Catégories
Articles

Dalla Parte Delle Bambine – Du côté des filles – A favor de las niñas

Avant qu’on ne me propose de m’intéresser uniquement et seulement à la question de la race dans les albums jeunesse, j’avais pour projet d’étudier l’énonciation éditoriale des collections jeunesse ouvertement féministes1. Après la vague de publications de documentaires jeunesse sur les héroïnes de la fin des années 2010, plusieurs maisons engagées ont publié soit de nouvelles collections soit de nouvelles propositions : Talents Hauts a lancé les plumées2, la maison Cambourakis a commencé à publier des albums jeunesse dans sa collection féministe et anticapitaliste “Sorcières”3, et la ville brûle a relancé “Jamais trop tôt pour lutter contre les stéréotypes4 ” en publiant des documentaires jeunesse illustrés par Mirion Malle. Matrimoine, afrofémisme, vulgarisation de théorie féministe, cette contre-attaque a été et est encore riche et diversifiée. Ces maisons sont toutes différentes en terme de statuts (indépendante pour Talents Hauts et la ville brûle, appartenant à un groupe pour Cambourakis) et de spécialités (jeunesse pour Talents Hauts, sciences humaines et sociales pour la ville brûle, générale pour Cambourakis), pour autant elles ont toutes les trois un positionnement militant féministe (même s’il diffère) et un héritage commun : la première collection jeunesse féministe française, “du côté des petites filles” publiée par les éditions des femmes dans les années 1970.

Isabelle Cambourakis, directrice de la collection “Sorcières”, est une historienne spécialisée dans les mouvements féministes français des années 1970, le nom en est d’ailleurs inspiré5. La ville brûle a réédité des titres d’Agnès Rosenstiehl publié pour la première fois dans la collection “du côté des petites filles”6. Concernant Talents Hauts, un jour j’oserais peut-être demander à Laurence Faron (la co-fondatrice) où elle se trouvait le 26 août 1970. En attendant, on peut tout de même supposer qu’étant contemporaine du Mouvement de libération des femmes, quelque soit son implication personnelle à l’époque, sa construction en tant que militante et plus tard en tant qu’éditrice n’a pu qu’en être impactée d’une façon ou d’une autre.

MLF ? Des Femmes ?

Petit point vocabulaire avant d’entrer dans le vif du sujet. Le Mouvement de libération des femmes c’est donc le mouvement né dans les années 1970 en France – aka la deuxième vague – dont la naissance précise et la maternité a prêté et prête encore débat.

Le MLF c’est le sigle de l’association enregistrée par Antoinette Fouque en 1979.

C’est en 1973, cinq ans après avoir co-fondé le Mouvement de Libération des Femmes en France, que j’ai créé les éditions Des femmes. Le projet a été discuté pendant presque deux ans au cours de réunions ouvertes, hebdomadaires, où se sont définies et élaborées la structure juridique et les bases de fonctionnement de cette entreprise. Simultanément, nous avons ouvert la première librairie des femmes, (en France et en Europe), à Paris, au cœur du quartier culturel, à Saint-Germain.

Historique

Sur le site des éditions des femmes, Antoinette Fouque s’exprime à la première personne, en datant et s’appropriant en partie la fondation du Mouvement de libération des femmes7. La date 1968 correspond à une réunion organisée autour d’Antoinette Fouque et de Monique Wittig, la date 1970 correspond elle au dépôt de la gerbe à la femme du soldat inconnu8. Antoinette Fouque refuse la date de 1970 parce qu’elle estime qu’il s’agit simplement de la reconnaissance médiatique du mouvement et non pas de sa naissance, mais la date de 1968 n’est pas retenue par tous. En effet, avant cette réunion, avant ce rassemblement il y en a eu d’autres. Le Mouvement de libération des femmes est un rassemblement de plusieurs collectifs et individus qui a pu prendre de l’ampleur grâce à plusieurs événements, actions, prises de parole, textes, etc.

De la même façon, la maison d’édition Des femmes n’est qu’un des plusieurs collectifs éditoriaux du Mouvement de libération des femmes9

Fin du point MLF.

Alors que je m’attelais à produire un état de l’art sur la question de la représentation genrée en littérature jeunesse, j’ai très rapidement trouvé l’article de Brugeilles, Cromer et Cromer10 qui revenait sur les résultats de la première étude exhaustive de la production annuelle d’albums illustrés de fiction menée en France. Il est rapidement expliqué que “ce travail s’inscrit dans les objectifs du programme européen Attention Album11!” et j’en étais restée là de ce programme à l’époque.

Et ce n’est que deux ans plus tard alors que Filles d’Album12 me demandait s’il y avait un lien entre l’association “Du côté des petites filles” et la collection des éditions des femmes du même nom que j’ai pu tout connecter.

J’aimerais dans cet article revenir sur tous les côtés des (petites) filles pour que le travail d’Adela Turin n’échappe pas aux prochain.es masterant.es.

Un essai

Au commencement il y a l’essai. En 1974, Antoinette Fouque fonde donc sa maison d’édition et publie l’essai qui deviendra un best-seller : Du côté des petites filles d’Elena Gianni Belotti – Dalla parte delle bambine dans sa langue originale. Divisé en quatre chapitres (l’attente de l’enfant, la petite enfance, jeux, jouets et littérature enfantine, les institutions scolaires) cet essai s’intéresse à l’influence des conditionnements sociaux sur la formation du rôle féminin dans la petite enfance13. La littérature enfantine est ici considérée comme un objet de l’enfance, le produit d’une culture, au même titre que les jouets, subissant une différenciation basée sur le sexe. Elle base ce sous-chapitre sur une étude menée par un groupe féministe de la cité universitaire de Princeton, elle cite comme source la revue Panorama en donnant la date de parution14, mais je n’ai pas réussi à mettre la main dessus. Elena Gianni Belotti nous explique que sur une même année, ce groupe aurait analysé quinze collections de livres et 144 livres de lectures utilisés en école primaire. Leurs conclusions sont similaires à l’étude de Brugeilles, Cromer et Cromer effectuée en 1994 : une surreprésentation masculine (881 sur 1225) et des personnages féminins stéréotypés (passives pour les petites filles, à la maison pour les mamans). Les féministes de Princeton se seraient jointes à un groupe de femmes de New-York pour rédiger un rapport national sur les préjugés sexuels alimentés par les livres. Je suppose qu’il s’agit de l’article de Weitzman, L. J., Eifler, D., Hokada, E., & Ross, C. (1972)15 – si vous ne pouviez retirer qu’une seule chose de mon article, soyez gentilles pour les futures chercheuses, référencez bien vos productions.

Le comité féministe New-Yorkais aurait examiné lui 1000 romans, pour imprimer une liste de “livres interdits” distribuée à l’ensemble des prescripteurs (bibliothèques, écoles, associations d’enseignants et de parents d’élèves). Seuls 200 romans auraient été gardés, les 800 autres étant considérés comme “irrémédiablement chauvins-mâles”. Ces initiatives militantes ont fini par atteindre la sphère des professionnel.les du livre. Les discussions du congrès de l’Association des auteurs et des éditeurs de livres pour enfants de cette année auraient tourné autour des questions de représentation genrée. L’une des défenses avancées était qu’ils publiaient davantage de livres pour les garçons, parce que les filles lisaient tout, alors que les façon ne lisaient pas les livres destinés aux petites filles16. Suite à ce congrès, plusieurs éditeurs ont lancé des collections consacrées à des femmes plus ou moins connues, et des livres avec des personnages féminins.

En octobre dernier, quand ont eu lieu les 3e Assises de la littérature jeunesse17, et qu’une professeur des universités s’est permis de proclamer qu’elle ne cherchait pas à s’identifier aux personnages je n’ai pu m’empêcher de penser à ce congrès. Il y a 50 ans déjà, une initiative militante critiquant la surreprésentation de personnages masculins a atteint les sphères professionnelles, sans réellement que ces mêmes professionnel.les remettent en question l’universalité des personnages masculins – tout en produisant quelques titres quand même.

C’est le malaise de la société à l’égard de la femme qui se traduit dans ces récits. Les petites filles se trouvent confrontées à une représentation du monde dont les femmes sont presque exclues.

Chombart de Lauwe, M. J. “L’enfant et son image” L’école des parents n°3, 1972.

Elle continue par citer l’étude française de M. J. de Lauwe sur les représentations genrées dans la littérature pour enfant18, puis par rapporter les propos d’un auteur de théâtre pour enfants. De son propre aveu, il admet avoir rencontré des difficultés pour trouver le langage et les actions adéquates des personnages féminins qu’il avait tenté d’écrire, le résultat étant un texte contradictoire, peu vraisemblable et peu représentable. Il était de son avis, qu’écrire un personnage de petite fille alors qu’il n’en avait jamais été une demandait “un gros effort (…) pour oublier la réalité sociale dont on est imprégné et pour inventer de nouvelles valeurs.”. Alors que les professionnel.les du livre jeunesse se défendent parfois des limites que peuvent rencontrer leurs auteurs19 quand il s’agit d’écrire sur un vécu qu’il n’est pas le leur, lire un auteur l’admettre pleinement 50 ans en arrière était une surprise. Est-ce que, malgré les multiples travaux produits depuis, malgré le nombre de collections “d’héroïnes” publiées, l’édition jeunesse aurait régressé sur ces questions ?

Elle continue à citer d’autres études sur le sujet : l’étude comparative de Michèle de Wilde20 sur les stéréotypes féminins français et américains, mais aussi une étude italienne publiée dans le quotidien Il Giorno21 sur les livres de lecture utilisés dans les écoles primaires italiennes, et une enquête menée par Marisa Bonazzi22 plus spécifiquement dédiée à la représentation de la vie familiale dans ces livres de lecture.

Après cet état de la question, elle présente plusieurs exemples significatifs de livres jeunesse qui auraient des personnages nouveaux, mais il s’avère autant pour La mia famiglia, que pour Io ..., que les personnages principaux respectent toujours une hétéronormativité aux rôles genrés, et que plusieurs personnages secondaires plus que stéréotypés approchent de la caricature. Dans la collection “Prime avventure” (Premières aventures) de l’éditeur Mondadori, les représentations genrées sont moins explicites. C’est en analysant l’ensemble de la collection que l’autrice rend compte de la passivité et des limitations des personnages féminins face aux possibles donnés aux personnages masculins. Notamment en ce qui concerne les perspectives d’avenir, les filles ne rêvent que d’amour, là où les garçons rêvent d’être mécanicien, pompier, pirate, astronaute, etc. D’après Elena Gianini Belotti, la limitation des rêves d’avenir des petites filles se retrouvent bien dans le livre américain Whistle, Mary, Whistle23

Ici il s’agit d’un but explicite, siffler pour obtenir quelque chose (un cochon, un mouton, une truite, une chèvre, un gâteau), mais Mary ne siffle que lorsqu’on lui promet un jeune homme. L’autrice compare Mary à tous les personnages de princesses n’ayant pour but que d’épouser un prince (Belle au Bois Dormant, Blanche-Neige, Cendrillon). Les seuls personnages féminins n’étant pas passifs et incapables sont alors des sorcières, elle présente ici l’exemple de la fable misogyne La tarantella di Pulcinella24.

derrière les perfides marâtres, sorcières, ogresses, dont les légendes sont riches, il y a toujours un homme faible qui se décharge sur la femme des devoirs et des décisions les plus ingrates.

d’Ascia, U. “Onorevolmente cattive”. Noi donne n°50, 1971. Traduction du collectif de traduction des éditions Des femmes.

Elle finit cette partie sur la littérature enfantine en comparant les images féminines de la littérature contemporaine à celles des légendes traditionnelles : Le Petit Chaperon Rouge, Blanche-Neige, Cendrillon, Peau d’Âne. Fillette à la limite de la débilité mentale, autruche à la tête dans le sable, incapable de bouger son petit doigt, l’autrice n’est pas tendre avec ces personnages qui, il est vrai, n’ont pour caractéristique positive que leur beauté, qualité avec laquelle elles sont nées. Elle classe les personnages féminins des contes en deux catégories : les bonnes et les incapables d’un côté, les malveillantes de l’autre. Citant les travaux d’Ugo d’Ascia25, elle révèle que 80% des personnages négatifs des contes de Grimm sont des femmes.

Un personnage féminin doué de qualités humaines altruistes, qui choisit son comportement courageusement et en toute lucidité, n’existe pas.

Gianini Belotti, A. du côté des petites filles. Des femmes, 1973. Traduction du collectif de traduction des éditions Des femmes.

C’est parce que les enfants lecteurs s’identifient aux personnages qu’ils lisent, mais aussi parce que les valeurs véhiculées par ces contes, ces mythes, ces livres jeunesse sont également présentes dans la culture qui les a produits, que ces représentations possèdent un grand pouvoir de suggestion.

Une maison… et des collections

Je ne pense pas qu’on aurait tellement parlé des éditions des femmes s’il n’y avait eu que Cixous… Je veux dire, leurs éditions étaient vraiment destinées aux femmes du mouvement et aux intellectuelles. Mais, mes livres étaient des livres populaires. J’étais la partie tous azimuts de leur maison d’édition (…) Je peux vous dire qu’à en juger par les tirages, ça devait être les plus gros (…), je ne vois aucun de leurs titres tirés à 50 à 60 à 80 000 exemplaires.

Entretien donné à Bibia Pavard par Adela Turin, 18/04/2003

Dans l’ouvrage de référence Les éditions Des femmes, histoire des premières années, 1972-1979, Bibia Pavard revient sur l’histoire de la maison, de la venue à l’édition des militantes du mouvement de libération des femmes, aux succès, jusqu’aux conflits qui amèneront Antoinette Fouque à déposer le sigle MLF. Il est fait mention d’Adela Turin sur quelques pages revenant sur l’histoire de la collection du côté des petites filles. Adela Turin ayant fréquenté les mouvements de lutte parisien avant de rejoindre le mouvement italien Rivolta Femminile une fois installée à Milan, elle aurait eu l’occasion de rencontrer Antoinette Fouque, de lui montrer son premier livre, et de lui apprendre qu’elle avait monté sa maison d’édition – du même nom que l’essai d’Elena Gianni Belotti. De cette rencontre s’ensuit une collaboration. Dès 1975, les titres publiés par Adela Turin dans sa maison d’édition italienne seront également publiés, en co-édition, dans une collection du même nom aux éditions des femmes : du côté des petites filles. En 1976, elles collaborent même avec une troisième maison, espagnole, lumen. Très vite, des autrices françaises vont rejoindre le catalogue du côté des petites filles (Agnès Rosenstiehl, Benoîte et Flora Groult, George Sand, Anne Sylvestre, etc.). C’est un succès critique autant que commercial. Pour autant, cette collaboration ne dure que 6 ans. En 1980 est traduit le dernier album paru chez les éditions des femmes : Planète Mary année 35. Les titres suivants d’Adela Turin seront publiés en France chez Hatier.

Je n’ai pas la prétention d’avoir pu lire tout ce qui a pu être écrit sur les éditions des femmes. Pour autant, je n’ai trouvé que peu de traces d’Adela Turin dans des travaux français. Audrey Lasserre la remercie et l’indique comme source pour sa thèse “Histoire d’une littérature en mouvement : textes, écrivaines et collectifs éditoriaux du Mouvement de libération des femmes en France (1970-1981)”, mais il n’est pas directement question d’elle, ou même de la collection du côté des petites filles – l’essai d’Elena Gianini Belotti est mentionné mais parce qu’il apparaît dans Ainsi soit-elle de Benoîte Groult. Et Caroline Hoinville a soutenu un mémoire en partie sur les albums pour enfants des maisons d’édition Des femmes où elle revient sur l’histoire de la collection et fait une analyse des albums en question26. Elle se base, pour la partie historique, sur l’ouvrage de Bibia Pavard. Et enfin la revue Strenæ a publié un numéro thématique très complet sur l’édition militante post 68 “Le 68 des enfants / The Children’s ’68” où plusieurs articles mentionnent Adela Turin27, dont un fait la lecture d’un des albums d’Adela Turin publié aux éditions des femmes, Salut poupée.

Je me suis juste occupée de l’illustration et c’est l’éditrice italienne, Adela Turin qui a changé la fin du texte et a mis en exergue “…nous ne voulons plus raconter des histoires à nos petites filles”

Lou Perdu dans “Les faiseuses d’images”. Sorcières : les femmes vivent, Enfants, n°23, 1981.

En dehors des travaux universitaires, plusieurs revues professionnelles ont publié des articles sur la collection du côté des petites filles28 et un article est paru dans la revue littéraire Sorcières29.

Tremblez, tremblez, les sorcières sont de retour.

Sorcières : les femmes vivent, n°23, 1981. Enfants.

Ce slogan italien, très certainement crié par Adela Turin pendant son temps à Rivolta femminile, fait partie des inspirations du nom de la revue Sorcières lancée par Xavière Gauthier3031. Il est aussi à l’origine du nom de la collection d’Isabelle Cambourakis d’ailleurs5. Lancée en 1975 par Xavière Gauthier, deux ans après la création des éditions des femmes, cette revue se veut un espace de liberté, un appel aux femmes à disposer librement de leur corps, pour le plaisir32 et fait partie des nombreux projets de revue et d’édition faisant suite aux Mouvement de libération des femmes.

Et l’éditeur est un peu plus réticent à ce qui sera en dehors des catégories. Il ne veut pas changer le monde alors que certains éditeurs de livres
pour enfants ont des idées pour révolutionner ce qui est. Les autres éditeurs sont de braves commerçants dans l’ensemble.

Nicole Claveloux dans : Perdu, L. Bozellec, A. Claveloux, N. “Les faiseuses d’images.” Sorcières : les femmes vivent, n°23, 1981

Dans le numéro consacré aux enfants, et de fait, à la maternité, plusieurs faiseuses d’images33 reviennent sur leurs expériences d’illustratrices. Et pour Nicole Claveloux, sur son expérience avec l’éditrice Adela Turin. Lou Perdu, qui mène l’échange, demande à Nicole Claveloux comment est-elle intervenue pour la fin de l’histoire de Poucette, qui a été modifiée. Dans la version des femmes, Poucette ne se marie pas à la fin. L’illustratrice explique qu’elle s’est juste occupée de l’illustration, et que c’est l’éditrice italienne “Adera Turin”, qui a changé la fin du texte et a ajouté la mention “nous ne voulons plus raconter d’histoires à nos petites filles”. S’ensuit un long échange sur la question de la modification (ou non) des contes, notamment celles faites par Adela Turin. Anne Bozellec, l’illustratrice d’Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon34 partage son attachement à l’histoire de la petite sirène et son désaccord avec les choix éditoriaux d’Adela :

Ce qu’a fait Adela avec ce détournement, c’est dénoncer le rôle qu’on attribue à la petite fille, plus tard à la femme et je pense que, sans avoir besoin de manipuler le texte, on peut dénoncer par une illustration qui, tout en étant près du texte, s’en écarte suffisamment pour que l’enfant soit apte à faire la critique.

Anne Bozellec dans : Perdu, L. Bozellec, A. Claveloux, N. “Les faiseuses d’images.” Sorcières : les femmes vivent, n°23, 1981

Une association

 Dans le dernier manuel des Presses de l’Enssib35, Sylvie Cromer revient sur l’enquête Attention album ! (1996)36. Elle revient sur la création de l’association européenne Du côté des filles, en 1994, qui avait pour but de réunir des professionnel.les de l’enfance souhaitant agir sur les questions d’inégalités de genre, et dont le nom est un “femmage” à l’essai d’Elena Gianini Belotti. C’est au sein de l’association, dont Adela Turin fait partie, que naît le projet d’analyser la représentation genrée dans les albums, dans le but de comprendre la socialisation genrée des enfants.

En 1996, grâce au soutien de la Commission européenne, le projet Attention album ! est lancé. On peut retrouver les résultats de l’analyse quantitative de l’ensemble des albums illustrés de fiction publiés en 1994 dans l’article de Brugeilles, Cromer et Cromer10, et l’analyse qualitative sur la réception de ces albums dans l’article de Cromer et Turin37.

On retrouve dans le manuel les couvertures des deux brochures produites par l’association européenne Du côté des filles, vulgarisant les résultats des deux analyses de l’enquête Attention Album !

Si vous souhaitez les consulter, Filles d’album les a numérisées ici et ici.

Conclusion :

Ce travail de collecte et de mise en réseau me tenait à cœur, j’espère qu’il ne sera pas trop dense et qu’il pourra être utile. En dehors de faire gagner du temps aux masterant.es de demain, il s’agissait pour moi de contribuer à ce que le travail littéraire, éditorial, militant et scientifique de celles qui se sont dédiées aux petites filles ne soit pas perdu.

Citer cet article : Sarah Ghelam, "Dalla Parte Delle Bambine – Du côté des filles – A favor de las niñas", Genre de l'édition, publié le 07/02/2022, https://genreed.hypotheses.org/977, consulté le 08/08/2022.

  1. Il existe dans la bibliothèque de Saint-Cloud et dans mon disque dur un projet de mémoire qui ne sera jamais abouti, puisse-t-il reposer en paix. []
  2. “Les Plumées”. Editions Talents Hauts. http://www.talentshauts.fr/41-les-plumees []
  3. “Sorcières”. Cambourakis. https://www.cambourakis.com/livres/sorcieres/ []
  4. https://www.lavillebrule.com/collections/jamais-trop-tot,1 []
  5. “La collection féministe d’Isabelle Cambourakis, entre militantisme et édition”. Actualitté. Publié le 29/12/2015. https://actualitte.com/article/35582/interviews/la-collection-feministe-d-isabelle-cambourakis-entre-militantisme-et-edition [] []
  6. “Agnès Rosenstiehl”. la ville brûle. https://www.lavillebrule.com/catalogue/auteur/agnes-rosenstiehl,156 []
  7. Pour en savoir plus sur le Mouvement de libération des femmes : “Le MLF, histoire d’un combat féministe”. Ina. https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/le-mlf-histoire-d-un-combat-feministe. []
  8. Picq, F. “MLF : 1970, année zéro”. Libération. Publié le 7 octobre 2008. https://www.liberation.fr/societe/2008/10/07/mlf-1970-annee-zero_112802/ []
  9. Voir la thèse d’Audrey Lasserre sur le sujet : Audrey Lasserre. Histoire d’une littérature en mouvement : textes, écrivaines et collectifs éditoriaux du Mouvement de libération des femmes en France (1970-1981). Littératures. Université de la Sorbonne
    nouvelle – Paris III, 2014. []
  10. Brugeilles, C. Cromer, I. Cromer; S. Les représentations du masculin et du féminin dans les albums illustrés ou Comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre. Population, 57ᵉ année, n°2, 2002. pp. 261-292. [] []
  11. Brugeilles, C. Cromer, I. Cromer; S. Ibid. []
  12. Bibliothécaire parisienne qui fait un travail de veille et d’analyse spectaculaire sur son blog : https://filledalbum.wordpress.com/about/ []
  13. Gianini Belotti, E. du côté des petites filles. Des femmes, 1973. P.7 []
  14. Panorama (revue italienne), 28 octobre 1971. []
  15. Weitzman, L. J., Eifler, D., Hokada, E., & Ross, C. (1972). Sex-role socialization in picture books for preschool children. American Journal of Sociology, 77, 1125-1150. http://dx.doi.org/10.1086/225261 []
  16. Gianini Belotti, E. du côté des petites filles. Des femmes, 1973 []
  17. Ghelam, S. “Qui a peur des wokes ? – Les 3e Assises de la littérature jeunesse”. Genre de l’édition. https://genreed.hypotheses.org/899 []
  18. Chombart de Lauwe, M. J. “L’enfant et son image” L’école des parents n°3, 1972., consultable au Musée National de l’Education ou à la BNF. []
  19. Je fais notamment référence au “La littérature est un espace de création non pas de réparation” prononcé aux Assises de la littérature jeunesse. []
  20. de Wilde, M. “Les stéréotypes féminins”. L’école des parents n°7, 1972 []
  21. Zanuso, L. “Cenerentole per forza”. Il Giorno, publié le 18 février 1972 []
  22. Bonazzi, M. Eco, U. I bambini bugiardi. Guaraldi, 1972. []
  23. Adapté par Bill Martin Jr., avec des dessins d’Emanuele Luzzati. Whistle, Mary, Whistle. Holt, Rinehart and Winston, 1970. []
  24. Luzzati, E. La tarantella di Pulcinella. Emme, 1972. []
  25. d’Ascia, U. op. cit. []
  26. Hoinville, C. Les albums pour enfants des maisons d’éditions Des femmes et Le Sourire qui mord. 1975-1995. 2007. Université Lumière Lyon 2. Mémoire de Master Cultures de l’écrit et de l’image. []
  27. Heywood, S. « Children’s 68: introduction », Strenæ n° 13, 2018.

    Antoniazzi, A. « Tradition or revolution? The difficult “turning point” in Italian Children’s Literature », Strenæ n°13, 2018.

    Chabrol-Gagne, N. « Le montage dans les albums : une esthétique engagée », Strenæ n°13, 2018. []

  28. Colombier, C. « L’école ” Du côté des petites filles ” », Trousse-livres n° 37, février 1983, p. 14-15.

    Defourny, Michel, « 1975, du côté des petites filles », Lectures, 114, mai-juin 2000.

    La Joie par les livres, « Les éditions Des femmes, la collection ” Du côté des petites filles ” », SVP livres, Bulletin des Amis de la Bibliothèque centrale de prêt de la Sarthe, 2, la Joie par les livres, 1979.

    Meunier, A. « Trente ans après, du côté des petites filles ». La lettre du GRAPE, revue de l’enfance et de l’adolescence n° 51, 2003, p. 99-104. []

  29. Perdu, L. Bozellec, A. Claveloux, N. “Les faiseuses d’images.” Sorcières : les femmes vivent, n°23, 1981 []
  30. Gauthier, X. « Témoignage : sur l’expérience de la revue Sorcières : “Sorcières, nous tracerons d’autres chemins…”». Sorcières et Sorcelleries. Presses universitaires de Lyon, 2002 []
  31. Voir aussi : Sorcières, 1976-1981. Etude d’une revue féministe. Master 1, Université de Lille III, (dir. Florence Tamagne), 2009 []
  32. Gauthier, X. op. cit. []
  33. Perdu, L. Bozellec, A. Claveloux, N. “Les faiseuses d’images.” Sorcières : les femmes vivent, n°23, 1981.” []
  34. Bruel, C. Bozellec, A. Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon. Être éditions, 1976 []
  35. Salanouve, F. Agir pour l’égalité. Questions de genre en bibliothèque. Presses de l’Enssib, 2021. []
  36. Cromer, S. “Représentations genrées dans la littérature de jeunesse. Retour sur l’enquête Attention album ! (1996) Quels chemins parcourus ?”. Agir pour l’égalité. Questions de genre en bibliothèque. Presses de l’Enssib, 2021. []
  37. Cromer, S. Turin, A. “Que racontent les albums illustrés aux enfants? Ou comment présente-t-on les rapports hommes-femmes aux plus jeunes?”. Recherches féministes11(1), 1998. []

Une réponse sur « Dalla Parte Delle Bambine – Du côté des filles – A favor de las niñas »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search