Catégories
Lectures

De l’insoumission en littérature jeunesse

Compte-rendu de lecture : Collectif, Et si lire, c’était désobéir ? Littérature jeunesse insoumise, Les Territoires de la Mémoire, 2022.

En 2022, le service Bibliothèque & Librairie de l’asbl Territoires de la Mémoire a pris pour thème la littérature jeunesse insoumise avec la volonté “de lutter contre la censure (laquelle ?), les stéréotypes (lesquels?) et de développer l’esprit critique des lecteurs et lectrices pour former des lecteurs insoumis (à quoi, à qui ?)”. C’est dans ce contexte que l’asbl a conçu une exposition et un ouvrage pour l’accompagner.

Une littérature insoumise

Dans leur introduction, iels commencent par nous citer la définition du Trésor de la Langue Française d’insoumis : “qui n’accepte pas de se soumettre (à l’autorité dont il dépend), qui refuse de (la) reconnaître1 Iels admettent qu’il s’agit d’une injonction paradoxale, on n’enjoint pas à l’insoumission, au risque, d’après elleux, d’être “dans le camp de ceux qui instrumentalisent la littérature”, qui disent aux enfants quoi penser, des censeurs. Encore une fois qui regroupent iels dans censeurs ?

Toujours dans l’introduction, iels tentent de définir la littérature jeunesse en se reposant à la fois sur des chercheurs spécialisés et sur le Larousse. Pour elleux considérer la litérature jeunesse soit comme un secteur de l’édition soit comme une littérature destinée à un certain public serait trop restrictif, iels soutiennent une littérature jeunesse qui serait destinée à toustes peu importe l’âge, tout en étant plurielle. Le fait qu’un livre soit conçu pour un certain public n’interdit personne de le lire, mais un livre qui ne serait pas adressé à un public jeunesse ne pourrait être un livre de littérature jeunesse… Il s’agirait d’un livre non adressé lu notamment par des enfants lecteurices, de la littérature générale donc.

Quid de l’insoumission ?

“Nous vous proposons ici de de définir un livre “insoumis” par l’opportunité qu’il offre de questionner sur certains penchants de la société, quand il fait faire un pas de côté au lecteur, l’obligeant à poser un regard différent, neuf, sur les choses. Pas besoin de gros mots, ni de choquer pour être insoumis, il s’agit surtout de livres qui interpellent politiquement socialement, qui abordent des sujets complexes, sans tabous et sans être péremptoires.”

Je pense à la ligne éditoriale d’On ne compte pas pour du beurre : représenter toutes les familles et tous les enfants. Je pense au fait qu’elles doivent toujours rappeler qu’elles ne publient pas des livres sur des thématiques LGTBQI+ mais avec des personnages LGBTQI+. Je pense à Laura Nsafou et à son Adé qu’on a considéré comme trop communautariste. Ces livres jeunesse n’abordent pas de sujets complexes, ils n’ont pas pour objectif d’obliger à poser un regard différent, ils ont simplement été écrits par des personnes qui n’ont pas habituellement accès à l’édition, depuis leurs positions sociales. 

“Dans cette perspective, l’insoumission, ce serait lutter contre tout ce qui enferme la littérature pour enfants dans les carcans moraux, normatifs, des adultes. Tout qui impose une vision du monde, que cela passer parce qu’on refuse de mettre en scène (censure et tabous), parce qu’on choisit de mettre en scène (stéréotypes et préjugés), ou la manière avec laquelle on met en scène (l’acte de lecture et la manière dont le livre lui-même est écrit). “

Tout ce qui enferme la littérature pour enfants dans des carcans normatifs… donc la littérature insoumise ce serait la littérature avec des représentations de désirs non normatifs ? L’amoureuse de Simone, ce serait de la littérature insoumise ?

“Un livre qui propose une démarche moralisatrice prononcée, évidente, ne permet pas l’ouverture d’esprit ; il renferme celui-ci dans une vérité, et dissimule la complexité du monde. De même, il faut pouvoir proposer une multiplicité d’ouvrages sur le même sujet aux lecteurs et lectrices, afin de laisser leur libre-choix de s’exprimer; Cette pluralité existe aussi dans les différentes lectures possibles d’un même ouvrage. Cette pluralité de sens doit être laissée au libre-arbitre du lecteur.”

Pluralité oui, des albums où être lesbienne est un non sujet, où être lesbienne est une joie, où les lesbiennes peuvent subir des violences homophobes mais qui sont traitées et considérées comme telles, oui, des livres à portée pédagogique pour les enfants qui n’ont pas de mamans lesbiennes pourquoi pas, pour expliquer. Pluralité oui, ça dépend de ce qu’on inclut dedans. Des discours homophobes qui ne sont pas traités comme tels non, les discours haineux ne font pas partie des nombreuses voix nécessaires à la construction d’un libre-choix. Nos existences ne sont pas un sujet de débat.

Iels en viennent à leurs objectifs : 

  • faire comprendre aux médiateurs du livre jeunesse l’importance de faire confiance à l’enfant dans ses lectures ;
  • faire réfléchir sur ses propres stéréotypes et tabous, qu’on soit adulte ou enfant ;
  • (re)découvrir le plaisir de l’échange de sens autour d’un livre ;
  • repartir avec plein de rêves et plein de livres qui font grandir.

Quand je dispense des formations, je dis que mon objectif est d’ouvrir un espace réflexif sur nos pratiques de médiateurices pour mieux servir les intérêts des enfants, en partant des objectifs de leurs actions et en m’appuyant sur les pratiques observables et observés des enfants lecteurices. La lecture de divertissement, lire pour s’évader, n’est qu’une des nombreuses pratiques de lecture existante, et elle peut se faire avec des ouvrages très différents selon la personne, notamment sa situation sociale. 

Si le but d’une association est de promouvoir la lecture autonome par exemple, elle n’a aucun intérêt à promouvoir une pratique plutôt qu’une autre. Si le but est de faire lire, restreindre les livres mis à disposition aux lectures plaisirs des adultes voire esthètes, la vraie littérature jeunesse, la belle, la littéraire, ne fait que limiter les pratiques de lecture possibles et donc, la lecture2

Pour se penser sur ces questions les membres de l’asbl ont fait appel à des nombreuses structures associatives, dont certaines avec qui je travaille, avec des professionnelles du livre et.. aucun-e chercheureuse. 

Une histoire de ?

Louise Michel commence son historique qui a pour titre “Il était une fois…” sans définir  ce qui sera pris en compte ou non. D’après elleux, se restreindre au secteur éditorial jeunesse et/ou à la littérature adressée aux enfants ne serait pas satisfaisant. Aussi insatisfaisante soit-elle, il reste nécessaire de limiter selon certains critères ce qui sera, ou non, considéré dans cet ouvrage et dans l’exposition qu’elle accompagne. 

Cette histoire commence par Les Aventures de Télémaque qui marquerait le “début de la littérature jeunesse”. Ensuite on passe d’un titre à l’autre, d’un format à l’autre sans cohérence et avec beaucoup d’éléments imprécis, inexacts parfois même contradictoires et des pages entières de citations d’articles de chercheureuses non commentées. Passé un certain seuil de citation, il ne s’agit plus d’un travail original. 

Et on y arrive : “Cancel culture et défense des minorités”.

A propos de l’héritage colonial de Fifi on nous dit que l’enlèvement du mot en n- est une forme acceptable (car adapté à l’époque) de cancel culture. Jusqu’ici l’autrice utilisait censure3, mais dès qu’il s’agit de modifier des textes avec des représentations racistes on dit cancel culture et non censure. Et acceptable, acceptable par qui ? L’autrice ? L’opinion publique ?

Pour rappel, depuis 2011, l’article 2 de la loi n° 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse dispose que ces publications ne doivent comporter aucun contenu présentant un danger pour la jeunesse notamment lorsqu’il est susceptible d’inciter à la discrimination ou à la haine contre une personne déterminée ou un groupe de personnes.

A propos d’un désherbage de livres parlant des Autochtones, l’autrice nous dit qu’il s’agit “d’un geste extrémiste de la cancel culture des plus violents.“

Pour définir cancel culture elle cite une conférence donnée lors d’un Banquet du livre par Laure Murat : “un appel à assumer ses positions idéologiques et une incitation à la prise de conscience éthique. Elle n’annule personne en soi, elle interpelle le pouvoir, interroge les contradictions des personnes publiques; C’est une action sociale performative soucieuse d’une plus grande justice sociale, écologique, essentiellement menée via les réseaux sociaux, redoutables levier à la disposition de tout un chacun (…)”

Il est alors étrange de prendre pour exemple une décision des ayants-droits d’Astrid Lindgren et une décision d’un regroupement d’écoles. Dans les deux cas des actions ont été prises sans appel des réseaux sociaux. 

Cet article se finit par une question : quel livre brûleriez-vous ? 

Conclusion

A cette question je réponds prout.

Prout parce que j’ai trop dit4 qu’on pilonne tous les ans de nombreux livres dont des livres avec des représentations racistes parce que ça fait partie des critères de désherbage, j’ai trop dit qu’il ne s’agissait pas de brûler des livres mais de permettre à de nouvelles voix, de nouveaux récits d’exister, pour qu’on ait enfin une diversité de voix et de récits en littérature jeunesse.

J’ai arrêté ma lecture à cette question, non pas parce que j’ai cancel ses auteurices, mais parce qu’à partir du moment où la terminologie cancel culture est utilisée comme un concept valable et utilisable, je sais qu’il s’agit de personnes incompétentes à l’endroit de mon sujet de recherche : les représentations en littérature jeunesse.



Citer ce billet
Sarah Ghelam (2023, 27 avril). De l’insoumission en littérature jeunesse. Genre de l'édition. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oz3r

  1. “Insoumis”, Trésor de la Langue Française, https://www.cnrtl.fr/definition/insoumis. []
  2. Voir la section “Pratiques de lecture” de ma bibliographie indicative []
  3. à propos de la loi 1949 notamment seule censure en vigueur []
  4. Voir mon dernier billet “Lettre à”. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search