Catégories
Outils

Mon non-corpus #3

Pour mon corpus de mémoire sur la représentation racisée dans les albums jeunesse1 j’ai choisi de me limiter aux albums de fiction publiés en France entre 2010 et 2020, possédant au moins un personnage enfantin non-blanc. Ce choix reposait sur l’étude de Nathalie Thierry et Véronique Francis2 qui avaient un terrain similaire sur la période 1980-2010.

En raison de ces critères, j’ai dû laisser de côté plusieurs titres intéressants, que j’ai voulu rassembler dans cette série d’articles sur mon «non-corpus».

#3- 2021 n’est pas fini

  • Trop gentilles – Sanna Borell

Trois amies jouent dans une plaine de jeux. Elles vont très haut sur les balançoires. Elles se disent-elles qu’elles sont trop gentilles, elles qui jouent avec tous les autres enfants ! Enfin, tous sauf Harald. Il est vraiment stupide. Mais bon, comme elles sont trop gentilles, elles acceptent de jouer aux pirates avec lui. Il sera leur prisonnier !

Versant Sud

Un album sur l’animosité entre enfants, qui ne prend pas parti. Ici ce sont les filles (dont une non-blanche) qui s’en prennent aux garçons. Elles sont trop gentilles d’accepter de jouer avec eux, tout en se moquant d’eux. Personnellement, la lecture a réveillé de vieux souvenirs d’harcèlement scolaire. Je ne suis pas convaincue par le parti pris de neutralité quand il s’agit de violences, surtout pour un lectorat si jeune.

  • Papa je t’aime gros comme Pa – Samir Senoussi, Marion Piffaretti

PAS PAS PAS ! Pourquoi les papas font-ils toujours ” Non, PAS ça!”, “Non, tu ne peux PAS !” ?
Les papas font plein de PAS, c’est vrai, mais il faut bien en faire, des pas, pour s’occuper de son enfant !
Des pas pour l’aider à marcher, des pas pour aller le chercher, des pas pour l’accompagner, à chaque instant, dans les bons mais aussi les mauvais moments.
Alors, oui, les papas font plein de PAS, mais ce n’est PAS pour embêter les enfants… C’est, au contraire, pour les aider à devenir grands !

Fleurus

Cet album d’une niaiserie absolue célèbre l’amour paternel et la relation père-fille. On reste sur une masculinité assez normée, mais le papa et la petite fille sont noirs – sans que cela intervienne dans le récit.

  • Le grand livre des super trésors – Rocio Bonilla, Susanna Isern

La famille, les souvenirs, la nature, les animaux, les amis, les rêves…
Les choses qui comptent vraiment ne sont pas matérielles.
Il existe des supertrésors qui nous rendent riches en bonheur,
pour peu qu’on y prête attention.

Editions Père Fouettard

Il s’agit du second album de Rocio Bonilla et Susanna Isern publié aux Editions du Père Fouettard, le premier fait partie de mon corpus. Là où le premier célébrait toutes les aptitudes qui rendent les enfants uniques, celui-ci célèbrent toutes les belles choses de la vie : la nature, la famille, les rêves, etc.

J’ai choisi de mettre de côté ces albums dans mon mémoire – ceux qui proposent un ou plusieurs personnages racisés parmi une série de personnages, donnant un effet “catalogue”.

  • Lina se fait des amis – Tom Percival

Lina adore fabriquer des choses, mais elle trouve très difficile de se faire des amis.
Un jour, ses parents l’emmènent à une fête où elle croise Jo. Pourra-t-il l’aider à vaincre sa timidité ?
Un album parfait pour aider les enfants à prendre confiance et s’ouvrir aux autres.

Circonflexe

Cet album fait partie de toute une série – que j’ai intégrée dans mon corpus. Julie se fait du soucis, Ravie se met en colère, Norman est différent (il a des ailes !) et Lina est anxieuse. Tous les personnages ayant eu droit à leurs propres albums sont racisés ! Et chacun aborde une émotion différente : le but étant qu’en observant un personnage apprivoiser une émotion, l’enfant puisse lui-aussi apprendre à canaliser les siennes. On est au coeur du récit miroir : le personnage vit quelque chose que le lecteur vit lui aussi, dans un contexte qui lui est connu. En assistant au développement du personnage, le lecteur peut, lui aussi, grandir.

  • Tout ce que j’aime – Mary Murphy, Zhu Chengliang

« Ce que j’aime le plus au monde, c’est… ».
Une fillette énumère les petites choses que, l’une après l’autre, elle déclare aimer plus que tout : sa fenêtre, la confiture, ses chaussures lumineuses, ses crayons, la rivière, son livre, son doudou… et sa maman qu’elle aime vraiment plus que tout. Quand bien même le pot de confiture sera vide, les chaussures trop petites ou le crayon usé, et même si maman et elle changeront, une chose demeurera toujours : la possibilité du bonheur à chaque instant.

HongFei

Cet album tout doux nous offre un cadeau méta : la petite fille nous présente son livre préféré, qui n’est nul autre que Réunis, album publié lui aussi par HongFei.

Cette petite fille aime tout ce qui l’entoure, dont ce livre qui montre une petite fille qui lui ressemble.

Dans Réunis, la petite Maomao attend que son papa rentre pour le Nouvel An Chinois. Elle va enfin pouvoir passer du temps avec lui !

Dans Tout ce que j’aime, la fillette peut enfin se voir dans un livre.

Conclusion :

Si je reprends les albums analysés dans le premier article de ma série3, sur dix albums repérés, neuf ont un contexte occidental et actuel, et les neuf ont une thématique qui n’est pas négative et/ou directement liée au racisme. Mais sept sont des traductions.

Cela peut paraître anecdotique, mais cela veut dire que les maisons d’édition ne publient d’albums avec de la représentation diversifiée qu’après que ces albums aient déjà eu un certain succès commercial.

Remarques :

  • Puisque j’ai exclu de mes recherches les albums publiés en 2021, notamment dans mes demandes aux professionnel.les du livre, il est très probable qu’il en manque plusieurs.
  • De plus, nous ne sommes qu’en juin 2021, il se peut que d’autres albums ayant des personnages enfantins racisés sortent après ma soutenance.
  • Et pour finir, si ce sujet vous intéresse, l’association Diveka8 a pour projet d’étudier non pas uniquement la représentation des albums ayant des personnages enfantins racisés, mais l’ensemble de la production d’albums français publiés en 2021. Suivez-les pour en savoir plus !
Citer cet article : Sarah Ghelam, "Mon non-corpus #3", Genre de l'édition, publié le 01/06/2021, https://genreed.hypotheses.org/368, consulté le 29/06/2022.
  1. https://genreed.hypotheses.org/95 []
  2. Thiery, Nathalie et Francis, Véronique. Figures et représentations de l’enfant noir dans les albums pour la jeunesse. Revue de recherches en éducation, n°55, 2015.  []
  3. https://genreed.hypotheses.org/305 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.