ces albums étaient sortis en 2021, certains ont même été analysés sur ce carnet2.

Une partie de mon mémoire3 est consacrée à la réception des albums de mon corpus. Concernant la sélection annuelle de la Revue des livres pour enfants, je note que de 2010 à 2020, seuls 23 albums ont été sélectionnés4. Plus d’un an après, je me rends compte que j’ai commis une erreur. Alors même que je cite la présentation que fait le comité de la revue de cette sélection stipulant bien qu’elle couvre les sorties de septembre à septembre, j’ai considéré que les albums avaient forcément été sélectionnés l’année de leur publication. Ce n’est donc pas en 2014 qu’il y a eu le plus d’albums avec un personnage enfantin non blanc sélectionnés, mais en 2015.

Par ailleurs, un album pourtant présent dans mon corpus n’a pas été comptabilisé5 et 6 albums ont simplement été oubliés6. Sur un millier d’albums sélectionnés, 6 albums oubliés ne font pas basculer la sous représentation d’albums ayant au moins un personnage d’enfant non blanc. Cela montre surtout que j’ai été limitée par mes conditions de travail7.

Oubliés compris, voici la répartition des albums avec des personnages enfantins non blancs sélectionnés par le comité de la revue de 2010 à 2022 :

2010201120122013201420152016201720182019202020212022
0331262630485

Je me suis particulièrement intéressée à la Revue des livres pour enfants parce que le comité est revenu sur leur choix de ne pas sélectionner Comme un millions de papillons noirs dans un dossier consacré aux stéréotypes :

Autour du féminisme et du racisme, la littérature de jeunesse emprunte désormais des chemins nouveaux où plus d’un chevalier blanc risque de salir son bliaut. Peut-être est-ce le succès de l’album Comme un million de papillons noirs de l’afroféministe Laura Nsafou, que nous avons ignoré, qui a rendu ce dossier indispensable ? Ou le saisissant film documentaire Ouvrir la voix d’Amandine Gay dans lequel l’autrice intervient ? Un dossier pour balayer devant notre porte et prêter notre balai à qui voudra.

« Stéréotypes, fin de partie ? », La revue des livres pour enfants, n°310, 2019.

Iels évoquent plusieurs raisons derrière ce refus : dessins trop caricaturaux, récit trop démonstratif, la peur de tomber dans le cliché inverse. Iels se rejoignent toustes sur l’idée qu’il faut être plus sévère sur les albums à message, de peur que ce soit mal fait, voir qu’ils sont à éviter complètement.

En mars j’ai eu le plaisir d’organiser une rencontre sur les albums qui questionnent les normes genrées avec Elsa Kedadouche, éditrice chez On ne compte pas pour du beurre, et Isabelle Cambourakis, directrice de la collection Sorcières8. Pour rappel, après avoir été refusé par l’ensemble du secteur jeunesse, c’est dans une collection féministe jusqu’ici de sciences humaines, que l’album de Laura Nsafou a fini par trouvé une place. Lorsque je lui parle de cette réception par les professionnel-les du livre, Isabelle Cambourakis répond que l’album ne correspond pas forcément à ses propres goûts esthétiques, mais que pour permettre à toutes les voix de s’exprimer, pour avoir des représentations diversifiées, il faut dépasser ses propres goûts esthétiques qui sont par ailleurs formés selon sa classe sociale.

A aucun moment la rédaction de la Revue des livres pour enfants ne questionnent ses biais ou ne remet en question ses propres goûts. Il ne s’agit pas de dire, comme on a pu me le reprocher, qu’il faudrait publier une littérature moins qualitative à la portée de. Mais que les critères de sélection sont eux mêmes biaisés, et que la réception d’une œuvre dépend de sa propre position sociale. Pour sélectionner tout ce qui est remarquable dans une production, se baser sur sa formation professionnelle, sur la validation par les pairs ou ses propres goûts ne suffit pas. De fait, ce comité continue de passer à côté de livres remarquables.

Dans ma sélection à moi, il y aurait :

  • Pétille Colère

Je vous en ai parlé dans ma présentation de la rentrée littéraire9, Pétille Colère est un des rares albums représentant une petite fille noire en colère. A part celui-ci on a un album tout-carton, Petite bébé est fâchée, et un des titres de la collection “Max et Lapin”, La tarte à la colère.

Je vous disais : “Dans cet album, Pétille est en colère, et rencontre une série de personnages anthropomorphisés qui lui montre différentes stratégies pour affronter sa colère : se laisser porter, crier, hurler, rugir, se rouler en boule, s’étirer, sauter, faire des étincelles, la posture de l’arbre, gonfler son ventre, respirer comme une baleine… La colère se vit physiquement, de mille et une façons différentes, sans être perçue négativement10.”

  • Tout est si brillant

Premier album avec un personnage LGBTQI+ maghrébin, un des rares album avec un personnage enfantin non blanc culturellement marqué (qui ne pourrait être remplacé par un personnage blanc), il s’agit d’un album remarquable.

Je vous disais “Quand il sera grand, Amir sera une star. Il le dit, le joue, le rêve. Parmi tout ce qui le porte il y a l’amour de ses ami-es et de sa famille, mais il y a aussi son héritage familial. Un des fils conducteur de l’album est une comptine en arabe que sa mère lui chante. A la toute fin de l’album, l’équipe de l’album est présentés, et il est dit de l’auteur qu’il a inventé un petit garçon fier, confiant et très attaché à l’héritage de sa famille.

Il n’est pas question d’immigration, ou de racisme, il est question de la fierté d’un petit garçon maghrébin et homosexuel11.”

  • L’amoureuse de Simone

Autre album déjà cité, L’amoureuse de Simone est le premier album avec des personnages enfantins lesbiens sur la couverture, et le deuxième album avec des personnages enfantins lesbiens12. Best-seller de la maison, c’est sa douceur, sa manière de dire l’amour enfantin et ses jeux qui a plu à ses nombreuses lectrices.

Il fait également partie, avec Tout est brillant, Grand-mère et La demeure du ciel des quatre exceptions d’albums avec des personnages enfantins non blancs culturellement marqués dans des contextes occidentaux. De ces quatre exceptions, seul Grand-mère aura été retenu par le comité. Et des quatre albums de Laura Nsafou, aucun n’aura été mis en avant.

  • La demeure du ciel

Il faut retourner à l’époque où je n’avais pas encore soutenu mon mémoire pour retrouver cet album sur ce carnet, je vous en parlais au moment de sa sortie13.

“Certain.es pourraient qualifier cet album de “livres pansements”. Classés à part en librairie, dans un rayon “vie de l’enfant”, ce sont des livres qui peuvent être conseillés quand des adultes demandent un livre pour. Un livre pour expliquer, un livre pour consoler, un livre pour faire parler. Il en existe plusieurs consacrés à la perte d’un grand-parent, mais, aucun avec des personnages non blancs.

Dans ce quatrième album Laura Nsafou nous présente Sofia, qui ne sait comment fêter l’anniversaire de sa grand-mère qui vient de décéder. Ses parents lui ont expliqué que mamie était partie “au ciel”, mais peut-être peut elle descendre juste aujourd’hui ? Alors qu’elle s’endort sur le fauteuil de sa grand-mère bien aimée, elle se retrouve dans la demeure du ciel. Sa grand-mère va l’aider à préparer une fête digne de celles qu’elle avait l’habitude d’organiser, avant de la renvoyer à la maison.

Les thématiques abordées sont universelles (le deuil, la perte, la célébration des êtres aimés mais partis) et non liées à des questions de diversité ou de faits de société. Pour autant, le personnage enfantin non blanc n’est pas universaliste. Sans que ça influe le récit, la petite Sofia porte la robe de sa grand mère ainsi qu’un turban en wax, tissus africain qu’on retrouve également sur le fauteuil de la grand-mère.

Cet album permet la représentation d’un personnage enfantin non blanc, dans un récit qui relate une expérience d’enfant non marquée par des question de diversité ou de faits de société, mais en représentant des spécificités culturelles. “

  • Le garçon en fleurs

J’en ai vendu trois depuis le stand On ne compte pas pour du beurre, cet album est une douceur.

David est un garçon doux et délicat. Alors qu’il perd ses fleurs, tous ses camarades de classes se rassemblent pour lui découper des fleurs en papier. Grâce au soutien et à l’amour de ses ami-es, ses fleurs recommencent à pousser et l’envie de jouer de David aussi. Mais, au cas où, son meilleur ami (un petit garçon noir), garde les fleurs en papier, pour la prochaine fois. Un album tout en poésie sur les émotions et la santé mentale des tout-petits.

  • Je t’ai vu une fois (et depuis, je te vois partout)

Onirique, Je t’ai vu une fois (et depuis, je te vois partout) nous fait suivre l’obsession qui anime cette petite fille pour un certain animal.. Considéré comme une toute première lecture, il est pour autant complètement illustré avec très peu de texte.

On y retrouve de multiples références, à des artistes femmes, à des classiques et des nouveautés de littérature jeunesse, mais aussi une scène où une maman noire coiffe les cheveux crêpus de sa fille.

  • Sous les paupières

Lorsque les yeux de Sofia se ferment, un minuscule monde magique apparaît sous ses paupières. Un monde peuplé de lutines et de lutins, où l’on a pour amies la Fée-Ministe, son épouse la Fée-Moustache et leur chien Boubou, un monde où l’on peut être libre et différent·e, comme cela vous chante !

La Ville Brûle

Je me rends compte avec celui-ci que j’ai quand une ligne éditoriale : des livres qui feront du bien aux enfants qui les liront. Les livres que je vous ai présentés sont doux, montrent des personnages que trop peu représentés qui rêvent, imaginent, prennent soin des leurs et d’elleux-mêmes, culturellement marqués mais pas défini-es uniquement par cette culture. Il me semble que ce sont ces livres, remarquables, qui manquent aux sélections professionnelles existantes.



Citer ce billet
Sarah Ghelam (2022, 12 décembre). Sélection 2022. Genre de l'édition. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz3o

  1. Je ne prends pas en compte les albums des catégories “Québec” et “Afrique, Caraïbe, Océan Indien et Monde Arabe” []
  2. Grand-mère et La petit robot de bois et la princesse bûche : Sarah Ghelam, Genre de l’édition, “Mon-non corpus ?”, https://genreed.hypotheses.org/989. Je n’ai pas pris en compte Jour de neige dans ma série de “non-corpus” puisqu’il s’agit d’une réédition. Quant à La perle il n’y a pas de personnages enfantins non blancs. []
  3. Sarah Ghelam, “Représentation des personnages enfantins non blancs dans les albums jeunesse publiés en France entre 2010 et 2020 – le mémoire”, Genre de l’édition, https://genreed.hypotheses.org/730. []
  4. TitreAuteuriceIllustrateuriceMaisonAnnée de publicationAnnée de sélection
    CousaAdrien Albertécole des loisirs20112011
    YakoubwéThierry DedieuSeuil Jeunesse20122012
    Un garçon sachant sifflerEzra Jack KeatsDidier Jeunesse20122012
    La chaise de PeterEzra Jack KeatsDidier Jeunesse20132013
    Réveillés les premiers !Komako Sakaïécole des loisirs20132014
    Little Lou à ParisJean ClaverieGallimard Jeunesse20142015
    Little ManAntoine GuilloppéGautier Languereau20142015
    SannChen Jiang Hongécole des loisirs20142015
    Sais-tu compter ?Taro GomiPicquier jeunesse20142015
    Que fais-tu, Sissi ?Mao XiaoChunmiao LiHongFei20152015
    RéunisLigiong YuChengliang ZhuHongFei20152015
    Ma mèreStéphane ServantEmmanuelle HoudartThierry Magnier20152016
    La monture de Castor-TétuJean LeroyAudrey Poussierécole des loisirs20162016
    Bagdan et la louve aux yeux d’orGhislaine RomanRégis LejoncSeuil Jeunesse20162017
    Belle maisonAnaïs BrunetSarbacane20172017
    Les petites bêtes du terrain de footTove PierrouJohanna HellgrenCambourakis20172017
    Le jardin du dedans-dehorsChiara MezzalamaRégis Lejoncédition des éléphants20172017
    Tiens-toi droiteRémi CourgeonMilan20182017
    Enfin avec ma mamie !Taro Gominobi nobi !20182018
    Julian est une sirèneJessica Loveécole des loisirs20192020
    TiguidankéVanessa Simon-CatelinFrançois Soutifécole des loisirs20202020
    Le secret du clanGilles BaumThierry DedieuHongFei20202020
    Louise ou l’enfance de BigoudiDelphine PerretSébastien MourrainLes Fourmis Rouges20202020

    []

  5. Phoebe Wahl, Les Trois poules de Sonia, éditions des éléphants, 2018. Sélection 2018. []
    • Hyewon Yum, Avec mon ours, Albin Michel Jeunesse, 2011. (sélection 2011)
    • Betty Bone, De haut en bas, Thierry Magnier, 2011. (sélection 2011)
    • Ezra Jack Keats & Catherine Bonhomme, Cache-cachette, Le Genévrier, 2014. (sélection 2014)
    • Tarô Gomi, Où est passé Papa ? Autrement, 2011. (sélection 2012)
    • Eva Susso, Marie Valera, Benjamin Chaud, Simon se promène, 2018. (sélection 2018)
    • Kiyoshi Soya, Corinne Atlan & Akiko Hayashi, Ma cabane de feuilles, l’école des loisirs, 2017. (sélection 2017)

    []

  6. En effet, effectuer un travail de recherche en quelques mois seulement en ayant un stage obligatoire à plein temps sur une partie de l’année et un emploi alimentaire sur le reste de l’année m’a obligée à travailler 60h/semaine pendant un an. []
  7. Sarah Ghelam, “Quels albums pour questionner les normes genrées”, Genre de l’édition, https://genreed.hypotheses.org/1880 []
  8. Sarah Ghelam, “C’est la rentrée littéraire !”, Genre de l’édition, https://genreed.hypotheses.org/3133 []
  9. ibid []
  10. ibid []
  11. Le premier est Philomène m’aime []
  12. Sarah Ghelam, “Mon non-corpus #6”, Genre de l’édition, https://genreed.hypotheses.org/512 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search