Catégories
Outils

Mon non-corpus #6


Pour mon corpus de mémoire sur la représentation racisée dans les albums jeunesse1 j’ai choisi de me limiter aux albums de fiction publiés en France entre 2010 et 2020, possédant au moins un personnage enfantin non-blanc. Ce choix reposait sur l’étude de Nathalie Thierry et Véronique Francis2 qui avaient un terrain similaire sur la période 1980-2010.

En raison de ces critères, j’ai dû laisser de côté plusieurs titres intéressants, que j’ai voulu rassembler dans une série d’articles sur mon «non-corpus», j’en ai publié 53 (et un bonus4 ) qui ont couvert les sorties littéraire du premier semestre (de janvier à juin). Il s’agit du premier mois de septembre sans rentrée pour moi56, mais je voulais en profiter quand même en vous montrant les albums de la rentrée.

#6- C’est la rentrée !

J’ai donc clôturé le premier semestre avec mes rattrapages publiés début juin. Sur les 12 albums de ce nouvel épisode qui porte sur les premières publications du second semestre (juillet-décembre), 3 sont des rattrapages d’avril et de juin qui m’avaient échappé, 1 seul est sorti en juillet, 6 en août et 2 en septembre. Cela correspond au rythme habituel des maisons jeunesse, le rythme de publications ralentit l’été, et les titres de la rentrée sortent, comme pour la rentrée littéraire, entre fin août et début septembre. Les voici :

  • Poulpe et compagnie – Peter Bently, Steven Lenton

Vous aussi, adoptez un poulpe !

Un matin, un poulpe est venu s’installer sur le toit de la maison. Et depuis, pas moyen de le déloger. Même les pompiers ont essayé, en vain ! Petit à petit, il va commencer à se faire apprécier, à rendre des services. C’est tout de même bien pratique, un poulpe de compagnie ! Les habitants vont apprendre à vivre avec lui, jusqu’à finir par en faire leur ami. Un album dédié à tous ceux qui accueillent de nouveaux venus, qu’ils aient huit jambes ou deux.

Glénat

Je l’ai vu nulle part à sa sortie, mais, heureusement, la librairie Tropiques7 l’avait sur sa table8. L’album débute par “Un jour, on a découvert qu’un poulpe était venu vivre sur le toit, au-dessus de chez nous”. Chez nous c’est la maison d’une famille mixte et recomposée : une maman blanche, un papa noir, une fille blanche, un garçon noir, et un bébé métisse. D’abord, la voisine a peur du poulpe et appelle les pompiers, mais sans succès. Il reste, s’ennuie et ronfle, jusqu’à ce que les enfants lui proposent de jouer avec lui. Et, très vite, il fait partie de leur vie et de leur communauté. Aussi, quand il disparait la famille en est fort touchée. Mais, il revient, et avec pleins d’ami.es poulpes !

Encore une fois (si vous avez suivi les autres épisodes) on parle d’acceptation, de diversité, de relation à l’autre, non pas en utilisant le personnage enfantin non-blanc, mais un animal (Raoul l’ours9, un mini-éléphant10 voire tout un zoo11 ).

  • Au pays des cauchemars – Peggy Nille

C’est l’histoire d’une petite personne qui fait un cauchemar merveilleux.

Suivons-la dans les doubles pages foisonnantes de ce nouvel album… S’y cachent des centaines de personnages hauts en couleur, des monstres colorés et pas si méchants que ça…

Actes Sud junior12

Peggy Nille a publié moult cherche et trouve chez Actes Sud junior13, et a publié cet été son premier album avec une histoire. Dans Au pays des cauchemars, une petite personne se réveille dans un monde étrange, effrayant. Au fur et à mesure des pages, les monstres se révèlent être des amis, une grande fête a lieu et ils finissent par s’endormir au bout de la nuit. S’il avait été publié entre 2010 et 2020 je ne l’aurais pas incorporé dans mon corpus en raison de son contexte merveilleux, cet album n’est pas réaliste et ne peut être considéré comme une littérature miroir, permettant l’identification.

  • Il était une fois le secret des sirènes – Beatrice Blue

Sais-tu pourquoi les sirènes ont des écailles ? Suis Théodore dans les profondeurs d’un lagon enchanté et découvre ce fabuleux secret. Un indice : la liberté est le plus précieux des trésors.

Little Urban

Cet album utilise le récit de la rencontre de Théodore avec une sirène pour faire comprendre aux plus petits et aux plus grands l’importance de la protection de la nature. Alors qu’il adore la mer par dessus tout, il réalise que les poissons qu’ils attrapent et conservent dans sa chambre seraient bien plus heureux dans leur milieu naturel, l’océan.

Il aurait fait partie de la période étudiée dans mon mémoire, je l’aurais mis de côté avec les autres albums se rapprochant du merveilleux, du conte ou de la légende.

  • Les histoires de Zoé – Devon Holzwarth

Chaque fois que Zoé ouvre un livre, elle est transportée dans un univers fantastique. Une histoire la fait voyager sur un tapis volant, une autre l’emmène au pays des Merveilles, parmi des lapins blancs et des champignons qui parlent… Comment pourrait-elle aller dormir, quand la lecture offre des émotions si incroyables ?

Kimane

Ce nouvel album de Kimane m’a fait penser à La plus grande histoire de tous les temps14. Comme la maman de Gabriel n’a pas le temps de lui raconter des histoires, il s’en raconte tout seul15. Ici c’est la maman de Zoé qui lui dit qu’il est temps d’aller se coucher, et qu’il faut arrêter de lire. Mais elle continue à ouvrir des livres et à tomber dans leurs histoires : Aladdin, Alice aux pays des merveilles, Le livre de la jungle, tous les classiques y passent. Jusqu’à ce que sa maman lui lise une dernière histoire, toute douce, pour qu’elle s’endorme enfin. Une fois Zoé endormie, la maman se hâte de se lire une histoire, une expédition vers un glacier ! Mais, un pingouin lui demande de lui lire une histoire.

On retrouve la thématique de l’imagination, mais ici par le livre. La famille entière est non-blanche, et, à part la référence à Aladdin (qui a été utilisée pour la couverture), à aucun moment leur couleur de peau n’intervient dans le récit.

  • Premiers bonheurs – Véronique Joffre

Un splendide album, d’une incroyable tendresse, qui regroupe les premiers bonheurs que vivent et ressentent les tout-petits, humains comme animaux. Des bonheurs simples tels que le premier bain, le parfum d’une fleur, la découverte d’un nouvel aliment, le plaisir de jouer entre frères et soeurs.

Un livre indispensable, pour s’émerveiller encore et encore de la magie des premières fois.

Thierry Magnier

Dans ce tout-carton, chaque double illustre la vie des tout-petits par un bébé humain d’un côté et un bébé animal de l’autre. Sur les 16 doubles, 3 ont des personnages enfantins non-blancs, et on en retrouve un en couverture.

Cela rejoint ce que j’avais déjà observé dans d’autres non-corpus, même lorsqu’il y a de la diversité mélanique dans un album, quand il s’agit d’un ensemble elle n’est pas forcément équitable, mais elle est très fréquemment utilisée sur la couverture16

  • La demeure du ciel – Laura Nsafou, Olga Guillaud

La petite Sofia adore sa grand-mère et, demain, c’est son anniversaire. Mais depuis quelque temps, mamie n’est plus là. Ses parents lui ont dit qu’elle était partie au ciel. Sofia ne comprend pas trop ce que ça signifie mais elle est persuadée qu’elle va la retrouver. Et de toute façon, ne faut-il pas célébrer aussi ceux qui ne sont plus là ? Mais comment s’y prendre pour tout organiser ? Lorsque Sofia s’endort, mamie la rejoint et lui livre de précieux secrets de fabrication. Dès lors, plus question de renoncer. L’anniversaire de mamie sera célébré avec tous les invités et la fête sera comme d’habitude une des plus belles de l’année !

Cambourakis

Certain.es pourraient qualifier cet album de “livres pansements”. Classés à part en librairie, dans un rayon “vie de l’enfant”, ce sont des livres qui peuvent être conseillés quand des adultes demandent un livre pour. Un livre pour expliquer, un livre pour consoler, un livre pour faire parler. Il en existe plusieurs consacrés à la perte d’un grand-parent, mais, aucun avec des personnages non blancs17 .

Dans ce quatrième album18 Laura Nsafou nous présente Sofia, qui ne sait comment fêter l’anniversaire de sa grand-mère qui vient de décéder. Ses parents lui ont expliqué que mamie était partie “au ciel”, mais peut-être peut elle descendre juste aujourd’hui ? Alors qu’elle s’endort sur le fauteuil de sa grand-mère bien aimée, elle se retrouve dans la demeure du ciel. Sa grand-mère va l’aider à préparer une fête digne de celles qu’elle avait l’habitude d’organiser, avant de la renvoyer à la maison.

Oh, mais c’est plus facile que tu ne le crois ! Dans notre famille, nous donnons à manger et versons à boire, même à ceux que nous ne pouvons plus voir. Ce qui compte, ce n’est pas ce qu’il y avait avant, mais ce qui reste après eux. Et moi, je veux que mon anniversaire reste une grande fête pour ceux que j’aime, même si je n’y suis pas. Tu veux bien faire ça pour moi ?

Nsafou, L. Guillaud, O. La demeure du ciel. Cambourakis, 2021.

Les thématiques abordées sont universelles (le deuil, la perte, la célébration des êtres aimés mais partis) et non liées à des questions de diversité ou de faits de société. Pour autant, le personnage enfantin non blanc n’est pas universaliste. Sans que ça influe le récit, la petite Sofia porte la robe de sa grand mère ainsi qu’un turban en wax, tissus africain qu’on retrouve également sur le fauteuil de la grand-mère.

Nsafou, L. Guillaud, O. La demeure du ciel. Cambourakis, 2021.

Cet album permet la représentation d’un personnage enfantin non blanc, dans un récit qui relate une expérience d’enfant non marquée par des question de diversité ou de faits de société, mais en représentant des spécificités culturelles.

  • Rock’n’Roll – Julien Castanié

Un biberon ? Non, un micro ! Un râteau ? Plutôt une guitare ! Ces musiciennes en couches-culottes ne manquent ni de tempérament ni d’imagination : la preuve que les filles aussi peuvent être rock’n’roll !

Quand les objets des tout-petit·es deviennent instruments de musique : la part belle à l’imagination et à l’humour.   

Talents Hauts

Dans ce tout carton, chaque petite fille utilise un objet de sa vie d’enfant comme d’un instrument. Sur les huit personnages, cinq sont des personnages enfantins non-blancs, tous de couleurs différentes, dont une atteinte de vitiligo. En plus de ces cinq personnages, un personnage enfantin blanc porte un appareil auditif.

  • Soeurs et frères – Séverine Huguet

« Ce matin, je fais la course avec Maman. Elle prend l’ascenseur, moi l’escalier. »

La petite fille prend de l’avance, et, à chaque étage, en profite pour passer une tête chez les voisins : sœurs et frères jouent ensemble. Les sœurs peuvent être des cow-girls et les frères des infirmiers. Ouf ! Maman a gagné malgré son gros ventre mais la petite fille est rassurée : dans quelques mois, elle pourra jouer à tous les jeux qui lui plaisent avec sa sœur ou son frère !

Talents Hauts

Certains albums peuvent servir de support de médiation pour aborder un sujet avec l’enfant, ici il s’agit de l’arrivée d’un nouveau bébé. Sauf qu’il y a un twist, on ne parle pas de frères et sœurs, mais de sœurs et frères (le féminin d’abord), tout en insistant sur le fait que les fratries peuvent jouer ensemble, quelque soit le genre des enfants, et ce, à n’importe quel jeu – fidèle à sa charte19 , Talents Hauts veille à ne pas véhiculer de stéréotypes genrés.

Concernant les personnages non-blancs, le personnage principal, la petite fille a déjà une couleur beige assez foncée. Sur les 5 étages visités, 3 avaient des personnage enfantins plus foncés de peau qu’elle. On remarquera que ce n’est pas le personnage principal qui apparaît sur la couverture, mais une des fratries aperçues au long de l’album.

  • Suzon et la photo de classe – Emilie Chazerand, Amandine Piu

Catastrophe ! C’est le jour de la photo de classe et la tenue de Suzon est tachée. Impossible de poser ainsi sur le cliché ! Peut-être que ce papillon aux mille couleurs pourrait sauver sa robe à fleurs ?

Gulf Stream

Comme pour Premiers bonheurs, on n’a pas de personnage principal, mais un ensemble de personnages enfantins, dont des personnages non-blancs. Même si l’album montre une certaine diversité mélanique, elle n’est pas pour autant équitable – mais est visible sur la couverture.

  • Le Roi de la Maternelle – Derrick Barnes, Vanessa Brantley-Newton

C’est le premier jour d’école : notre héros est prêt ! Il s’habille tout seul, prend un bon petit-déjeuner et pénètre enfin dans le Royaume des Enfants.

Anacoana

La maison Anacaona consacrée à la littérature brésilienne marginale a une collection jeunesse depuis 201720 mais aucun d’eux n’a rejoint mon corpus : Gaïa changera le monde21 a un public cible trop agé et Tonton Couture22 est centré autour d’un personnage adulte. Le Roi de la Maternelle serait rentré parfaitement dans mon corpus et aurait permis de contrebalancer les autres récits disponibles quand il s’agit du milieu scolaire. Que ce soit Mon ami23 ou Bienvenue à l’école Aimé !24 on a systématiquement un récit d’assimilation. Le personnage enfantin non-blanc est différent (pour des raisons non liées à la couleur de sa peau), et les autres enfants finissent par l’accepter. Ici, le petit garçon est convaincu qu’il sera le roi de la maternelle, parce qu’on lui donne confiance en lui, et il finit par gagner l’amitié de tous les enfants très naturellement. A aucun moment le personnage subit de racisation, d’assignation à une catégorie sociale, à aucun moment il est perçu, traité, ou décrit comme différent, il s’agit simplement d’une description positive d’un personnage enfantin non-blanc, sans qu’il soit utilisé comme leçon pour les lecteurs ou lectrices qui auraient besoin qu’on leur enseigne la tolérance, sans que son expérience soit négative.

Petite note, j’ai eu beaucoup de mal à le trouver, il m’a fallu me rendre dans le 5e arrondissement de Paris à l’Harmattan librairie internationale25. Si jamais vous êtes à la recherche de livres qui sortent de la production française, n’hésitez pas à y aller !

  • C’est mon premier jour d’école – Simon Philip, Ged Adamson

C’est mon premier jour d’école ! Mes parents sont persuadés que je vais bien m’amuser. Mais si ce n’etait pas le cas ? Il y a tellement de choses qui pourraient m’empêcher de passer une belle journée !
Sauf si… tout se déroule à merveille ?

Circonflexe

Ici, on a de nouveau le point de vue du personnage enfantin non-blanc qui fait sa rentrée, mais, cette fois-ci, il souffre d’angoisse. La petite fille, encouragée par son grand frère, liste tout ce qui pourrait mal se passer. Mais, dans cet album, tous “les autres” sont des animaux. La famille entière est non-blanche, et aucun autre personnage humain n’est visible. Pourquoi utiliser des animaux pour illustrer la peur que la petite fille a de ne pas être acceptée ? D’être différente, ignorée, rejetée ?

  • Les bonnes manières pour les petits dragons à l’école – Caryl Hart, Rosalind Beardshaw

Quand un dragon va à l’école, est-ce qu’il boude ou refuse d’entrer ? Est-ce qu’il fait voler crayons et cahiers ? Un album qui montre avec humour qu’à l’école aussi, on peut être un petit dragon… très mignon !

Gallimard Jeunesse

On suit la journée du petit dragon et de ses camarades de classe, avec tout ce que peut vivre un enfant à l’école (travailler, manger, s’habiller, etc.) Il s’agit d’un livre d’appui pour l’apprentissage (on montre à l’enfant des personnages enfantins qui font des actions pour l’aider à apprendre à le faire), où les deux personnages principaux sont non-blancs. On a même une équité de genre entre les deux personnages (ils sont présents tous les deux sur toutes les doubles, sauf pour deux doubles qui sont consacrées à l’un, puis à l’autre).

Conclusion :

Si on reprend l’ensemble des albums de 2021 cités sur ce carnet, sur 49 albums repérés, 43 ont un contexte occidental et actuel, et 24 ont une thématique qui n’est pas négative et/ou directement liée au racisme, pour 18 traductions.

Les 12 titres que j’ai ajouté dans cet article ne modifient pas la conclusion que j’avais apportée à cette série dans l’épisode #5bis26 – oui, je sais, ça commence à être plus compliqué à suivre que le MCU.

Mais, même si ce dernier non-corpus ne modifient pas mes conclusions générales, il a montré deux choses :

  • Des récits ayant lieu dans un contexte scolaire où le personnage enfantin non blanc est le personnage principal, et pas un support pour faire passer un message d’intégration.
  • Un album où la thématique n’est pas liée à la couleur de peau du personnage, mais où des spécificités culturelles sont représentées. Il n’y en a eu qu’un seul dans mon non-corpus, et qu’un seul dans mon corpus, les deux ont été écrit par Laura Nsafou.

Je finis pour de vrai cette série en vous laissant la liste complète des albums cités :

S’appeler RaoulAngelique VilleneuveMarta OrzelActes Sud junior
Le grand voyage de FlamingoSébastien MourrainActes Sud junior
Au pays des cauchemarsPeggy NilleActes Sud junior
Le roi de la MaternelleDerrick BarnesVanessa Brantley-NewtonAnacoana
Un flamant rose à la maisonMr Tan Caroline HüeBayard
La demeure du cielLaura NsafouOlga GuillaudCambourakis
Lina se fait des amisTom PercivalCirconflexe
C’est mon premier jour d’écoleSimon PhilipGed AdamsonCirconflexe
Julian au mariageJessica Loveécole des loisirs
Pénélope et le chien perduEmily Suttonéditions des éléphants
Mon papaSusan QuinnMarina RuizFlammarion Jeunesse
Papa je t’aime gros comme PaSamir SenoussiMarion PiffarettiFleurus
Les bonnes manières pour les petits dragons à l’écoleCaryl HartRosalind BeardshawGallimard Jeunesse
L’arbre des jours heureuxJosette WoutersMadeleine BruneleGautier-Languereau
Les princesse aussi veulent commanderKatherine QuenotMiss PricklyGlénat
Poulpe et compagniePeter BenleySteven LentonGlénat
Suzon et la photo de classeEmilie ChazerandAmandine PiuGulf Stream
Toi aussi, tu comptesChristian Robinsonhélium
LovevilleLola HaleCamille Pintonatohélium
Petite pousseSophie Vissièrehélium
Tout ce que j’aimeMary MurphyZhu ChengliangHongFei
Mes vacances chez MamieXie HuaHuang LiHongFei
Le jardin de mamieCasey DawnKimane
La petite fille et la mouetteGeorgina StevensIzzy BurtonKimane
La plus grande histoire de tous les tempsSarah CoyleKimane
Le camping-car de mon papyHarry WoodgateKimane
Au n°7 de la rue VerfeuilleJulia PattonKimane
Les histoires de ZoéDevon HolzwarthKimane
Ceux qui décidentLisen AdbageL’étagère du bas
Je te donneChristine RousseyLa Martinière
Je t’écouteChristine RousseyLa Martinière
Je ne m’appelle pas AlfredBen ManleyLittle Urban
Il était une fois le secret des sirènesBeatrice BlueLittle Urban
MessaoudDidier DufresneBruno PilorgetMango Jeunesse 
On fait un vœuSévérine VidalClémence MonnetMango Jeunesse 
Ce matin-làVéronique MassenotStéphne NicoletNathan
Les yeux en détailSandra Le GuenMarjorie BéalOrso
Les mains en pagailleSandra Le GuenMarjorie BéalOrso
Le grand livre des super trésorsRocio BonillaSusanna IsernPère Fouettard
Toi, moi et tous les autres Marcos FarinaRue du monde
Et pendant ce temps là au JaponTaï-Marc Le ThanhArnaud BoutinSarbacane
Ma famille méli-mêléeAurélia GaudSarbacane
Mes deux mamans Bernadette GreenAnna ZobelTalents Hauts
La furieAgnès LarocheMathilde GeorgeTalents Hauts
Ma poupéeAnnelise HeurtierMaurèen PoignonecTalents Hauts
Rock’n’RollJulien CastaniéTalents Hauts
Sœurs et frèresSéverine HuguetTalents Hauts
Premiers bonheursVéronique JoffreThierry Magnier
Trop gentillesSanna BorellVersant Sud
  1. https://genreed.hypotheses.org/95 []
  2. Thiery, Nathalie et Francis, Véronique. Figures et représentations de l’enfant noir dans les albums pour la jeunesse. Revue de recherches en éducation, n°55, 2015.  []
  3. 1, 2, 3, 4 et 5 []
  4. 5bis []
  5. mais une soutenance []
  6. et une rentrée littéraire []
  7. http://www.librairie-tropiques.fr/ []
  8. Ainsi que de nombreux albums avec des personnages enfantins non-blancs ! []
  9. Villeneuve, A. Orzel, M. S’appeler Raoul. Paris, Actes Sud junior, 2021. Dans “Mon non-corpus #5 []
  10. Mantchev, L. Interdit aux éléphants. Paris, les éditions des éléphants, 2016 []
  11. Hale, L. Pintonato, C. Loveville. Paris, Hélium, 2021. Dans “Mon non-corpus #5 []
  12. Pour être transparente avec vous, à l’heure où j’écris ces lignes, je suis (encore) en stage chez Actes Sud junior. []
  13. https://www.actes-sud-junior.fr/auteur.php?id=23004 []
  14. Coyle, S. La plus grande histoire de tous les temps. Kimane, 2021 []
  15. voir le non-corpus #4 []
  16. Je n’ai pas pris le temps de produire des données sur les couvertures des albums avec des personnages enfantins non-blancs. Mon hypothèse est qu’ils sont systématiquement en couverture, que la présence des personnages enfantins non-blancs est capitalisée, peu importe son importance. []
  17. Vous êtes encore surpris.e au #6? []
  18. On doit déjà à Laura Nsafou Comme un million de papillons noirs (2018), Fadya et le chant de la rivière (2020) et Le chemin de Jada (2020). []
  19. “A propos”. Talents Hauts. http://www.talentshauts.fr/content/4-a-propos. Consulté le 19/08/2021. []
  20. https://www.anacaona.fr/junior/ []
  21. https://www.anacaona.fr/boutique/album-jeunesse-diversite-ecologie-gaia-changera-le-monde/ []
  22. https://www.anacaona.fr/boutique/jeunesse-bresil-tonton-couture/ []
  23. Desbordes, A. Martin, P. Mon ami. Paris, Albin Michel, 2018. []
  24. Le Touzé, A. Bienvenue à l’école Aimé ! Paris, l’école des loisirs, 2020. []
  25. https://www.librairiesharmattan.com/SiteGp/ []
  26. https://genreed.hypotheses.org/458 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.