Catégories
Outils

Mon non-corpus #5

Pour mon corpus de mémoire sur la représentation racisée dans les albums jeunesse1 j’ai choisi de me limiter aux albums de fiction publiés en France entre 2010 et 2020, possédant au moins un personnage enfantin non-blanc. Ce choix reposait sur l’étude de Nathalie Thierry et Véronique Francis2 qui avaient un terrain similaire sur la période 1980-2010.

En raison de ces critères, j’ai dû laisser de côté plusieurs titres intéressants, que j’ai voulu rassembler dans cette série d’articles sur mon «non-corpus».

#5 – Où on parle des couleurs

  • S’appeler Raoul – Angelique Villeneuve, Marta Orzel


Raoul n’aime pas son prénom. Il le trouve nul, moche et ridicule. Son amie Jacquotte, elle, a un si joli prénom. Quand Raoul entend Jacquotte, il pense à un tas de choses agréables. Il pense à du miel, aux clémentines et à la belle libellule qui se pose sur les fleurs. Si seulement lui pouvait se débarrasser de ce prénom qui lui pèse tant ! Mais Jacquotte n’est pas de cet avis. Jacquotte aime beaucoup le prénom Raoul, parmi tous les autres prénoms. Parce que ce prénom, c’est celui de son ami, et pour cette raison, pour rien au monde elle ne voudrait qu’il en change…

Cet album aux personnages plus qu’attachants nous transporte de page en page vers une belle réflexion sur l’amitié et la confiance en soi.

Actes Sud Junior

S’appeler Raoul fait partie des rares albums à avoir un personnage enfantin racisé sans qu’il n’apparaisse sur la couverture. Comme si la couleur de peau de Jacquotte n’étais pas mise en avant puisque de tout de façon, ce n’est pas le sujet. Mais, cet album aborde quand même la question de l’acception de soi. Dans mon corpus, sur les 10 albums ayant une thématique liée à la discrimination, 6 abordait directement la question de la couleur de peau, mais 4 passait par un chemin de traverse. Dans 2 albums, les enfants étaient discriminaient à propos de leurs tailles, dans un album, c’est son animal (un éléphant), qui est discriminé par le biais de sa race, et dans le dernier, le personnage racisé est discriminé en raison d’une aptitudes surnaturelle (il lui pousse des ailes). Sans avoir analysé mon corpus, je n’aurais pas forcément pensé plus de cette utilisation d’un prénom non désiré pour aborder la question de la confiance en soi, mais il s’avère que même lorsqu’un personnage enfantin racisé n’est pas directement utilisé pour appuyer un propos sur la race, les thématiques d’inclusion et d’acceptation ne sont pas loin, simplement projetées sur autre chose.

  • Mon papa – Susan Quinn, Marina Ruiz

Mon papa n’est pas un super-héros, ni un astronaute ou un agent secret… pourtant, c’est LE meilleur papa du monde !
Et quand on est tous les deux, chaque moment devient une grande aventure.

Flammarion Jeunesse

Cet album est très similaire à Papa je t’aime gros comme Pa qui était dans mon non-corpus #33. Une déclaration d’amour d’un enfant à son papa (ici un fils et pas une fille), moins niaise puisque l’enfant est plus âgé, mais toujours dans une masculinité classique.

  • Pénélope et le chien perdu – Emily Sutton

Pénélope vient d’emménager dans sa nouvelle maison. Elle se sent triste : cette maison lui est étrangère, ses amis lui manquent et elle n’a personne avec qui s’amuser… Jusqu’au moment où un petit chien surgit dans son jardin ! Les deux nouveaux amis vont alors jouer toute la journée. Mais le lendemain, le petit chien ne revient pas… Accompagnée de son père, Pénélope part à sa recherche et trouvera, dans sa quête, un nouvel ami.

Une histoire touchante dont chaque page, illustrée par l’inimitable Emily Sutton, est une splendeur.

Les Éditions des Éléphants

Je le regrette maintenant, mais je n’ai pas relevé l’apparition des personnages racisés sur les couvertures des albums de mon corpus. Ce que je peux relever cependant, c’est que pour l’entièreté des albums “catalogue”4 – où une série d’enfants servent à illustrer un propos – le seul personnage racisé est en couverture, alors même qu’il s’agit d’un personnage sur tout un ensemble. Dans cet album, l’ami que Pénélope trouve et la fin de sa quête, le personnage enfantin non-blanc n’arrive que sur les dernières doubles-pages. Mais il se trouve sur la couverture.

  • Petite pousse – Sophie Vissière

Alors que le soleil se lève et annonce un beau matin de printemps, un père et ses trois enfants s’en vont à la découverte de leur jardin en floraison. Dans une douce ritournelle, l’aîné et la cadette, acompagnées de leur papa, choisissent tour à tour une fleur à cueillir, puis tous offre au bébé un pissenlit tout doux à souffler. C’est un véritable instant suspendu que propose Sophie Vissière dans ce nouvel album printanier réalisé au pochoir.

hélium

J’en parlais dans le #25, les tout-cartons avec une représentation diversifiée sont rares, notamment parce qu’une grande partie de la production repose sur des séries autour de personnages anthropomorphisés. Mais Petite pousse est le deuxième de l’année, après Ma poupée chez Talents Hauts5.

  • On a fait un voeu – Séverine Vidal, Clémence Monnet

Pio et Colette voudraient devenir des grandes personnes. Ils en formulent le vœu mais rien ne se passe comme prévu : les voilà transformés en géants ! Au gré de leurs souhaits, toujours compris de travers, les deux enfants grandissent, rétrécissent ou basculent d’un univers à l’autre… Et si cet improbable tour du monde leur ouvrait les yeux : finalement, être des enfants, et être ensemble, c’est suffisant.

Mango

On pourrait critiquer la limite que je mets au socioréalisme (après tout, il y a un ours dans cet article), mais pour rester dans une littérature miroir6, un récit dans lequel le lecteur peut se retrouver, je me suis restreinte aux albums au contexte similaire à celui du lecteur (donc occidental et contemporain). J’ai mis de côté les albums se passant dans d’autres régions du monde et/ou à d’autres époques, mais aussi relevant du merveilleux, du magique ou du conte. Sur l’ensemble de mon corpus la dernière catégorie représente à peine 6 titres. J’aurais également mis cet album de côté.

  • L’arbre des jours heureux – Josette Wouters, Madeleine Brunele

Dans le jardin du vieux monsieur, le seul des environs, au milieu des immeubles en béton, tout pousse n’importe où et librement. Un jour, une drôle de graine germe sur le siège de la vieille voiture rouge. Un arbre extraordinaire se met à pousser. Tous les habitants se réunissent pour l’admirer. 

Gautier-Languereau

Très similaire Au n°7 de la rue Verfeuille de chez Kimane((https://genreed.hypotheses.org/330)), une communauté, très mixte, se rassemble autour d’un vieux monsieur qui veut conserver son arbre qui défie toutes les normes. Ils tiennent bon face aux méchants bureaucrates et gagnent gain de cause.

  • Loveville – Lola Hale, Camilla Pintonato

Juliette et Léo sont les meilleurs amis du monde. Ensemble, ils flânent en ville, se baladent et font des siestes. Mais lorsque le léopard blesse par accident la petite fille, les deux amis sont séparés et Léo est enfermé dans un zoo. Quelle infinie tristesse ressent Juliette voyant son compagnon de jeu à travers les barreaux de sa cage.

hélium

Le petit enfant noir qu’on voit sur la couverture est Noé, le voisin de Juliette. Ils deviennent amis après qu’elle ait perdu Léo, son félin de compagnie. Quand Juliette décide de construire une ville où les animaux et les humains pourraient vivre ensemble, il l’aide dans son projet. On laisse sans soucis les animaux partir du zoo, et ils vécurent toutes et tous en paix à Loveville.

Alors, la couleur de peau de Noé ne rentre pas en compte. Mais on a droit à propos de Léo (le félin) à un petit : “Qu’il retourne dans son pays”. Puis, à propos de Juliette (la petite fille blanche) : “Qu’elle aille vivre en Afrique !”. On a donc des propos racistes adressés à une personne blanche et à un animal pour dénoncer soit autre chose que le racisme (la maltraitance animale), soit pour dénoncer le racisme en passant par un animal étranger.

Alors, plusieurs choses pourraient justifier la deuxième hypothèse. Passer par un animal (et c’est là tout l’intérêt des personnages anthropomorphisé) permet (en théorie) à tout le monde de s’identifier (puisque personne n’est réellement un lapin tout le monde devrait pouvoir se mettre à la place du lapin), mais aussi d’adoucir un sujet et/ou une situation.

  • Toi, moi et tous les autres – Marcos Farina

Dans ce livre, il y a des enfants qui débordent de joie, d’autres qui font une tête vraiment triste. Certains s’amusent fort bien ensemble pendant que d’autres s’ennuient, seuls dans leur coin… Si tous vont au lit le soir, ils ne mangent pas tous la même chose. Et quand certains font pipi debout, d’autres le font assis… En fait, tout nous distingue et tout nous réunit. La preuve : nous sommes tous capables de rêver. Mais aucun de nos rêves ne se ressemble !

Rue du monde

Alors. Cet album est l’occasion de revenir sur pourquoi j’ai choisi non-blanc comme critère. Nathalie Thierry et Véronique Francis dans leur étude se sont concentrés sur des personnages enfantins noirs, “que leur peau soit claire ou foncée7”, pour éviter tout colorisme8.

Être noir n’est ni une essence ni une culture, mais le produit d’un rapport social : il y a des Noirs parce qu’on les considère comme tels. Mais il existe, au sein de cette catégorie historiquement construite, des sous-groupes caractérisés par des peaux plus ou moins foncées et qui ont pu faire l’objet de traitements différenciés. La question des nuances de couleur de peau au sein des populations noires est importante du point de vue des hiérarchies sociales. On propose d’utiliser le terme de « colorisme », traduit de l’anglais américain colorism, pour référer à ces nuances et à leurs perceptions sociales.

N’Diaye Pap, « 2. Questions de couleur. Histoire, idéologie et pratiques du colorisme », dans : Éric Fassin éd., De la question sociale à la question raciale ?Représenter la société française. Paris, La Découverte, « Cahiers libres », 2006, p. 37-54.

Dans son ouvrage Race9 , Sarah Mazouz revient sur l’histoire du mot et sur les différentes notions développées pour le penser. L’une d’elle est la racisation. Chez Guillaumin, la racisation est la construction d’une perception ou d’une injonction raciale de la différence10.

Alors que la norme dans l’album jeunesse est un enfant blanc, ma recherche se porte non pas spécifiquement sur les personnages enfantins noirs, mais sur tout personnage qui n’est pas blanc, qui pourrait donc être un support d’identification pour tout enfant subissant une racisation.

Dans Toi, moi et tous les autres, il y a une majorité d’enfant à la peau rose, et une multitude de personnages aux couleurs variées (bleu, rouge, jaune, noir et marron). Le message est clair : on a toutes et tous les mêmes besoins et les mêmes émotions, on rêve, et peut-être qu’on peut ensemble créer un monde plus juste. Cet album parle d’acceptation de l’autre et de racisme, montre des personnages racisés si on s’en tient à la définition de Guillaumin, mais de façon non réaliste. Je pense que pour l’incorporer à mon corpus – s’il avait été publié entre 2010 et 2020 – j’aurais dû le faire lire à des enfants racisés. Est-ce que le fait qu’on montre ce qu’ils vivent suffisent à ce qu’ils s’identifient aux personnages et se projettent dans l’histoire ?

Conclusion :

Si je reprends l’ensemble des albums analysés dans cette série, sur 24 albums repérés, 22 ont un contexte occidental et actuel, et 19 ont une thématique qui n’est pas négative et/ou directement liée au racisme, pour 14 traductions.

Le ratio traduction/création française est similaire à celui de mon corpus (58% pour ma série non-corpus, 52,5% pour mon corpus), par contre, le pourcentage d’albums au contexte occidental est bien plus élevé dans ma série que dans mon corpus (90% pour ma série non-corpus, 56% pour mon corpus). Est-ce une tendance ? Un hasard du programme éditorial du premier semestre ? J’espère que d’autres recherches suivront les miennes et pourront continuer à observer la représentation racisée en littérature jeunesse.

  1. https://genreed.hypotheses.org/95 []
  2. Thiery, Nathalie et Francis, Véronique. Figures et représentations de l’enfant noir dans les albums pour la jeunesse. Revue de recherches en éducation, n°55, 2015.  []
  3. https://genreed.hypotheses.org/368 []
  4. voir https://genreed.hypotheses.org/368 []
  5. https://genreed.hypotheses.org/349 [] []
  6. https://scenicregional.org/wp-content/uploads/2017/08/Mirrors-Windows-and-Sliding-Glass-Doors.pdf []
  7. Thiery Nathalie, Francis Véronique. Figures et représentations de l’enfant noir dans les albums pour la jeunesse. Revue de recherches en éducation n°55, 2015. []
  8. Voir aussi : Le colorisme… expliqué aux plus grands. Mrs Roots. []
  9. Mazouz, S. Race. Paris, Anamosa, 2020. []
  10. Naudier Delphine, Soriano Éric, « Colette Guillaumin. La race, le sexe et les vertus de l’analogie », Cahiers du Genre, 2010/1 (n° 48), p. 193-214. DOI : 10.3917/cdge.048.0193. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.