Catégories
Actualité

Qui a peur des wokes ? – Les 3e Assises de la littérature jeunesse

Lundi ont eu lieu les 3e Assises de la littérature jeunesse. Alors que le première édition avait pour objectif de présenter l’ensemble des intervenants de la chaîne du livre, la deuxième de trouver des solutions pour mieux travailler ensemble au service des futurs grands lecteurs,1 cette dernière édition avait pour intitulé “nouveaux enjeux, nouvelles réponses”.

Si vous voulez tout (re)voir c’est ici :

Pendant la première édition des Assises, comme Mathilde Lévêque a pu le rapporter dans son compte-rendu2, auteurs, illustrateurs, (toujours nommés au masculin) ont pu mettre en avant le risque qu’eux prenaient pour pouvoir créer, face à des éditeurs (toujours genrés au masculin) qui estimaient que le risque était avant tout de leur côté. Tout nouvellement présidente de la Charte3 à l’époque, Samantha Bailly4 avait dénoncé sur la scène de la BNF les conditions plus que précaires dans lesquelles les auteurs et illustrateurs devaient travailler. Cette année, nous avons commencé cette troisième édition des Assises avec la célébration de la réforme du régime des artistes-auteurs5 avant de s’intéresser donc, à de “nouveaux enjeux”.

La chaîne du livre en 2020

La première table-ronde était consacrée aux “liens entre les différents acteurs de la chaîne du livre à l’épreuve de la crise sanitaire”. Un libraire, une autrice, une communicante en édition ont pu partager leur expérience de cette période entre soutien, créativité et difficultés – toutes les personnes présentes sur ce plateau faisant partie de ces personnes qui ont pu profiter (eu les moyens de profiter) de cette période.

Nous avons ensuite parlé écologie, pendant la table-ronde “Fabrication, distribution et commercialisation : quand la question environnementale se pose…”.

Rien de bien nouveau : Qu’est-ce qu’un livre écologique ? Est-ce qu’un livre écologique c’est possible ?

Pour Pascal Lenoir, Président de la commission Fabrication et Environnement du SNE, un livre écologique serait un livre qui aurait l’impact environnemental le plus faible, qui trouverait ses lecteurs, et qui aurait la vie la plus longue possible.

Gwendal Oulès, propriétaire de sa librairie, redéfinit le livre comme un acte de création intellectuel. Pour lui, un livre écologique serait un livre qui justifierait sa place par la sincérité de l’auteur ou de l’autrice dans sa démarche de création. Les livres “parasites” seraient les copies de succès, qui inonderaient les tables des librairies.

Stéphane Pollina, directeur de son imprimerie revient sur l’aspect pragmatique de l’édition écologique : appliquer les certifications disponibles, vérifier qu’elles sont appliquées à toutes les étapes de la chaîne, etc.

On se pose la question de la demande. Est-ce que ce “nouvel enjeu” serait une demande du public ? Bien que Stéphane Pollina ait pu observer une augmentation de la demande d’impression locale depuis le covid et une plus grande attention au papier, Gwendal Oulès répond que les clients ne (se) posent jamais cette question.

On revient sur la loi anti-gaspillage6 votée pour tout le monde en France, déjà appliquée pour l’édition qui a une économie circulaire : 74% du matériau utilisé pour le papier est du bois d’élagage de forêt, le reste est composé de chutes, ce qui est pilonné est recyclé pour refaire du papier, etc. Mais est-ce que le secteur du livre peut faire mieux ? Gwendal Oulès met en avant la difficulté de faire des changements de la libraire, impossible de faire baisser les taux de retours dans l’économie actuelle. Pascal Lenoir insiste sur l’importance d’évaluer le bilan carbone de l’ensemble du secteur, de ne pas comparer des livres incomparables, et de pourquoi pas établir des indicateurs pour indiquer quels sont les leviers à manipuler pour diminuer l’impact carbone d’un titre. Puis vient la question du pilon, ce gâchis. Il est vrai que l’économie du livre est circulaire, il est vrai que tout invendu revient au distributeur, et est traité, soit pour réintégrer le stock soit pour être recyclé. Mais pilonne-t-on trop ? Première huée du public de la journée, face à la question de la surproduction, Pascal Lenoir paraphrase Gaston Gallimard et proclame : “Il n’y a pas trop de livres, mais pas assez de lecteurs”. Face à quoi notre libraire prend le micro pour dire qu’il y a bel et bien trop de livres qui arrivent en librairie, applaudissements du public.

Le danger des wokes

Avant la troisième table-ronde de la journée “création, édition, médiation : quelle résonance à la cancel culture en France ?” nous avons droit à une introduction sur la cancel culture par Joanna Nowici, professeure en sciences de l’information et de la communication, et directrice du Master Ingénierie Éditoriale et Communication de l’Université Cergy-Pontoise. Elle nous est présentée comme directrice de master, elle se présente comme “spécialiste sur la circulation des idées”, mais il m’aura fallu chercher son nom pour trouver quelle était sa discipline et sa position universitaire.

Trigger Warning : Ce qui suit est un résumé des propos d’une boomeuse, à lire uniquement si vous pouvez vous permettre de perdre votre journée à être énervé.e.

Elle nous explique que les mots “cancel culture” et “woke” ne sont pas traduisible en raison d’un conflit avec la pensée française, et ce pour plusieurs raisons :

  • Un refus de se soumettre à une vision différentialiste, étant donné que le modèle français (qui serait un idéal) et celui de l’universalisme.
  • Un refus de laisser une place à l’émotionnalité, les français étant des modèles de rationalité, ayant une culture de l’esprit critique, des arguments convaincants, acceptant toutes divergences d’opinion tant que celles-ci sont rationnelles.

On notera qu’elle n’expliquera ni ne mettra en contexte ces concepts, les utilisant simplement pour condamner cette “wokerie” qui serait étrangère à la France et aux idées et idéaux français.

Elle revient sur le terme “woke”, qui aurait été importé des Etats-Unis dans les années 2010 et qui servirait à définir un état d’éveil face à l’injustice. Plusieurs critiques à faire face aux personnes se disant “woke” (toujours d’après elle) :

  • Le woke serait corrosif, proposant une autre version de l’Histoire.
  • Ou alors il serait mondain, simpliste, de façade, du “woke washing” fait pour vendre.

Ce serait des dérives de ce “wokisme” qui ne saurait être que (trop) radical ou vide, que découlerait la bien pensance, et la cancel culture, qui, au lieu de permettre le débat, voudrait imposer un consensus. Nous (quel nous ?) serions victime de l’idéal de l’égalité des peuples des cultures, et voudrions obtenir l’égalité concrète. Quel serait le problème d’obtenir l’égalité concrète de tous les êtres humains ? D’après elle, si toute inégalité est perçue comme scandaleuse, cela empêcherait de privilégier certaines personnes alors que cela peut-être pertinent. Les baby boomers auraient trop couvé les millennials, résultat, nous nous retrouverions avec une génération privilégiant la protection et les safe spaces, et mettant en danger la méritocratie.

On revient rapidement sur un autodafé au Canada, où, pour protéger “des sentiments identitaires autochtones”, plusieurs livres ont été brûlés.

Fin du TW.

Joanna Nowici est une professeure d’université, et, à ce titre, a dû donner de nombreuses conférences. Alors pourquoi ce discours si situé et si peu nuancé ? Elle prend pour exemple Brice Couturier, qui vient d’écrire “Ok, millenials !” et qui passait sur France Culture le matin même. Brice Couturier qui est essayiste et journaliste, complètement étranger à la recherche, mais “expert” de la cancel culture.

Cet exemple montre bien ce qui aurait pu être évident dès le choix de la thématique de cette table-ronde “Création, édition, médiation : quelle résonance à la cancel culture en France”, la cancel culture n’est pas un terme scientifique, mais un concept fourre-tout utilisé par les médias pour créer des polémiques. A partir du moment où il a été décidé d’introduire le débat en parlant de cancel culture, on ne pouvait que se placer du côté de la polémique, et non pas de l’échange intellectuel – surtout en choisissant comme conférencière quelqu’un qui au lieu d’avoir l’honnêteté intellectuelle de replacer ce terme dans son contexte en a profité pour tenir un discours subjectif et situé.

“Moi quand je lis…”

Commence donc la table-ronde, et c’est Marine Planche, adjointe du directeur du CNLJ, qui se charge donc d’expliquer les enjeux (“nouveaux enjeux”, on revient à la thématique de la journée) de la censure en littérature jeunesse.

Elle commence par lire très simplement la définition wikipédia :

La cancel culture (de l’anglais cancel, « annuler ») est une pratique apparue aux États-Unis consistant à dénoncer publiquement, en vue de leur ostracisation, des individus, groupes ou institutions responsables d’actes, de comportements ou de propos perçus comme inadmissibles. Une autre désignation est call-out culture (de l’anglais call out, « dénoncer »).

Wikipédia

Elle liste les différentes actions qui peuvent suivre ces dénonciations (déboulonner des statues, retirer des livres des bibliothèques ou de la commercialisation, empêcher la publication de titres, etc.) ainsi que les différentes causes au nom duquel il y a pu avoir des call out (le féminisme avec #metoo, le racisme avec black lives matter, et autres discriminations).

Elle pose le cadre de cette table-ronde qui s’intéressera donc à :

  • La question du langage
  • La relation entre la France et les Etats-Unis
  • En quoi la littérature jeunesse est-elle particulièrement concernée ?

Elle revient sur plusieurs autodafés, de cette représentation des autodafés de la fin du XVIIIe à celui du groupe religieux polonais “SMS z Nieba” (“SMS des Cieux”) en 2019, à celui tout récent cité par Joanna Nowici qui a eu lieu au Canada.

Alors, faut-il brûler les livres avec lesquels on est pas d’accord ? Faut-il les censurer, les modifier, les retirer ? En tant que professionnel du livre, devons-nous être pompier ? Archiviste ? Médiateur ?

Malik Diallo, première personne non blanche à prendre la parole ce jour-là, nous parle depuis sa bibliothèque, en tant que président de l’ADBGV7. Un peu des trois à la fois, il revient sur ce rôle de médiateur, devant assurer une transmission, mais aussi sur la tension constante entre la volonté d’offrir un espace public neutre, et l’obligation pour qu’il puisse être opérant de permettre à tous de se l’approprier sans être exclusif. Toujours sur le fil, trouver cet équilibre créerait parfois des malentendus. Notamment parce que les valeurs progressistes font partie de la ligne éditoriale des bibliothécaires. Devraient-ils mettre en avant des réactionnaires pour rééquilibrer ? Pour lui, il s’agit avant tout de proposer des appareils critiques, de la médiation, pour s’assurer que l’espace soit appropriable, sans s’appuyer seulement sur l’indignation.

C’est au tour de Laura Nsafou de parler,8 autrice (entre autres) de plusieurs albums faisant partie de mon corpus9 : Comme un million de papillons noirs (2018), Le chemin de Jada (2019), et en 2021 de La demeure du ciel toujours publié chez Cambourakis10, mais aussi de Nos jours brûlés chez Albin Michel Jeunesse.

A la question quels livres brûler elle répond qu’elle n’a pas de liste, qu’elle ne saurait pas quel livre retirer, et que ce qui lui importe, c’est quels sont les livres absents. Elle constate que la littérature jeunesse n’est pas représentative – si vous avez besoin de chiffres, je ne peux que faire de l’auto-promotion pour mon mémoire – et revient sur son expérience d’enfant lectrice qui n’a pas pu trouver de livres qui s’approchaient de son vécu. Cela rejoint les conclusions de mon mémoire, et avant ça de l’étude de Nathalie Thierry et Véronique Francis, le secteur de l’édition jeunesse a été jusqu’ici incapable de publier un album jeunesse avec un personnage enfantin non blanc culturellement marqué qui ne servait pas à apprendre à l’enfant lecteur blanc qu’il devait accepter son camarade non blanc.

Elle revient sur l’écriture de Comme un million de papillons noirs, sur son expérience d’écriture en tant que femme noire qui écrit sur une fille noire puis très vite revient sur comment cancel culture a pu être défini ce jour-là. Elle rappelle que la cancel culture est une réaction à une situation d’inégalités et qu’il est utilisé aujourd’hui par les médias, les institutions comme terme de parapluie pour (re)dire “qu’on peut plus rien dire”, c’est-à-dire qu’on ne peut plus tolérer des propos discriminants. Avant de questionner ce que fait la cancel culture, il pourrait être pertinent – important – de questionner l’usage du mot. Qui l’utilise ? Dans quel espace ? A quelle fin ? Quel effet concret peuvent avoir 30 minutes de discours sur les dangers et la peur d’être annulé, donné par quelqu’un à qui on a offert une estrade, sur une assemblée où seule une personne non blanche devra monter sur scène pour expliquer en quoi elle est discriminée ? Dans une salle remplie de personne qui ne connaissent pas cette discrimination ?

J’en profite pour remercier les personnes assis.es avec moi, qui doivent encore des traces d’ongles sur leurs bras et de pleurs/vomis sur leurs vêtements, vous savez auprès de qui obtenir réparation.

Elle revient ensuite sur son expérience d’autrice qui a fait appel à des sensitivity readers. Qui sont-ils ? A quoi servent-ils ? Comment cette collaboration fonctionne-t-elle ? Elle explique que ne connaissant pas elle-même le vécu d’un de ces personnages, elle a fait appel à un sensitivity reader pour être sûre de ne pas écrire de bêtises. Cette personne a lu son texte, l’a annoté, en donnant des indications à suivre (ou pas). Car au final, que ce soit un lecteur extérieur, un sensitivity reader, ou même un éditeur, seul l’auteur ou l’autrice a le dernier mot sur son texte.

Cécil Térouanne, Directrice Hachette jeunesse, explique qu’effectivement, il a toujours été d’usage de faire appel à des lecteurs extérieurs si l’auteur ou l’autrice en a besoin. Mais, d’après elle, il existerait des situations où il y aurait censure : quand des éditeurs étrangers refusent de publier des textes qui ne seraient pas passé par cette étape de sensitivity reading. Serait-ce si inadmissible de penser que cette étape, éditoriale après tout, serait une étape du travail éditorial aussi nécessaire et cruciale que celle de la correction orthotypo ? En dehors du fait qu’il ne s’agit pas de censure que de refuser de publier un livre, pourquoi le refus de le faire lire à une personne concernée avant publication serait un critère moins acceptable qu’un autre ?

Laura explique qu’il y a une représentation dominante, qu’il y a une représentation non blanche par le prisme du colon et qu’il est important de questionner sa position. Suis-je en train de reproduire ces schémas de représentation ? Ou suis-je en train de sortir de cette vision et de cet héritage-là ?

Et là, Cécile Térouanne répond complètement à côté des questionnements de Laura Nsafou, en présentant Zouk comme le meilleur texte jamais publié sur l’anorexie, alors qu’il est écrit par un homme. Face à une demande de remise en question, à une offre d’outils pour le faire, des personnes dominantes choisissent de réassurer leurs positions, leurs droits (qui sont des privilèges plus que des droits à vrai dire) par peur. Peur de quoi au juste ? A aucun moment Laura Nsafou ou Malik Diallo demandent à ce que des livres soient brûlés ou des droits à la parole retirer. Mais c’est en prétendant que ceux-là sont les combats “des wokes”, qu’ils peuvent éviter la remise en question – qui n’aura pas eu lieu ce jour-là.

Il ne s’agit pas de deux camps irréconciliables, il s’agit de personnes qui ne se posent pas les mêmes questions, parce qu’elles ne cherchent pas les mêmes réponses – les uns cherchent à obtenir une place, les autres à conserver la leur telle quelle.

Le seul consensus de la table est celui-ci : il y a des voix, des expressions à libérer.

On parle d’Astérix, qui se moque de tout le monde, dont d’eux-mêmes, donc ça ne peut être discriminatoire. On revient sur Tintin au Congo, est-ce qu’on le garde en bibliothèque ? Malik Diallo nous explique que nos bibliothèques sont remplies de livres dont on peut s’indigner, mais que ça fait partie de ses missions de rassurer et de faire de la bibliothèque un lieu où on peut amener des œuvres auprès du public et en faire la médiation. Cécile Térouanne cite le travail accompli par Fayard sur Mein Kampf (est-ce que ça compte comme un point Godwin ?). Elle avance qu’il est important de prendre en charge les textes, de les éditorialiser, de les mettre en contexte, et qu’il vaut mieux avoir quelques Historiciser le mal, disponible à l’achat et à la consultation que de ne plus éditer Hitler.

Laura Nsafou revient sur le nom de la table-ronde “création, édition, médiation” pour insister sur le fait que tous, à chaque étape, avons une responsabilité sur quelles voix s’expriment et dans quelles modalités. Elle revient une dernière fois sur le terme wokisme, même pas réellement utilisé aux Etats-Unis en dehors des réseaux sociaux d’où il vient, utilisé en France comme un mot parapluie qui trouverait sa source dans la revendication et dans la peur de ce que serait une censure en woke, le tout en invisibilisant les travaux de militant.es français.es.

Le lieu de la littérature

Vient le moment des questions et je prends le micro pour énoncer deux réalités :

  • Il est “drôle” de parler de censure et de paroles à délivrer, alors que Laura Nsafou est la seule11 personne non blanche a avoir été présente sur scène aujourd’hui. Malik Diallo n’était présent qu’à l’écran, aux moments où il parlait/quand on ne voyait pas les illustrations en direct de Serge Bloch. La parité de genre a été respectée sur l’ensemble de la journée, pas toujours selon les tables (notamment celle sur la fabrication), mais la parité blanche/non-blanche est loin de l’avoir été. Quand Marine m’explique ne pas avoir de réponse, je lui réponds que la réponse se trouve dans la salle, le plateau est aussi blanc que le public.
  • Il est également “drôle” de critiquer l’émotionnalité des personnes wokes en se positionnant comme, au contraire, rationnelle. Alors que personnellement, après avoir envoyé mon mémoire à l’ensemble des maisons citées, les seules réponses émotionnelles (voir injurieuses) que j’ai reçues venaient de personnes blanches se sentant insultées – par une recherche quantitative pour rappel.

J’en profite pour m’excuser ici pour tout arrêt cardiaque, la salle n’a pas eu l’air de bien réagir à cette prise de parole – il paraît aussi que je n’aurai jamais de travail dans l’édition, oups.

On pose la question de la traduction d’Amanda Gorman, Cécile Térouanne rappelle les tenants et aboutissants de ce qui a fait le tour des médias : la traductrice qui avait été approuvée par l’autrice s’est elle-même désistée par soucis de cohérence avec son propre militantisme. La question au final ne serait pas tellement faut-il être noir pour traduire une personne noire, mais qui a accès à cette opportunité ? A-t-on toutes et tous les mêmes opportunités ?

Joanna Nowicki revient sur scène pour le temps des questions, et en profite pour reprendre le discours de Laura Nsafou et la contredire. D’après elle, Joanna Nowicki, il faudrait faire attention aux amalgames, ne pas confondre les discriminations selon la condition sociale et la littérature. Parce qu’à l’entendre (Laura Nsafou), on ne pourrait plus dire “Madame Bovary, c’est moi” aujourd’hui – formule apocryphe12 même si ce n’est pas le sujet.

Avant de répondre à la question “Peut-on s’identifier à un personnage même s’il est différent”, Laura Nsafou demande à Jonna Nowicki pourquoi elle lui pose cette question. Parce qu’elle est autrice ? Parce qu’elle est noire ? Elle répond ce qui a déjà été étudié et prouvé : les personnes qui ne sont pas représentées ont l’habitude de s’identifier à des personnages qui ne leur ressemblent pas – ils n’ont pas le choix. Est-ce normal, dit-elle, que la littérature française ne la représente pas, alors qu’elle est française ? Qu’elle doive aller du côté de la littérature américaine ou caribéenne – donc un contexte étranger et/ou différent du sien – pour pouvoir se voir ? Elle aimerait pouvoir lire sans se poser d’étiquettes, mais quand elle rencontre des passages racistes qui ne sont pas adressés comme tels à l’intérieur du récit, elle ne peut mettre de côté sa racialisation pour échapper à la violence raciste. Il n’existe pas de lecture neutre, et elle, ne peut que lire en tant que femme noire.

S’en vient la réaction de Jonna Nowicki “Moi, la différence, c’est que je n’ai pas besoin de m’identifier au héros du livre que je lis.” Alors, oui, mais c’est parce qu’il est plus facile de trouver des personnages blancs que des personnages non blancs. Donc que vous n’avez pas à remplir ce besoin non pas parce qu’il n’en est pas un, mais parce qu’il est déjà satisfait.

Laura finit par donner des chiffres – américains je pense, mais en France on a les miens – qui montrent que les enfants-lecteurs n’ont pas tous la même expérience de lecture, certains sont représentés et d’autres non. Donc, plutôt que débattre sur la pertinence du besoin d’être représenté, pourquoi ne pas travailler à une littérature jeunesse qui représente tous les enfants-lecteurs ?

On n’aurait pu conclure sur ce bel appel, mais Cécile Térouanne a tenu à nous dire que : “La littérature n’est pas un lieu de réparation mais de création” – proclamation soutenue par Jonna Nowicki et applaudie par le public.

Faire siège

“La littérature n’est pas un lieu de réparation mais de création”. On en revient à l’art pour l’art ? Puisqu’il s’agissait de la journée de la citation et de la répartie facile, voici la mienne :

« L’art pour l’art est juste un quelconque morceau de merde de chien désodorisé. »

Achebe, C. Morning Yet on Creation Day. Michigan, Heinemann Educational, 1975, p. 19. 

L’histoire de l’art n’est pas ma discipline, et la critique postcoloniale du modernisme n’est pas du tout au coeur de mes sujets de recherche13, mais j’ai pu lire un article qui en faisait un état de l’art14. Nicolas Nercam y cite notamment Homi K. Bhabba qui, dans The Location of Culture, critique les discours existants sur la modernité qui effacent les inégalités de conditions réelles et accomplit un effort de contextualisation de la pensée afin de remettre en cause la dimension universelle des orientations esthétiques traditionnelles. Il cite dans la continuité de Homi K. Bhabba Rasheed Araeen, artiste et théoricien, qui ” envisage l’art moderne comme une Citadelle occidentale dont il invite les artistes non occidentaux à faire le siège”.

Parler de la littérature comme d’un lieu, alors que nous nous trouvons nous-mêmes au sein d’une institution n’est pas anodin. “La littérature est un lieu de création pas de réparation”. Mais qui a décidé qu’elle ne permettrait que la création ? Et qui a décidé qu’il était possible de créer uniquement pour créer ? Qui a décidé que la littérature ne pourrait être littérature si elle servait d’autres fins ? Nicolas Nercam cite également John Clark, qui considère la modernité occidentale “comme un système clos, un discours replié sur lui-même, ne pouvant tolérer d’autres discours provenant d’autres sphères culturelles” (ibid, p.69.).

La création pour la création n’est accessible qu’à peu. Et la littérature, si lieu elle est, est un lieu à siéger, à récupérer, à piller, à s’approprier.

Il y a eu une dernière table, et une conclusion à cette journée, mais je suis partie offrir un café à Laura Nsafou pour panser nos plaies – toutes mes excuses à ma collègue Raphaëlle Botte qui a très certainement dû modérer la meilleure table-ronde jamais tenue sur le distanciel, et ce au pire moment.

Je n’ai entendu que le mot de la fin : “Un bon livre jeunesse, c’est celui qui s’ouvre quand on le referme.” Je dirais moi qu’un bon livre jeunesse, est celui qui permet à tout le monde de s’y perdre pour pouvoir s’y retrouver.

Je vous laisse avec les mots de Laura Nsafou, publié le lendemain :

Hier, j’ai participé à la table ronde des Assises de la littérature jeunesse, ayant pour thème la cancel culture. Cela fait des années que je n’avais pas participé à ce genre de rencontres institutionnelles, mais j’étais curieuse d’entendre les professionnels du livre sur la nécessité d’une littérature représentative. Je vous laisse faire votre avis, la rencontre est sur la chaîne Youtube de la BnF. Pour ma part, je m’arrêterai sur ces mots qui ont été dit la table ronde : “La littérature n’est pas un lieu de réparation, mais de création”.
Si la littérature n’est que creation, alors elle n’est pas pour les lecteurs. Au mieux, elle sera un terrain d’expression qui fait office de laboratoire, à huit clos. car, n’y a-t-il pas quelque chose à “réparer” dans une littérature plus soucieuse d’un idéal d’universalisme que des personnes à qui elle s’adresse ? Je pense, en tout cas, qu’une littérature contemporaine doit être capable de regarder son passé pour offrir des imaginaires pour tous, et pour l’avenir.

Merci pour l’invitation à cette rencontre, aux intervenants, à Marine Planche pour ce sujet pas facile, et merci pour tous vos messages, tweets, DMs ! Je les ai tous lus 💜

Mrs Roots

Alors qu’il était prévu que le public qui assistait aux Assises grâce à la retransmission live puisse poser des questions, le chat a été fermé ! Malgré l’impossibilité pour elleux d’interagir avec nous, ils ne se sont pas gênés d’interagir entre eux sur twitter :

  1. “Les Assises de la littérature jeunesse”. CNLJ. https://cnlj.bnf.fr/fr/page-evenement/2e-assises-de-la-litt-rature-pour-la-jeunesse. []
  2. Lévêque, M. “Premières Assises de la littérature de jeunesse (1/4)”. Le Magasin des Enfants. https://magasindesenfants.hypotheses.org/6149 Publié le 05/10/2017. []
  3. La charte. https://www.la-charte.fr/ []
  4. Bailly, S. “Présidente de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse”. Samantha Bailly. Publié le 24/05/2017 . En ligne : http://www.samantha-bailly.com/1229/presidente-de-la-charte-des-auteurs-et-illustrateurs-jeunesse. []
  5. Voir l’article de la maison des artistes pour comprendre ces changements : “Nouveautés sur la réforme du régime artiste-auteur”.
    https://www.lamaisondesartistes.fr/site/nouveaute-sur-la-reforme-du-regime-artiste-auteur/. Publié le 01/09/2021.

    Décret complet : Décret n° 2020-1095. Legifrance. https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000042284065/. Publié le 30/08/2021. []

  6. “La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire”. Ministère de la transition écologique. https://www.ecologie.gouv.fr/loi-anti-gaspillage-economie-circulaire-1#scroll-nav__6. Publié le 17/09/2021. []
  7. Association des directrices et directeurs des bibliothèques municipales et groupements intercommunaux des villes de France, http://www.adbgv.fr/. []
  8. Sa fiche autrice chez Cambourakis : https://www.cambourakis.com/auteur_livre/laura-nsafou/.

    Son propre site : https://lauransafou.carrd.co/. []

  9. Voir la liste complète ici : https://genreed.hypotheses.org/95 []
  10. Il fait partie de mon-non corpus #6. []
  11. Il s’agit en fait de la première, la seconde (et dernière) sera Lydia Belmekki pendant la table-ronde “Présentiel/distanciel : quelle nouvelle proximité avec les lecteurs ?”. []
  12. Leclerc, Y. « “Madame Bovary, c’est moi” », formule apocryphe». Disponible en ligne : https://flaubert.univ-rouen.fr/ressources/mb_cestmoi.php. Publié en février 2014. []
  13. Si comme moi vous avez dans vos résolutions de vous plonger dans les études postcoloniales, Djemaa Maazouzi a écrit une entrée dans le lexique du socius avec une belle bibliographie : http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/54-postcolonial-isme []
  14. Nercam, N. “Pensées postcoloniales, esthétique de l’art contemporain et mondialisation”. Revue Proteus n°8, 2015, pp.64-72. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.