Catégories
Outils

Mon non-corpus #5bis


Pour mon corpus de mémoire sur la représentation racisée dans les albums jeunesse1 j’ai choisi de me limiter aux albums de fiction publiés en France entre 2010 et 2020, possédant au moins un personnage enfantin non-blanc. Ce choix reposait sur l’étude de Nathalie Thierry et Véronique Francis2 qui avaient un terrain similaire sur la période 1980-2010.

En raison de ces critères, j’ai dû laisser de côté plusieurs titres intéressants, que j’ai voulu rassembler dans cette série d’articles sur mon «non-corpus».

J’avais dit que c’était fini3, que je ne traitais que les sorties du premier semestre de 2021, sauf que j’en ai ratées quelques-unes. Voici donc les rattrapages.

#5bis – Rattrapages

  • Et pendant ce temps là au Japon… – Taï-Marc Le Thanh, Arnaud Boutin

Un soir, Papa rentre du travail suivi d’un petit Japonais abandonné par sa mère. Le voilà adopté. Puis le père revient, suivi d’un couple d’hommes. Adoptés eux aussi ! Le lendemain, c’est le tour d’un lama. Puis encore d’un clown triste. Et bientôt, de cinq charpentiers nains. Au fur et à mesure, la tablée s’agrandit. Ce papa-là est juste très très très généreux. Une histoire d’accueil de l’autre de plus en plus ample, nourrie de personnages de plus en plus fous. Esprits étroits s’abstenir !

Sarbacane

Je me souviens l’avoir vu à sa sortie, je pense que mon cerveau a choisi de l’effacer. Derrière un humour loufoque et un univers burlesque, cet album se permet des choses assez incroyables : l’enfant japonais est comparé à un animal errant (on ne peut pas le toucher sinon il est abandonné par sa mère, comme pour les chats), et quand des policiers viennent à leur porte, on leur dit que leurs japonais ne sont pas réglementaires (que ce soit une comparaison à un animal exotique ou une référence à l’immigration illégale, les deux sont plus que limites). Et la chute repose sur un parallèle, au Japon, une famille japonaise reçoit un enfant noir. Je l’aurais mis de côté puisque ça parle de racisme.

  • Mes vacances chez Mamie – XIE Hua, HUANG Li

C’est l’été. Xiaoma arrive chez Mamie… avec ses chevaux imaginaires. Au début, ils étaient 5 puis 10, 15, puis… ! Ce n’est pas commode dans le petit appartement et c’est fatiguant pour Mamie sous le regard attendri de laquelle, l’enfant joue, mange, prend son bain, fait la sieste et la fête avec ses amis. Malgré les problèmes qui surgissent, chacun des deux peut compter sur l’affectueuse complicité de l’autre.

HongFei

Il s’agit du deuxième album de la maison HongFei de ma série de non-corpus4. Après l’école des loisirs, il s’agit de la maison la plus présente dans mon corpus : 22 albums sur la période 2010-2020. Ce récit sur l’imagination débordante d’un enfant, et sur la complicité entre un grand-parent et son petit-enfant ne fait pas intervenir la couleur de peau.

  • Messaoud – Didier Dufresne, Bruno Pilorget

Messaoud livre souvent les clients de la boutique que tiennent ses parents, au marché de Meknès. Il connaît la Médina comme sa poche ! Intrigué par une légende que lui a racontée monsieur Aziz, Messaoud part un jour à la recherche de mystérieuses cigognes. Distrait, voilà qu’il s’aventure trop loin et se perd. C’est alors qu’une fillette lui vient en aide…

Mango Jeunesse

Cette ancienne collection a été relancée par Mango Jeunesse en 2021 – pour celleux qui connaissent pas, il s’agit d’une maison d’édition appartenant au Groupe Fleurus à l’historique catholique. Cette collection permettrait au lectorat français de découvrir le quotidien d’un enfant dans chaque coin du monde au travers d’histoires réalistes, ancrées dans la culture de son pays5. Deux titres ont été publiés en 2020 (situés au Burkina Faso et au Vietnam), et deux titres ont été publiés en 2021 (situés en Russie et au Maroc). Je l’aurais mis de côté avec le reste des albums ayant un contexte éloigné de celui du lecteur.

  • Ce matin-là – Véronique Massenot, Stéphane Nicolet

Il était une fois un village, posé joliment dans la brousse, entre deux belles collines rousses. La vie, jusque-là, y semblait bien tranquille. Pourtant, ce matin-là, quelque chose d’étrange arriva : le soleil ne se leva pas. Et comme le soleil ne se leva pas, le coq ne chanta pas. Et comme le coq ne chanta pas, Mme Ravitoto ne se réveilla pas et tout alla de travers dans le village…

Nathan

Cet album prend place dans un village qu’on devine comme étant africain. Comme pour Messaoud je l’aurais donc mis de côté.

  • Les yeux en détail / Les mains en pagaille – Sandra Le Guen, Marjorie Béal

Je disais dans le second non-corpus6 qu’il y avait peu de représentation diversifiée pour les 0-3 ans pour une série de raisons (conception du genre pas encore présente, besoin de stabilité avec un héros récurrent, etc.). Cette constatation a poussé la maison Talents Hauts a lancé leur collection pour cette tranche d’âge : Badaboum.

Il s’avère qu’elles n’étaient pas les seules à vouloir proposer une nouvelle collection pour les 0-3 ans, en 2019 ont été lancées deux séries : une dans la collection Sarabande d’Orso Editions et Promesses.

Les mains d’Anna composent des bouquets, celles de Léon réalisent des mimes, celles de mamie caressent les légumes… Mais rien de tel que les mains de maman ou papa.

Orso Editions

Il y a les yeux d’Irene, dans lesquels passent toutes les émotions, les yeux de Louise, qui lisent tout sortes de livres et puis les yeux de papi qui ne voient plus très bien… Découvre tous ces yeux et leurs différences dans cet album haut en couleurs

Orso Editions

Il s’agit du troisième et du quatrième titre paru dans la collection Sarabande de la maison Orso Editions (anciennement Les P’tits Bérets). Comme pour les autres, il s’agit de comparer la même partie du corps chez plusieurs humains (et un animal). On revient donc sur un effet catalogue, mais, avec une (légère) majorité de personnes racisées ! Alors ça varie selon les titres, pour Les pieds en éventail on a un personnage non-blanc sur 8 présentés, Les cheveux en bataille on est sur 2 sur 7, Les mains en pagaille 6sur 10 (si on compte les mains des parents à la fin), et pour Les yeux en détail on est sur 4 sur 7. Contrairement aux titres de mon corpus où un seul personnage est non-blanc et se retrouve en couverture, on a une pluralité de couleurs de peau qui se retrouve sur les couvertures.

Après, comme pour Toi, moi et tous les autres du dernier non-corpus3, on reste sur un message implicite “on est toutes et tous pareils”. Les thématiques d’inclusion ne sont jamais très loin.

  • Les promesses t.3 : Je te donne / t.4 : Je t’écoute – Christine Roussey

Je te donne la vie, tu deviens mon soleil et mon phare dans la nuit.
Je te donne de l’amour, en soupe, en purée et même à croquer.
Je te donne ton doudou, tu pars en voyage.
Je te donne du temps, tu gravis les montagnes.

Editions de la Martinière

Je t’écoute petite bête qui monte qui monte, qui monte, rires aux éclats.

Je t’écoute, tempête de colère ou torrent de joie.

Je t’écoute m’expliquer le monde : rond et carré.

Je t’écoute vivre en grand, mon tout-petit.

Editions de la Martinière

Dans mon corpus, un des albums que j’ai mis de côté pour son effet “illustration” est Quand tu seras grand7. Dans cet album, un parent s’adresse à son enfant, parle de ses espoirs et de ses rêves pour lui. Le tout est illustré par une série d’illustrations de différents enfants. La série Promesses repose sur le même principe : un parent s’exprime sur ce qu’il aimerait promettre, regarder, donner, écouter, et chacune de ses phrases est illustrée par un enfant différent.

Dans le premier tome, 5 enfants sur 12 sont racisés, dans le deuxième tome, 6 sur 12, dans le troisième, 6 sur 13, et dans le quatrième, 7 sur 12. 24 enfants racisés pour 25 personnages blancs, on est sur une équité presque parfaite. Et sur les quatre tomes déjà sortis, un seul a un enfant non-blanc sur la couverture. Même si on reste sur de l’illustration, contrairement aux autres albums mis de côté, il ne s’agit pas d’un seul personnage non blanc mis en avant sur la couverture, mais une pluralité de personnages non-blancs, présents ou non en couverture.

Non-blanc a d’ailleurs une signification toute particulière ici, puisque les enfants blancs n’ont pas une couleur rosâtre, ou beige, mais ont la couleur du papier. J’ai mis de côté de nombreux albums où les personnages avaient des couleurs grisâtres indéterminables, la façon de coloriser des personnages non-blanc est un sujet en lui-même que je n’ai pas eu le temps d’aborder dans mon mémoire.

Pour revenir sur les tout-cartons, on arrive donc à 6 sur la période 2010-20208 , et 5 en 20219

A deux exceptions près, on peut se rendre compte que la volonté d’une meilleure représentation pour cette tranche d’âge est très récente.

  • Ceux qui décident – Lisen Adbage

Dans la cour, un seul groupe d’élèves fait la loi : ce sont « ceux qui décident ». Un mot de leur part et tous s’exécutent : qui joue avec qui, quand, où et comment. Les autres, eux, n’osent rien dire et ne peuvent pas s’amuser comme ils le souhaitent… Pourtant, ils gardent le sourire et trouvent toujours une nouvelle idée de jeu, sans cesse copiée et reprise par « ceux qui décident ». Jusqu’au moment où ils en ont assez du pouvoir exercé par ce groupe. Ensemble, ils vont s’unir pour oser dire « non ».

l’étagère du bas

Une fois mises de côté les thématiques de diversité, d’acceptation, d’inclusion ou de racisme, la plupart des albums de mon corpus ont pour sujet des thématiques liés à l’enfance (le jeu, les parents, les frères et soeurs, l’école, etc.) comme le reste des albums. Ceux qui décident, sur le contrôle de l’espace de jeux ressemble beaucoup à Les rois du parc, album de mon corpus, ou bien à Trop gentilles recensé dans le non-corpus #310. Dans Les rois du parc, chaque enfant se proclame roi ou reine, jusqu’à ce qu’ils décident ensemble de partager le parc. Dans Trop gentilles, plusieurs filles acceptent de tolérer les garçons avec qui elles jouent (en les malmenant un peu quand même). Dans Ceux qui décident, ce sont deux clans qui s’affrontent ouvertement, deux clans mixtes. Alors, la couleur de peau des personnages n’influe pas sur leurs interactions, mais est-ce réaliste ?

  • Je ne m’appelle pas Alfred – Ben Manley

Je ne m’appelle pas Alfred ! Je suis Billy la terreur, célèbre hors-la-loi. Je suis le professeur Pétokasque, inventeur de génie. Je suis Arsène Château-Latriche, le plus grand des voleurs. Je m’appelle…

Little Urban

Alfred est plein d’imagination, à chaque fois qu’on s’adresse à lui, il s’imagine une nouvelle occupation héroïque. Sauf à la fin, quand sa maman lui dit bonne nuit. Là il est Alfred.

C’est le premier album – sur les 200 que j’ai analysés à ce stade – qui montre comme seul parent d’un enfant non-blanc, un parent blanc. Je n’ai pas travaillé sur la représentation de couples et/ou de familles mixtes dans les albums jeunesse. Et à ma connaissance il n’existe pas encore de travaux sur ce sujet précis.

  • Ma famille méli-mêlée – Aurélia Gaud

Tout a commencé avec Papi et Mamie, un homme et une femme à la peau noire qui, un jour, se sont rencontrés, aimés, méli-mêlés… Ils ont fait un, deux et trois beaux enfants ! En même temps, Papou et Mamita, un homme à la peau blanche et une femme à la peau café au lait, eux aussi, se sont rencontrés, aimés, et méli-mêlés… Et à leur tour ont fait un, et deux beaux enfants ! Et ce n’est pas tout… L’enfant qui raconte l’histoire de sa famille attend la naissance d’une petite soeur. Mais comment sera-t-elle ? Tout est possible quand on se méli-mêle !

Sarbacane

Je disais à propos de Je ne m’appelle pas Alfred qu’il s’agissait du premier album avec un personnage enfantin non-blanc et un parent blanc, mais il y a aussi Ma famille méli-mêlée, un album sur les familles mixtes et les enfants métisses. Etant donné que la couleur de peau est le sujet de l’album, je l’aurais mis de côté avec le reste des albums ayant une thématique d’inclusion, de diversité et/ou de racisme.

  • Les princesses aussi veulent commander – Katherine Quenot, Miss Prickly

La princesse du royaume d’Ellzaussie est révoltée. En effet Lisa est une petite fille intelligente, à l’esprit vif : c’est donc tout naturellement qu’elle souhaite prendre les opérations en main pour l’organisation de son goûter d’anniversaire. Mais son entourage doute qu’elle puisse réussir : comment pourrait-elle diriger alors qu’elle est une fille ?… La fillette va leur prouver que les princesses ne comptent pas pour des prunes !

Glénat

Cette collection11 a été lancée en 2020 et compte 8 titres pour l’instant. Sur ces huit titres, deux ont un.e prince.sse non-blanc.he12 . Alors, je sais que j’avais dit pas les contes, mais tout le principe de cette collection est de faire vivre à ces personnages connus et aimés des enfants des choses de leurs vies ordinaires. Pour le prince non-blanc, il s’agissait du rapport à l’image de soi, il se retrouve obligé à porter des lunettes. Pour la (première) princesse noire de la collection, on a droit à un album à message : c’est pas gentil d’être sexiste, donc elle va convaincre tout le monde de ne pas l’être (elle réussit, bien sûr), sujet plus complexe que les poux ou les crottes de nez (les thématiques des albums des deux autres princesses). En dehors de la questionnabilité de l’efficacité de ce genre d’albums, pourquoi le faire porter à la seule princesse de couleur ? Ne peut-on pas être noire et vouloir se curer le nez((5 ans d’étude pour écrire cette phrase.)) ?

  • Un flamant rose à la maison – Mr Tan13 et Caroline Hüe

Merci pour la commande de votre flamant rose !
Nous espérons que vous serez pleinement satisfait de votre cohabitation avec votre nouvel ami.

À cet effet, nous vous prions de bien prendre en considération le livret d’information livré avec votre animal.

Bien cordialement,
La Compagnie de Drôles de Bêtes

P.S: La Compagnie de Drôles de Bêtes décline toute responsabilité en cas d’allergie aux crevettes roses.

bayard

Il s’agit du quatrième titre de la collection la compagnie des drôles de bêtes. Sur les quatre enfants à avoir fait appel à cette compagnie, trois garçons pour une fille, mais deux enfants blancs pour deux enfants noirs. Sauf que, comme pour notre princesse, même s’il ne se bât pas contre le racisme, notre personnage se bat contre le sexisme, pour un monde meilleur – toujours pas le droit de se curer le nez ou de simplement vouloir un animal de compagnie.

Conclusion :

Il faut donc que je mette à jour la conclusion du non-corpus #514 : sur 37 albums repérés, 32 ont un contexte occidental et actuel, et 18 ont une thématique qui n’est pas négative et/ou directement liée au racisme, pour 14 traductions.

Même en ajoutant ces titres oubliés, les ratios et donc mes conclusions restent à peu près les mêmes :

  • Un peu moins de traductions dans mon non-corpus que pour mon corpus (51% et 56%). Mais toujours beaucoup plus que pour le reste du secteur jeunesse (10%).
  • Plus d’albums se situant dans un contexte occidental (86% pour le non-corpus, 56% pour mon corpus).
  • Mais toujours une majorité qui servent un propos d’inclusion, d’acceptation, etc. (80% des titres ayant un contexte occidental dans ce non-corpus, contre 20% pour mon corpus).

Il faudrait pour surveiller la représentation produite en France, continuer d’analyser les albums publiés pour pouvoir comparer la production selon les périodes. On dirait que plus qu’un “effet papillons noirs”, on voit une explosion d’albums abordant des questions d’inclusivité, mais pour quel public15 ? Représenter de la diversité ne suffit pas en soi, il importe de questionner nos représentations, toujours, ainsi que ses effets.

  1. https://genreed.hypotheses.org/95 []
  2. Thiery, Nathalie et Francis, Véronique. Figures et représentations de l’enfant noir dans les albums pour la jeunesse. Revue de recherches en éducation, n°55, 2015.  []
  3. https://genreed.hypotheses.org/422 [] []
  4. Le premier étant Tout ce que j’aime présenté dans mon non-corpus #3 []
  5. https://www.mangoeditions.com/collection/index/index/id/874 []
  6. https://genreed.hypotheses.org/349 []
  7. Emily Winfield Martin. Quand tu seras grand. Paris, Editions des éléphants, 2018. []
    • Christine Roussey. Les Promesses t1. Je te promets. Paris, Editions de La Martinière, 2020.
    • Christine Roussey. Les Promesses t2. Je te regarde. Paris, Editions de La Martinière, 2020.
    • Ilya Green. Mon château. Paris, Nathan, 2017.
    • Sandra Le Guen et Marjorie Béal. Les pieds en éventail. Givet, Orso Edition, 2020.
    • Sandra Le Guen et Marjorie Béal. Les cheveux en bataille. Givet, Orso Edition, 2020.
    • Stéphanie Demasse-Pottier et Lucia Calfapietra. Petite Bébé est fâchée. Paris, Sarbacane, 2019 []
    • Christine Roussey. Les Promesses t3. Je te donne. Paris, Editions de La Martinière, 2021.
    • Christine Roussey. Les Promesses t4. Je t’écoute. Paris, Editions de La Martinière, 2021.
    • Sandra Le Guen et Marjorie Béal. Les mains en pagaille. Givet, Orso Edition, 2021.
    • Sandra Le Guen et Marjorie Béal. Les yeux en détail. Givet, Orso Edition, 2021.
    • Annalise Heurtier et Maurèen Poignonec. Ma poupée. Vincennes, Talents Hauts, 2021. []
    • https://genreed.hypotheses.org/368 []
    • https://www.glenat.com/livres-jeunesse/series/les-princes-et-les-princesses-aussi []
    • Le deuxième est : Katherine Quenot et Miss Prickly. Les princes aussi portent des lunettes. Paris, Glénat, 2020. []
    • Derrière Mr Tan se cache en réalité Antoine Dole, auteur prolifique qui utilise ce pseudo pour ces projets bayard (notamment la fameuse Mortelle Adèle) []
    • https://genreed.hypotheses.org/422 []
    • spoiler : pour un public blanc []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.