Catégories
Actualité

Webinaire Spécial Féminisme – Littérature jeunesse

Lundi 27 février, Livres Hebdo a tenu en ligne un webinaire sur la littérature jeunesse féministe. Animé par une journaliste, Cécilia Lacour, été invitées Juliette Debrix, co-gérante chez Un livre et une tasse de thé, Laurence Faron, directrice de Talents Hauts, Isabelle Pehourticq, directrice éditoriale d’Actes Sud Jeunesse, Julia Pietri, fondatrice de Better Call Julia et autrice et Carola Strang, directrice de département éditorial chez Nathan Univers Jeunesse1.

Je m’attendais à une discussion collective sur ce que pouvait être une littérature jeunesse féministe, comme j’ai pu le faire sur les albums questionnant les normes genrées. Mais les intervenantes se sont contentées de présenter chacune à leur tour une sélection de titres, ce qui a très certainement dû leur être demandé par ailleurs.

Le mot en r-

La première invitée à prendre la parole est Laurence Faron. Pour celles et ceux qui ont l’habitude d’écouter les webinaires de la journée professionnelle du SPLJ, elle a tenu son discours habituel : la maison Talents Hauts a été crée alors que personne ne se posait ces questions, elle édite de façon féministe avec un savoir-faire unique. Pour la première fois cependant, elle aborde publiquement les représentations non blanches de son catalogue. Entre 2010 et 2020 (le corpus de mon mémoire), Talents Hauts publie seulement quatre albums2 avec un personnage enfantin non blanc, dont deux avec un ensemble de personnages enfantins, et un qui a pour sujet les enfants soldats dans un ailleurs non défini mais non occidental. Entre 2021 et 2022 elles en ont publié six3 J’avais questionné l’éditrice des albums, Élise Courtois, qui m’avait répondu alors que c’était les illustrateurices elleux-mêmes qui proposaient de plus en plus de personnages enfantins non blancs, ce qui avait effectivement valu des discussions internes. Ici, Laurence Faron nous parle de la question des représentations avant de nous présenter la bande dessinée Awa. Après dix minutes de discours sur les représentations genrées (à noter qu’elle utilise à la fois antisexiste et sans stéréotypes comme si les deux étaient équivalents), qu’est-ce que veut dire “représentations” tout seul ? Il s’agit évidemment de représentations raciales. Ce n’est pas la première fois que je suis témoin de l’incapacité à dire le mot en r. Je le disais à propos d’une table-ronde du colloque “Un peuple de lecteurs dans toute sa diversité” de l’association Lire et faire et lire :

Cette incapacité à nommer le sujet qu’est la représentation de personnages non blancs/racisés (selon les termes choisis), crée des problèmes dans la délimitation de ce qu’engloberait la représentation : à un moment tout, à l’autre ce qui serait peu représenté, mais en faisant une distinction entre les stéréotypes de genre qui ne rentreraient pas dans la problématique des représentations.

Sarah Ghelam, Entre invisibilisation et surmédiatisation – Lire et faire lire, Genre de l’édition.

Un féminisme à bas bruit

Isabelle Pehourticq nous parle de l’histoire féministe d’Actes Sud junior jeunesse, moins explicite mais toujours présente : de la réédition des albums d’Adela Turin dans les années 2000 aux documentaires plus récents à destination des adolescent-es sur des sujets féministes (les règles, le genre et l’harcèlement sexuel). Elle a choisi de mettre en avant un titre de la collection de romans historiques “Ceux qui ont dit non“, celui sur Gisèle Halimi, ainsi qu’un roman de Jo Witek, Les errantes. Isabelle pointe pour la blague le fil rouge qu’est Jo Witek entre les deux présentations. Si on observe les deux catalogues, on retrouve de nombreuses autrices communes aux deux maisons… Alors qu’Actes Sud junior jeunesse ne se positionne pas comme féministe, elle a de nombreux points communs avec Talents Hauts (auteurices, thématiques, public cible, etc).

Beaucoup de têtes blondes

Juliette Debrix, co-gérante de la librairie Un livre et une tasse de thé, nous présente une série d’albums. Plusieurs titres publiés par la maison d’édition jeunesse On ne compte pas pour du beurre, où l’homoparentalité est banalisée, puis la série Carl et Esla chez Cambourakis, où la non conformité aux rôles genrés n’est pas abordée, et enfin Comme un million de papillons noirs, succès de librairie sur le rapport aux cheveux crépus. On aurait dit une version abrégée de la discussion que nous avions eue Elsa Kedadouche, Isabelle Cambourakis et moi au Monte en l’Air sur les albums questionnant les normes genrées. On reste dans le groupe Actes Sud avec les romans adolescents de la maison d’édition Rouergue.

Elle finit par appeler à ce qu’il y ait plus d’éditrices en littérature jeunesse, et notamment plus d’éditrices issues de minorités. Elle présente la représentation des personnes noires, racisées de manière général, comme une vraie question en littérature jeunesse, à prendre à bras le corps.

Sur les milliers de pages de catalogues qu’on reçoit, on voit encore beaucoup de petites têtes blondes.

Juliette Debrix

Toutes féministes ?

Carola Strang, directrice éditoriale chez Nathan Univers Jeunesse, nous présente son équipe, essentiellement composée d’éditrices, toutes féministes, toutes engagées pour l’épanouissement des enfants. A ses yeux, les éditeurs grand public ont leur rôle à jouer, ils contribuent à apporter des éléments donnant une vie autonome épanouie et égalitaire aux enfants. Le féminisme serait présent à différents degrés dans l’ensemble de la maison, notamment à travers des romans ouvertement féministes qui n’auraient pas trouver leur succès parce que trop radicaux, trop précurseurs, incompris par les libraires. Elle rebondit sur la remarque sur la blanchité et met en avant le fait qu’il n’y aurait pas que le féminisme européen blanc de représenté, mais aussi celui de diversité ethnique4.

On reretrouve Jo Witek avec un roman court sur l’harcèlement de rue. Carola Strang nous présente également un documentaire sur les stéréotypes filles-garçons, parce qu’il y avait un manque sur le sujet. Parce que le féminisme, c’est un sujet important, ils ont publié le Kididoc des héroïnes. Ce documentaire serait un moyen de donner aux lecteurs, et surtout aux lectrices, des représentations, mais aussi de lutter contre l’effet Matilda. Elle finit par un titre à paraître, Un dieu sur deux est une déesse. La maison étant spécialisée sur la mythologie, ils ont voulu raconter la mythologie, mais autrement.

Elle finit par une remarque sur la question de la représentation et de l’illustration des stéréotypes. En parallèle des titres qui affichent un objectif d’être féministes, l’équipe éditoriale a lancé un chantier interne sur l’illustration et les représentations depuis plus de 10 ans maintenant. Le but étant de donner à voir une représentation des filles et des garçons qui soit équivalente. Elle pointe également le manque de jeunes héroïnes qui les a poussées à offrir aux jeunes lectrices Perla.

On finit le webinaire par Julia Pietri, autrice du Petit Guide de la Masturbation Féminine, qu’elle autoédite en 2018. Ravie de son aventure, elle décide alors de lancer sa structure, Better Call Julia, pour continuer à publier des projets. Pour l’instant elle n’a publié que trois titres jeunesses, tous écrits par elle-même : deux guides sur la santé sexuelle, et une réécriture du Petit Prince, où la Princesse est métisse, sans que cela soit le sujet.

Quels engagements féministes en littérature jeunesse ?

Pour changer, ça me frappe directement, l’entièreté du panel est blanc. Déjà, cela veut dire que certaines voix féministes, voire certains féminismes seront forcément absents. Par ailleurs, parmi les intervenantes, seule la libraire a mis en avant des titres qui questionnaient la cishétéronormativité. Il ne s’agit pas ici de relever des titres ou des maisons en particulier, mais plutôt d’exprimer une critique vis-à-vis de l’ensemble du secteur de l’édition jeunesse. Il existe des structures montées par des femmes féministes, queers et racisées qui éditent des livres jeunesse en tant que femmes féministes, queers, antiracistes et anticapitalistes. Pendant 1h30, on a discuté du fait d’éditer des livres de façon féministe, des livres sans stéréotypes, des livres antisexistes ou des livres sur le féminisme sans distinguer ces approches ou même réellement les expliquer. Ce sont pourtant des approches très différentes.

Alors c’est quoi le féminisme en littérature jeunesse ? Cela peut effectivement prendre la forme d’une posture éditoriale revendiquée : une structure éditoriale qui capitalise sur une approche féministe, qu’elle en ait une ou pas. Cela peut reposer sur des engagements concrets : une rémunération juste, une parité dans les recrutements, etc. Cela peut-être une ligne éditoriale : publier des titres sans stéréotypes, publier des titres antisexistes, publier des titres avec des représentations manquantes et/ou SUR des sujets “féministes”. Il existe de multiples manières de se présenter comme étant féministe et ce en ayant des pratiques éditoriales et des positions féministes très différentes.

De fait, certains féminismes et certaines façons d’être féministes étaient absentes de ce panel. Après plus de 50 ans de publications jeunesse féministes, il est plus que temps d’avoir une approche plus critique de notre production et une meilleure attention aux marges…



Citer ce billet
Sarah Ghelam (2023, 15 mars). Webinaire Spécial Féminisme – Littérature jeunesse. Genre de l'édition. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz3p

  1. Se cachent dans cette liste deux de mes anciennes employeuses. []
  2. Elisabeth Brami & Estelle Billon-Spagnol, Faut pas pousser mamie et papi dans les orties, Talents Hauts, 2020.

    Antoine Dole, Caroline Hüe, Les petites filles cruelles, Talents Hauts, 2020.

    David Guyon & Hélène Crochemore, Ailleurs, Talents Hauts, 2019.

    Stéphanie Richard & Gwenaëlle Doumont, J’aime pas les super-héros, Talents Hauts, 2018. []

  3. Julien Castanié, Rock’n’Roll, Talents Hauts, 2021. J’en parle ici.

    Laurence Faron & Maurèen Poignonec, Petit pas, Talents Hauts, 2022. J’en parle ici.

    Bernadette Green & Anna Zobel, Mes deux mamans, Talents Hauts, 2021. J’en parle ici.

    Annelise Heurtier & Maurèen Poignonec, Ma poupée, Talents Hauts, 2021. J’en parle ici.

    Séverine Huguet, Sœurs et frères, Talents Hauts, 2021. J’en parle ici.

    Agnès Laroche & Mathilde George, La furie, Talents Hauts, 2021. J’en parle ici. []

  4. Au cas où vous vous poseriez la question, il existe de nombreux mouvements féministes, le féminisme de diversité ethnique n’en fait pas partie. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search