Catégories
Lectures

La fille la plus forte du monde

Compte-rendu de lecture de Feminispunk de Christine Aventin publié chez Zones en 2021.

Après une vie à défendre le fait que les libraires ne lisent pas sur leur lieu de travail, je me suis retrouvée à lire sur mon lieu de travail. Deux jours de salon1 pour 131 pages de pur bonheur.

Fifi à la fac

Deuxième année de master, cours en présentiel, histoire du livre jeunesse. J’en suis à mon deuxième mémoire sur le sujet, je suis donc pas des plus attentives. Saviez-vous que la bibliothèque rose et la bibliothèque verte étaient des catégories non-genrées de base ? Il s’agissait de catégories d’âges différents. Bah je le savais du coup j’écoutais déjà plus le cours. Quand la folle histoire des droits français de Fifi Brindacier m’a réveillée. En 1992, Christina Heldner publie un article2 dans un dossier sur la traduction de la Revue des Livre pour Enfants. Elle y analyse les mutilations qu’on a fait subir à l’oeuvre. De trois romans, on est passé à deux, et tout ce qui pouvait être subversif a été adouci – pour rappel, en France, la littérature jeunesse tombe sous la loi de 1949 et se doit de ne comporter aucun contenu présentant un danger pour la jeunesse3 . L’autrice est prévenue, elle récupère les droits, et Fifi connaîtra une deuxième traduction.

Spunk ou loup-garou ?

Dans la version anglaise, Fifi trouve un mot nouveau, un mot super : Spunk. Dans la version français on a droit à warou, un mot d’ancien français qui a donné loup-garou. Comme s’il valait mieux pour une petite fille de s’inventer des monstres que d’être anticonformiste. C’est en retrouvant ce mot que Christine Aventin se pose une question : est-ce que Fifi ne serait pas la première féministe punk ? FéminiSpunk ? Et c’est quoi être punk ? Et c’est quoi être anticonformiste ? C’est principalement l’autonomie, et il n’y a pas plus autonome que Fifi.

Ida : Dans le punk, en théorie, on peut même parler d’autodétermination, certes individuelle mais aussi et surtout collective. Même si bien sûr le glissement “esprit du capitalisme libéral” peut vite survenir.

C’est aussi utiliser la langue, la détourner, la récupérer, comme outil d’insurrection. Être Spunk.

Dis-moi comment tu racontes, je te dirai la construction de quoi tu participes.

Isabelle Stenghers à propos de Donna Haraway

Si tu sais faire un gâteau, tu sais faire une bombe

Ça y est, elle raconte mon histoire préférée : comment on a voulu désamorcer Fifi, de la littérature pour enfants. Elle reprend l’histoire du début, Christina Heldner, l’article publié, la réaction d’Astrid Lindgren, la lettre à Hachette, la négociation pour une nouvelle traduction.

On me demande où se passe la conférence de Pénélope Bagieu, attendez. (D’ailleurs si vous voulez lire des histoires de femmes explosives, les Culottées sont très bien, et en plus ça pèse trois tonnes à remballer, achetez-les moi).

Citations à l’appui, elle montre comment ils ont tenté de lisser Fifi, en enlevant tous les passages où elle pouvait critiquer l’autorité, en lui enlevant tout son second degré, son spunk.

Plutôt que de raconter les faits tels qu’ils sont, j’essaye de raconter des histoires qui vont faire que quelque chose se produira

Je penche pour A. Donna Haraway.

La loi de 1949 c’était pour empêcher les américains de pervertir notre jeunesse – c’est très réussi d’ailleurs, personne n’a lu Mickey. En l’appliquant plus qu’à la lettre, ce qu’Hachette a enlevé de ce texte, c’est les possibles qu’il amenait, la narration spéculative. Écrire non pas la réalité mais ce qu’on espère pouvoir l’être. Et c’est précisément dans la littérature jeunesse, la moins légitime, que ce personnage anticonformiste a pu exister.

– Mais tu n’y arriveras jamais, s’inquiète Annika, c’est l’homme le plus fort du monde ! – L’homme, répond Fifi. Mais moi, je suis la fille la plus forte du monde.

“Pippi goes to the Circus”, in Astrid Lindgren, Pippi Longstocking, p. 49 (traduction de Christine Aventin).

Héros, héroïne, shero ?

Deuxième journée, ça va être long. En plus, comme j’ai pointé ce qui allait pas (après plusieurs années de salons je commence à savoir ce que je fais) on m’a mis à l’accueil. La bonne nouvelle c’est que je vais pouvoir finir mon livre (et ma réserve de gâteaux).

Ce chapitre me rappelle les questionnements des intervenantes du colloque Poet.e.s.s.e.s4 (je crois que j’ai oublié aucun point). Héros c’est un homme, héroïne c’est l’équivalent féminin de héros, mais comme chaque équivalent féminin au final ça différencie et ça voudrait dire que les héroïnes sont pas des héros, mais les femmes sont rarement comprises dans héros, puis le masculin neutre ça efface le féminin, puis héroïne c’est une drogue et même si j’ai regardé Captain Marvel 157 fois, notamment parce qu’une héroïne ça peut être une héroïne jeunesse ça peut être gênant que le même signifiant désigne une personne et une drogue.

En anglais, pour éviter l’invisibilisation, on a droit à shero (je pense à Chihiro du coup). Ce mot, aseptisé de toutes revendications réellement féministes, permet de marketer des produits. C’est à ranger avec les Girl Power, Girl Boss, empouvoirement dans le tiroir de tout ce qui pousse les femmes à s’accomplir par elles-mêmes, parce que le patriarcat n’existe pas.

Ida : Je ne sais pas si la traduction est volontaire (et ce n’est pas une critique), mais à titre personnel, même si c’est un horriiiible anglicisme, j’ai tendance à préférer l’anglais empowerment – power pouvant être traduit à la fois comme pouvoir mais aussi comme puissance, ce qui renvoie à des considérations à la fois politiques et philosophiques (la puissance d’exister Spinoza tout ça), et donc à mon sens plus complet. L’empowerment étant au coeur de la pensée punk par ailleurs, même si c’est rarement formulé comme tel.
Et en effet, empowerment renvoie trop souvent à des conceptions politiques capitalistes et libérales, mais on peut aussi le considérer comme un élément d’émancipation collectif. Je ne sais pas si ces débats de traduction ont existé, si oui, je les cite volontiers à mon insu.

Et Fifi a subi le même sort aseptisé, phagocyté, pour servir le roman national suédois.

Mais Fifi n’est pas une héroïne en soi, elle ne sert pas une cause morale, Fifi c’est l’élément fou qui vient déboiter la norme, en faire grincer la machine5.

Fifi ou Annika ?

Toute lecture jeunesse est une lecture adressée, on écrit, on publie, pour un public en souhaitant lui apporter quelque chose. Et, la théorie de Christine Aventin, est que Fifi n’a pas été écrite pour les Fifi de ce monde, mais pour les Annika, le modèle de la petite fille bien dans la norme. Dans sa série, ce qu’Astrid Lindgren a fait, c’est montrer une relation entre filles qui ne reposait pas sur le conflit (déjà pas mal), mais surtout une relation où l’une permet à l’autre de s’affranchir. Et c’est ce que l’autrice nous offre : une possibilité de nous affranchir en suivant l’exemple de Fifi. C’est ce que Christine Aventin appelle le modèle relationnel de la contagion : un mode qui permet d’impliquer les personnes dominées dans la déconstruction de ce qui les domine.

Ida : Ce qui est à la base de la philosophie voire idéologie punk : démystifier, donner l’exemple, pour inciter à l’action plutôt qu’à la passivité. Action par ailleurs auto déterminée voire co-déterminée, comme je disais plus haut6 .

Entrez ou ne bougez pas ! Mais ce n’est pas à moi de décider !

Lindgren, A. Fifi Brindacier. p. 108.

Ce qu’elle oppose aux formes récupérées et bourgeoises du care. Hurlement de rire, je finis par terre, mais personne autour de moi pour comprendre. P. 57 : cet exaspérant tour de parole appelé “météo émotionnelle”.

Ida : yeux vers le ciel.

Ça m’est arrivé plusieurs fois de lire les mots de quelqu’un d’autre sur une expérience qui me semble être la mienne. Souvent il s’agit de textes écrits par des militantes racisées7. Mais de voir noir sur blanc, dans un livre publié à La Découverte, une typologie presque exacte de ce que j’ai pu vivre dans les milieux féministes bourgeois8 c’est assez délicieux je dois le dire.

Parce que la place que tu prends avec ton rituel ou avec tes règles est, sous couvert du care une prise de pouvoir.

Aventin, C. Féminispunk. Paris, La Découverte, 2021, P.58.

Dans son ouvrage S’émanciper par la lecture, Viviane Albenga reprend les travaux de Skeggs qui établit que la féminité pourrait représenter un capital en soi, à partir du moment où il serait symboliquement légitimé9. Dans son dernier chapitre, consacrée aux femmes qui utilisent leur capital culturel pour se professionnaliser, elle conclut que l’acquisition d’une place sociale par un capital culturel n’est pas par la suite utilisé pour permettre aux autres de s’émanciper – comme Fifi le fait pour Annika – mais pour dominer symboliquement.

Cela rejoint ce que dit ici Christine Aventin :

Le féminisme lui-même, institutionnalisé à l’intérieur d’un système hétérosexiste, raciste et bourgeois, est une structure de domination s’il devient un outil de mobilité sociale pour celles qui sont prêtes à jouer le jeu de la réussite personnelle.

Aventin, C. Féminispunk. Paris, La Découverte, 2021, P.59.

Après le care, c’est le safe qui en prend pour son grade en posant la question qui fâche : si tout le monde est si safe, pourquoi les espaces communautaires sont-ils si homogènes ? Et c’est son amie qui dit les mots qui me libèrent : je me rends compte que j’utilisais bienveillance ce qui est en réalité de la bienséance. Petit flashback, toujours dans le même collectif10, où on m’avait reproché d’avoir envoyé un message un 24 décembre. D’après cette personne, cela relevait d’un comportement malsain.

Alors :

  • Le jour de Noël c’est le 2511. Le 24 est un jour ouvré, pratiquant.e ou non, pour les personnes ayant un emploi, il s’agit d’un jour de travail.
  • Je ne fête pas Noël personnellement. A ma connaissance ce collectif ne veille pas spécifiquement à respecter les pratiques religieuses de chacune de ses membres. Pourquoi partir du principe que tout le monde devrait observer un respect pour les fêtes catholiques alors que ce même respect n’est pas accordé aux autres confessions religieuses12.

Et ça m’a frappée. On me reprochait pas mon manque de bienveillance, mais de bienséance, bienséance calquée sur des normes blanches et bourgeoises, créant des espaces blancs et bourgeois. Et il ne s’agissait pas de me permettre de changer les normes, mais de leur assurer à elles un capital sur leur engagement.

Je n’ai pas pu infecter ce corps social, je n’ai pas pu leur transmettre le Spunk.

C’est un cas désespéré. Une maladie gravissime. […] J’ai peur d’avoir attrapé le spunk.

Lindgren, A. Fifi à Couricoura. p. 35.

Filles, pirates ou salopes ?

Plusieurs jours ont passé, le salon est terminé, et je finis ma lecture au bureau13. On passe à la louche les vagues, les générations des féminismes, et pour paraphraser Lin-Manuel Miranda, celles qui écrivent notre histoire. Cette histoire écrite par des blanches bourgeoises qui efface, invisibilise et cache. Cette histoire qui impose à chaque génération d’invalider la dernière. Cette histoire qui faillit à ce qu’elle devrait nous permettre : transmettre.

Une théorie des luttes est toujours une entreprise de pacification au service de l’empire.

Aventin, C. Féminispunk. Paris, La Découverte, 2021. p. 73

Alors comment se dire “femme” quand l’histoire même de ce terme et de ces appropriations est balisé ? Comment cesser de n’être que l’imitation d’une imitation ((James Baldwin)), comment savoir comment et avec qui faire alliance ? Être une femme, être la femme, lutter pour les femmes, mais quelles femmes ? Comment ne pas trahir LES femmes alors qu’on est autre, lesbienne, non-blanche, trans, handicapée, qu’on est

Chez Lindgren il n’y a pas de femme, que des filles. Et dans nos cercles il y a des meufs. Une façon détournée de s’émanciper de ce mot, “femme”, et de tout ce qui lui est associé.

Blanche ou blanche ?

Aventin, C. Féminispunk. Paris, La Découverte, 2021.

Je finis ma lecture dans le train Montpellier – PortBou, train du retour à la maison, prête à quitter Christine Aventin et sa Fifi féminispunk. Et là : “Fille d’Efraïm Langstrump, jadis terreur des mers et maintenant roi des n*****”. Sauf que dans mon exemplaire, le mot est écrit. Elle l’écrit dans des citations en français, en suédois, mais aussi dans son propre texte.

Ce chapitre a un objectif assez simple : quoi faire, nous, en tant que blanches, avec notre héritage raciste. Alors c’est peut-être moins pire que de ne pas se poser la question, que de ne pas admettre que par défaut toute personne blanche profite d’un système qui lui est profitable. C’est important de comprendre la différence entre être l’allié des personnes marginalisées, et être leur complice.

Mais 1) j’en ai marre de lire des personnes blanches parler d’à quel point c’est compliqué d’être blanche dans un système raciste 2) on écrit pas le mot en n 3) exclure les personnes racisées de la réception des oeuvres ayant des héritages coloniaux c’est dommage pour pas dire plus.

Je me souviens avoir été choquée par la comparaison esclaves/femmes dans Les Guérillères, et le nombre d’occurence du mot en n. Parce qu’on m’a tant parlé de Wittig, parce que j’ai assisté à moults événements scientifiques où les pronoms utilisés dans ses écrits étaient analysés des heures durant, mais je n’ai jamais vu l’héritage raciste être abordé14.

Alors oui l’aborder c’est mieux que l’ignorer, sauf que d’inclure l’ensemble des lectrices dans un nous blanc, c’est exclure les personnes racisées de la conversation – et de la lecture de ce chapitre. Je me suis posée la question du coup, est-ce que le reste de l’ouvrage était écrit à propos de personnes blanches à l’exception des passages où on abordait explicitement la position des personnes racisées ?

J’en avais parlé dans mon compte-rendu du guide de littérature ado En quête d’un grand peut-être15, où j’abordais la façon dont on parlait de la race dans l’édition. Spoiler alert : ce sont des personnes blanches perçues comme professionnelles qui citent des personnes racisées qu’iels situent en dehors de leur profession. Elles ne sont pas considérées comme des chercheuses ou des professionnelles du livre, mais comme des lectrices, extérieures et amatrices – alors même qu’elles ont parfois le même niveau d’études et/ou d’expériences. Et en dehors de ces chapitres où on présente le problème du racisme comme étant extérieur, on ne questionne absolument pas les biais racistes – et c’est bien là tout le privilège de la blanchité, le privilège de ne pas avoir à se poser la question de sa couleur de peau, de pouvoir l’ignorer.

Alors autant il est important que les blanches affrontent leurs privilèges et leurs biais, autant je n’ai pas personnellement besoin de le lire et/ou d’y assister, et j’aimerais qu’on laisse la place aux personnes concernées pour pouvoir en parler (aussi).

Ida : Ce qui rappelle le constat que fait Louise Barrière dans certains festivals punk féministes16 (en l’occurrence allemands) dans lesquels la question de la race et du racisme est présente et pensée, mais rarement abordée à l’adresse des personnes racisées mais la plupart du temps à l’adresse des personnes blanches – et que si la mixité choisie de genre existe, la non mixité entre personnes racisées est plus marginales….

Dans une note de bas de page, l’autrice explique avoir du mal à se sentir en cohérence avec le fait d’écrire des livres, mais se rassurer dans l’idée que même s’il n’était pas possible de détruire la maison du maître avec ses outils, il était possible de la squatter. Sauf que… Oui bien sûr, le patriarcat. Mais comment citer Audre Lorde sans considérer sa propre couleur de peau ? Sans considérer que c’est surtout les femmes racisées qui se retrouvent à squatter dans les marges ? Et qu’il est bien plus facile pour elle, que pour d’autres, de squatter puisqu’en l’occurence, elle squatte avec permission.

Ida : On squatte quand on a pas le droit d’être là et elle est pas encore réfugiée politique so….

Alors, aux blanches, lisez ce passage :

Sommes-nous des capitalistes à but non lucratif dont la carrière, réelle ou symbolique, dépend des luttes que nous soutenons ? Sommes-nous redevables à ces luttes d’un crédit de notoriété ? D’une image flatteuse ? D’un oubli ou d’une exacerbation thérapeutique de soi ? Faisons-nous de l’oppression un savoir para-universitaire qui nous confère une expertise théorique, voire, à bien peu de frais, un statut valorisant d’intellectuelle de terrain ? Faisons-nous de la parole des “opprimés” notre fonds de commerce : une matière à projets – politiques, artistiques, ou socioculturels – exigeant de ces gens, pour notre propre image, qu’elles soient des victimes impeccables ? Sommes-nous des “alliées” ?

Aventin, C. Féminispunk. Paris, La Découverte, 2021. p. 114.

Mais lisez-moi aussi, lisez-nous aussi. Et admettez, que si les figures féminines sont à (re)découvrir, à (re)mettre en avant, à récupérer, ce ne sera pas sans nous et sans nos points de vue. Si fiction politique doit être écrite, ce sera avec nous, où ça ne fera que nous desservir.

Merci à Ida Barat, mon amie blanche, pour sa lecture et ses commentaires, à Christine Aventin pour son ouvrage, et à Astrid Lindgren pour sa Fifi.

  1. Je dirai pas lequel pour pas froisser les organisateurs. []
  2. Heldner, C. “Une anarchiste en camisole de France”. La Revue des Livres pour Enfants, n°145, 1992. []
  3. Loi n° 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse []
  4. https://poetesses.hypotheses.org/ []
  5. Aventin, C. Féminispunk. Paris, Éditions La Découverte, 2021. P. 52 []
  6. voir HEIN Fabien, Do It Yourself ! Autodétermination et culture punk, Condé-sur-orge, Le Passager Clandestin, 2012 []
  7. https://genreed.hypotheses.org/236 []
  8. https://genreed.hypotheses.org/120 []
  9. https://genreed.hypotheses.org/285#identifier_3_285 []
  10. genreed.hypotheses.org/120 []
  11. Après vous mangez en famille le 24 ou le 25 c’est comme vous voulez, je parle plus à la mienne je me sens que peu concernée par le débat. Par contre le 25 au matin c’est Mickey, il était une fois Noël je veux rien savoir []
  12. Je sais pourquoi, vous savez pourquoi. []
  13. chut []
  14. Pour parler racisme c’est raté du coup, mais si vous voulez en apprendre plus sur l’oeuvre de Wittig : https://etudeswittig.hypotheses.org/ []
  15. https://genreed.hypotheses.org/239 []
  16. Barrière, L. Underground Pedagogy of Hope? German Punk-Feminist Festivals as Education in Feminist Theories and Actions. 2021. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.