Catégories
Articles

Comment jouir en littérature jeunesse ?

Il y a presque un an, Gérald Darmanin interdit, par arrêté, la vente du roman Bien trop petit1 aux mineur-es.

On peut lire au Journal officiel, dans l’arrêté du 17 juillet 20232 :

Considérant que l’ouvrage « Bien trop petit» de Manu Causse, manifestement destiné à la jeunesse, contient, à travers le récit d’une fiction imaginée par le personnage principal – notamment en pages 61 et 62, 85 et 86, 90 à 94, 105 à 108, et 158 à 160 – la description complaisante de nombreuses scènes de sexe très explicite.
(…) Il est interdit de proposer, de donner ou de vendre à des mineurs, la publication intitulée « Bien trop petit » de Manu Causse éditée par la maison d’édition Thierry Magnier.

Arrêté du 17 juillet 2023 portant interdiction de vente aux mineurs d’une publication, publié dans le Journal officiel n°0164 du 18 juillet 2023

Pourquoi Darmanin est-il en position d’interdire la vente d’un livre aux mineur-es ? Est-il vraiment interdit d’écrire des scènes de sexe très explicite en littérature jeunesse ? Qu’est-ce que ça veut dire, très explicite ? Où est la limite et qui décide de celle-ci ?

Littérature jeunesse et censure

En France, depuis 1949, l’ensemble de la production éditoriale jeunesse (hors manuels scolaires) doit se soumettre à une loi : la loi française n° 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Normalement, vous pouvez retrouver cette mention à l’intérieur de l’ensemble des livres destinés à la jeunesse.

Celle loi est mise en place après la seconde guerre mondiale, pour protéger les enfants des productions considérées comme étant dépourvues de moralité, notamment les productions venant des Etats-Unis ou de l’Italie. Oui à la création française morale, non aux histoires policières et comics américains, non aux textes fascistes italiens.

Que dit cette loi dans sa première version ?

D’abord, que toutes publications, périodiques ou non, qui, “par leur caractère, leur présentation ou leur objet, apparaissent comme principalement destinées apparaissent comme principalement destinées aux enfants et adolescents3” y sont soumises.
Que celles-ci ne doivent pas présenter sous un jour favorable : le banditisme, le mensonge, le vol, la paresse, la lâcheté, la haine, la débauche ou tous actes qualifiés de crimes ou délits ou de nature à démoraliser l’enfance ou la jeunesse. Elles ne doivent pas, non plus, “comporter (de) publicité ou (d’)annonce pour des publications de nature à démoraliser l’enfance ou la jeunesse4 “.
La loi prévoit également comment celle-ci sera appliquée. C’est bien le ministère de la justice qui est chargé de constituer une commission chargée de la surveillance et du contrôle des publications destinées à l’enfance et à l’adolescence. Les maisons d’édition, elles, auront deux obligations : déclarer la publication de ces ouvrages et transmettre un exemplaire au ministère de la justice.

Alors que l’article 14 interdit la vente aux mineurs de publications “à caractère (…) pornographique5” dès 1949, il faut attendre 2011 pour qu’on interdise explicitement la présence de contenu pornographique à l’intérieur des livres soumis à la loi 1949, destinés à la jeunesse donc :

Les publications mentionnées à l’article 1er ne doivent comporter aucun contenu présentant un danger pour la jeunesse en raison de son caractère pornographique ou lorsqu’il est susceptible d’inciter à la discrimination ou à la haine contre une personne déterminée ou un groupe de personnes, aux atteintes à la dignité humaine, à l’usage, à la détention ou au trafic de stupéfiants ou de substances psychotropes, à la violence ou à tous actes qualifiés de crimes ou de délits ou de nature à nuire à l’épanouissement physique, mental ou moral de l’enfance ou la jeunesse.

Elles ne doivent comporter aucune publicité ou annonce pour des publications de nature à démoraliser l’enfance ou la jeunesse.

Loi n° 49-956 du 16 juillet 1949 -art. 2. Modifié par la loi n°2011-525 du 17 mai 2011 – art. 46.

Sauf qu’en France, la loi ne dit pas, ce qui serait, ou pas, un texte à caractère pornographique.

Pratiques de l’ardeur

Dans Comment jouir de la lecture ?6, Clémentine Beauvais nous invite à dépasser le “Discours Réac”, qui imposerait à la fois une certaine littérature, la belle littérature, et certaines pratiques de lecture, lire pour le plaisir d’apprécier cette belle littérature, mais aussi à aller plus loin que la simple célébration de la lecture plaisir7. Elle nous invite à prêter attention à l’éventail des “réactions affectives, sensorielles, intellectuelles, qu’un livre peut susciter8”. Une éducation à la jouissance littéraire en somme.

Pourrait-on alors imaginer une littérature qui provoquerait des jouissances ? Une éducation aux plaisirs sexuels par la lecture ?

C’est ce que les éditions Thierry Magnier proposent depuis 2019 avec l’Ardeur. Elle est présentée comme suit sur le site de la maison d’édition :

LIRE, OSER, FANTASMER, trois mots qui résument l’ambition de la collection L’Ardeur. Depuis ses débuts, notre maison est fière de défendre une littérature courageuse qui s’intéresse à l’adolescence telle qu’elle est, avec ses zones d’ombres, ses excès, ses émotions exacerbées. Mais l’adolescence est aussi une période où le corps se métamorphose, où la vie sexuelle commence. Quoi de plus logique, alors, que d’ouvrir notre catalogue à des textes qui parlent de sexualité, de désir, de fantasme. L’Ardeur se pose résolument du côté du plaisir et de l’exploration libre et multiple que nous offrent nos corps.

“Collection l’Ardeur”, Thierry Magnier, https://www.editions-thierry-magnier.com/collection-l-ardeur-1237.htm, consultée le 15/06/2024.

On en revient au rôle de l’éditeur vis-à-vis d’un lectorat jeunesse : qu’est-il censé mettre à leur disposition ? De quoi s’instruire, de quoi s’élever, de quoi se divertir, de quoi s’affranchir… pourquoi pas de quoi jouir ?

En réaction à cette interdiction, Nicolas Mathieu, auteur d’Actes Sud, lance un challenge littéraire : #WhenIWas15. Un appel à se remémorer ce que la littérature a pu permettre aux adolescent-es que nous étions aux débuts de nos vies sexuelles et affectives.

Hier, @gerald_darmanin a signé un arrêté interdisant la vente aux mineurs du livre “Bien trop petit” de Manu Causse, publié par Thierry Magnier dans sa collection L’ardeur, une collection de textes erotiques destinés aux teenagers et young adults. Cet ouvrage est explicitement réservé à des lecteurs et lectrices de 15 ans et plus. On imagine que ce geste s’est opéré sous l’influence de quelque organe de pression réactionnaire, type familles à serre-tête et autre associations en bermudas. Sans revenir sur la nature liberticide d’un tel acte, la manière dont il bafoue le droit à la création, sans détailler l’extrême nécessité où nous sommes de préserver l’espace fictionnel comme l’un de nos biens les plus précieux, on voudrait surtout insister sur l’hypocrisie dudit geste.
A 15 ans, on aime et on desire comme des dingues. La littérature a quelque chose à dire de ces états. Le fait de permettre l’émergence de textes qui irriguent cette libido, et l’accompagnent, ne peut en aucun cas être confondu avec un abus. La protection des mineurs, évidemment nécessaire, ne peut sombrer dans cette sorte de puritanisme imbécile et opportuniste.
J’ai repensé à mes 15 ans. A cet été 93. Chacun devrait y revenir, se remémorer sa famine d’alors, et comme on fouinait, matait, comme notre corps était à la fois une puissance et une torture. Nous devrions toutes et tous ensevelir le ministre sous un déluge de nos histoires de cul. Je vais lui en donner une en espérant faire quelques émules. ça l’apprendra. #whenIwas15

Nicolas Mathieu, Instagram, 20 juillet 2023, https://www.instagram.com/p/Cu6Y2s8gOZJ/?img_index=1

Vous pouvez trouver les différentes participations en ligne, notamment celle d’Anne-Fleur Multon qui nous a offert un “PETIT MANIFESTE POUR UNE LITTÉRATURE ÉROTIQUE POUR LA JEUNESSE“. Les éditions Thierry Magnier ont compilé une petite centaine de ces textes pour en faire un recueil : Lire et dire le désir. Les droits d’auteur ont été reversés au planning familial.

Conclusion

Alors même que les personnes mineures consomment autant de contenus pornographiques que les personnes majeures, alors que la dark romance explose, parfois dans les mêmes rayons jeunesse, alors que l’obligation d’éducation à la vie affective, relationnelle et sexuelle est inscrite dans le Code de l’éducation sans être appliquée, il appartient au ministre de’ l’intérieur de condamner la seule structure éditoriale qui souhaite proposer des contenus érotiques adaptés à des mineur-es. 

Heureusement, l’Ardeur perdure. En moins d’un an, ce sont trois nouveaux romans qui ont été publiés : La chasse (roman où le personnage principal n’est jamais genré), Juste avant que et La nuit, le son de ta voix (premier roman lesbien de la collection!). 

Pour aller plus loin : 

  • “Tout ce que vous avez toujours eu envie de savoir sur la Loi de 1949”, La Revue des livres pour enfants n°307, 2019.
  • “Au nom de la loi : ne les laissez pas lire !”, La Revue des livres pour enfants, hors-série n°6, 2021. 

Merci à Florie Maurin pour sa relecture.

  1. Manu Causse, Bien trop petit, Thierry Magnier, 2022. []
  2. Arrêté du 17 juillet 2023 portant interdiction de vente aux mineurs d’une publication, publié dans le Journal officiel n°0164 du 18 juillet 2023. []
  3. Loi n° 49-956 du 16 juillet 1949. []
  4. ibid. []
  5. Loi n° 49-956 du 16 juillet 1949 -art. 14. []
  6. Clémentine Beauvais, Comment jouir de la lecture ?, ALT, La Martinière Jeunesse, 2023 []
  7. Mauger et Poliak ont identifié trois pratiques qui différeraient de la lecture esthète (“lire pour lire”) : la lecture didactique (“lire pour apprendre”), la lecture de salut (“lire pour se parfaire”) et la lecture de divertissement (“lire pour s’évader”), la fameuse lecture plaisir. Ce que montrent ces sociologues, c’est que l’entrée en littérature se fait selon des histoires et des situations sociales et qu’il nous faut prendre en compte ces histoires et ces situations sociales pour mieux comprendre la distribution sociale des pratiques de lecture. Gérard Mauger & Claude Poliak, “Les usages sociaux de la lecture.” dans les Actes de la recherche en sciences sociales, n°123, 1998. []
  8. op. cit., p. 13. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sarah Ghelam (18 juin 2024). Comment jouir en littérature jeunesse ? Genre de l'édition. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ukk


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search